Bienvenue
sur le centre d'aide de Grimm's World RPG

D'autres explications plus bas











 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  Aides  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  RechercherRechercher  

☗ Kehrseite-Schlich
avatar


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Nina Dobrev
Âge perso : 27
Profession : Photographe
Posts : 283
Points : 301
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Gif :
Absence : Une Lily sorcière pour le temps d'halloween



Voir le profil de l'utilisateur

MessageMar 9 Mai - 21:48


Sur Mesure
Feat Nathaniel




Brian avait définitivement quitté ma vie et c’était pour moi grand temp de remettre un peu d’ordre. Bien sûr il m’avait laissé quelques meubles et Robert m’avait dépanné mais j’avais envie de me faire quelque chose sur mesure qui sortait de l’ordinaire tout en restant simple. Je feuilletais des catalogues de meubles et avec plusieurs modèles je me faisais l’idée d’une pièce aménagée façon Lily.

Avant tout aller falloir me trouver quelqu’un pour me le faire. Mais à qui je pouvais demander cela ? Un marchand de meubles ? Il m’enverrait promener. Une grande surface spécialisée ? Ce serait pareil. Et puis je venais de toucher mon héritage, je voulais me faire plaisir et avoir un endroit qui me ressemble, enfin une pièce pour commencer car je ne voulais pas tout dépenser. Et si je tombais sur un arnaqueur. Je décidais d’appeler Althéa, sa chambre était superbe et elle l’avait faite faire par un artisan. Bon j’avais pas les mêmes moyens mais je pouvais toujours essayer.

Elle me dit que son ébéniste se nommait Nathaniel Cammas et elle me refila l’adresse. J’attrapais mes pages déchirées dans divers catalogues, les fourrais au fond de mon sac et me rendais à l’endroit indiqué. C’était une jolie boutique qui n’avait rien de tapageur tout en ayant du cachet. Je poussais la porte et là je reconnais qu’Althéa avait raison, ça sentait vraiment bon et les objets exposés étaient superbes. J’errais ça et là dans le magasin lorsque je sentis une présence. Je me retournais et me retrouvais face à un homme entre 30 et 40 ans je dirais. Plutôt beau mec, grand, brun, bien charpenté, eh ma vieille, t’es pas là pour ça ! Mais j’étais troublée et je me mis à bafouiller. Belle entrée en matière.

- Euh...Bonjour...Je ....Enfin...c’est Althéa qui m'a donné votre adresse...Je ...Attendez...j’ai des modèles...

Je m’empêtrais dans une chaise et je m’écrasais à ses pieds tout comme le contenu de mon sac.
by FreeSpirit


“Se laisser aimer, c'est aimer déjà. ” Henry de Montherlant


Dernière édition par Lily Lange le Lun 5 Juin - 17:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Masculin
Célébrité : Guillaume Canet
Âge perso : 35
Profession : ébéniste
Posts : 58
Points : 60
Disponibilité :
30 / 10030 / 100

Gif : Un petit gif de 190px, 108px
Absence : En ce moment le travail me prend beaucoup de temps et d'énergie, j'ai du mal à trouver le temps de rp (et pas qu'ici)

Je vais essayer d'organiser mieux mon emploi de temps.

Mais je ne déserte pas !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 13 Mai - 8:49

Feat Lily Lange❧ Sur Mesure


Après une longue promenade dans la forêt à quelques kilomètres de la ville, je reprends mon véhicule et vais ouvrir la boutique. Cette balade matinale me fait toujours du bien quand je peux la faire. J'y resterais bien des heures, mais les clients sont souvent à l'heure et peuvent se montrer pressés. Et puis, je suis aussi bien à mon travail que dans une forêt. Même si beaucoup de choses sont différentes. Je gare ma camionnette devant la boutique et ouvre. Comme à chaque fois que je rentre, l'odeur me prend agréablement au nez et je ferme les yeux un instant. Puis je commence à faire un brin de rangement, car ça commence à devenir la caverne d'Ali Baba. C'est un gros foutoir. Je me surprends en train de chantonner. C'est quelle chose de tellement rare que j'en déduis qu'une assez bonne journée se prépare.
Je n'ai pas totalement terminé quand la cloche de l'entrée retenti. Je tourne la tête et souris à la jeune femme qui vient d'entrer. J’apprécie de voir de nouvelles têtes venir. Surtout beaucoup plus jeune que les mamies et et les papys que j'ai l’habitude de livrer. Le bois revient à la mode même chez les jeunes et c'est toujours plaisant à savoir.

Elle avance et se présente, expliquant que c'est Althéa qui lui a donné son adresse. Sauf que je n'ai pas le temps de retirer la chaise avant qu'elle ne se la prenne et tombe, mais arrive à la poussée pour qu'elle ne se fasse pas la tête dessus. Sans réfléchir, je m'accroupis et lui attrape doucement le bras et la redresse lentement au cas qu'une blessure ne se réveille. Les petites chûtes sont souvent pas graves, mais certains coups ou  écorchures , même bénignes, peuvent faire vraiment mal.

-Vous n'avez rien ? Sinon, j'ai de quoi soigner, je garde toujours une trousse de secours pas loin, car j'ai tendance à me blesser souvent en travaillant.  Aah.. Je suis vraiment navré, c'est ma faute, j'aurais du ranger cette chaise ailleurs.

Je l'aide ensuite à ramasser ses affaires, et lui rends son sac, un peu gêné, car c'est indirectement ma faute si elle est tombée. Je me gratte la tête, geste nerveux quand je ne sais pas trop ou me mettre. La timidité revient au galop sans que je comprenne pourquoi. Je remercie mentalement la jeune femme qui me donne ses modèles. Ouf, quelque chose à faire pour faire partir ce moment de malaise non voulut. Je regarde donc les feuilles de long en large et en travers cherchant à prendre mon temps pour retrouver la maîtrise de moi.

-Vous savez quel bois utiliser pour vos meubles ?

Ok, vu la légère hésitation de ma voix, je suis toujours embarrassé. Mince alors.. Trouve quelque chose pour être à nouveau bien Nath ', tu es au travail !

-Althéa, vous dites ? Comment va-t-elle ? Et sa grossesse ?

Bon... Demander des nouvelles d'une cliente n'était peut-être pas la bonne chose à faire, mais j’apprécie Althéa. Et être devant quelqu'un qui la connaît, poser la question, est aussi naturelle que de respirer.
©clever love.


Nathaniel Cammas
Des paroles chaque jour sont envolées, de ces mots, seuls ceux du coeur demeurent.
(⚡) le chant des sirènes
Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Nina Dobrev
Âge perso : 27
Profession : Photographe
Posts : 283
Points : 301
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Gif :
Absence : Une Lily sorcière pour le temps d'halloween



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 13 Mai - 22:05


Sur Mesure
Feat Nathaniel

"Le bonheur, ce n'est pas une note séparée, c'est la joie que deux notes ont à rebondir l'une contre l'autre" Christian Bobin





Le commerçant m’aide à me ramasser, bon en apparence pas de mal mais je reste cependant troublée et il le semble autant que moi. Il me propose de me soigner et je trouve cela vraiment gentil.

- Je n’ai rien, fort heureusement pour moi je suis assez solide. Je suis désolée. Enfin je suis pas désolée d'être solide....euh....ni non plus de ne rien avoir...enfin je suis désolée d'avoir fait des dégâts.

Une fois tout ramasser, je me rends compte qu’il évite de me regarder. Timidité ou alors il ne sait pas quoi dire à quelqu’un d’aussi catastrophique que moi. Je regarde autour de moi, j’espère que je n’ai rien cassé. Apparemment non ! Je le regarde, il est vraiment beau et je suis tentée de passer mes doigts dans les boucles de ses cheveux. Je le regarde encore puis lorsqu’il me demande pour le bois de mes meubles, je reste muette. Je devais éviter de parler là ! Comment au milieu de toutes ses photos arrivait-il à savoir ce que je voulais ?



Alors que j’allais essayer de lui expliquer, il me demanda des nouvelles d’Althéa et de sa grossesse. Je failli éclater de rire :

- Ça fait un moment que vous ne l’avez pas vu ni que vous avez eu de ses nouvelles. Elle est maman d’un petit Pierrick Jak depuis une semaine déjà. Elle se promenait tranquillement avec son compagnon quand elle a senti les premières douleurs et bébé est arrivé avec six semaines d’avance. Mais c’était quand même un superbe bébé de 3kg 400. En fait heureusement qu’elle n’est pas allée au terme de sa grossesse.

Je le regardais encore et je réagis subitement, je l’avais déjà vu.

- Je vous connais....enfin je veux dire.....c’est pas que je vous connais mais...enfin c’est vous qui avait secouru Althéa lors de cet horrible soirée d’inauguration du bâtiment de spectacle de la ville....Nathaniel... oui c’est le nom que vous m’aviez donné....Nathaniel. J’ai faux ? Quand à mes photos si vous avez compris, je ne vous croirais pas.

Je le regardais d’un air espiègle et sa confusion se voyait sur son visage. Cela lui donnait un air encore plus viril mais je ne pense pas qu’il se doutait un instant de son charme.

by FreeSpirit


“Se laisser aimer, c'est aimer déjà. ” Henry de Montherlant


Dernière édition par Lily Lange le Dim 11 Juin - 19:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Masculin
Célébrité : Guillaume Canet
Âge perso : 35
Profession : ébéniste
Posts : 58
Points : 60
Disponibilité :
30 / 10030 / 100

Gif : Un petit gif de 190px, 108px
Absence : En ce moment le travail me prend beaucoup de temps et d'énergie, j'ai du mal à trouver le temps de rp (et pas qu'ici)

Je vais essayer d'organiser mieux mon emploi de temps.

Mais je ne déserte pas !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 20 Mai - 8:08

Feat Lily Lange❧ Sur Mesure

Je souris grandement quand j'apprends qu'elle a finalement accouché. Je suis content pour elle est son compagnon. Puis je réalise la suite des informations sur le petit Pierrick Jak.. 6 semaines d'avance mais plus de 3kg ? C'est vraiment une chose inimaginable !
Comment un bébé prématuré peut peser si lourd à la naissance ? Ce n'est pas logique. À moins que.. À moins qu'il est une histoire de Wesen ? J'allais parler quand je me suis retenu. Ce n'est pas une question qui se pose comme ça a une personne qui n'est même pas la concernée. De plus, ma cliente n'est peut-être même pas au courant de ces existences. Ou peut-être bien que si. Enfin, je ne sais rien et je préfère garder le silence sur cela. De toute façon elle pourrait me prendre pour un fou ou bien faire semblant. Rooh ! puis de quel doit, je juge cette femme..? La seule chose que je pourrais juger sur elle c'est qu'elle est très jolie et que les jolies femmes me rendent vachement timide. Mais elle ne me laisse pas le temps de dire que je suis content pour Althéa et son homme.

Elle me regarde avec une soudaine expression étrange. Et sa question fuse. C'était elle la jeune femme ? Je ne me souviens pas, il faisait sombre et j'ai eu peur pour Althéa. Je ne l'avais vu qu'au dernier moment et elle n'était pas en mesure de parler. Ce souvenir m'arrache une grimace. Sachant que je n'aimais pas les inaugurations, là j'avoue que je ne veux plus en entendre parler. Les dégâts causés à cette "fête" ont été violents. Beaucoup trop de gens sont morts et des blessés bien trop nombreux. Moi je m'en suis sorti sans trop de mal. Mes objets ont survécu, je n'étais pas trop mal placé. Mais beaucoup ont vu leur étalage écrasé par une pierre, leur travail envolé. Et ça, c'est dur pour un artisan.

Oui, c'était moi.. Cette soirée.. Je crois que je n'ai toujours pas bien compris ce qui s'est passé. La seule chose que j'ai retenue de ce carnage, ce sont les visages des blessés et le regard vide de ceux qui n'ont pas eu la chance de rester. Quant aux meubles.. Je pose cette question même quand l'on m'apporte des photos, car l'on peut très bien vouloir une autre teinte. Chaque bois à ses caractéristiques et nous pouvons aimer un meuble en voulant un autre bois. Mais si ce sont ses bois que vous voulez, ça sera plus simple en effet.

Je lui souris, mais c'est un sourire forcé. Les souvenirs de cette inauguration emplissent ma tête et je me force à paraître professionnel seulement je suis confus. Je ne sais pas trop comment réagir. Mélanger vie privée et vie personnelle ce n'est pas vraiment une bonne chose. Même si j'ai outrepassé cela avec Althéa en lui racontant bien trop de choses sur moi. Devais-je faire pareil avec l'amie d'Althéa ? Je ne sais pas, je verrais bien. Mais pour le moment je me sens troublé. Par cette femme, par cette inauguration et par le fait qu'Althéa à mis au monde un petit gars prématuré, mais avec le poids d'un enfant né à terme. Et même certain son plus petit. C'est vraiment étrange.
©clever love.


Nathaniel Cammas
Des paroles chaque jour sont envolées, de ces mots, seuls ceux du coeur demeurent.
(⚡) le chant des sirènes
Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Nina Dobrev
Âge perso : 27
Profession : Photographe
Posts : 283
Points : 301
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Gif :
Absence : Une Lily sorcière pour le temps d'halloween



Voir le profil de l'utilisateur

MessageDim 21 Mai - 15:48


Sur Mesure
Feat Nathaniel

"Le bonheur, ce n'est pas une note séparée, c'est la joie que deux notes ont à rebondir l'une contre l'autre" Christian Bobin





Nathaniel parut content de savoir qu’Althéa était maman, il ouvrit la bouche pour parler mais aucun son ne sortit. Il m’avoua que c’était bien lui à cette soirée mais visiblement il ne se souvenait pas de moi. Althéa était très mal ce soir là et moi-même n’avais pensé qu’à elle. Il semblait perturbé et se mit à me parler de mes meubles. Lol ! Il était complétement à côté de la plaque. Mais il devait peut-être me prendre pour une petite bourgeoise ? Pourtant je n’étais pas spécialement bien sapée aujourd’hui : jean, baskets, t-shirt, en fait je faisais plutôt baba cool. Il devait hésiter face à mon look et ce devait être pour ça qu’il me répondait un peu dans le vague. J’éclatais de rire :

- Vous n’y êtes pas du tout, je ne veux pas ce style de meubles sinon j’irai en grande surface. Et je ne veux pas tout ça mais un mélange. Je vais essayer de vous expliquer sinon je pourrais vous faire un dessin.

Et zut ! encore une bourde, il allait croire que je le prenais pour un ignorant et que je doutais qu’il sache son métier. Mais mince aussi, avec son air de chien battu j’avais carrément envie de me jeter à son cou. Je me demandais si je devais lui passer commande car il me plaisait et j’avais l’impression que la réciprocité était loin. Et puis il devait avoir quelqu’un dans sa vie, un beau mec n’est jamais seul. Je me repris cependant en essayant de rester une cliente face à un professionnel :

- Voilà, pour la salle de bains j’aimerais un meuble de ce style mais pas sous le lavabo car il est dans un angle, mais à côté car j’ai pas mal de place. Mais je ne le veux pas avec des portes mais des tiroirs comme sur l’autre photo. En fait des tiroirs comme ça j’en voudrais un peu partout. Comme bois j’aimerais du frêne.

Nous étions penchés sur les photos et son contact me donner bien d’autres idées que d’expliquer mais je continuais.

- Pour la chambre, c’est exactement ce que je veux mais en intégrant mon lit actuel. Vous me direz s’il faut que vous preniez des mesures. La pièce est assez grande pour tout tenir mais j’aimerai un bois clair du style châtaignier ou hêtre.

Il prenait des notes et ne disait mot, j’espère que je m’exprimais bien car je tenais particulièrement à ce que chaque bois soit bien dans la bonne pièce car comme aurait dit Paddy, une pièce doit sa chaleur et son cachet à son bois.

- Pour le salon, je ne veux pas tous ses canapés mais c’est assez tordu. Ma pièce est un peu comme ça toute en longueur mais il n’y a pas de fenêtre. Elle est un peu plus large et tout aussi profonde. J’aimerais m’en faire un coin de repos, afin de laisser reposer ma tête et me détendre. Alors j’aurais aimé des meubles chaleureux, reposants mais comme des caissons avec des tiroirs en alternance avec des sièges bien douillets. Comme bois ce serait du noyer car il est tendre, chaud et doux....

Je m’arrêtais de parler, il est vrai que quand j’étais passionnée j’étais un moulin à paroles. Mais là j’étais perdue dans mes pensées et je me rendais compte que je n’arrivais pas à expliquer ce que je désirais pour cette pièce. Le mieux aurait été d’expliquer sur place mais je n’osais demander. La maison de Paddy était biscornue à l’intérieur et du coup me faire comprendre devenait très difficile. Nathaniel me regardait un sourire aux lèvres.


by FreeSpirit


“Se laisser aimer, c'est aimer déjà. ” Henry de Montherlant


Dernière édition par Lily Lange le Ven 26 Mai - 17:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Masculin
Célébrité : Guillaume Canet
Âge perso : 35
Profession : ébéniste
Posts : 58
Points : 60
Disponibilité :
30 / 10030 / 100

Gif : Un petit gif de 190px, 108px
Absence : En ce moment le travail me prend beaucoup de temps et d'énergie, j'ai du mal à trouver le temps de rp (et pas qu'ici)

Je vais essayer d'organiser mieux mon emploi de temps.

Mais je ne déserte pas !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageJeu 25 Mai - 9:32

Feat Lily Lange❧ Sur Mesure
Je ne suis pas particulièrement doué pour ressentir les choses qui touchent le domaine de la séduction, mais au fur et à mesure que le temps en compagnie de la jeune femme, je voyais bien les regards qu'elle me lançait depuis presque le moment où elle était tombée. Et avoir pris conscience de ça n'arrange pas mon état. Alors qu'elle m'explique ce qu'elle veut vraiment, et que nous sommes penchés sur les photos, mon bras frôlant légèrement le sien, je me surpris à avoir le rose qui monte aux joues. Le contact n'est pas désagréable et je ne fais rien pour le retirer. Au contraire, . Un léger mouvement de ma part colle un peu plus la demoiselle. Ayant remarqué ça, je m'empresse de me retirer et fais mine de prendre mon carnet et de prendre des notes.
Je ne parle pas, écoutant juste ce qu'elle me dit, et retranscris les idées qu'elle me donne. J'aimerais qu'elle ne s'arrête pas. C'est bizarre comme idée, de ne pas vouloir qu'elle arrête de parler. Raah, Nath', reprend toi ! Tu es au travail pas  la recherche d'un amour.. Mais d'un côté, tu es seul depuis bien longtemps.. Elle finit de parler et je lève les yeux vers elle et j'affiche un grand sourire. Je ne dis rien, et la regarde juste. Elle est mignonne.. Raah.. Je me gratte la nuque, mouvement nerveux, et ressens le besoin de boire un grand verre d'eau bien fraîche.

-Je reviens.. Voulez vous boire quelque chose ? Et.. Si vous voulez dessiner.. Pas que je n'ai pas compris ce que vous voulez, mais la maison en question semble complexe.. Ou alors il faudrait que je passe pour prendre des mesure.. Quoiqu'il en soit, si vous voulez faire le dessin, j'ai des feuilles et mes crayons sur mon bureau derrière vous..

Puis je m’éclipse et vais dans l'arrière-boutique me rafraîchir et prendre un grand verre d'eau pour moi, et ce qu'elle m'a demandé.. Mais avant de retourner là-bas, je prends le temps de remettre mes cheveux en place. Car à force d'y avoir passé la main presque tout le temps, ils sont en bataille. Et je sais, pour l'avoir entendu, les cheveux en bataille me donne un côté racaille qui "attire". Je ne veux pas passer pour celui qui profite de cela pour draguer une cliente..

Quand je reviens, je la trouve devant mon bureau, de dos. J'ignore si elle dessine, mais je reste là, et la regarde un instant avant m'avancer vers elle.

-Voilà, excuse..z moi de vous avoir fait attendre...
©clever love.


Nathaniel Cammas
Des paroles chaque jour sont envolées, de ces mots, seuls ceux du coeur demeurent.
(⚡) le chant des sirènes
Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Nina Dobrev
Âge perso : 27
Profession : Photographe
Posts : 283
Points : 301
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Gif :
Absence : Une Lily sorcière pour le temps d'halloween



Voir le profil de l'utilisateur

MessageVen 26 Mai - 18:07


Sur Mesure
Feat Nathaniel

"Le bonheur, ce n'est pas une note séparée, c'est la joie que deux notes ont à rebondir l'une contre l'autre" Christian Bobin





Nathaniel se gratta la nuque puis me proposa de boire quelque chose et je demandais simplement un verre d’eau avec des glaçons. Il me dit que je pouvait dessiner même s’il avait compris en gros, mais que vu la complexité de la maison ce serait plus simple, sinon il passerait faire des mesures ; Il me montra un bloc de feuilles et des crayons sur son bureau derrière moi. Je m’installais à peine il avait tourné le dos mais lorsque je regardais la feuille je me rendis compte que j’avais dessiné des cœurs avec nos initiales. Je me dépêchais de froisser la feuille et la mis dans la poubelle. Je me reconcentrais sur ce que Nathaniel m’avait demandé et tout ce que je réussis à faire fut de noter mon adresse. J’avais le nez en l’air et malgré toute ma volonté je ne voyais absolument pas comment dessiner la maison.

Je rêvassais en pensant à Paddy. Il était particulier et faisait les pièces à sa façon tout comme l’aménagement de sa boutique. Il voyait plus le côté pratique que le côté confort et j’avoue que de ce côté je n’avais pas besoin de toucher quoique ce soit, c’était aussi à ma main et le travail en était facilité. Mais l’appartement était confus, j’avais déjà prévu de faire tomber quelques cloisons que je trouvais illogique.

J’étais dans cet état de rêverie lorsque Nathaniel revint avec mon verre d’eau mais lorsqu’il me parla, il manqua de me tutoyer mais se reprit très vite. Mon cœur ne fit qu’un tour mais en me levant, je le bousculais, bien évidemment le verre d’eau se renversa sur lui et un glaçon réussit à entrer dans sa chemise. Par réflexe je glisse ma main sous sa chemise pour le rattraper et ce contact me trouble vraiment trop. Je ressors ma main, et alors que nos visages sont si proches je ne peux m’empêcher de déposer un baiser sur ses lèvres. Vu qu’il ne réagit pas, je m’enfuis en courant passant la porte je ne sais comment.

En courant à perdre haleine dans la rue, je me dis que je suis nulle, que ce n’est pas parce qu’un homme me plaît que la réciproque est la même. Je me dis qu’il doit penser que je suis une femme facile, que je devrais avoir honte d’avoir agi ainsi. Mon cœur se torture, je ne peux m’empêcher de revoir son sourire devant mes yeux, ses boucles brunes et son visage si compréhensif. Mais je revois aussi sa surprise et sa stupéfaction après ce baiser volé. Mes larmes m’aveuglent alors que je passe la porte de mon magasin. Je dis à mon employé de fermer le magasin et que je lui donnais sa soirée. Afin de ne pas me perdre dans mon chagrin, je sors des albums en préparation mais mon âme n’est pas au travail.

by FreeSpirit


“Se laisser aimer, c'est aimer déjà. ” Henry de Montherlant


Dernière édition par Lily Lange le Dim 28 Mai - 13:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Masculin
Célébrité : Guillaume Canet
Âge perso : 35
Profession : ébéniste
Posts : 58
Points : 60
Disponibilité :
30 / 10030 / 100

Gif : Un petit gif de 190px, 108px
Absence : En ce moment le travail me prend beaucoup de temps et d'énergie, j'ai du mal à trouver le temps de rp (et pas qu'ici)

Je vais essayer d'organiser mieux mon emploi de temps.

Mais je ne déserte pas !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageDim 28 Mai - 9:58

Feat Lily Lange❧ Sur Mesure


Il faut savoir que je n'étais pas prêt à ce qui va suivre. Et que ma non-réaction ne fut que le fruit d'une stupeur des plus grandes. J'aurais voulu la retenir.. J'aurais voulu..

Bon, reprenons.. Je suis arrivé, deux verres d'eau à la main. Je me suis posé derrière elle et manque de la tutoyer. Elle se retourne et là.. Je sens la froideur d'un glaçon glissé dans ma chemise.. Suivis de près d'une douce main caressant mon torse avant de trouver le coquin gelé. Trop abasourdit pour réagir, je ne bouge pas, ne respire pas. Nos visages sont si proches.. Son odeur emplie mes narines, la fraîcheur de son souffle fait frétiller les poils de barbe. Et là la chose la plus douce, viens se poser sur mes lèvres.

J'ouvre de grands yeux surpris. Comment.. Comment est ce possible.. Mon coeur s’emballe. La sensation qu'il va sortir de ma poitrine est violente. Et alors que j'ai l'impression que ça dure une éternité, je n'ai même pas le temps de dire ouf qu'elle s'est évaporée. Est-ce un mirage ? La moquerie des anges ? Je ne connais même pas son nom.. Je lâche le verre qui se casse et qui rajoute de l'eau sur le sol et perdu, je m'assieds sur ma chaise. Mais merde.. Je soutiens ma tête avec mes mains, coude appuyé sur le meuble. J'ai les yeux fermés pour trouver ma respiration. Je reste ainsi 5 min, où la seule chose qui passe dans ma tête, c'est son visage.

Quand je me sens de nouveau calme, j'ouvre les yeux et tombe sur une adresse. La calligraphie est jolie. Je prends le papier et le lis encore et encore. C'est son adresse.. Elle me la donner pour aller prendre les mesures.. Mais est-ce une bonne idée après ce qui s'est passé ? Va-t-elle me recevoir ? Va-elle penser que je me moque d'elle..? Non.. Le travail en premier. C'est moi qu'elle est venue voir pour ses meubles. Le fait qu'une certaine attirance nous relis ne devrait pas m'empêcher de travailler..

-Bonjour !

Je fais un bon et me retourne vers la présence. J'aurais espéré que ce soit ma cliente qui revenait, mais la voix été bien trop masculine pour ça. Je salue l'homme et me redresse. Je ne l'ai même pas entendu rentré. Mais qu'il soit là est une bonne chose. Il me permet d'avoir l'esprit occupé à un autre problème. Il me présente ce qu'il aimerait, et comme à mon habitude, je prends note. Il me remercie et s'en va. De toute façon, je n'vais pas faire devant lui... Je tourne en rond dans mon atelier, l'adresse à la main. N'y va pas.. Tu le regretteras.. Vas-y.. Ou tu le regretteras.. Aaaah bon sang ! Pourquoi.. Est-ce Althéa qui m'a envoyé son amie suite à la discussion que l'on a eue au retour ?  

Midi arrive, et je ferme la boutique et troque ma chemise mouillée, pour une autre, bleu foncé. La flemme de faire à manger me pousse à aller dans un petit restaurant, pas très loin. Je commande une simple grande salade. Je n'ai pas vraiment faim. Je mange lentement, l'esprit ailleurs. Je refuse le vin que l'on me propose. Je ne sais pas quoi pensée de ce qui s'est passé ce matin. Ce baiser volé a tout bouleversé dans mon coeur et mon âme. Et mon corps lui a réagi comme un connard pervers et en manque. Il faut dire que ça fait bien longtemps qu'une fille ne m'avait pas attiré comme cette jeune femme. Mais est-ce que c'est pur comme sentiment ? Est-ce que l'attraction entre nous est saine ?On ne se connaît pas vraiment, et même si nous nous sommes vus à l'inauguration désastreuse.. On ne se connaît pas...

Je finis de manger et sors mon portefeuille pour payer quand un bout de papier tombe. Je le ramasse et il m'arrache un sourire. C'est l'adresse de cette demoiselle. Le destin veut que j'aille chez elle hein.. Je soupire, laisse l'argent et un pourboire sur la table avant de filer. Je vais chercher ma camionnette, j'ai tout ce qu'il faut pour les mesures. Puis je vais à l'endroit indiqué. En espérant qu'elle soit là. ça serait frustrant, et je ne sais pas si j'aurais le courage d'y aller une autre fois.

Arrivé dans le hall de l'immeuble, je regarde les boîtes aux lettres. "Lily Lange".. Je rigole doucement.. C'est bien une moquerie de "L'ange".. Je monte par les escaliers et quand j'arrive devant la porte, j'inspire un grand coup et sonne. Puis j'attends, faute de faire autre chose..
©clever love.


Nathaniel Cammas
Des paroles chaque jour sont envolées, de ces mots, seuls ceux du coeur demeurent.
(⚡) le chant des sirènes
Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Nina Dobrev
Âge perso : 27
Profession : Photographe
Posts : 283
Points : 301
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Gif :
Absence : Une Lily sorcière pour le temps d'halloween



Voir le profil de l'utilisateur

MessageDim 28 Mai - 14:32


Sur Mesure
Feat Nathaniel

"Le bonheur, ce n'est pas une note séparée, c'est la joie que deux notes ont à rebondir l'une contre l'autre" Christian Bobin





Spoiler:
 

Désabusée, incapable de travailler, je décide de monter à mon appartement. Je ferme boutique et je monte mes escaliers. Midi, je n’ai pas envie de travailler, je n’ai aucune envie mis à part me mettre en pyjama et me recoucher... Je ne sais pas en fait....C’est comme si je voulais redémarrer cette journée. Une fois en pyjama, je m’écroule sur mon lit tel Jésus Christ mais je n’arrive pas à me détendre. Je tourne, je vire....Je n’arrive pas à trouver ne serait-ce qu’une once de sommeil. Je pense à lui, j’ai encore le goût de ses lèvres sur les miennes et je souris.

Je me lève, je suis toute ébouriffée....Qu’importe, je n’attends personne et je n’ai aucune envie de sortir. Je le revois devant mes yeux et une tendre pensée me vint à l’esprit. J’aimerais tellement tout reprendre depuis le début, lui montrer que je n’étais pas une enfant gâtée, que je n’étais pas non plus une femme facile. Quelle idiote j’ai été. Mais jamais je n’aurais pu penser qu’un homme pourrait à nouveau me chavirer le cœur. Était-il wesen ? Après tout je n’avais pas remarqué pour Alec. Alec...je rêvais...Alec était amoureux et il devait m’en parler mais aurais-je le courage d’écouter ses frasques avec Carl alors que j’avais le cœur en miettes. Je décidais de me faire une tisane et je mis l’eau à chauffer. Quelqu’un sonnait à ma porte. Réflexe machinal, j’allais ouvrir. Et là !?....Oh non Lily tu as encore tout gâché, tu as vu ta tenue ?
Je le regardais et ne savais trop que dire.

- Je m’excuse de vous recevoir dans cette tenue mais je n’attendais personne. Voulez-vous une tisane ? J’allais m’en préparer une ?

Je me rendis compte qu’il ne venait pas que pour ça au vu de la mallette qu’il tenait à la main et je compris qu’il venait prendre les mesures. Je mettais mis Martel en tête à croire qu’il venait pour moi.

- Je m’excuses pour ce matin...... j’ai eu un comportement assez déplacé.....Je vais vous faire visiter et vous allez vite comprendre que je ne peux rester dans ces conditions de vie.

Il posa sa mallette sur la table d’entrée, je voulais agir en cliente, lui faire visiter afin qu'il prenne les mesures et je commençais par les sanitaires. Il trouva mon idée de tomber le mur plutôt intelligente. Je vis qu’en passant dans ma salle à manger il admirait ma table et mes bancs en merisier, héritage de Paddy. Je le conduisis ensuite dans le coin salon et au vu de la tristesse de l’ameublement, il comprit aussi mon besoin d’aménagement. Pour finir je le conduisis dans ma chambre et là comme une idiote je ne pus m’empêcher de reprendre la conversation antérieure à mes idées d’aménagement.

- Je ne suis pas désolée.....Je veux dire pour ce matin. Je ne suis pas désolée....Je tenais à présenter mes excuses car je ne réagis jamais comme je l’ai fait mais....je ne suis pas désolée.

Il souriait et cela me conforta à reprendre la parole tout en m’avançant vers lui. Ainsi pieds nus, ébouriffée et en pyjama je devais avoir une piètre apparence mais je lui souris et dis :

- Et si on recommençait.........

Dans ma tête, je voulais dire apprendre à nous connaître, sortir ensemble et pourquoi pas aller plus loin si nous continuions à nous attirer comme ça. Je sentais que c’était réciproque et là j’avais envie qu’il me prenne dans ses bras.

Spoiler:
 

by FreeSpirit


“Se laisser aimer, c'est aimer déjà. ” Henry de Montherlant


Dernière édition par Lily Lange le Sam 3 Juin - 18:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Masculin
Célébrité : Guillaume Canet
Âge perso : 35
Profession : ébéniste
Posts : 58
Points : 60
Disponibilité :
30 / 10030 / 100

Gif : Un petit gif de 190px, 108px
Absence : En ce moment le travail me prend beaucoup de temps et d'énergie, j'ai du mal à trouver le temps de rp (et pas qu'ici)

Je vais essayer d'organiser mieux mon emploi de temps.

Mais je ne déserte pas !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 3 Juin - 13:02

Feat Lily Lange❧ Sur Mesure

Quand la porte dévoile la personne que je suis venu voir, je n'ai pas pu m’empêcher d'afficher un sourire.  Les cheveux en bataille, le regard endormi.. Je n'avais qu'une seule envie, celle de la prendre dans mes bras et de la regarder dormir en caressant ses cheveux.. Je serre ma mallette discrètement pour me rappeler pourquoi je suis ici. Ce n'est pas pour regarder une femme dormir.. C'est pour prendre les mesures pour les meubles.. Quand elle me propose une tisane, je ne sais pas trop quoi répondre.. Est ce professionnel d'accepter un verre...? Rooh, arrête Nath' ! tu ne rechigne pas à boire un coup chez une grande partie de tes clients..
-Ah.. Non, c'est moi qui vous présente mes excuses de débarquer comme ça chez vous..Mais je..voulais  "vous revoir, pense ai-je" prendre les mesures assez tôt pour ne pas.. Perdre trop temps..

Je penche la tête, gêné, et en même temps frustré de ne pas avoir dit ce que je pensais. Mais dans un murmure, je reprends

-J'accepte la tisane.. cela ne fera pas de mal..

Quand elle s'excuse de nouveau pour ce qui s'est passé ce matin, je serre les dents, mais ne montre rien. Avec son air navré, j'ai la tentation de caresser sa joue pour la rassurer, que ce n'est pas grave.. Qu'au contraire.. Lui dire que je voulais recommencer.. Ma main se lève toute seule et quand je m'en rends compte, je la fais changer de direction pour gratter le derrière de mon oreille. Je pose ma mallette dans un coin, mais garde un carnet et un stylo. Puis, je la suis, sans rien dire. Je l'écoute, et regarde la guerre de sa chevelure. L'idée de tomber le mur est très bonne, car il semble difficile de vivre dans cette tombaient des pièces.

-ça a son charme, par son originalité, mais c'est vrai que ce mur n'est pas indispensable. L'idée de le retirer est bonne.

On continue la visite, passant dans chaque pièce. Le salon est assez triste. Il a besoin de renouveau, car il est en train de mourir à petit feu. Je redoute le moment où nous irons dans sa chambre. C'est un lieu intime où il vite fait de finir sous les draps.. Je repousse cette idée. De toute façon elle est désolée d'avoir agi comme ça ce matin. Quand on y arrive, je reste au pas de la porte contrairement aux autres pièces où j'ai fait le tour. Elle commence à me décrire ce qu'elle veut et alors que j'écris, elle change littéralement de sujet. Lentement, je lève les yeux vers elle est me vois pris au dépourvu. Son regard est différent. Plus pénétrant. Et sa voix.. Sa voix.. Bien trop sensuelle. Elle n'est pas désolée.. cela veut dire qu'elle a aimé ? Mon sourire s'agrandit et elle s'approche de moi. Dans un ultime contrôle sur moi-même, j'arrive à ne pas attraper son visage entre mes mains et lui offrir le second baiser, qui l'informerais que moi aussi j'ai aimé ce qui s'est passé ce matin..

- Et si on recommençait.........

Devais-je me lancer dans cette aventure ? Oui, bien sûr. je le veux. Et aucune partie de mon corps ne pense à me dire de faire attention. Au contraire, . mon corps brûle de toucher la peau de satin.. De passer une main dans les cheveux soyeux. De plonger mon regard que je sais attirant dans les noisettes de ses yeux. De goûter ses lèvres de nouveau.. Mais c'était trop tôt.. A moins que je ne fasse que lui rendre la monnaie de sa pièce.. Autrement dit lui voler un baiser à mon tour. Chose que j'avais envie de faire mais.. Mon cerveau ne fonctionne plus, et c'est mon coeur qui prend la relève.

-Allez-vous disparaître à nouveau, tel un mirage du désert..? Car en l'instant même, j'ai l'impression d'être devant l'une de ses dryades que l'on croise rarement, et je n'ai qu'une envie, c'est de devenir un faune et danser en jouant de la flûte de Pan..

Ok. J'ignore d'où me sort cette poésie, mais sans doute que je l'ai toujours été mais l'exprimant avec mes sculptures. Je regarde Lily sans trop savoir comment, mes lèvres se déposèrent le temps d'un souffle sur les siennes. Puis je me redresse et lui fais un sourire adorable. C'est un baiser rendu à un baiser volé.

-Maintenant que ce mystère est élucidé, je vais prendre mes outils et prendre les mesures.. Ensuite, nous aurons libre temps d'apprendre à se connaître au tour d'une tisane..

Je me mets au travail, sous les regards de la jeune femme. Je passe à chaque endroit qu'elle me remontre pour être sûr d'avoir bien saisi chaque emplacement des futurs meubles. Je note les mesures. Et même si j'ai envie de finir au plus vite, je reste professionnel et prends le temps qu'il me faut pour avoir des distances correctes.
©clever love.


Nathaniel Cammas
Des paroles chaque jour sont envolées, de ces mots, seuls ceux du coeur demeurent.
(⚡) le chant des sirènes
Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Nina Dobrev
Âge perso : 27
Profession : Photographe
Posts : 283
Points : 301
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Gif :
Absence : Une Lily sorcière pour le temps d'halloween



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 3 Juin - 19:01


Sur Mesure
Feat Nathaniel

"Le bonheur, ce n'est pas une note séparée, c'est la joie que deux notes ont à rebondir l'une contre l'autre" Christian Bobin





Spoiler:
 

Lorsqu’il me demande si je vais disparaître tel un mirage du désert, je ne saisi pas tout. Mais lorsqu’il effleure mes lèvres d’un délicat baiser, je comprend que je ne le laisse pas indifférent. Est-ce pour cela qu’il me dit que son mystère est élucidé ? Il se mit au travail et finit par dire qu’il acceptait la tisane. J’étais totalement estomaquée, je restais bouche bée un moment puis je le suivis pour lui remontrais ce que je désirais. Je le laisse un instant travailler et je passe cinq minutes dans la salle de bains afin de me recoiffer pour avoir un minimum de décence.

Je le regarde prendre les mesures du salon et là je sais qu’il en a pour un moment. Je file à la cuisine et je me mets à préparer rapidement un bon petit repas. Commencer par découper des tranches de trois centimètres d’épais de filet mignon, les faire dorer. Pendant ce temps éplucher des légumes : carotte pour mettre en râpé pour l’entrée et pommes de terre pour accompagner la viande. Je jette un œil, il est maintenant dans le fond de mon salon. Je mets du miel sur ma viande, laisse dorer cinq minutes puis j’ajoute un peu de vinaigre balsamique, cinq à dix minutes de mijoton et ce sera OK. Cuire les Pommes de Terre, trois minutes d’ébullition dans l’ultracuiseur et OK. Le voilà qui passe dans la salle de bains, je décide de le laisser travailler tranquille. Tout est prêt en moins de vingt minutes, parfait.

Mais voilà je suis obligée de rester en pyjama vu qu’à présent il est prêt à mesurer la chambre. Je le regarde faire et là j’éclate de rire.

- Attend tu n’as pas compris, je ne vais pas garder cette immense pièce surtout comme ça. Non je vais la séparer en trois comme ça j’aurai des chambres d’amis que je pense acheter chez Ikéa. Mais la mienne je la veux sur mesure et à mon image. Comme le modèle que je t’ai montré mais pas dans ce bois. Tu comprends ?

Comme je disais cela je me retournais et je me retrouvais tout près de lui. C’était trop, nous étions adultes plus des enfants et le fait de tourner autour du pot m’agaçait. Je lui sautais littéralement au cou et je l’embrassais fougueusement et sans regret. Il me rendit ce baiser avec passion et lorsque je me détachais de lui, je répliquais :

- Je ne suis ni un mirage ni une dryade et si tu n’as pas compris que je te désire tu me mentiras. Je ne suis pas comme cela d’habitude, mais j’avais trop envie de ce baiser. Maintenant je ne vais pas te dire « finissons au lit » je veux te connaître et je veux te montrer qui je suis.

Je le regardais d’un air taquin et je rajoutais :

- Je m’appelle Lily Lange, photographe et reporter occasionnel de la Mairie. A la recherche de meubles de qualité fabriqués par un artisan que j’invite à diner ce soir parce que je crois que j’ai eu un coup de foudre. Je ne veux pas t’obliger, tu es libre. Je suis aussi la maîtresse de Chouby....OH misère...Chouby.

Je laissais Nath en plan et je passais la porte à toute vitesse. J’ouvris le magasin et un Chouby triste et malheureux apparu.

- Oh mon amour, pardonnes-moi, j’avais la tête à l’envers et je t’ai oublié. Viens j’ai quelqu’un à te présenter.

Je remontais l’escalier avec Chouby à mes pieds mais ce dernier ne se loupa pas pour me devancer et sauter sur Nathaniel lui faisant une fête du tonnerre.

- Excuses-moi, je te présente Chouby, mon chien. Tu aimes les chiens ?

Je restais perplexe cinq minutes en le regardant jouer avec Chouby.

- Tu es resté dans la chambre ?....Et tu n’es pas malade ?

Il m’assura que non et je me replongeais entre ses bras. Il était humain !

Spoiler:
 

by FreeSpirit


“Se laisser aimer, c'est aimer déjà. ” Henry de Montherlant


Dernière édition par Lily Lange le Sam 10 Juin - 19:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Masculin
Célébrité : Guillaume Canet
Âge perso : 35
Profession : ébéniste
Posts : 58
Points : 60
Disponibilité :
30 / 10030 / 100

Gif : Un petit gif de 190px, 108px
Absence : En ce moment le travail me prend beaucoup de temps et d'énergie, j'ai du mal à trouver le temps de rp (et pas qu'ici)

Je vais essayer d'organiser mieux mon emploi de temps.

Mais je ne déserte pas !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 10 Juin - 11:56

Feat Lily Lange❧ Sur Mesure
L'odeur de nourriture emplit mes narines alors que je viens de finir de prendre les mesures du salon. Je ferme les yeux un instant, et inspire profondément. Je jette un regard derrière moi et regarde Lily s'activer à la cuisine. Et je regrette d'avoir mangé une simple salade. ça ne m'a pas spécialement rassasié. Mon ventre crie famine, mais je l'ignore et file à la salle de bains. Je prends plus de temps que d'habitude, par ce que, si je laisse ma concentration s'envoler, je risque de faire des erreurs. Mais dans cette situation, la concentration, n'est pas facile. Une odeur alléchante, une femme qui m'attire... Je secoue la tête et prends note des mesures de la salle de bains. Quand j'arrive à la chambre, je ne sais pas trop par où commencer. Je pars donc de la porte et commence à prendre note. Mais un rire cristallin se fait entendre et je me redresse. Sa réplique m'arrache un sourire, je me sens un peu idiot. Oui, je comprends Mam’zelle. Je comprends.

-Oh, je vois.. J'aurai peut-être dû redemander des explications.

Je suis à côté de la plaque part ce que mon esprit est embrumé par un nuage jusqu'alors inconnu.. Nuage qui s'évapore alors qu'elle me saute dessus. Le baiser qu'elle m'offre est tellement agréable, nouveau, et frénétique.. Je la serre contre moi, et réponds à cet élan de désir avec une passion que je ne me connais pas. Une flamme se met alors à brûler dans mon ventre, et une explosion de nouvelles sensations me fait perdre la tête. Mes pensées divaguent, et le feu réveille en moi une tendresse lubrique. Par chance, la jeune femme se détache de moi et je redeviens maître de moi-même. Elle se présente, me déballant un tas d'informations sur elle et je fais ce que je fais de mieux. Je souris. Je suis heureux. Pourquoi suis-je autant heureux ? Ce coup de foudre est partagé Bella Mia..

Je ne réagis pas quand elle s'en va en courant après avoir parlé d'un Chouby. Je reste en plan, comme un couillon et regarde la porte qu'elle vient de franchir. Très vite, une boule de poils, viens me sauter dans les bras et j'explose de rire. Une langue douce vient me faire un bisou sur la joue. Je lui caresse la tête avec douceur.

-Si j'aime les chiens ? Il faudra que je te présente Paloma. C'est une chienne que j'ai sortie de l'association PETA, il y a deux ans. C'est elle qui m'a adoptée, mais je la prends jamais à la boutique. Elle est gentille, mais c'est un Américain Staff, et beaucoup de gens en ont peur. On dit souvent que ce sont des chiens dangereux. Je peux le comprendre. Mais.. C'est juste à cause de ce qu'ils sont capables de faire si on les pousse à user de leurs forces.. Beaucoup de chiens qualifiés de méchant ont eu un mauvais maître. Quand je suis tombé sur Pal' ça était tellement fort, que le lien entre c'est créé au premier regard. Je n'ai pas hésité à la prendre malgré les papiers et certificats que ça m'a demandés. Je suis heureux avec elle. Et de toute façon je n'aurais jamais cru qu'une femme puisse s’intéresser à moi...

Je la regarde, et un sourire étire mes lèvres. Je la rassure quand elle me demande si je ne suis pas tombé malade après être resté autant de temps à la chambre. J'allais lui demander pourquoi.. Quand je me retrouve à nouveau avec Lily contre moi. Je la serre contre moi, le nez dans ses cheveux. D'où me sort ce besoin de la protégée...?




©clever love.


Nathaniel Cammas
Des paroles chaque jour sont envolées, de ces mots, seuls ceux du coeur demeurent.
(⚡) le chant des sirènes
Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Nina Dobrev
Âge perso : 27
Profession : Photographe
Posts : 283
Points : 301
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Gif :
Absence : Une Lily sorcière pour le temps d'halloween



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 10 Juin - 19:30


Sur Mesure
Feat Nathaniel

"Le bonheur, ce n'est pas une note séparée, c'est la joie que deux notes ont à rebondir l'une contre l'autre" Christian Bobin





Bien installée au creux de ses bras je l’écoutais me parler de Paloma, un American staff d’une gentillesse incroyable qu’il avait adoptée par le biais d’une association. Soudain une idée me traversa la tête. Je le regardais et lui dis le plus sérieusement du monde.

- Allons chez toi la chercher. Ensuite nous reviendrons ici, j’ai préparé suffisamment pour Chouby et Paloma, ça ne posera pas de problème. Comme ça tu n’auras aucun remords à partager mon repas.

Il était un peu sceptique et vu mon insistance il finit par caler pour mon plus grand plaisir. Je pourrais le garder encore un peu.

- Ma voiture est totalement adaptée pour nos deux amours alors je te propose de te conduire et d’emmener mon Chouby, on verra bien ce que cela va donner. Et puis...

Je filais enfiler un T-shirt, un jean et des baskets au cas où nous fassions une promenade avant le repas. Je me rapprochais de lui, déposant un nouveau baiser sur ses lèvres lui faisant bien comprendre que je n’avais pas envie qu’il parte aussi vite, que j’avais envie de parler une partie de la nuit.

- Et puis...J'ai envie de te garder encore un peu


Un nouveau baiser plus passionné cette fois me donnait d'autres idées. Étais-je égoïste ? Certainement car je savais qu’il commençait de travailler de bonne heure mais j’avais vraiment besoin de sa présence. Mon cœur avait été brisé et je le sentais revivre lorsque j’étais dans ses bras. Nathaniel m’apportait le soutien et la force dont j’avais besoin. Il devenait le centre de mon univers et à l’idée de son départ mon cœur se serrait à nouveau. Je le regardais tendrement, il me sourit et me prit par la taille. Je récupérais la laisse de Chouby, au cas où nos deux compagnons ne s’entendraient pas tout en souhaitant le contraire. Je pris les clés de ma petite fourgonnette et nous descendions ainsi enlacés nous embrassant à chaque marche, riant à chaque fois que nous manquions tomber.

Nous montions tous les trois en voiture et j’attendais les instructions de Nathaniel en le regardant les yeux pleins de malice.

- Je vous écoute Monsieur, quelle direction prenons nous ?


Spoiler:
 

by FreeSpirit


“Se laisser aimer, c'est aimer déjà. ” Henry de Montherlant


Dernière édition par Lily Lange le Ven 16 Juin - 13:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Masculin
Célébrité : Guillaume Canet
Âge perso : 35
Profession : ébéniste
Posts : 58
Points : 60
Disponibilité :
30 / 10030 / 100

Gif : Un petit gif de 190px, 108px
Absence : En ce moment le travail me prend beaucoup de temps et d'énergie, j'ai du mal à trouver le temps de rp (et pas qu'ici)

Je vais essayer d'organiser mieux mon emploi de temps.

Mais je ne déserte pas !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageVen 16 Juin - 11:41

Feat Lily Lange❧ Sur Mesure


Alors que je la tiens dans mes bras, elle me demande le plus naturellement d'aller chez moi et de récupérer Pal' pour l'amener ici. Je la regarde, un peu septique. Il est vrai que j'aimerais beaucoup, mais comment va réagir ma douce à pattes. Car elle est gentille mais très caractérielle. Il suffit d'un rien pour qu'elle montre les canines. Et c'est toujours difficile à gérer face aux gens. Moi je sais qu'elle ne va pas s'en servir, mais les autres pensent qu'elle est mal éduquée. Mais le regard de Lily se fait insistant et je craque sous ce sourire. J'accepte alors d'aller chercher Paloma. Cela me permet ainsi de rester avec Lily mais aussi de ne pas laisser Pal' toute seule à la maison trop longtemps. Et elle sera peut-être contente de rencontrer un ami.

Elle file me laissant un "et puis" qui résonne dans ma tête. Je suis un homme bon sang.. Ne part pas comme ça avec deux mots aussi flous qui peuvent laisser des idées par forcément catholiques.. Surtout quand tu les dis à quelqu'un que tu attires... Je secoue la tête. Reprend toi bon dieu ! Ce n'est pas le moment d'y penser ! Elle revient habillée cette fois, et dépose un baiser sur mes lèvres. Moi aussi j'ai envie de rester encore.. Elle m'embrasse à nouveau, et cette fois, je ferme les paupières, savourant chaque instant, l'entourant de mes bras en cherchant le mélange entre douceur et force. Je veux la protéger. Ce coup de foudre fut tellement inattendu.. D'autant plus que je ne cherchais rien de ce coté là..

Elle prend la laisse de Chouby qui saute de joie en comprenant qu'on le prend en balade. Je souris et lui caresse le haut de la tête avant de reprendre Lily dans mes bras. Ce qui est assez comique, c'est de marcher en s'embrassant. Comme deux ados amoureux, on est dans notre monde qui vient de s'ouvrir. On ne pense pas à demain, et encore moins à plus tard. Enfin, même si j'aimerais vivre avec elle, ne plus la quitter. On se tient, on glisse sur les marches se retenant de tomber. Nos rires en mélodie et je voudrais être ailleurs pour rien au monde. Sauf si Lily est là aussi.

Je m’installe coté passager et je guide la jeune femme a travers la route. Nous ne sommes pas loin, et après 10 minutes de voiture, je la stoppe devant la maison. Je me penche pour lui embrasser le coin des lèvres avec un sourire charmeur et sorti de la camionnette. Elle me suit avec Chouby et quand j'ouvre le portail, un bolide me saute dessus, manquant de me renverser. Je rigole sous les léchouiller de Pal' et la serre dans mes bras heureux de la voir. Je lui fais un bisou sur le front et lui grattouille le derrière des oreilles.

-Reste sage, je vais te présenter des amis !



Sous ses mots, c'est son  regard  le plus adorable que je reçois. Je lui rends, son sourire et invite Lily à avancé. Par sécurité, je tiens le collier de Paloma et Chouby est tenu par la laisse. Mais.. Ma chienne affiche un grand sourire à la jeune femme et je la lâche. Je reste proche au cas où que l'amitié ne passe pas entre les deux canins. Mais ce fut sans compter la bonne humeur de mon staff qui se lève avec s'approche de Chouby en premier pour le sentir. Petit à petit, les signes de joie de nos amis à 4 pattes se montrent et Lily détache son chien.
Ils partent alors dans un jeu canin, content d'avoir un nouvel ami. J'en profite pour me glisser dans le dos de la jeune femme et de l'entourer doucement de mes bras posant mon menton sur son épaule, regardant les animaux jouer ensemble. Paloma, qui en général n'est pas tactile avec les humains en dehors de moi, vient léchouiller les doigts de Lily et aboie. Elle a les crocs dehors, mais c'est en sourire. Beaucoup trop de gens voient ça comme une menace d'attaque, mais c'est juste une demande de caresses. Je souris, attendri et heureux quand je vois Lily comprendre ce sourire et se pencher pour offrir une grande caresse à ma chienne.

-Je suis tellement content qu'elle vous accepte toi et Chouby !
©clever love.


Nathaniel Cammas
Des paroles chaque jour sont envolées, de ces mots, seuls ceux du coeur demeurent.
(⚡) le chant des sirènes
Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Nina Dobrev
Âge perso : 27
Profession : Photographe
Posts : 283
Points : 301
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Gif :
Absence : Une Lily sorcière pour le temps d'halloween



Voir le profil de l'utilisateur

MessageVen 16 Juin - 14:20


Sur Mesure
Feat Nathaniel

"Le bonheur, ce n'est pas une note séparée, c'est la joie que deux notes ont à rebondir l'une contre l'autre" Christian Bobin





A peine dix minutes de voiture plus tard, nous nous arrêtons devant une charmante petite maison. Un baiser sur le coin de mes lèvres et Nathaniel descend. Je le suis avec Chouby et lorsqu’il ouvre son portail, il se fait littéralement débarbouiller par une boule de poil marron me faisant sourire. La complicité entre ses deux-là n’était pas à prouver. Nath la prend et la serre dans ses bras puis elle a droit à un bisou et une gratouille. Décidément tous les mêmes, une bonne gratouille derrière les oreilles et le tour est joué. Le sourire de Paloma en dit long sur la joie de retrouver son maître, j’en connais un autre qui sait faire ça. D’ailleurs il trépigne d’impatience à mes pieds et ne pense qu’à aller jouer. Alors que Pal s’approche de moi, Chouby décide de se réserver les honneurs, la sentant sous toutes les coutures. Voyant que Pal ne se rebiffe pas je décide de le lâcher et une partie de jeux s’engage entre eux.

Nathaniel passe alors dans mon dos et m’enserre dans ses bras pour mon plus grand plaisir. Paloma vient alors vers moi, jalouse ? Non pas du tout elle me léchouille les doigts avant de me faire un magnifique sourire et se laisse caresser. Elle nous regarda Nath et moi puis partit jouer à nouveau avec Chouby. Nath était heureux que tout se passe bien. Je me retourne alors pour lui faire face en souriant.

- Avoue que j’ai eu une bonne idée ! Moi aussi je suis heureuse que tout se passe bien.

Une semaine passa ainsi, nous nous retrouvions tous les quatre à peine la journée finie et restions à discuter des heures durant avant de rentrer sagement chacun chez soi. Je passais dès que j’avais cinq minutes à l’atelier et restais parfois plus d’une heure soit à ranger soit à le regarder. Je n’arrivais plus à me passer de lui, il était ma joie de vivre. Pourtant un soir, ce ne fut pas pareil, je n’avais pas envie qu’ils partent Paloma et lui. Nous nous étions retrouvés à mon appartement car les travaux avaient bien avancés et les pièces prenaient plus forme. Les trois chambres étaient créées, la cloison des WC tombée et cela permettait à Nathaniel de mieux voir pour l’aménagement que j’avais demandé.

Malgré la poussière qui n'était pas totalement estompée et que beaucoup de ménage était en vu, il était resté manger et nos deux loulous dormaient sur le canapé. Alors qu’il s’apprêtait à partir je lui demandais de m’accorder cinq minutes et il me vit disparaître dans la salle de bains. Je ressortis dans une nuisette blanche en soie et je m’approchais dans son dos glissant mes bras par dessus ses épaules. Il se retourna, à sa tête et à son sourire, je compris qu’il était séduit.

- Regarde, ils dorment bien.....et...... je n’ai pas envie que tu partes....

Je me glissais dans ses bras, l’embrassant passionnément, faisant celle qui voulait lui mordiller les lèvres et je repartais dans un baiser passionné. Il me serrait dans ses bras, laissant ses mains naviguer sur ma petite tenue. Le désir se fit de plus en plus fort et nos baisers devinrent charnels. Je décidais alors de prendre les devants.

Je lui pris la main et le guidais jusqu’à la chambre en lui souriant, mes yeux brillaient de désir. Je me blottis dans ses bras et je relevais le nez pour le regarder, l’embrassant délicatement sans dire un mot, me faisant de plus en plus douce et aimante. J’entrepris de le dévêtir et je le caressais lentement sur sa poitrine, déposant de doux baisers sur son torse dénudé. Il ne disait mot mais je le sentais enjoué et je le tirais nous faisant basculer amoureusement sur le lit. Je le couvrais de baisers en passant mes doigts dans ses boucles brunes puis je me laissais aller à ses caresses goûtant le plaisir d’être dans ses bras. Soudain le doute m’assaillit et des larmes perlaient sur mes joues en silence. Et si je ne lui donnais pas ce qu’il attendait ? Cependant ses caresses se firent plus douces, plus précises et je me laissais guider par mon amant.

Spoiler:
 

by FreeSpirit


“Se laisser aimer, c'est aimer déjà. ” Henry de Montherlant


Dernière édition par Lily Lange le Dim 2 Juil - 18:39, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Masculin
Célébrité : Guillaume Canet
Âge perso : 35
Profession : ébéniste
Posts : 58
Points : 60
Disponibilité :
30 / 10030 / 100

Gif : Un petit gif de 190px, 108px
Absence : En ce moment le travail me prend beaucoup de temps et d'énergie, j'ai du mal à trouver le temps de rp (et pas qu'ici)

Je vais essayer d'organiser mieux mon emploi de temps.

Mais je ne déserte pas !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageVen 23 Juin - 22:37

Feat Lily Lange❧ Sur Mesure

Les jours passent avec cette nouvelle routine si agréable pour le vieil ours que je suis. La présence de Lily dans ma vie devient la chose la plus précieuse dans ma vie. Je veux la chérir chaque jour qui passe. Et elle me le rend bien. Passant beaucoup de temps avec moi à l'atelier, dans nos appartements respectifs. Petit à petit né en moi un désir de vivre avec elle et Chouby. Même Pal semble vouloir rester avec son ami à elle. Nos compagnons sont vraiment adorables, et leur amitié profonde reflète l'amour que Lily et moi portons à l'autre. Je souris.

Ce soir, ça fait une semaine que nous nous sommes rencontrés. Nos amis sont affalés sur le canapé après avoir passé une longue soirée à courir. Après le repas, nous discutons un peut. Je lui parle de mon enfance, de mes bêtises avec mon meilleur ami. Je ne raconte pas qu'il est décédé pour le moment. Je n'ai pas envie de mettre ça sur le tapis. De plus, ça va bientôt être l'heure pour Paloma et moi de rentrer. Mais quand je me lève pour réveiller ma chienne, une douce main me retient. Je plonge mon regard dans le sien quand elle me demande cinq minutes. Je l'observe disparaître dans la salle de bains et reste debout. Je me demande ce qu'elle fait. Et si je suis à mille lieues de ce qui va suivre. Une soirée plus longue à discuter et me lever dans la chambre d'amis.. ? J'y étais vraiment pas. Quand elle sort de la pièce en petite tenue, j'avoue que je suis incapable de penser à autre chose que la câliner. Et c'est ce qu'elle cherche. Elle me montre nos chiens. Je me tourne et admire le sommeil profond de nos animaux. C'est vrai qu'ils sont calmes.. Pourquoi les sortir de ce repos bien mérité.. Et.. Moi aussi j'ai envie de rester. Surtout maintenant alors qu'elle se blottit contre moi et m'embrasse avec une passion nouvelle. Je la serre contre moi, caressant son corps à travers le fin tissu. Je frémis de désir en même temps qu'elle et je me laisse faire quand elle me tire par la main en direction de sa chambre. Mon cerveau est en ébullition. J'ai envie d'elle. Et elle a envie de moi. Elle prend le temps de retirer mon haut, puis embrasse délicatement mon torse. Elle remonte à mes lèvres et comprenant que je suis content d'être là, elle nous fait basculer sur le lit. J'ai presque du mal à me retenir. Mais je reste doux. Autant qu'elle est douce.

Mais quand les larmes perlent son visage, j’hésite une courte seconde. Puis, je comprends qu'il ne faut pas arrêter. Je me fais donc plus délicat, mais un tout petit peut plus insistant et précis. ça à l'effet désiré  et je laisse mon corps agir.

-Lily.. Oh.. Lily..

Ma voix et un murmure. Une douce mélodie qui résonne de mon désir. Je glisse lentement mes mains le long de ses jambes douces, puis remonte sur son ventre avant de cueillir avec délicatesse, la poitrine de ma douce. Je l'embrasse avec une avidité et une ardeur non dissimulée. J'ai peur d'être trop brusque. Après tout, je suis un homme qui n'a que rarement touché une femme de la sorte. En étant mûr en tout cas. Les mains de ma chérie se baladent aussi sur mon corps. Je lâche ses lèvres et embrasse son cou.. Pour le moment, nous sommes en vêtements. Et de nature inquiète, je ne retire pas la nuisette blanche de Lily. Je ne veux pas être trop rapide, profitant de ses caresses, de ses baisers, de son amour.. Même si on ne couche pas ensemble ce soir, je suis heureux d'être là.



Contenu -18 ans
Ce sujet est suceptible de contenir des scènes explicites, il est donc classé - de 18 ans.

Une fois informée de cette note, nous négligeons toutes responsabilités.

Le Staff



Spoiler:
 

©️clever love.


Nathaniel Cammas
Des paroles chaque jour sont envolées, de ces mots, seuls ceux du coeur demeurent.
(⚡) le chant des sirènes
Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Nina Dobrev
Âge perso : 27
Profession : Photographe
Posts : 283
Points : 301
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Gif :
Absence : Une Lily sorcière pour le temps d'halloween



Voir le profil de l'utilisateur

MessageVen 30 Juin - 14:57


Sur Mesure
Feat Nathaniel

"Le bonheur, ce n'est pas une note séparée, c'est la joie que deux notes ont à rebondir l'une contre l'autre" Christian Bobin





  Contenu -18 ans
Ce sujet est suceptible de contenir des scènes explicites, il est donc classé - de 18 ans.

Une fois informée de cette note, nous négligeons toutes responsabilités.

Le Staff



Spoiler:
 

Je lui demandais de rester dormir près de moi, une dernière caresse, un autre baiser volé et il ne put me résister. Nous allions prendre une douche, nous frottant mutuellement maintenant le désir charnel qui nous avait transporté. Nous retournions au lit afin de finir la nuit qui serait courte vu qu’il était deux heures du matin.

A sept heures tapantes Chouby vient me réveiller comme tous les matins de semaine. Je regardais Nathaniel qui dormait et je fis signe à Chouby de ne pas faire de bruit. Je me levais délicatement et je fermais la porte derrière moi afin de laisser Nath récupérer encore un peu ; j’étais aux anges, je filais dans la cuisine préparer du café et faire bouillir de l’eau. J’enfilais une tenue rapide et je sortais avec Pal et Chouby. Moins une qu’on arrive dans le parc, ils avaient une envie présente. Une fois leurs besoins achevés, nous rentrions à la maison. Je les fis asseoir avant d’essuyer leurs pattes mouillées par la rosée ; je leur fis signe de ne pas faire de bruit et j’allais finir la préparation du petit déjeuner. Mais qu’aimait-il le matin ? Bon j’allais faire un peu de tout et il choisirait.

Je retournais dans la chambre et me glissais près de lui déposant un doux baiser sur ses lèvres entrouvertes. Il ouvrit les yeux et je lui souris :

- Debout, sinon tu vas être en retard. Ton petit déjeuner est prêt, Pal a déjà fait ses besoins et elle a pris un petit encas avec Chouby. Dépêches-toi.

Je ne lui donnais pas le temps de m’attraper et je filais à la cuisine de peur de voir le lait déborder de la casserole. Je mis la table et je le vis arriver tout ébouriffé. Je lui déposais un baiser sur la joue et le sommais de s’asseoir à la table. Il souriait de me voir ainsi m’activer et pris le temps de manger. Je le regardais se servir pendant que je sirotais un café en mangeant du pain beurré. Un jus d’orange et me voilà rassasiée. Il finit de se préparer et parti travailler. Je n’avais pas réussi à lui parler.

Une fois tout rangé, je me préparais mais impossible de me concentrer sur quoi que ce soit, les jours de repos c'était pas top quand on était inquiet. Il fallait que je lui parle. Je laissais les loulous à la maison et je partis à pied me répétant ce que j’allais dire afin de ne rien oublier. Arrivée à la boutique, Nath était près de son atelier et j’eus à peine ouvert la bouche pour m’expliquer qu’il me dit qu’il avait une visite qui me plairait. J’entrais dans le petit salon et lorsque je vis Althéa j’en fus soulagée. Il me laissa avec mon amie et son petit Pierrick-Jak. Je racontais tout à Althéa y compris mes peurs.  Elle me conseilla de tout raconter à Nathaniel, qu’il comprendrait et que lui aussi avait quelque chose à me dire. Mais pas ici, dans un endroit plus intime et plus calme que la boutique où n’importe qui pouvait entrer n’importe quand. Je pris congé totalement intriguée par ce qu’elle venait de me dire, Nathaniel avait un secret ?   Pourquoi ne m’avait-il rien dit et pourquoi Althéa le savait ? La journée fut très longue, j'avais emmené les loulous un bon moment dans le parc, j'avais fait quelques courses les laissant dans la voiture et le soir nous étions allés dans le parc près de l'université. Encore une heure et il serait là. Mon coeur battait si fort qu'il risquait de l'entendre de la rue.

by FreeSpirit


“Se laisser aimer, c'est aimer déjà. ” Henry de Montherlant


Dernière édition par Lily Lange le Lun 31 Juil - 13:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Masculin
Célébrité : Guillaume Canet
Âge perso : 35
Profession : ébéniste
Posts : 58
Points : 60
Disponibilité :
30 / 10030 / 100

Gif : Un petit gif de 190px, 108px
Absence : En ce moment le travail me prend beaucoup de temps et d'énergie, j'ai du mal à trouver le temps de rp (et pas qu'ici)

Je vais essayer d'organiser mieux mon emploi de temps.

Mais je ne déserte pas !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageVen 14 Juil - 17:11
Je n'arrivais plus à m'arrêter ! xD



Feat Lily Lange❧ Sur Mesure



  Contenu -18 ans
Ce sujet est suceptible de contenir des scènes explicites, il est donc classé - de 18 ans.

Une fois informée de cette note, nous négligeons toutes responsabilités.

Le Staff


partie -18 ans :
 

Nous retournons dans le lit, cette fois pour dormir. Je me colle dans son dos, et ferme les yeux, le nez dans ses cheveux. Pour la première fois de ma vie, je m'endors avec, dans les bras, une femme que j'aime. Et, c'est avec un sourire aux lèvres que je tombe dans un sommeil pur et reposant..


Un bisou sur mes lèvres me fait ouvrir les yeux, et c’est le plus beau cadeau que l’on met fait depuis bien longtemps.  J’aimerais fermer les yeux et me rendormir juste pour être réveillé encore de cette façon, mais c’est d’un air à la fois sérieux et amusée qu’elle me dit que je vais être en retard. Je grogne et fais mine de vouloir l’attraper, mais plus réveillée que moi, elle m’échappe avec grâce. Je ronchonne comme un enfant à qui on interdit une glace, et souris en la regardant filer.

C’est finalement la faim qui me pousse à sortir du lit. Je ne m’habille pas, enfile juste un boxer avant d’aller à la cuisine. Femme ou pas femme, changer cette habitude ne m’a même pas traversé l’esprit. C’est donc, ni coiffé ni habillé que je débarque dans la cuisine. Elle me salue d’un baiser sur la joue et j’essaie de l’attraper à nouveau pour la coller contre moi, mais c’est sans compter sur sa rapidité. Elle me file entre les doigts et je me résigne à contre cœur à prendre ce petit déjeuné qu’il y a sur la table. Je tombe sur ma chaise, et mange mes tartines en les trempant dans mon café, comme un enfant bien sage. Je termine de me préparer puis je l’embrasse et lui souhaite de passer une bonne journée. Paloma me dit au revoir à sa façon, et je caresse la tête de Chouby avant de partir.

Me concentrer au travail fut compliqué. Un simple vase me prend le double du temps que normalement, un chaton en bois me donne du fil à retordre alors que c’est quelque chose de basique et une chaise à réparer se retrouve cassée. Je suis bon à la refaire en parfaite réplique avant que.....
Althéa rentre dans la boutique est, je suis tellement heureux de la voir ! Elle me présente son fils, et m’explique un tas de choses, notamment sur sa venue ici. Je souris. Mais je comprends vite qu’elle n’est pas là que pour un nouveau lit et son enfant. Elle vient, car elle m’a promis de rouvrir l’affaire de mon meilleur ami. Perdant mon sourire, je suis mélancolique et triste. Mais je suis aussi adulte, alors je prends sur moi. On discute encore un peu, puis elle part nourrir son fils dans le salon.

Quand Lily arrive à son tour, je suis surpris. Et content de la voir. Mais je la coupe en lui informant dont son amie est là. Après avoir discuté, elle repart, et me dit qu’elle a besoin de me parler. Je la rassure et accepte de venir ce soir. Quant à la jeune mère, elle me dit à moi aussi que je devrais parler à Lily. J’en suis d’abord sceptique.. Mais j’accepte. Le reste de la journée se passe dans le stress. Comment vais-je dire à Lily qu’un Balam a tué mon meilleur ami ? Je finis par me dire que la meilleure solution, c’est la franchise entière.


Le soir arrive enfin, et j’inspire un grand coup avant de renter chez Lily. Paloma et la première à me sauter dessus, me faisant la fête comme chaque soir, mais, depuis qu’elle est avec  Chouby, je la trouve beaucoup plus joyeuse et calme.  Puis je vois Lily. Elle tourne en rond, et ne semble vraiment pas bien. Je passe dans son dos et la serre doucement contre moi, embrassant sa joue.

-On dirait une lionne en cage.. Je suis là ma chérie. Tu sembles vraiment inquiète..



Je nous apporte au canapé, et nous amis viennent à nos pieds. Paloma lèche les doigts de Lily et je souris. Elle fait cela quand elle veut rassurer quelqu’un.

-Il faut que je te parle…

-Il faut que je te dise…

On se regarde, surpris d’avoir parlé en même temps.

-Commence si tu veux..

Elle me fait signe de commencer et je la regarde avec un grand sérieux. Je cherche mes mots, et j’attrape sa main pour m’éviter de trembler. Mais c’est loupé, et au lieu de cacher ce tremblement, ça le rend plus fort.



-Ce que je vais te dire, ça c’est passé quand j’étais enfant. Dans mon pays d’origine, en France. Avec mon meilleur ami, nous étions inséparables. Nous faisions les quatre cents coups ensemble et un jour.. Ce fut fatal. Nous avions pris la décision de ne pas écouter nos parents qui nous avaient demandé de ne pas aller voir les maisons abandonnées, proches d’un ravin. Mais ce que l'on a fait. En rentrant dans une maison.. Il.. Un homme nous est tombé dessus, tuant Gaétan. J’étais choqué, terrifié et quand j’ai dit que c’était un homme animal qui avait tué mon ami, on m’a pris pour un fou… l’enquête n’a rien donné. Avec mes parents, on est venu ici. Le père de Gaétan aussi.

Je marque une pause et observe Lily. Avant de reprendre. Je savais qu’elle ne me prendrait pas pour un fou, elle connaît l’existence des. Wesens. Mais.. Devais-je faire la comédie ? Et chercher à contourner ? Non.. .

 Il n’y a pas longtemps, j’ai rencontré une.. Grimm.. Qui m’a expliqué que ces créatures existent  bel et bien. J’ai vu un de ses livres. Et j’ai reconnu la créature.. C’était un Balam…


©clever love.


Nathaniel Cammas
Des paroles chaque jour sont envolées, de ces mots, seuls ceux du coeur demeurent.
(⚡) le chant des sirènes
Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Nina Dobrev
Âge perso : 27
Profession : Photographe
Posts : 283
Points : 301
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Gif :
Absence : Une Lily sorcière pour le temps d'halloween



Voir le profil de l'utilisateur

MessageLun 31 Juil - 15:01


Sur Mesure
Feat Nathaniel

"Le bonheur, ce n'est pas une note séparée, c'est la joie que deux notes ont à rebondir l'une contre l'autre" Christian Bobin






Alors que je tournais en rond telle une lionne, Nathaniel entra et me prit dans ses bras. Il me conduisit au canapé et nos deux loulous s’installèrent à nos pieds. Alors que Paloma me léchait les doigts pour me rassurer, Nathaniel et moi parlions en même temps ce qui nous surprit. Je le laissais entamer la conversation. Il me prend la main et je le sens trembler. Est-ce si terrible ?

Je l’écoute alors sérieusement et l’histoire qu’il me conte semblerait sortir tout droit d’un film d’horreur si je ne savais pas de quoi il en retournait. Je savais les horreurs dont étaient capables les Balam voir pire encore....

- Mon pauvre amour, vivre avec ce souvenir a dû être terrible pour toi. J’espère, non pas te faire oublier ce cauchemar, mais au moins d’aider à faire face et le ranger dans le passé. Mais si tu m’en parles après avoir vu Althéa.....Je suppose qu’elle t’a proposé d’ouvrir une enquête ?

Je le regardais dans les yeux et je comprenais sa douleur, mes soucis me semblaient minimes à côté de ce qu’il venait de me révéler.

- Ce que j’ai a te dire me semble si bénin à côté de ta souffrance que je me demande si cela vaut le coup que je te dise...

Il me coupa la parole en me précisant que nous avions décidé de tout nous dire...Mais je ne savais pas vraiment pas où commencer. Je le regardais en me tortillant la lèvre et je baissais les yeux.

- J’ai perdu mon père alors que j’étais enfant et maman a fait son possible pour que nous puissions vivre décemment. Je te rassure je suis humaine tout comme toi. Elle a fait cent petits boulots et un jour elle a trouvé un emploi fixe dans une maison bourgeoise. C’est ainsi que mon beau-père et elle se sont rencontrés, aimés et ont eu des enfants. Seulement il était le descendant d’une famille Kitsune, ce sont des renards blancs, des wesens comme on dit. Cependant il fut comme un père pour mon frère et moi et nous formions une vraie famille
Spoiler:
 
. A 16 ans je me suis passionnée de photo et j’ai rencontré Paddy....... Je te parlerais de lui souvent ne t’inquiètes pas. Il m’a appris le métier et m’a laissé volé de mes propres ailes et adopter Chouby....Je ne veux pas me vanter mais je suis douée dans ce que je fais.

Au bout de la seconde phrase j’avais fixé Nathaniel pour voir ses réactions mais il m’écoutait attentivement sans m’interrompre. Mais dès lors que j’allais lui faire la révélation qui me couvrait de honte au fond de moi, je ne pus soutenir son regard.

- C’est ainsi que j’ai rencontré Brian. Au début j’ai cru qu’il était humain, nous sommes sorti normalement mais il se contentait de petits baisers me disant qu’il fallait aller doucement avec une femme. Et au bout de six mois nous nous sommes installés ensemble. Au début ça allait.... je me passerais d’entrer dans les détails...Ne m’en veut pas mais tu comprendras. Trois mois de vie commune et de train-train quotidien et enfin il se montra sous sa vraie nature. J’étais entrée fatiguée et il avait envie de faire l’amour. Je me suis dit que cela nous ferait du bien d’avoir un moment tendre mais voyant que j’étais peu motivée, il woge pour me.....prendre....

Je ravalais ma salive car je me disais que Nath allait me considérait comme une perverse ou je ne sais quoi, des larmes emplirent mes yeux et je repris alors que Nath me les essuyait délicatement.

- Ce jour là il m’avoua être un Balam....Excuses-moi si nos histoires se recoupent malgré moi. Mais au fil du temps il se montrait de plus en plus brutal et je ne voulais plus coucher avec lui. Je m’étais réfugiée chez Paddy mais quand ce dernier décéda, je proposais à Brian de tenir le magasin. Après tout nous nous entendions bien en dehors des moments intimes. Et là j’ai découvert mon salut....Je t’en parlerai aussi. La suite...Brian n’a pas mis longtemps pour trouver une autre femme pour satisfaire ses envies et je l’ai mis dehors il y a quelques mois.

Je le regardais mais on aurait dit qu’il ne me jugeait pas et qu’au contraire il compatissait ce qui m’encouragea à poursuivre. Je n'avais pas envie de plus étaler ma relation avec Brian mais je voulais en venir à ce qui me tenait à coeur. Nath pourrait me demander tout ce qu'il désirait par la suite.

- Cette nuit....enfin nous....C’est pas facile excuses-moi. Notre rapport....enfin c’était pas...Non c’était....Ooooh que c’est difficile....

Je voyais naître de l’anxiété dans ses yeux et je me dis qu’il fallait vite que je m’exprime correctement. Je pris une grande inspiration et je repris mon récit.

- Nous deux...je souris...c’était magique !....je ne sais pas comment te dire....tu as dû avoir des tas de relations amoureuses....et moi...tu es vraiment le premier. Tu me diras que j’ai eu Brian...mais avant cette nuit....je ne savais pas que faire l’amour pouvait donner autant de plaisir, car avant ce n’était qu’appréhension et souffrance.

Je baissais la tête, je pense que je devais avoir rougi mais je devais expliquer à Nath ce que je ressentais.

- Je ne sais pas si on te l’a déjà dit mais sous tes caresses, je me sens femme...tu m’as fait découvrir mon corps...tu m’as appris à toucher le corps d’un homme et le caresser...et surtout en avoir envie....je baissais à nouveau les yeux.... Tu m’as montré le chemin du plaisir...et maintenant je comprend Althéa quand elle disait que faire l’amour nous emmenait sur une autre planète....J’ai pleuré de plaisir et je ne pouvais te le dire car j’avais peur que tu cesses tes caresses....ta douceur...tes baisers....je voulais aussi continuer de voir que tu partageais le même plaisir........Nath.........Je t’aime.

Voilà, j’avais réussi à résumer ma vie et enfin avouer à Nath que je l’aimais. Un jour, je lui avouerai que j’ai envie de partager le reste de ma vie avec lui, mais je ne voulais pas lui forcer la main. Je l’aimais et je le lui avais dit. Pour la première fois je disais « je t’aime » à un homme et pas à mon chien. J’en étais toute émue, oui j’aimais Nathaniel plus que tout au monde.


by FreeSpirit


“Se laisser aimer, c'est aimer déjà. ” Henry de Montherlant
Revenir en haut Aller en bas
ృ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


ృ  Origine Wesen
Féminin
Célébrité : Katia Winter
Âge perso : 25
Profession : Inspecteur de police
Posts : 1427
Points : 1457
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :
Absence : de retour et bientôt une reprise de la mise à jour des wesens, pour l'instant je fais le tour de mes rps



Voir le profil de l'utilisateur

MessageVen 29 Sep - 17:28
Ce rp n'est pas fini, il est en stand by et aura bientôt une suite. Ne surtout pas le supprimer ni l'archiver





Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu n’es pas capable,
c’est à toi de choisir et de vivre ta vie
Laurent Gounelle
Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Masculin
Célébrité : Guillaume Canet
Âge perso : 35
Profession : ébéniste
Posts : 58
Points : 60
Disponibilité :
30 / 10030 / 100

Gif : Un petit gif de 190px, 108px
Absence : En ce moment le travail me prend beaucoup de temps et d'énergie, j'ai du mal à trouver le temps de rp (et pas qu'ici)

Je vais essayer d'organiser mieux mon emploi de temps.

Mais je ne déserte pas !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 11 Nov - 9:23



Feat Lily Lange❧ Sur Mesure


Je n'ai pas donné de détails. Il n'y avait pas besoin du superflue, puis, je n'aimais pas en parler. Je profite de la question de Lily pour ranger tout ça dans un coin de ma tête comme je le fais toujours. Je caresse le dos de sa main, par désir de me rassurer autant qu'elle.

-En effet.. Elle m'a proposé un voyage en France pour ré ouvrir l'enquête qui c'est retrouvée abandonné à l'époque.. Même si, faudra avoir beaucoup de chance pour trouver quelque chose après temps d'années.. Elle à proposé aussi, à ce que tu m'accompagnes.. Je ne me vois tellement pas partir seul. Mais.. Raconte moi plutôt ce que tu veux me dire, ma chérie, on parlera de ça plus tard..

Je la coupe gentiment quand elle commence à dire qu'elle ne sait pas si ça vaut le coup. Je lui caresse la joue.

-Ma puce, une souffrance reste une souffrance, il n'y en a pas de bénignes. La tienne, quelque elle soit, est aussi importante.

Je me penche et embrasse le coin de ses lèvres pour l'encourager. J'en profite pour respirer son odeur aussi. Mais elle baisse la tête et je relève la mienne. Une main dans ses cheveux, l'autre entremêlé dans ses doigts, je me rapproche lentement  d'elle pour lui donner un peu de chaleur encourageante. Je ne la brusque pas, je lui laisse le temps de faire le tri dans ses pensée pour trouver la meilleure façon de libéré son cœur. Je l'écoute avec attention, caressant tranquillement le haut de sa tête. Je ne l'arrête pas, j'absorbe tout ce qu'elle me dit. Tout en laissant une atmosphère apaisante. Elle lève les yeux vers moi et je lui souris avec tendresse. Elle rebaisse la tête, semblant honteuse. Je comprends qu'elle arrive au moment le plus difficile pour elle. Je serre légèrement sa main. Nos amis la regardent aussi, prêt à intervenir au signe de faiblesse. Chouby à la tête poser sur les pieds de sa maîtresse, et Pal c'est assise pour la poser sur les genoux de Lily. Je ne peux m’empêcher de sourire.  Et après, on vient me dire que les animaux ne ressentent rien..

Elle reprend son récit. Qui lentement, deviens de plus en plus noir. Sa voix tremble, et ses yeux ne sont pas loin de verser des larmes. Quand j’apprends que l'homme la prise avec autant de brutalité, un coin cacher en moi se réveille. Un coin empli de sentiment comme la jalousie, la colère, et la haine. Je serre les dents, mais quand Lily me regarde les yeux mouillés, ma main essuie ses joues avec une infinie douceur. Comment ont peu être si brutal face à un ange comme elle ?
Aucun mot ne sort de ma bouche. Pourtant j'aurais bien mille injures à envoyer à ce Brian. Elle continue, et j'en profite pour me concentrer sur ce qu'elle dit. Ma colère fait place à la compassion quand mon regard se pose sur ma femme. Je lui caresse le dos. J'observe son visage. Je l'aime.. Encore plus qu'il y a une heure.

Mais je fronce les sourcils quand elle parle de nous. Sa phrase n'est pas compréhensible  mais je comprends que c'est difficile.. En une fraction de secondes, je me sens effrayé. Je lui ai fait mal ? Je n'ai pas fait les bons gestes ? Je n'ai pas été assez doux ? Qu'est..
Mais elle me rassure. Je m'apaise sur le champ quand les mots "nous deux c'était magique" se firent entendre. Je souris, et l'écoute. Je manque de rire quand elle pense que son homme ait eu plusieurs autres relations. À ma connaissance, je n'ai jamais eu de relation qui on dépasser le stade des bisous d'enfants. Mais je ne la coupe pas pour le lui dire. Je laisse ses mots défiler. Je n'ai encore rien dit. Mais quand elle dit les derniers mots, je suis encore plus bloqué dans mes paroles. Tout ce que j'arrive à faire, c'est pencher lentement ma tête, à la recherche de sa bouche. Je l'embrasse, d'abord doucement, tendrement, puis je passe une main dans sa nuque et l'embrasse, cette fois avec amour et douceur. Je la serre dans mes bras et pose mes lèvres proches de son oreille.

-Tu n’es que ma première véritable chérie.. J'ai eu des copines, quand je n’étais pas plus vieux de dix ans, mais... J'étais encore puceau avant de te rencontrer...

Je souffle un petit rire avant de déposer un baiser sur son cou.

-Je t'aime, Lily. Je pourrais te promettre beaucoup de chose mais je vais juste te que je t'aime.. Il y a plus de promesses dans ses mots.. Et je t'admire. Pour le courage que tu as. M'avouer tout ça à dû être difficile pour toi. Je t'admire pour ta force. Tu disais que ce que tu allais me dire allait être bénin comparé à moi ? Laisse moi te dire que tu avais vraiment tord.. Tu ne l'aurais pas dit, tu aurais encore plus souffert en me regardant.

Je marque une pause. Est-ce que je devais lui dire... Oui.. Nous avons promis de tout nous dire.

Je dois t'avouer quelque chose. En parlant de mon histoire à Althéa, elle m'a vaguement raconté pour Brian. Elle n'a donné que très peu de détails. Elle m'a dit que tu avais souffert.

J'embrasse son front et la câline lentement, avec la douceur quelle mérite..


©️clever love.


Nathaniel Cammas
Des paroles chaque jour sont envolées, de ces mots, seuls ceux du coeur demeurent.
(⚡) le chant des sirènes
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message
Revenir en haut Aller en bas

Sur mesure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» - Event V.2 - Un adversaire à sa mesure
» Mesure et Démesure [PV Ryuzoji]
» Greedy - La grandeur d'un homme ne se mesure pas à sa taille
» La grandeur d'un homme se mesure dans ses actes et non dans ses paroles
» L'amour se mesure à notre capacité de pardonner (Andrew)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grimm's World RPG :: Live your life :: ◇ Southwest Portland :: Boutiques et commerces-