Bienvenue
sur le centre d'aide de Grimm's World RPG

D'autres explications plus bas











 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  Aides  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  RechercherRechercher  

Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes. - Robert Wunsch
 :: Live your life :: ◇ Southwest Portland :: Boutiques et commerces
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Phoebe Tonkin
Âge perso : 26
Profession : Bibliothécaire
Posts : 284
Points : 290
Disponibilité :
25 / 10025 / 100

Localisation : Ma bibliothéque
Gif :
Absence : Occupé dans les mois qui arrivent !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageMar 11 Avr - 21:59

“Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes.”


Olivia Rosenberg | Robert Wunsch


- Latin | - Français |  - Allemand
-----------------------------------------------

“C'est étrange, mais vrai ; car la vérité est toujours étrange, plus étrange que la fiction.”


La brunette chantonnait tout en enfilant sa veste en cuir. Une belle journée s'annonçait encore aujourd'hui et même si elle était négative, autant la rendre meilleure. C'est le côté positif qui fait qu'on peut passer une bonne journée. Oli avait hâte de regagner sa bibliothèque, elle jeta un dernier coup d'oeil à son appartement. Il était sublime et trop grand pour elle seule. Mais bon, le loyer était abordable, elle s'y sentait bien et en plus, elle avait sa propre bibliothèque dans une des chambres. Pourquoi avoir pris un appartement avec deux chambres ? C'était simple, pour avoir une bibliothèque. Elle était encore en construction et les livres toujours dans les cartons depuis un an, mais grâce à Liam, ça avançait.... Enfin, parfois, quand il venait le week end. Et quand il venait pas ? Ça n'avançait pas tout simplement. Olivia eut un sourire et ferma la porte d'entrée avant de filer en quatrième vitesse. La brunette avait récupérer sa voiture au garage, mais elle sentait que quelque chose n'allaient pas encore. Oli n'était pas une mécanicienne, mais elle savait quand sa voiture avait un souci. La dernière fois elle l'avait laissé au garage pour une fuite, mais elle soupçonnait le réparateur de lui avoir trafiqué sa voiture. La pédale de frein était dur parfois et le volant ne tournait pas. Oli se glissa dans l'habitacle en soufflant légèrement et mit le contact.

« Allez, ma belle démarre, tu sais que je t'admire beaucoup ? Franchement ? Devoir transporter à longueur de temps des personnes pour aller où ils le désirent ? »

Olivia tourna de nouveau la clé et la voiture démarra enfin.

« Je te remercie, ma belle, allez, en avant pour une nouvelle journée ! »

La brunette mit ses lunettes de soleil et s'éloigna vers le centre ville où sa bibliothèque l'attendait. Sur place, elle se gara et ôta ses lunettes. En fouillant frénétique dans son sac, Oli remarqua que quelque chose clochait. En effet, la porte en chêne était entrouverte.

« Molly ? Tu es déjà arrivé ? Je t'ai dit que je viendrais pour 8h et que tu pouvais venir un peu plus tard pour t'occuper de Todd ! Molly ?! »

Pas de réponse et elle fronça les sourcils en rentrant, les clés à la main. La jeune femme laissa la porte ouverte et regarda à droite puis à gauche. Personne. Doucement, la brunette commençait soudain à avoir un peu peur. La dernière fois qu'elle avait été attaqué, c'était par des Hündjager, et elle avait eu la peur de sa vie. Elle ne sait même pas se défendre, même après la mort de Sam, elle ne s'est pas mis en tête d'apprendre le judo ou autre style de défense. Hier soir, il n'y avait rien eu, elle était partie plus tôt, car Liam l'attendait devant son appartement. Un bruit la fit sursauter. Il était clair que ce n'était pas Molly ou tout autre personne qui travaillait ici. Ça venait de la réserve. La jeune femme bloqua sa respiration et s'avança jusqu'à l'accueil ou se tenait une batte de base-ball. Un autre bruit, des chuchotements, quelque chose qui tombe d'une étagère.

« ce n'est pas ici en tout cas ! Allez, partons, avant qu'elle arrive ! »
« On m'a dit que c'était ici qu'il était venu la dernière fois, alors elle ne peut qu'être là ! »
« Dans ce cas, on aurait dû venir hier soir, on aurait eu plus de chance de la trouver et je... »


L'homme s'interrompit et dit à son ami qu'il avait entendu du bruit. En effet, Oli avait fait tomber sa batte contre la porte. Les deux hommes sortirent de la pièce et la poussèrent assez fort pour que la brunette se cogne sur le sol. Elle sentit qu'on lui arraché la clé autour de son cou, puis plus rien. À son réveil, un homme se trouvait au dessus d'elle et lui tapotait la joue mais sa voix était lointaine. Oli se redressa en grimaçant et mit sa main sur une bosse douloureuse.

« Je vais bien, enfin je crois... La réserve ! »

Elle se leva trop vite avec l'aide de l'homme qu'elle n'avait pas encore reconnu et eut la tête qui tournait avant de retomber sur le sol et de se masser l'arrête du nez.

« Il faut voir la réserve, ils en voulaient à la réserve !!! »

Elle paressait complètement dingue avant de remarquait que l'homme avec elle, était le jeune livreur de la dernière fois.

« Oh, bonjour ! Ravit de te revoir, dans une étrange circonstance ! »

La réserve comportait des livres  anciens, abîmés, pas terminé, et des cartons remplis de livre encore à ranger et trier pour le bien de la bibliothèque, qu'Olivia n'avait pas pris le temps de s'en occuper depuis son arrivé l'année dernière. Elle se ressaisit et tenta de se relever en chancelant légèrement, puis Oli se dirigea vers la réserve. La première porte avait été forcée et la seconde porte, celle qui cachait les grimoires de Grimm et les armes, était grande ouverte, la clé était par terre. La première pièce était sens dessus dessous et quand Oli rentra dans la réserve de Grimm, c'était pareil. Les livres étaient ouvert sur les créatures, au sol. Il allait falloir fermer pour que Robert ne l'a prenne pas pour une malade... Le cœur de la brunette battait la chamade.

« Eh bien voilà, je suis bonne pour tout ranger toute seule ce coin là ! »

Elle grimaça et se détourna de la pièce avant de voir Robert pénétrer dans la réserve et n'eut pas le temps de fermer la seconde porte pour cacher les Grimoires de Grimm.



J'étais livrée à moi-même, à ma peur et à ma solitude. Je tentais de me donner du courage et de refouler ma panique par des moyens rationnels. Ce sont les mots qui m'ont sauvée à l'époque.
Revenir en haut Aller en bas
♠ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


♠ Origine Wesen
Masculin
Célébrité : Armie Hammer
Âge perso : 25
Profession : Livreur-transporteur
Posts : 727
Points : 751
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 15 Avr - 13:44


◊ "Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes.”◊
Feat Olivia

Anastasia était prise aujourd'hui et je ne savais même pas si je pouvais la voir le soir, Althéa était avec Jack et bien occupés tout les deux, Tancred n'était pas joignable, Tatiana sa femme me disant qu'il était en mission. Et moi, je n'avais pas envie de passer mon jour de repos enfermé chez moi ! Je continuais donc de penser à qui je pouvais aller voir aujourd'hui et me vint l'idée de rendre visite à Olivia. Je souris en pensant qu'il ne fallait pas qu'elle apprenne qu'elle fut un choix second. Bref, je me faisais un plaisir de lui rendre visite et revoir cette belle bibliothèque. peut-être aurais-je même le temps de me poser pour lire quelques lignes intéressantes...

Comme j'habitais en périphérie, ce jour je décidais de prendre la voiture. Je marchais un moment, prenant mon temps et regardant chez les voisins du quartier les petites modifications que je remarquais moins précisément chaque jour en passant en voiture. Je saluais plusieurs d'entre eux que je connaissais et finis par revenir chez moi prendre la voiture. L

Je me garais non loin de la bibliothèque après deux changements de place. J'y allais le cœur léger et d'une sérénité hors du commun. Cela changea bien vite. A peine j'eus tourné que je vis la porte ouverte et une personne sur le sol. J'accélérais mon pas et finis même par courir. J'étais le seul à l'avoir remarqué. J'entrais à toute vitesse en voyant Olivia sur le sol. Je fis un tour d'horizon visuellement. Puis je mis mes sens wesen en marche pour m'assurer que la bibliothèque était vide. Je mis un genou à terre et me penchais sur Olivia au sol. Je touchais son cou pour y trouver un pouls fort rapide. Je tapotais sa joue en lui disant :

"Olivia ! Hé, tu vas bien ? Qu'est-ce qui s'est passé ? Hé oh, a va ? Réveille toi !"

Elle s'éveillait vite et me dit des choses que je ne comprenais d'abord pas. Elle ne me reconnus pas de suite, mais m'alertait sur la réserve. Je repérais cette salle en bazar mais restais à côté d'elle. Elle se relevait, me disait que ça allait. Mon cœur s'était emballé tout à l'heure en entrant et je commençais à me calmer.

"Salut, oui, on peut dire ça... Attends... "

Je l'aidais à se lever, puis têtue comme une mule, elle se déplaçait seule. Je n'eus pas le temps d'en dire plus, je la suivais et constatais comme elle les dégâts. Je la  veillais d'un œil et commençais à regarder ce que pouvait chercher les cambrioleurs. Les livres étaient éparpillés dans toute la pièce, des objets en vrac au milieu, de nombreux tiroirs ouverts, des étagères ravagées...

En entrant dans la réserve, mas sensation fut tout autre : c'était une pièce renfermant des grimoires et objets comme j'avais dans le sous-sol de ma maison, concernant les grimm et les wesen. Je comprenais alors pourquoi l'autre soir elle ne voulait pas me parler de cette pièce et ce qu'elle renfermait... Je me retournais vers elle et fronçais les sourcils. J'avais dans les mains un grimoire d'un Grimm représentant des wesen, je venais de le ramasser. Olivia tenait mal sur ses jambes. Mon regard interrogateur se transforma en bienveillance. Je posais le livre et pris une chaise. Elle m'inquiétais. Je tins Olivia par les épaules et l'obligeais à s'assoir.

"Olivia... Je crois que nous avons des choses à nous dire. Je crois que nous savons tout les deux que ceux qui ont fait le coup sont soit des wesen, soit des grimm. Oui. Je sais ... Tu devrais te reposer un peu et reprendre tes esprits."

Je pris son menton et regardais son visage, elle n'avait rien. Je regardais ses épaules, ses jambes, touchais le haut de sa tête et me pris un revers de la main. Elle avait donc une bosse, et un bleu à l'épaule.  

"On va soigner ça et appeler la police. Mais veux-tu qu'auparavant je planque tout ces bouquins ... "particuliers"? Il n'est pas nécessaire que la police le mentionne dans son rapport...  "

by FreeSpirit





Dernière édition par Robert Wunsch le Sam 29 Avr - 17:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Phoebe Tonkin
Âge perso : 26
Profession : Bibliothécaire
Posts : 284
Points : 290
Disponibilité :
25 / 10025 / 100

Localisation : Ma bibliothéque
Gif :
Absence : Occupé dans les mois qui arrivent !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageVen 21 Avr - 21:28

“Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes.”


Olivia Rosenberg | Robert Wunsch


- Latin | - Français |  - Allemand
-----------------------------------------------

“C'est étrange, mais vrai ; car la vérité est toujours étrange, plus étrange que la fiction.”


La jeune bibliothécaire se mordilla la lèvre inférieure en soupirant doucement. Elle était dans une mauvaise posture et elle craignait que Robert la prenne pour une folle. Oli songea à la dernière fois où ils ont parlés ensemble. Dans un sens, il connaissait Althéa, qui était une Mauzhertz. Cette dernière lui avait parlé d'un Robert et ce dernier disait la connaître. Elle en conclut alors qu'il en était un, un wesen. Elle eut un frison à cette idée et pourquoi pas ? Qui il était en réalité ? Et puis, il n'avait pas l'air surpris de voir les livres au sol, en plus, il se saisit même d'un des ouvrages. Oli le regarda se baisser, se remettre droit et la regarder. Il ne comprit pas sur le moment. Ses doutes étaient à présent fondés, il était un wesen, ou du moins, il savait quelques choses à ce sujet. Avec Althéa, elles avaient passés la journée et la soirée, la dernière fois, à parler de wesen, de leur famille, de leurs amis. Oli savait tous des wesen, de leurs histoires, même des wesen disparut ou rare. Elle secoua la tête pour se ressaisir alors que Robert lui parlait. La brunette porta une main à son front en fronçant les sourcils. Il l’ausculta sans ménagement et Oli le repoussa en lui lançant un regard. Il en profitait en plus avant de la faire asseoir sur une des chaises de la réserve Grimm.

« Je m'en doutais un peu que tu étais un wesen, tu connais Althéa, donc j'en ai vite conclu à cela la semaine dernière ! Et puis, tu n'es pas discret, tu portais tout de même des cartons dix fois plus lourd que moi ! C'est pour cela que je t'ai dit que tu étais le fils caché de Clark Kent ! Je me sens ridicule et en même temps, je suis contente de faire la connaissance d'un autre Wesen ! Cependant, je voulais que tu le dévoile par toi même, je ne voulais pas te brusquer, on parlera de tout cela, plus tard, tout à l'heure peut-être ?! »

La jeune femme lui sourit en se massant l'épaule. Elle se pencha en avant pour ramasser un des vieux grimoire, abîmé et le serra contre elle avant de le feuilleté. Un grimoire sur les armes à utiliser pour tuer certains wesen trop dangereux.

« Ce ne sont pas les Grimm, ce sont des wesen qui ont fait cela ! Certainement des Hundjäger, mais je me doute que tu vas me dire qu'ils sont pas tous pareil, je te crois, ne t'inquiète pas ! C'est juste que, une poignée, n'arrête pas de venir ici pour fouiller ! La dernière fois c'était l'année dernière, ils m'ont attendu à la sortie de la bibliothèque pour m'attaquer et c'est comme ça que j'ai cru Sam... Sam c'est le l'hom... Le Grimm qui a laissé tout ça ici avec l'aide de mon grand-oncle ! Je pense qu'ils cherchaient quelque chose d'important, mais je ne l'ai plus ! »

Oli lui cacha un peu de vérité sur l'objet que les Hundjäger cherchait, elle ne voulait pas le mettre lui aussi en danger. C'était pour cette objet, que Sam était mort.

« Quant-à appeler la police, d'accord ! Je vais fermer la porte de la réserve Grimm et laisser la police fouiller la réserve de la bibliothèque ! »

Olivia se leva et alla ramasser la clé, alors que Robert reposait le livre qu'il tenait, tout en regardant la cachette de Grimm puis il sortit. Oli glissa la clé dans la serrure et ils restèrent un instant dans la réserve normal, à observer les dégâts. Elle garda la clé dans sa main. Olivia en était malade, tant de travail à remettre en état des livres de la bibliothèque, pour au final, tout recommencer. Elle songea à la seconde porte et se mit légèrement à pleurer. Se ressaisir, il le fallait. La brunette devait être forte, elle s'essuya les yeux avec ses mains et ils étaient à présent rouge.

Ils retournèrent à l'accueil et virent Molly qui s'inquiéta pour elle en l'apercevant. C'est elle qui appela la police. Ces derniers arrivèrent rapidement, mirent des bandes jaunes sur la porte forçait, prirent les empruntes des malfrats, de Robert et d'Oli, pour ne pas compromettre l'enquête. Puis interrogèrent Olivia sur son agression. C'était le même policier de l'année dernière, qui l'interrogea. Oli lança un regard vers Robert qui devait lui aussi répondre à quelques questions. Et la police s'en alla en lui demandant de passer demain pour une déposition. Oli croisa les bras, l'air triste et demanda à Zackarias et Molly, de s'occuper de la bibliothèque, qu'elle prenait sa journée. Oli glissa la clé de la pièce des Grimm, dans son sac besace.

« Je verrais plus tard pour les dégâts des réserves, je vais aller à la pharmacie puis rentrer chez moi, me reposer, j'en ai grandement besoin ! Et puis, merci, d'être intervenu, si tu ne serais pas arriver, Dieu seul sait ce que je serais devenu ! Je ne sais pas comment te remercier ?! »

La jeune femme regarda Robert pendant un moment. Elle se souvint qu'elle lui avait dit qu'elle voulait bien parler de tout cela après la police.



J'étais livrée à moi-même, à ma peur et à ma solitude. Je tentais de me donner du courage et de refouler ma panique par des moyens rationnels. Ce sont les mots qui m'ont sauvée à l'époque.


Dernière édition par Olivia Rosenberg le Lun 24 Avr - 23:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
♠ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


♠ Origine Wesen
Masculin
Célébrité : Armie Hammer
Âge perso : 25
Profession : Livreur-transporteur
Posts : 727
Points : 751
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageLun 24 Avr - 22:01


◊ "Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes.”◊
Feat Olivia

Comme à chaque fois avec Olivia, tout allait très vite. Elle devina que j'étais un wesen, j'aurais pu être un grimm pourtant ! Je ne tardais d'ailleurs pas à lui en faire la remarque :

"Et qui t'as dit que j'étais un wesen ? Je ne t'ai rien dit, je pourrais très bien être un grimm ou une personne comme toi... Oui, on en reparlera tout à l'heure ... "

Elle m'apprit ensuite que des Hundjäger venaient l'importuner et qu'ils étaient peut être responsable de ce coup là. Je pourrais passer un coup de fil à Tancred pour savoir s'il les connaissait ou savait quelque chose. Je ne compris pas tout à son histoire de grimm et grand oncle, mais au moins le principal. Pour ce qui est de ce Sam, je ne savais ni qui il était, ni ce qui avait pu lui arriver, je compris seulement qu'il était mort et que ce n'était pas le moment d'aborder le sujet. Elle fut d'avis d'appeler la police également. Pendant qu'elle retournait vers sa collègue qui s'en chargeait finalement, je fis du rangement et fermais cette salle. La police arrivait une petite dizaine de minutes plus tard. Olivia porta plainte mais ne fit pas de déposition, nous repasserions plus tard au commissariat pour cela.

Mon amie laissa tout à sa collègue et s'apprêtait à partir. Sa décision était plutôt sage et elle ne semblait pas être totalement remise. Je fis un sourire à Molly et me décidais de lui coller aux basques. De toute façon je pense que si je ne l'avais pas fait, ça aurait été elle.

"J'ai ma journée et j'étais venu te voir. Et quoique tu dise, t'as pas l'air très nette... Si tu vois pas d'inconvénient au fait que je t'accompagne ..."

Je la suivais à la pharmacie. En attendant dans la file je lui demandais :

"Cela fait combien de fois qu'il y a cet incident ? Et as-tu des menaces ou as-tu eu une histoire qui te mêle de prêt ou de loin à ce que recherche tes agresseurs ?"



by FreeSpirit





Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Phoebe Tonkin
Âge perso : 26
Profession : Bibliothécaire
Posts : 284
Points : 290
Disponibilité :
25 / 10025 / 100

Localisation : Ma bibliothéque
Gif :
Absence : Occupé dans les mois qui arrivent !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageMer 26 Avr - 23:14

“Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes.”


Olivia Rosenberg | Robert Wunsch


- Latin | - Français |  - Allemand
-----------------------------------------------

“C'est étrange, mais vrai ; car la vérité est toujours étrange, plus étrange que la fiction.”


Schéma appart' :
 

Oli regarda Robert, puis croisa les bras. La journée avait tellement bien commencée, il a fallu que les wesen s'en mêlent. Enfin, elle ne pouvait pas leur en vouloir, c'était leur petit train de vie. Elle savait que d'autres wesen étaient sympa, elle en connaissait. Et puis, elle avait passé une bonne soirée la dernière fois avec Althéa au snack. En repensant à leur conversation, il était vrai qu'elle aurait pu croire qu'il était un Grimm, mais il lui semblait qu'il était wesen, et son instinct ne la trompait jamais. La preuve, elle avait vu juste, il était bien un wesen. La brunette mourrait d'envie à présent dans savoir plus. Quel wesen était-il ? En avait-il d'autre comme lui ? Cependant, pour le moment, elle voulait aller se reposer et savoir comment le remercier. C'est vrai quoi, il est passé au moment où elle allait certainement se faire tuer. Enfin, Molly ou un autre de ses collègues aurait découvert son cadavre. À cette évocation, elle eut un frisson dans le dos. À la réponse de Robert, elle eut un sourire au coin des lèvres.

« Toutes les raisons sont bonnes pour venir chez moi, à ce que je vois ! D'accord, mais c'est pas un rencard ! Et qu'entends-tu part, je venais te voir ?! Ça m'intrigue cette histoire ! »

Oli se mordilla la langue en montrant ses dents dans un sourire de taquinerie. Repensant ainsi à la fois où il avait préféré regarder sa poitrine, que ses yeux. Ridicule de penser à cela dans un moment pareil. De toute manière, Olivia serait revenu vers lui un peu plus tard, pour lui poser des questions sur ce qu'il était. Mais elle avait été surprise quand au fait qu'il veuille rester avec elle. Il a pas une copine a aller voir pendant son congé ? Pour toute réponse, Oli hocha tout simplement la tête en regardant un peu le sol. Elle se mit sur la pointe des pieds, se tourna vers Molly, la salua dans grand au revoir retentissant et s'éloigna vers la sortir, suivi de Robert.

À la pharmacie, la brunette regardait différent produit, tout en attendant son tour. Elle songea à son attaque. Depuis l'année dernière, elle ne s'était pas mis en situation pour prendre des cours de karaté ou autre. Au moindre bruit elle sursautait. Elle voulait des médicaments pour son mal de tête et son épaule qui lui faisait encore mal, suite à sa chute. Le policier, qui l'avait interrogé, lui avait dit de passer à l'hôpital pour cela, mais on ne lui avait pas arraché le bras, enfin, pas à sa connaissance. Robert semblait impatient et se tourna vers elle pour la questionner.

« Je ne suis impliqué dans aucune histoire, qu'est-ce que tu crois ? Si tu me connaissais plus, tu serais que je suis quelqu'un de neutre dans cette l'histoire ! Je ne suis pas une bagarreuse, je ne sais pas me battre de toute manière ! La bibliothèque a appartenu à mon grand oncle, qui aidé Sam, le Grimm que je t'ai parlé tout à l'heure ! Ils entreposait des objets, des livres et autres trucs dans la réserve que tu as vu... et l'objet que les hundjager cherchaient, ils sont venu le chercher l'année dernière ! Donc, non pas de menace, rien ! On ne devrait pas en parler ici...! »

Des gens les regardaient bizarrement et Oli leur lança des petits sourire avant qu'enfin se fut son tour. Elle prit des comprimés assez fort et un produit liquide, d'huile essentielle, pour son épaule. Mais bon, un bon bain s'imposait avant. En sortant de la pharmacie, elle écouta ce que Robert lui disait. Pourquoi lui cacher la vérité ? Autant lui dire tout, et c'est ce qu'elle a fait.

« on va prendre ma voiture ! Enfin, si elle démarre (dit-elle dans sa barbe) »

A la voiture de la jeune brunette, Oli essaya de mettre le contact. En vint. Dans sa tête, elle maugréa, cette dernière ne voulait pas démarrer. Elle se tourna vers Robert qui était côté passager et elle lui lança un sourire.

« Bon, je crois qu'on est bon pour prendre la tienne, enfin, si tu ne vois pas d'inconvénient, j'habite à l'opposé de Portland, c'est pour ça que je voulais prendre ma voiture, pour m'éviter de prendre le bus ! Je te payerais l'essence, bien entendu ! Je connais des raccourcis ! »

Olivia se fit une joie de communiquer l'adresse de son appartement ainsi que les raccourcis à Robert. Une fois sur place, ils montèrent par un ascenseur pour se rendre au deuxième étage.

« Voilà mon chez moi, c'est grand, je le conçois, mais j'ai besoin d'espace pour entreposer mes livres, et des bibelots en tout genre ! Certes, qui ne servent à rien et attirent la poussière, mais ça décor les pièces ! »

Elle posa son sac au sol dans le hall d'entrée. Enleva son manteau qu'elle mit sur un cintre dans un placard près de la porte, puis ses chaussures. Elle en fit de même avec le manteau de Robert en lui disant de retirer ses chaussures. Puis poussa deux portes en bois brute, donnant sur le séjour et sur la cuisine à droite.

« La pièce qu'on a quitté, c'est bien entendu le vestibule, il y a les toilettes dans l'entrée, ici, tu l'auras deviné, c'est la cuisine, bon là le séjour, juste là derrière cette porte (elle montra celle sur sa droite et l'ouvrit) c'est mon coin bibliothèque, bon les livres sont encore dans les cartons et la bibliothèque pas encore monté en un an, mais j'y travaille, avec Lyam ! (elle referma la porte) et derrière cette porte, ma chambre, que tu n'as pas besoin de voir, on est pas assez intime, pour cela, c'est privée, enfin tu auras compris que je ne veux pas te la montrer ! Si tu veux te rendre à la salle de bain, donc, tu passeras par la cuisine, y à une porte caché derrière un rideau ! »

Resté debout dans le séjour, Oli montra son canapé et ses fauteuils.

« Assis-toi, tu veux une tasse de thé ? je ne bois que cela désolé, sinon, j'ai de l'eau... Oh, et j'ai aucun livre de Grimm ici, ils restent tous à la réserve ! »

Dans le coin cuisine, Olivia prit un comprimé avec un verre d'eau.

« Et sinon, tu es quoi comme wesen au juste ? »



J'étais livrée à moi-même, à ma peur et à ma solitude. Je tentais de me donner du courage et de refouler ma panique par des moyens rationnels. Ce sont les mots qui m'ont sauvée à l'époque.
Revenir en haut Aller en bas
♠ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


♠ Origine Wesen
Masculin
Célébrité : Armie Hammer
Âge perso : 25
Profession : Livreur-transporteur
Posts : 727
Points : 751
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 29 Avr - 18:08


◊ "Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes.”◊
Feat Olivia

J'avais posé ma question en étant persuadé qu'elle me cachait une partie de la vérité. Je ne m'attendais pas à ce qu'elle me réponde aussi franchement au milieu de la pharmacie, ce même à voix basse. Je la savais sincère et n'insistais pas plus en voyant la gêne que cela occasionnait autour de nous. En sortant, je souriais quand elle marmonna que la voiture ne démarrerait peut -être pas, je connaissais ça avec l'une des bagnoles du boulot que nous avions fini par changer après deux ans derniers bons et loyaux services.

Avant même que je ne lui propose, elle demanda si nous pouvions prendre la mienne. Je me dis que j'avais bien fait de venir en voiture et m'être garé pas trop loin. J'étais gêné pour elle, quelle journée de merde était-elle en train de vivre... J'espérais pouvoir un peu changer les choses et l'aider comme je pouvais. Je me demandais alors si je n'étais pas trop intrusif tout d'un coup... Guère plus de réflexion possible, je coupais l'autoradio et laissais Olivia me guider dans certaines rues que je connaissais peu. Cette pipelette ne me laissa guère de temps pour placer quelques mots pour demander confirmation si je prenais la première ou la seconde à droite ou à gauche. Bref, toujours est-il que son itinéraire nous fit vite arriver en bas de chez elle.

J'allais la laisser là en me disant que je pouvais bien retourner m'ennuyer chez moi et ne pas plus la déranger quand elle insista pour que je vienne, sans que cela soit un rancard. Je dois avouer que ça faisait un moment qu'elle me l'avait pas refaite celle-là. Je soupirais et suivais Speedy jusque dans son trou.

A peine étions nous arrivés qu'elle me faisait une visite express de son appartement. J'hochais la tête et balayais du regard ce bel ensemble à la fois esthétique et pratique. Ma veste passa rapidement de mes main à un cintre dans une penderie. Je quittais mes chaussures naturellement et de manière confirmés par le chef. Je m'avançais enfin dans son salon en encaissant une fois encore ses taquineries. J'haussais un sourcil quand elle e parla d'un "Lyam", me demandant si c'était son petit ami... Je la regardais aller dans la cuisine, revenir, me parler. Je soupirais. Je l'arrêtais, me tenais face à elle et lui pris les mains. Je la regardais dans les yeux. Souriant, je pris un ton calme et reposé :

"Hé Speddy ! Cin' minutes... Souffle un coup-là !"

Je pris une seconde de pause et reprenais à sa manière :

" Tu as un appartement à ton image. Cet intérieur est très beau, spacieux, bien agencé et pratique, félicitatations. Pour ce qui est de tes taquineries, je pensais que nous étions d'accord... Tu es très belle et tu serais tout à fait mon type de femme, mais je suis un homme qui tient ses paroles et qui reste fidèle. J'ai déjà une autre belle personne en vue et je ne te considère que comme une amie. Une amie qui semble-t-il à besoin d'aide et qui ne sait pas ce que les mots "repos", ou "se reposer" veulent dire ! Alors, petite bibliothécaire de combat, tu vas poser tes fesses dans ce fauteuil et laisser un grand garçon faire le thé."

Je lui souris en lui désignant le fauteuil. Pour bien appuyer mes paroles et quelque peu ma moquerie, je déposais un bisou sur son front en la plantant là. Je me dirigeais vers la cuisine. J'avais très bien compris où était la bouilloire et les tasses. Je trouvais ensuite rapidement le thé grâce à son aide. Je ne fouillais pas les placards sans son autorisation. Je lui avais cloué le bec un instant. Quand je me retournais, je constatais qu'elle s'était assise. Le temps que l'eau bout, je ramenais les tasses et le thé et m'assis en face d'elle.

"Pour enfin répondre à ta dernière question, je suis bien un wesen. Du type pas répandu et assez rare. Mais vu ton caractère patient et réfléchi au lieu de te faire l'histoire de mes ancêtres et me décrire... "

Je woge à la fin de cette phrase en ne disant plus rien. Mon visage c'était totalement transformé en tête de bison noir, mes mains étaient devenues des sortes de pattes d'ours. Je poussais même ma transformation jusqu'à mes pieds se métamorphose en pattes de bison. Je la regardais calmement qui était surprise, sans voix (chose rare). Je la laissais me regarder, ses yeux parcourir tout mon visage, voir mes mains et mes pieds.

Je me retransformais, baissais les yeux et repris un peu la parole :

"Je suis un Schwartz Bison. C'est une catégorie très rare et à part des Bison, décimés lors de la conquête de l'ouest par les Grimm. Je te raconterais mon histoire plus tard ou une autre fois... " (Je fis une seconde de pause) "Oli ? ... Je n'ai pas envie de me montrer trop intrusif, particulièrement aujourd'hui. Si je suis venu te voir, c'est que j'avais du temps libre et que notre première rencontre avait été super sympa. Anastasia, oui c'est son prénom, travaille aujourd'hui et d'autres de mes amis aussi, mais ils sont policiers ou mécaniciens... Bref, pas super pour parler un peu. Du coup j'ai pensé à toi pour ne pas rester chez moi à m'ennuyer. Maintenant, j'ose espérer que je puisse t'aider et égayer un peu ta journée de merde ! "

Je lui souris et relevais mon regard sur elle. Je sentais que j'allais me prendre de bons retours. Je la connaissais suffisamment pour savoir qu'elle n'allait pas si facilement se taire aussi longtemps. Je respecterais ses décisions concernant notre amitié, ma nature, ses problèmes et surtout le fait de savoir si elle voulait que je reste et pouvais l'aider ou s'il était préférable que je parte et que nus nous revoyions une autre fois.
by FreeSpirit





Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Phoebe Tonkin
Âge perso : 26
Profession : Bibliothécaire
Posts : 284
Points : 290
Disponibilité :
25 / 10025 / 100

Localisation : Ma bibliothéque
Gif :
Absence : Occupé dans les mois qui arrivent !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageMer 3 Mai - 22:35

“Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes.”


Olivia Rosenberg | Robert Wunsch


- Latin | - Français |  - Allemand
-----------------------------------------------

“C'est étrange, mais vrai ; car la vérité est toujours étrange, plus étrange que la fiction.”


Schéma appart' :
 

La jeune femme avait du mal à s'en remettre. Pour la deuxième fois de sa vie, elle se faisait attaquer. Qui aurait cru qu'être bibliothécaire était si dangereux ? Comme son père lui avait si souvent dit : vaut mieux être lecteur, qu'avoir une arme en devenant policier ! Il n'avait pas tort, mais le danger rôdait vraiment partout, on était en sûreté nulle part. Même être professeur était dangereux de nos jours. Oli avait entendu parler d'un professeur poignardé pour une heure de colle. Rien que ça. Elle secoua la tête. Quand elle était avec Mickaël, elle braquait des épiceries, mais c'était lui qui tenait l'arme, pas elle. Maintenant, elle savait ce que ça faisait d'être braqué. Pour rien au monde, elle recommencerait à faire cela. Quand bien même, Mickaël viendrait aux USA, elle pouvait toujours rêver. Elle espérait surtout qu'il ne vienne jamais, c'était un soulagement d'en être débarrassée.

Robert la stoppa net. Lui demandant de se calmer un peu, d'arrêter d'être aussi speed. Elle planta son regard dans le sien en grimaçant un sourire en coin et penchant la tête sur le côté. Elle récupéra ses mains en soufflant. Elle tremblait encore un peu à cause de son attaque. Quand elle était nerveuse, elle parlait plus que d'habitude, seule sa mère arrive à la calmer. Robert en revint à son appartement, la félicitant sur la décoration. Puis en revient au fait qu'il pensait qu'elle le draguait. L'humour plein de sous-entendu de la brunette, laissait à désirait et le pauvre Robert, le prenait plutôt mal. Ou disons, le prenait un peu trop au sérieux. Le jeune homme l'invita à se laisser aller et de s'asseoir un peu dans un des fauteuils. Elle ne put résister plus longtemps. Oli avait encore les mains qui tremblaient. Robert embrassa son front et s'éloigna pour faire le thé à sa place.

« Je suis désolé, je suis quelqu'un de nerveux et quand je le suis, je parle et je parle ! Je le suis aussi quand je suis normal, tu l'auras remarqué, je suppose ! Ne t'inquiète pas, je ne suis pas du tout intéressé par toi, je te l'ai déjà dit ! J'aime juste, bien embêter mon prochain ! J'ai un humour assez tordu, et pleins de sous-entendu ! Avoue, ça te plait ? (elle lui fit un clin d'oeil en riant presque) ! Et c'est sympa, de me considérer comme une ami, non parce que, je ne pense pas que je t'aurais amené jusqu'ici pour parler chiffon, du moins, de wesen et des livres que tu as vu ! si tu n'étais pas une connaissance, tu ne serais pas là ! J'aime être le second choix, ça prouve qu'on est pas vraiment ami mais qu'on apprend à l'être ! »

Quand il revient, elle le remercia d'un sourire pincé pour le thé et ce qu'elle venait de dire. Il en vient à dire qu'il était bien un wesen. Il woge. Olivia sursauta de surprise. Elle ne s'y était pas préparée et Robert l'avait prise vraiment par surprise sur ce coup là. Elle avait envie de le toucher, pour avoir un plus grand aperçu. Mais s'abstient de le faire. Première fois qu'un wesen mettait les pieds dans son appartement. C'était tout aussi étrange aussi, car c'était aussi le premier qui lui montrait son véritable aspect.

« C'... C'est surprenant ! Ça ne fait pas mal ? Je me suis toujours demandé comment les personnes comme toi faisaient pour changer, j'ai enfin ma réponse ! C'est mieux que dans un livre ! C'est magnifique, je trouve cela fascinant ! Mon grand-oncle a aidé un Grimm, c'est pour cela que je suis au courant pour vos semblables ! Je pense avoir lu des articles de tes ancêtres à la bibliothèque, enfin, à la réserve ! Je connais un peu l'histoire oui ! »

Oli fit une pause pour le regarder redevenir humain. Il était tout à fait humain de toute manière, il restait Robert. Ce n'était pas un étranger.

« Et bien contente d'être le second choix de ta journée, et la mienne a juste été chamboulée, elle n'est pas merdique ! Je vis, je respire, dehors il fait à peu près beau, la journée est merdique quand on s'est cogné le pied ce matin et qu'on s'est dit : La journée sera merdique à cause de ça ! Moi, ce n'est pas parce que j'ai été attaqué qu'elle est merdique, je trouve que ça s'est bien déroulé ! Tu vois, grâce à cela, tu sais que je suis au courant pour les wesen, tu connais la réserve et je sais que tu es un wesen ! Tu vois, la journée est super, je viens encore d'apprendre un truc sur toi, le nom de ta compagne ! »

La brunette regarda sa table base, puis la tasse.

« Pour en revenir à mon grand-oncle, il occupait la bibliothèque avant moi et ne m'avait pas encore parlé de Sam, le Grimm car il ne l'avait pas revu depuis 2 ans. Quand il a débarqué, je l'ai emmené dans la réserve, ensuite je l'ai pris pour un fou et envoyé en prison ! »

Olivia lui lança un sourire et se servit en thé. Elle but une gorgée de sa tasse tout en détaillant Robert. Ce dernier répondit d'abord à sa question concernant les wesen et le fait de woge et en revint à son humour plein de sous-entendu. Avant de parler du grand-oncle.



J'étais livrée à moi-même, à ma peur et à ma solitude. Je tentais de me donner du courage et de refouler ma panique par des moyens rationnels. Ce sont les mots qui m'ont sauvée à l'époque.
Revenir en haut Aller en bas
♠ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


♠ Origine Wesen
Masculin
Célébrité : Armie Hammer
Âge perso : 25
Profession : Livreur-transporteur
Posts : 727
Points : 751
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 6 Mai - 17:56


◊ "Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes.”◊
Feat Olivia

J'écoutais tout ce qu'elle me disait avec attention. Si elle parlait encore autant, son attitude était moins nerveuse et elle semblait plus paisible que l'instant d'avant. Elle commença par me dire, maladroitement selon moi, qu'elle acceptait que nous soyons des amis, mais pas plus, ce que j'avais déjà compris. Je souris à son énième clin d'œil. c'est vrai que ça me faisait sourire, mais elle avait été un peu lourde (je m'excuserais tout de même un peu). Elle me posa des questions sur ma nature et me raconta pour son oncle, ou raconta de nouveau mais cette fois je comprenais mieux. Son optimisme me fit sourire. Je l'étais aussi, mais je connaissais des personnes abattues pour bien moins que ça. Elle allait un peu fort en disant qu'Anastasia était ma compagne... Je pensais à elle et tenterais d'aller la voir cette semaine. Je lui téléphonerais ce soir... Bref, les derniers mots d'Oli me firent hausser les sourcils :

"Alors toi ! Tu es d'une décontenance ! J'admire ton optimisme, mais les choses ne sont peut-être pas à prendre autant à la légère. Je tiens d'abord à m'excuser si j'ai mal jugé ton humour, j'ai trouvé la répétition un peu trop lourde... désolé. Sinon Zia n'est pas encore tout à fait ma "compagne", disons que c'est une très bonne amie et ma petite amie depuis peu... Je ne t'en dirais pas plus là-dessus pour le moment curieuse !"

Je la taquinais à mon tour et pris ma tasse remplie en souriant. J'en bus une gorgée avant de poursuivre :

"Second choix ? Ouais, disons que j'ai pensé à d'autres avant toi, mais d'un autre côté j'ai vraiment décidé de venir te voir toi. Donc premier second choix avant "m'étaler dans le canapé", "regarder la télé", "geeker"... (je lui tirais la langue et souris une seconde) Pour ce qui est de... woge. Oui ça fait un peu mal au début, mais aujourd'hui ça me fait que des mini picotements, c'est plus douloureux. Je ... comme je recherche des informations sur mes ancêtres, je seras curieux de découvrir les articles dont tu as parlé pour voir s'ils sont semblables à ceux que j'ai déjà ou s'il peuvent m'en apprendre plus... mais revenons à nos moutons ! Ou plutôt à nos hundjäger. Je vais appeler un ami qui peut peut-être connaître ou avoir entendu parler d'eux... Je reviens"

Je bus une autre gorgée, c'était trop chaud pour boire la tisane. Je sortais mon portable de mon jean. Je relevais les yeux vers Oli :

"Aucun commentaire sur mon tank, il a fait la guerre ce portable madame"

Portable de Robert :
 

Je lui souris et fouillais mon répertoire. Il est vrai que je n'avais pas de smartphone et que je n'aimais pas ça. je préférais un bon portable "à l'ancienne", avec des touches et d'un seul morceau, bien solide ! Je l'écoutais me répondre et composais le numéro de Tancred, mon ami hundjäger. Je ne préciserais pas sa nature à Oli, je l'aimais beaucoup, mais nous n'étions pas encore assez bons amis pour lui confier de tels secrets. Quand Tancred me répondit au bout de deux ou trois sonneries, je me levais et allais dans l'entrée. après les courtoisies habituelles, je lui demandais s'il avait entendu parler de hunjäger dans le coin. Il me dit que oui mais qu'il n'était pas sûr de ses infos. Il me donna le nom d'un gars que je pourrais aller voir pour de plus amples informations et de l'aide. Je fis signe à Olivia si elle avait du papier et un stylo pour que je puisse écrire.

Spoiler:
 

by FreeSpirit



Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Phoebe Tonkin
Âge perso : 26
Profession : Bibliothécaire
Posts : 284
Points : 290
Disponibilité :
25 / 10025 / 100

Localisation : Ma bibliothéque
Gif :
Absence : Occupé dans les mois qui arrivent !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageMer 10 Mai - 20:17

“Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes.”


Olivia Rosenberg | Robert Wunsch


- Latin | - Français |  - Allemand
-----------------------------------------------

“C'est étrange, mais vrai ; car la vérité est toujours étrange, plus étrange que la fiction.”


Schéma appart' :
 

La jeune bibliothécaire souffla doucement sur son thé, il était très chaud. Elle s'était brûlé la langue en buvant sa première gorgée. Cependant, elle n'avait rien laissé paraître. Oli se mordilla la langue engourdi par la brûlure, mais resta impassible. Sa langue la piquait comme si elle venait de ce la mordre jusqu'au sang. Olivia regarda un bref instant le sol en se préoccupant de sa langue brûlée avant de revenir au présent. La brunette écoutait ce que Robert avait à dire sans relever pour son humour, qui par ailleurs, était lourd. Il était vrai, mais elle continuait tout de même à s'en servir. Le jeune livreur en vint à parler de sa « compagne » qui n'était pas vraiment sa « compagne ». Elle était qui alors ? Ah, une simple amie ou petite-amie, hésitait-il encore ? Qu'est-ce qui le retenait ? Olivia eut un sourire et se pinça les lèvres sans relever sur sa curiosité qui la dévorait.

Il se m'y ensuite à examiner point par point, le fait de venir la voir. On vient voir une amie, une collègue malade, mais elle et lui, ne sont juste que des connaissances. Donc, il venait la voir pour quoi en résumé ? Lui demander conseille ? Apprendre à mieux la cerner. Oli en doutait fortement, vu qu'il disait avoir une « petite-amie ». Robert fit un rapide résumé sur sa condition de wesen, ce que cela provoquait chez lui quand il changeait (woge) et retint son intention sur les livres qu'elle aurait sur les Bisons. Oli hocha la thé et souffla de nouveau sur son thé avant de boire. Le livreur en vint finalement à l'attaque de la brunette et sortit son portable où il en fit une remarque. Elle même avait un portable non tactile, qu'elle trouvait inutile, un simple BlackBerry. Touche de clavier d'ordinateur, très pratique pour écrire plus vite que celui de Robert, où il faut appuyer cinquante fois pour avoir la bonne lettre. Oli sourit posa sa tasse et leva les mains en signe de respect.

« Je ne dirais rien là dessus ! »

Restait seule, Oli regarda par la fenêtre. La journée avançait doucement, il était déjà 10h passé. Entre son attaque, attendre la police, plus son témoignage, ça avait pris beaucoup de temps. Ensuite, le chemin pour rentrer et les embouteillages du matin. Elle se mit à écouter Robert qui lui faisait signe pour un stylo et du papier. La brunette se leva et alla chercher un bloc de post-it et un stylo sur son bureau derrière le canapé. Oli lui tendit le tout et regarda ce qu'il notait. Elle espérait pas du tout partir en vadrouille, elle n'était pas le genre aventurière pour combattre le crime. Oli était une simple bibliothécaire, cachait derrière ses livres. Quand le jeune homme eut raccroché, Olivia put le questionner un peu.

« Tu compte faire quoi ? Retrouver les hundjäger qui ont fait le coup ? Ils ont déjà tué Sam l'année dernière, et c'était un Grimm ! Je ne veux pas que tu fasse cela pour moi ! Laisse tomber ! Et c'est quoi la chose que tu as noté ? Pour information, je ne suis pas une combattante du crime, si tu pensais au fait que je vienne et le reste ! »

Olivia resta là et l'observa sans rien dire de plus en croisant les bras.



J'étais livrée à moi-même, à ma peur et à ma solitude. Je tentais de me donner du courage et de refouler ma panique par des moyens rationnels. Ce sont les mots qui m'ont sauvée à l'époque.
Revenir en haut Aller en bas
♠ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


♠ Origine Wesen
Masculin
Célébrité : Armie Hammer
Âge perso : 25
Profession : Livreur-transporteur
Posts : 727
Points : 751
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageVen 12 Mai - 19:39


◊ "Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes.”◊
Feat Olivia

Une fois que j'eus raccroché la question d'Olivia me désarçonnait. Je n'avais même pas pensé à ce genre de réponse non plus et je ne sus trop quoi répondre tout de suite. Je la regardais tout d'abord d'un air surpris. Mais à y réfléchir, c'était une réaction tout ce qu'il y a de plus normale, mais aussi banale. En effet, quand nous sommes victime d'un délit, nous allons voir la police, nous le signalons et nous déléguons la justice aux autorités compétentes... mais j'avais tellement fait pour les autres que me mêler de ce qui n'était pas mes affaires était devenu un peu trop habituel. devais-je abandonner pour autant ? Non, je ne pouvais pas aller à l'encontre de moi-même. Peut-être les Schwartz Bison sont-ils fait ainsi, avec de grandes capacités physiques, un altruisme hors norme pour le troupeau et un sens de l'honneur sans partage.

"Je ... Tu m'as ... Ouais..."

Je regardais le papier posé sur un coin de meuble. Je lui retendais le stylo et pris le papier en main. Je remontais mon regard à ses yeux brillants et en une seconde je retrouvais un plan que je ne tardais pas à lui donner en guise de réflexion :

"C'est vrai que je suis parti à faire des plans sur la commette... J'suis comme ça, je n'aime pas que les gens que je connais souffre... Alors, ouais, c'est peut-être un mot fort pour toi, mais..."

Je changeais de ton, plus convaincu par ce que j'allais dire, car plus réfléchis encore :

"Mais on a tué un de tes amis, pour tu ne sais pas trop quoi ! Je t'ai retrouvé sur le sol après une agression à cause d'individus qui ont une idée précise en tête. Alors, oui, c'est vrai, j'avais dans l'idée de les retrouver et avoir une explication avec eux... en demandant de l'aide à un ami, ancien des forces spéciales de l'armée, dans les troupes d'élite. Ok, c'est toujours pas une bonne raison et sans risque, mais je pourrais pas rester sans rien faire ! Alors j'te propose qu'on retourne à la bibliothèque pour voir une logique dans la fouille de ceux qui t'ont fait ça. Quelque chose qui aurait échappé aux enquêteurs. Je peux même voir à aller plus loin en demandant ce qui est recherché dans certains milieux wesen. Plus je parle, plus j'me dis que j'aurais besoin de l'aide de Tancred (dis -je comme en aparté) ... Bref, je sais que "normalement" on laisse faire la police. Mais "normalement" les wesen n'existent pas ! ... et sont des méchants monstres dans les contes... Je ne suis pas une tête brûlé."

Je pris une courte pose pour laisse Olivia réfléchir quelques secondes à la situation telle que je pouvais lavoir par mes yeux. J'ajoutais :

"J'ai vu et vécu des trucs que je souhaite à personne, mais on peut faire une petite enquête de loin sans parler à personne ni taper dans personne. Hum.. Tut compte fait, n'avertir Tancred qu'en cas d'urgence"
, terminais-je surtout pour moi-même.

Je ne savais pas trop quoi ajouter, mais je n'étais plus dans le doute pour ma part. J'espérais l'avoir convaincu. et puis si je ne nous impliquais pas comme je l'avais voulu dans notre recherche et si elle se faisait de loin, ceci n'était pas plus un mal. Par contre, je resterais opposer à l'idée de laisser faire seule la police dans une affaire de wesen. Je me sentais assez solide et rusé pour ne pas nous attirer d'ennui et résoudre cette affaire (ou du moins aider à ce qu'elle le soit). Ne restait plus qu'à savoir ce que pouvait penser Oli à présent.


by FreeSpirit




Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Phoebe Tonkin
Âge perso : 26
Profession : Bibliothécaire
Posts : 284
Points : 290
Disponibilité :
25 / 10025 / 100

Localisation : Ma bibliothéque
Gif :
Absence : Occupé dans les mois qui arrivent !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageMer 17 Mai - 20:54

“Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes.”


Olivia Rosenberg | Robert Wunsch


- Latin | - Français |  - Allemand
-----------------------------------------------

“C'est étrange, mais vrai ; car la vérité est toujours étrange, plus étrange que la fiction.”


Schéma appart' :
 

La jeune femme ne voulait pas qu'un inconnu se mette en danger pour elle. Enfin quoi, il y a la police pour gérer ce genre de souci. Police que sa collègue a appelé et qui devait déjà être sur une piste. D'ailleurs, elle devrait noté dans son agenda, que demain, elle avait déposition. Ensuite, elle irait se masser l'épaule. Cette dernière lui faisait atrocement mal. Et puis, pas besoin d'un super-héro sans pouvoir à Portland, il y avait déjà Batman à Gotham City. Quand bien même, les super-héro ça n'existe pas. Il n'était pas Clark Kent, mais juste un simple citoyen de Portland. Un homme tout à fait normal, avec une force étrange qu'il montrait à qui veut voir. Il n'était pas discret en plus. Et même si Oli ne le connaissait pas vraiment, elle ne voulait pas avoir sa mort sur la conscience. Et devoir expliquer à Anastasia, que c'était à cause d'elle si son compagnon était mort. Non merci. Comment deviendraient-elles amies après ça ? Oli n'arriverait pas à regarder cette pauvre fille dans les yeux.

Elle détailla Robert un moment. Ce dernier jeta un coup d’œil vers le morceau de papier et semblait complètement décontenancé par ce qu'elle venait de lui dire. Il ne savait pas par quoi commencer pour lui répondre et en vient à bafouiller quelques mots. Après un moment de méditation et de réflexion sans fin, Robert reprit la parole, sachant finalement quoi lui dire. Oli fronça les sourcils et eut un petit rictus aux lèvres en entendant ce qu'il disait. Les plans sur la comète, la brunette savait ce que c'était. Elle-même en faisait à la pelle, il y a des années, mais rien ne tournait dans le sens qu'elle avait choisi. La preuve, elle était à Portland...

Olivia l'écoutait sans broncher, tout ce qu'il avait à dire. Le pourquoi il voulait en arriver là, le fait que son ami était mort à cause d'une chose qu'il ne comprenait pas. Devait-elle le lui dire ? Pouvait-elle vraiment lui faire confiance ? Après tout, il pouvait être sympa et se révéler être un salopard, de nos jours, on ne peut pas avoir confiance en tout le monde. Olivia l'avait appris à ses dépends avec Michael... Rob avait déjà tout planifier dans sa tête, retourner à la bibliothèque, chercher des indices là où la police n'a pas pu mettre les pieds. Il est vrai que la réserve des Grimm, comme la jeune femme l'appelait, avait été celé par ses soins. Obligeant ainsi la police à rechercher des indices que dans la réserve de la bibliothèque. De ce fait, ils ne connaissent pas la véritable raison de la venu de ces individus. Braquer une bibliothèque, cela semblait totalement étrange, sauf si, le dit commanditaire, venait pour un ouvrage ancien de plusieurs siècles qu'il pourrait revendre par la suite. Mais, c'était plus compliqué que cela. C'était de wesen qu'on parlait là. Quand Robert acheva de parler, Oli regarda le sol puis releva ses yeux vert vers Robert.

« Ecoute, je sais que tu veux bien faire, mais ces types là ne sont pas des enfants de cœurs, je n'essaie pas de te dissuader, tu veux aller les voir ? Libre à toi, mais je n'irais pas voir ta compagne pour lui dire ce qui t'est réellement arriver ! Deuxièmement, je commence à croire que je commence à me faire vieille pour commencer à faire confiance aveuglément, mais tant pis, je te le dis quand même... La chose qu'ils cherchaient est en réalité un vieux grimoire datant du moyen-age avec des incantations légendaires et futile sauf pour un Hexenbiest/Zauberbiest qui veut mettre à genoux le monde ! L'année dernière ils ont essayés de l'avoir, mais en vint ! Je l'ai tellement bien caché qu'ils ne le trouveront pas ! »

La jeune femme retint sa respiration puis la relâcha en soupirant tout doucement. Elle avait l'air énervé, c'était peu de le dire. Mais se lancer dans une quête sans en connaître vraiment le déroulement, était peine perdu. Oli était une petit nature et ne voulait pas s'en mêler.

« Je ne voulais pas te le dire parce que et bien, tu n'es pas vraiment un ami et puis je te fais pas totalement confiance, mais si tu tiens à le savoir maintenant c'est le cas ! Je pensais qu'ils étaient passé à autre chose mais apparemment non ! Je ne cache pas que j'ai peur, je ne suis pas une héroïne pour ce coup-là ! Espionner des Hundjäger et des Hexenbiest ? Je suis plus une observatrice dans une bibliothèque, j'apprends que derrière un bouquin, alors sur le terrain... Si je reste dans la voiture d'accord, oui je suis curieuse, et je suis partante pour voir cela autant avoir un coup d'avance... Quitte à me mettre en danger ! »

Olivia en vint à dire qu'elle revenait et se retira dans sa salle de bain en passant par le salon puis la cuisine. C'était la porte la plus proche. Une fois dans la salle d'eau, elle enleva le haut de sa robe et l'hématome sur son épaule. La brunette appuya sur ce dernier en grimaçant de douleur et un aïe sortit de sa bouche. En serrant les dents, elle massa le bleu et remit le haut de sa robe avant de rejoindre Robert qui était rentré de nouveau dans le salon.

« Par quoi on commence au final ? La bibliothèque ? Je ne me sens pas prête à montrer ce livre à un inconnu ! Même si je connais ton prénom et ton nom, on ne sait jamais, tu peux trahir ma confiance en me faisant croire monts et merveilles !  »



J'étais livrée à moi-même, à ma peur et à ma solitude. Je tentais de me donner du courage et de refouler ma panique par des moyens rationnels. Ce sont les mots qui m'ont sauvée à l'époque.
Revenir en haut Aller en bas
♠ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


♠ Origine Wesen
Masculin
Célébrité : Armie Hammer
Âge perso : 25
Profession : Livreur-transporteur
Posts : 727
Points : 751
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageDim 21 Mai - 22:21


◊ "Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes.”◊
Feat Olivia

Ce qu'elle me disait, avec une réalité si crue et peu d'euphémisme pour atténuer, par maladresse, honnêteté, peur ou je ne sais quoi, me faisait comme un poids sur le cœur et me serrais la gorge. Quelques mots résonnaient encore "tu n'es pas vraiment un ami et puis je te fais pas totalement confiance". Puis la seconde d'après, ses paroles suivantes étaient différentes, pas de nature, mais dans le sens où elle me suivait dans l'idée de cette enquête... J'essayais de ne pas me focaliser sur sa méfiance qui, à bien y penser, était tout à fait naturel. Je restais tout de même sceptique quand aux mots qu'elle avait employée, montrant une plus grande distance d'elle a moi que je n'en voulais de moi à elle. Cela m'était déjà arrivé, je devrais le savoir, mais j'étais comme ça... Son changement d'avis me fis me rassoir. Je cogitais dans le vide, chose rare. Puis quand elle revint, j'hésitais à parler, tout lui dire de laisser tomber, que je n'allais rien faire, lui mentir et continuer pour ne revenir vers elle que si mon enquête aboutissait à quelque chose. Et puis rien... Non rien, je la regardais, mais je n'arrivais pas à me décider de lui dire qu'en fait ce n'était peut-être pas la peine, que si je voulais être téméraire cela ne regardait que moi...

"Je ... Ok... Pour tout te dire, je ne sais pas comment prendre ce que tu m'as dit tout à l'heure, mais soit ! Je peux te promettre d'arrêter si t'es en danger et je ferais tout pour qu'on ne le soit pas. Je ne suis peut-être pas une Mauzhertz, mais je sais me faire discret !"

Je tentais de désamorcer mon propre confit intérieur. Cela me faisait comme une page web buggée, ça tourne à fond, ça bouffe es ressources, mais il se passe rien. Aller Robert, un bon plantage et on reboot.

"Allons à la bibliothèque. Même si "l'inconnu" est curieux de savoir de quel ouvrage il s'agit, il l'est davantage du mode opératoire et de la circonférence vectorielle du déplacement des cambrioleurs. En terme moins précis, en regardant comment sont vraqués les livres par terre on pourra voir comment ils se sont déplacés et ont fouillé. Et donc on pourra savoir s'ils connaissaient les lieux ou un peu de ta façon de ranger, etc."


Je n'étais pas sûr qu'elle suive tout et je m'en fichais bien. Elle m'avait vexé, il faut le reconnaître. Je pris ma veste, mes clefs de voiture sorties de ma veste et me rendais à la porte. Je l'attendais sur le palier en attendant qu'elle ferme. Ma super machine repartait pour savoir comment j'allais mener "notre" pette enquête. Je me perdais donc dans mes pensées d'apprenti-expert investigateur.


by FreeSpirit




Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Phoebe Tonkin
Âge perso : 26
Profession : Bibliothécaire
Posts : 284
Points : 290
Disponibilité :
25 / 10025 / 100

Localisation : Ma bibliothéque
Gif :
Absence : Occupé dans les mois qui arrivent !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageMar 23 Mai - 21:05

“Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes.”


Olivia Rosenberg | Robert Wunsch


- Latin | - Français |  - Allemand
-----------------------------------------------

“C'est étrange, mais vrai ; car la vérité est toujours étrange, plus étrange que la fiction.”


RÉSERVE BIBLIOTHÈQUE:
 

Oli sentait bien qu'elle avait un peu vexé le jeune homme. Mais c'était c'est principe, elle s'était fait tellement avoir en amitié, qu'elle ne voulait plus de ça. Des gens qui rentrent dans sa vie, lui font croire monts et merveilles, pour au final, profiter de sa gentillesse, plus jamais. Robert avait l'air gentil, mais la confiance se mérite, pour le moment, il n'avait prit que le risque de l'emmener chez elle, de l'aider avec la police. Rien d'autre. Le pour et le contre se mettaient doucement en place. Il n'était pas si différent d'elle, à le regarder, il n'avait pas l'air d'être bien méchant. Mais il ne faut pas se méfier de l'eau qui dort, elle peut être redoutable, créer des tsunami et engloutir le tout. Robert prit sa veste et sortait de l'appartement comme un ouragan. Olivia n'avait juste qu'à faire la même chose et de fermer sa porte. Elle le suivait jusqu'à sa voiture et la brunette claque la portière, parce que le jeune livreur n'était, semble-t-il, pas content qu'elle ne lui montre pas plus d'intérêt en tant qu'ami.

« Ô monsieur c'est senti vexé à ce que je vois, ferais-tu confiance à une personne que tu connais depuis 2 heures ? Moi non, pour gagner cette confiance et que je te considère comme un ami, il va falloir que, si je t'appelle à n'importe quelle heure de la nuit, que tu viennes, et pour ça, très peu de personne laisse leur portable allumé la nuit ! Seul Lyam le fait, c'est mon meilleur ami et il est unique en son genre ! Seul les vrais amis sont toujours présent pour leurs amis ! Alors le prend pas mal si je ne désire pas te montrer ce livre ! Je veux bien faire une exception, vu que là, tu es en train de m'aider, cependant, je me pose le pour et le contre et le temps qu'on arrive à la bibliothèque, le pour aura certainement gagné, je ne sais pas ! »

La brunette se tut et regarda droit devant elle, se mordillant l'intérieur de la joue de rage. Elle soupira, leva les yeux au ciel et se tourna vers Robert. Le pour et le contre semblait marché pour elle.

« T'es un peu soupe au lait non ? Tu prends tout à la mouche ? Tu n'a pas l'air violent et moi même je ne le suis pas, je préfère la discutions à une dispute, mais quand on me cherche on me trouve ! Je me braque toujours pour des choses futiles ! Je suis d'accord de te montrer le livre, à une seule condition : Que ça ne fasse pas le tour de Portland ! Tu seras le seul au courant, donc je serais que c'est toi ! Et je suppose qu'ils savaient ce qu'ils cherchaient, ils ont commencé par la réserve de la bibliothèque puis ils ont remarqué ma clé que je porte au cou, et ont ouvert la deuxième réserve, celle des Grimm ! Donc, crois-moi, ils savent ce qu'ils veulent, et travaillent certainement avec un Hexenbiest ! »

Olivia songea à Althéa qui menait ce genre d'enquête. Même si la jeune bibliothécaire, aurait préféré se reposer chez elle, plutôt que de courir à droite et à gauche, elle voulait en finir avec cette histoire de Hundjäger. L'année dernière avec la mort de Sam, elle ne les avait pas revu. Elle savait le pourquoi ils étaient venus, mais ils n'étaient pas mort pour autant. Elle pensa à sa collègue à qui elle a dit qu'elle allait se reposer. Son portable sonna, c'était son grand oncle. Elle lui parla et il avait eu vent de l'attaque à la bibliothèque. Après l'avoir rassuré, Oli lui dit qu'elle n'était pas toute seule et promis de passer le voir dans la soirée. À la bibliothèque, Oli sortit et se dirigea directement dans la réserve en repoussa les bandes jaunes qui délimite la scène de « crime ». Même si, on s'en est prit aux livres, pour Oli s'était un crime. Les livres étaient éparpillés un peu partout, elle se rendit au fond de la réserve de la bibliothèque.

« Je ne l'ai pas mis avec ceux des Grimm, je l'ai planqué dans cette réserve et non la deuxième ! »

Olivia se mit à genoux, souleva une planche de parquet entre deux étagères de livres, puis une seconde avant de sortir un gros livre ancien. Elle remit les planches en place et s'approcha de la seconde porte qu'elle ouvrit avec la clé. Une fois dans la réserve des Grimm, elle referma la porte à clé. Oli claqua le livre sur la table en chêne et se tourna vers Robert.

« Je changerais de place la cachette, ce n'est pas ce qui manque ici ! Donc, voici le grimoire en question, si tu comprends le latin, vas-y, moi je peux que traduire que des mots que je comprends, pas tous ! Et les incantations me font froid dans le dos ! Ne les lis pas à haute voix, on en sait jamais et encore, il faut les ingrédients ! »



J'étais livrée à moi-même, à ma peur et à ma solitude. Je tentais de me donner du courage et de refouler ma panique par des moyens rationnels. Ce sont les mots qui m'ont sauvée à l'époque.
Revenir en haut Aller en bas
♠ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


♠ Origine Wesen
Masculin
Célébrité : Armie Hammer
Âge perso : 25
Profession : Livreur-transporteur
Posts : 727
Points : 751
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageVen 26 Mai - 15:56


◊ "Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes.”◊
Feat Olivia

Tout le long du trajet je ruminais un peu ce qu'elle m'avait dit et la raison que j'avais de "bouder". Je tournais tout ça dans ma tête. ce n'était pas vraiment une habitude de ressasser mais réfléchir oui. J'en passais par le *j'en ai rien à foutre qu'elle m'aime ou pas, rien à faire non plus que je sois apprécié ou pas...* Et tout un tas de choses guère joyeuses et fausses. Après maintes autres remarques du genre j'en vins à prendre du recul et me dire que je me fourvoyais.

Oui l'amitié de cette bibliothécaire brune m'importait et non je n'étais pas naïf. Je me disais qu'à sa place j'aurais peut-être agi de la même manière. Que j'avais été bête et gamin !

Une fois sur place Olivia se concentra sur d'autres choses. Je la suivais et entendais ce qu'elle me disait. Sa planque me fit sourire. C'était astucieux et pratique à la fois. Brillant ! Une fois le grimoire sous les yeux, je notais son ancienneté et sa particularité. la couverture était épaisse, l'ouvrage lourd et le tout gravé de dessins et symboles anciens. Oli me précisa que c'était un livre écrit en latin. Je n'y connaissais absolument rien. Je me demandé si Tancred, qui parle pas mal de langue connaissait celle-ci mais il me semblait que non. Je balayais ses mots du regard.

"J'ai vu très peu de grimoire de magie mais celui-ci est particulièrement beau. Je t'avouerais ne pas me risquer à prononcer ou lire un de ces mots... Bon, je connais rien au latin non plus."

Je regardais les alentours et les autres livres au sol. Je remarquais que certains avaient été ouverts avant d'être jetés au sol. Je les ramassais et les empilais dans mes bras. Une fois ma collection complète je les posais sur la table en fronçant les sourcils. Je me tournais vers Olivia.

"Très bien. Je dois m'excuser pour tout à l'heure... J'ai ruminé et même pour un Schwartz Bison c'est pas normal. Alors voilà, on est certes pas ami et je n'ai pas ta confiance, mais je vais travailler pour l'avoir et te montrer ma sincérité... Je sais pas, toute emmerdeuse que t'es j't'aime bien ..."


Je baissais les yeux en souriant. Je me raclais la gorge et me retournais vers les livres que je venais de poser sur la table. Je posais ma main sur le tas et lui expliquais :

"Ces livres ont été ouverts avant d'être jetés au sol. Je pense qu'il y a un thème commun à ses ouvrages et que c'est l'intérêt des voleurs. Je sais qu'il recherche cet ouvrage là, mais comme on comprends rien au latin et que pour le moment nous n'avons pas de latiniste sous la main, nous pourrions comprendre grâce au reste ce qui attire l'attention de ces chiens fous..."


by FreeSpirit





Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Phoebe Tonkin
Âge perso : 26
Profession : Bibliothécaire
Posts : 284
Points : 290
Disponibilité :
25 / 10025 / 100

Localisation : Ma bibliothéque
Gif :
Absence : Occupé dans les mois qui arrivent !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageVen 26 Mai - 18:29

“Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes.”


Olivia Rosenberg | Robert Wunsch


- Latin | - Français |  - Allemand
-----------------------------------------------

“C'est étrange, mais vrai ; car la vérité est toujours étrange, plus étrange que la fiction.”


RÉSERVE BIBLIOTHÈQUE:
 

Oli ne voulais pas être méchante avec qui que ce soit. Cependant, il était vrai qu'elle voulait un minimum de confiance avant de tenter quoi que ce soit. Il faut compter les un sur les autres quand on envisage de faire quelque chose de grand, comme cambrioler une épicerie. La brunette se souvint alors de Mickael et elle en train de braquer une épicerie de quartier. C'était la première fois pour elle, et elle n'avait pas vraiment confiance en lui, elle avait failli se faire prendre. Mickael était arrivé, et avait assommé le commerçant qui allait lui tirer dessus. De là, au fil des hold-up, elle avait commencé à mettre toute sa confiance en lui et de finir avec. Quel crétin, et surtout elle aussi l'était, d'avoir tatoué cette rose avec son prénom sur sa vessie tout à gauche. Elle savait qu'il n'était pas fait pour elle, mais quand on est jeune, on est attiré par les mauvais garçons que par les bons. Oli chassa Mike de son esprit, elle ne l'avait pas aimé, c'était l'amour du risque qui l'avait lancé dans ses bras. Ceci dit, là, c'était différent, Robert n'est pas un cœur à prendre et il n'est pas un danger publique, genre mauvais bougre.

Ce qu'elle lui avait dit, elle ne l'effacerait pas, mais elle avait raison. Il était impatient, et voulait tout faire au plus vite et pouvait les mettre en danger. Cependant, les mots qu'il avait prononcé, la fit sourire. Oli se mordilla la lèvre inférieure dans un sourire, pour arrêter de taquiner le jeune homme avec son humour très peu toléré par ce dernier. Il risquerait certainement de mal le prendre ou de rentrer dans son jeu. C'était plus fort qu'elle.

« Ah ah, je t'y prends encore, tu commence à m'apprécier ! Il est vrai que je suis une emmerdeuse, c'est ce qui fait éloigner les soupes au lait et s'est mon plus grand charme ! Mais que veux-tu ? Je reste moi-même et j'aime dire ce qui cloche et ce qui ne colle pas au scénario ! »

Elle lui tira la langue en se la mordillant, puis lui sourit franchement en montrant toutes ses dents. Elle regarda le grimoire puis les livres éparpillé un peu partout.

« Je pense qu'ils en avaient que pour ce grimoire, je ne vois pas ce qu'ils pourraient faire avec les autres... Enfin, c'est des livres anciens amassés par le temps par des Grimm ! Sam n'était pas le premier ni le dernier Grimm à mettre les pieds dans cette bibliothèque au fil des années ! Je ne parle même pas des armes qu'il y a dans le coffre à l'étage ! La plupart, je ne sais même pas leur utilité ! Je comprends que certains mots, et je t'ai dit que ces incantations me foutaient la chair de poule, un parle en particulier de mettre les hommes à genoux ! J'ai déjà entendu de pièce de zakynthos, mais là, c'est d'un livre qu'on parle... »

Oli essaya de rester neutre, après tout, même si elle avait un peu peur, elle ne voulait pas le montrer. Restait forte, peu importe la situation. Mais pas question de se battre, trop pacifiste. S'il le fallait, elle s'y mettrait, mais pour l'heure, elle en était pas encore là. Elle fit comme Robert, et ramassa quelques volumes qu'elle posa sur la grande table en chêne. Elle songea encore au braquage qu'elle faisait à une époque, c'est Mickael qui avait l'arme, elle, elle remplissait les sacs. Sur le coup de l'adrénaline, on faisait n'importe quoi, s'il fallait faire quoi que ce soit, finalement, elle était partante.



J'étais livrée à moi-même, à ma peur et à ma solitude. Je tentais de me donner du courage et de refouler ma panique par des moyens rationnels. Ce sont les mots qui m'ont sauvée à l'époque.
Revenir en haut Aller en bas
♠ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


♠ Origine Wesen
Masculin
Célébrité : Armie Hammer
Âge perso : 25
Profession : Livreur-transporteur
Posts : 727
Points : 751
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageDim 28 Mai - 16:55



◊ "Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes.”◊
Feat Olivia

Nous ramassions tout les livres à terre, de toute façon il fallait bien les ranger ensuite. Je lus les titres des autres livres. Bien qu'Olivia ne soit pas persuadé qu'il y ait un lien, moi j'en voyais l'utilité. Bien sûr qu'elle avait raison, mais j'avais toujours besoin de plus que ce qui était nécessaire.

"Je te suis tout à fait mais... Difficile à expliquer. Disons que pour saisir ce que recherche vraiment les valeurs, ce n'est pas de se dire seulement "c'est ce livre". En effet, quand tu lis un livre, tu recherche et tu trouve bien plus que l'histoire qu'il raconte. Alors, bien sûr que je suis convaincu que ce grimoire est au cœur de cette affaire. Savoir ce qu'il y a autour, comprendre pourquoi ces livres ont été ouverts avant d'être jetés, peut nous expliquer le dessein plus grand de ce que veut celui qui est à la tête du coup..."

Pas sûr que je sois très clair ou qu'elle ait réussi à suivre ce que je voulais exposer. Je restais sur ma lancée. J'appuyais ma main sur le bord de la porte d'entrée, je balayais la pièce du regard, relisais les titres pour me mettre les mots en tête. Je les répétais à haute voix pour m'aider :

"Bréviaire de la magie, habitat naturel des poissons lumières, enchantement de plumes, histoire des sorciers, Essay über leichten Fisch, Light Fish... Mais qu'est-ce qu'ils ont avec les poissons des abysses ?" - lâchais-je intrigué.

Il y avait quelque chose que j'aurais dû demandé à Olivia depuis un moment déjà :

"Pourrais-tu me traduire les mots que tu comprends s'il-te-plaît?"

Je pris un ticket de caisse dans ma poche et un stylo. Je retournais la liste pour écrire au dos, pour une fois pas de pub qui cache ce blanc qui m'est tant utile. Je pris en note tout les mots qui revenaient et j'attendais ce que pouvait me traduire grossièrement Olivia.

by FreeSpirit




Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Phoebe Tonkin
Âge perso : 26
Profession : Bibliothécaire
Posts : 284
Points : 290
Disponibilité :
25 / 10025 / 100

Localisation : Ma bibliothéque
Gif :
Absence : Occupé dans les mois qui arrivent !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageMer 31 Mai - 21:46

“Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes.”


Olivia Rosenberg | Robert Wunsch


- Latin | - Français |  - Allemand
-----------------------------------------------

“C'est étrange, mais vrai ; car la vérité est toujours étrange, plus étrange que la fiction.”


RÉSERVE BIBLIOTHÈQUE:
 

En fin de compte, cette histoire allait prendre fin. Oli allait découvrir le fin mot de l'histoire. Le pourquoi ils voulaient ce livre, le pourquoi Sam était mort pour protéger ce livre. Bien sûr, la brunette le savait. Sam lui en avait parlé avant de se faire tuer. Tout le monde rêve de conquête, de conquérir le monde et de l'avoir à ses pieds. Tout le monde ou presque. Pour Oli, elle ne désirait pas cela. Et elle ne pensait pas que Robert ou un de ses amis, le veuille non plus. Elle soufflait par le nez en regardant les livres à présent sur la table près à être remis sur leur étagère. Elle avait expliqué à Robert que le livre était bien celui-là, qu'ils désiraient et pas un autre. Mais apparemment, il pensait qu'ils désiraient certainement un autre.

« Je t'assure, pour ma part, je pense qu'ils ont ouvert tous les livres pour vérifier si c'était le bon et qu'ils ne savaient pas vraiment quel titre chercher ! En fouillant comme ils ont fait, ça me laisse à songer qu'ils le cherchaient lui et pas un autre ! Enfin bon, d'accord, je vais essayer de retrouver les pages que j'ai réussi à déchiffrer, ça risque de prendre un certain temps ! Tu veux un thé ? De toute manière je n'ai que cela ici... Désolé, je recommence à être nerveuse ! »

Olivia respirait à présent par la bouche et soufflait ensuite par le nez. Elle recommença le manège plusieurs fois avant de remarquer qu'elle avait les mains qui tremblaient légèrement. Elle alla préparer du thé pour se calmer et revint avec la bouilloire. Pas de panique, ça va aller. De nouveau elle ouvrit le livre pour la seconde fois de ça vie. Le tout, c'était de ne pas lire les incantations à haute voix. Et puis, de toute manière, il fallait un pentagramme et des ingrédients très spécifique. Certainement trouvable dans une boutique très bizarre qu'Olivia n'avait jamais vu ou même mit les pieds dedans. Elle prit une feuille et un crayon de papier non loin d'elle et commença à noté des mots.

De la cendre à l'os, de la chair à la vie. De la cendre à l'os, de la chair à la vie ...

Rien que cette incantation, lui donna la chair de poule. En effet, cette dernière permettait de ramener les morts à la vie. Pour quelle raison vouloir ramener des morts à la vie ? Elle traduisit ainsi encore quelques mots à base de résurrection, de souffrance et de pouvoir divin. Puis posa le crayon.

« En gros ce que ça dit, me fait vraiment laisser de picotement dans le dos et de frisson, enfin bref, ça dit de ranimé des personnes, de les contrôler pour qu'ils soit des soldats, en quelques sortes, les images sont assez parlantes ! Il faut faire un pentagramme avec du sang d'agneau, de se tenir au centre et de dire l'incantation ! Ça ne se trouve pas partout ce genre de matériel, un crâne humain, brrr, du sang d'agneau, des fleurs séchées et un couteau euh non une dague et de bougie noire ! »

Olivia avala sa salive avec difficulté. Elle était contente d'être une simple bibliothécaire. Elle releva les yeux vers Robert.



J'étais livrée à moi-même, à ma peur et à ma solitude. Je tentais de me donner du courage et de refouler ma panique par des moyens rationnels. Ce sont les mots qui m'ont sauvée à l'époque.
Revenir en haut Aller en bas
♠ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


♠ Origine Wesen
Masculin
Célébrité : Armie Hammer
Âge perso : 25
Profession : Livreur-transporteur
Posts : 727
Points : 751
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 10 Juin - 21:52


◊ "Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes.”◊
Feat Olivia

Oli ne comprenait pas ce que je voulais dire, tant pis ! Et puis c'est bien comme cela que fonctionne une équipe : les idées de l'un complète le pragmatisme et les simplifications de l'autre. J'acceptais avec plaisir le thé qu'elle me proposait en trouvant que cela faisait très "anglish" dans la démarche. Je sentais ma partenaire nerveuse quand elle préparait l'infusion. Cela était nouveau pour elle et je faisais tout pour rester le plus calme possible sans lui laisser paraître que cette affaire m'inquiétait pourtant. Je n'avais aucun intérêt à émettre trop de doute ou montrer mes inquiétudes à une personne à peine convaincue.

Comme la traduction allait prendre du temps et que je n'avais pas envie de l'angoisser de plus, je prenais les livres un par un et les rangeais selon la logique de nombreuses bibliothèques dans le monde. Je n'avais pas terminé qu'elle me disait qu'elle avait finie. Je me rapprochais et me penchais pour voir sa page griffonnée en parallèle du grimoire. Ce qu'elle me dit ensuite foutait des frissons dans le dos. C'est bizarre, mais ça me disait quelque chose... Je fronçais les sourcils. Je remarquais l'attention d'Olivia sur moi et perdais ma concentration pour une vanne :

"Toi on peut dire que tu maîtrise bien tes langues ! Je ne te savais pas ce talent"


Oui bon, c'tait un peu vaseux mais j'avais droit de me venger un peu. Pour le nombre de blagues ou remarques du genre qu'elle m'avait faite j'avais bien le droit. Il fallait le reconnaître aussi, c'était un peu notre petit jeu. Je souris et reprenais mon attention sur les mots écrits et ce qu'elle venait de me décrire.

"C'est étrange mais j'ai l'impression que ce rituel ne m'est pas inconnu. J'ai l'impression qu'un wesen fait ça dans le but de ranimer l'âme d'un défunt et lui demander conseil pour prendre le pouvoir... Raah ... ça me revient que par brides...Attends que je réfléchisse un peu"

Je repensais à l'histoire d'un wesen qui accomplissait ce rituel pour prendre le pouvoir dans son royaume, ou bien sa famille ? ... C'était très flou et je n'arrivais pas à me souvenir d'où j'avais entendu parler de ça. Je me souviens que ce n'était pas chez moi. Je pris la tasse de thé et me mis à faire quelques pas dans la pièce. Non, ce n'était pas l'un de mes livres. Je bus une gorgée, une image me revint en tête.

"Oui !..."glissais-je en plein dans mes pensées.

Je me souvenais d'un lieu où je trouvais que la température n'était pas élevé. Plongé dans mes pensée je finis par me souvenir où j'avais lu ça. Je ne me souvenais toujours pas de l'histoire mais du livre, du lieu, des personnes ça oui !

"C'est une dame de l'association ! Oui, je me souviens qu'un soir en hiver on devait amener une histoire de Grimm un peu surprenante. J'avais choisi celle de Buffalo Bill sans grande surprise et cette dame celle de ce wesen... Dont je me souviens toujours pas... bref, passons. Je sais qui c'est et je sais où elle habite ! On suit cette piste ?!"
dis-je un peu plus enjoué.

Je me souvenais que la dame en question était un wesen inoffensif... plus de quel type ... Je proposais alors ma deuxième solution à Oli pour qu'elle ait un choix :

"Ou on trouve une personne capable de mieux nous traduire ça, qui soit sûr et pas forcément wesen. Ou les deux ?"


Je la fermais après ça, je ne voulais pas lui faire part de trop de mes hésitations ou bien de mon malaise relatif dans cette affaire. Je n'avais pas peur. Je craignais que je ne puisse tenir ma promesse de l'embarquer dans quelque chose qui nous dépasse. Mais nous n'étions pas assez loin dans notre affaire pour le savoir. Et encore dans ce cas nous ferions appel à des gens plus compétents que nous pour régler le problème. Pour l'heure rien de dangereux, juste deux imaginations excitées par des spéculations. Cette idée me rassurait en attendant la décision et les idées d'Olivia.


by FreeSpirit






Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Phoebe Tonkin
Âge perso : 26
Profession : Bibliothécaire
Posts : 284
Points : 290
Disponibilité :
25 / 10025 / 100

Localisation : Ma bibliothéque
Gif :
Absence : Occupé dans les mois qui arrivent !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageDim 18 Juin - 11:40

“Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes.”


Olivia Rosenberg | Robert Wunsch


- Latin | - Français |  - Allemand
-----------------------------------------------

“C'est étrange, mais vrai ; car la vérité est toujours étrange, plus étrange que la fiction.”


RÉSERVE BIBLIOTHÈQUE:
 

Une aventure commençait. Et là, ce n'était pas à travers les livres qu'Olivia le vivait, mais dans la réalité. Quand elle avait fait la rencontre de Sam, elle ne s'était pas imaginé que les monstres existaient. Il lui avait tout expliqué, puis elle s'était tourné vers son grand oncle. Qui lui, lui avait dit tout ce qu'il savait. Il n'était pas un wesen, mais avait découvert au fil des années qu'ils existaient bel et bien dans leur monde. Au départ, son grand oncle avait cru qu'on l'avait drogué, mis une substance dans son organisme. Mais... Bien entendu, ce n'était pas du tout le cas. Il s'en était fait une raison, lui qui avait les pieds sur terre. Maintenant, c'était au tour de sa nièce et, Oli l'avait senti, il s’inquiétait pour elle. Il ne voulait en aucun cas qu'elle ne se mêle à toutes leurs histoires. Cependant, c'était le choix de la jeune femme après tout. Elle ne voulait pas paraître un boulet non plus. Depuis sa rencontre avec Robert, elle ne pensait pas qu'elle allait devoir retrouver les malfrats qui on retournait toute sa bibliothèque. L'heure avançait à grand pas.

Robert avait rangé la réserve quand bon lui semble et Olivia n'osait pas lui dire que ce n'était pas comme cela qu'elle rangeait. Ici ce n'était pas par auteur ou par ordre alphabétique, mais par sujet. Les armes avec les armes. La jeune bibliothécaire le laissa faire pourtant, tant pis. Elle ne releva pas la remarque sur le fait qu'elle était forte en langue, même si elle voulait lui dire quelque chose comme, elle aimait les langues. Mais elle avait peur qu'il ne le prenne de travers et qu'il pense qu'elle était une pervers. En plus, il avait quelqu'un dans sa vie, il allait certainement mal le prendre... Et depuis quand cela la gênait-il de dire ce genre de propos salace ?! Oli n'en savait rien, Robert la troublait un peu et elle ne voulait pas encore le mettre mal à l'aise. Là, elle s'était elle-même de se retenir à ce point. Elle soupira intérieurement. Elle se retint en se mordillant la joue quand même. Il en vient au fait, qu'il connaissait l'incantation. Olivia haussa un sourcil en le détaillant longuement. Robert se mit à arpenter la réserve, puis de boire une gorgée de thé avant de reprendre, l'air plus ravi. Il avait dans l'idée de rendre visite à une femme, si elle suivait bien. La jeune femme songea à son grand oncle, mais pas question de l'embarquer là-dedans. Il était trop malade et elle tenait à lui quand même. Il était très calé en latin. Elle se mit à réfléchir.

« Oui, je suis très calé en langue, j'aime les langues, ne le prend pas de travers, je parle des langues du monde.. Bon je crois que je m'enfonce... roh... Bref... je n'ai jamais vécu d'aventure et en vivre une et comment dire ?! Excitant et à la fois, j'ai peur de m'embarquer dans quelque chose de dangereux, mais si je ne vis qu'à travers des bouquins... Tout ça pour dire, que je suis partante ! Allons rendre visite à cette dame dont tu parles ! »

Oli allait tourner les talons quand une de ses collègues l'appela de l'autre réserve. Elle en fit part à Robert et s'éloigna. Cette dernière lui dit que Lyam était là pour leur déjeuner. Mince, elle l'avait oublié avec ce qu'il lui était arrivé. Elle suivit sa collègue, vit Lyam qui la mangeait des yeux. Oli leva les yeux au ciel et lui dit que cela ne sera pas possible, peut-être un autre jour. Il était déçu, mais l'embrassa sur la joue avant de partir. Oli repartit en hâte vers Robert qui l'attendait dans la réserve de la bibliothèque.

« C'était Lyam, mon meilleur ami ! On devait manger ensemble, il est déjà 12h passé ! Mais je n'ai pas très faim avec ce qui s'est passé ! »



J'étais livrée à moi-même, à ma peur et à ma solitude. Je tentais de me donner du courage et de refouler ma panique par des moyens rationnels. Ce sont les mots qui m'ont sauvée à l'époque.
Revenir en haut Aller en bas
♠ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


♠ Origine Wesen
Masculin
Célébrité : Armie Hammer
Âge perso : 25
Profession : Livreur-transporteur
Posts : 727
Points : 751
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageDim 25 Juin - 19:24


◊ "Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes.”◊
Feat Olivia

Notre petit jeu reprenait et je n'allais pas le prendre de travers cette fois-ci. C'était un peu bizarre mais j'appréciais quand c'était dit sur le ton de l'humour plus que celui taquin. Olivia semblait se convaincre elle-même que c'était une bonne chose de s'embarquer là-dedans. Pour ma part je la laissais faire et ne cherchais pas à la convaincre davantage. Au fait j'avais peur de dire quelque chose qui ne lui fasse changer d'avis.

C'est dans des instants comme l'appel de sa collègue que je pouvais me dire : * ça y est, elle va me planter là. Tant pis mon petit, tu vas surement continuer tout seul...* Je la regardais s'éloigner et penchais la tête pour voir un homme qui lui parlait. Olivia et lui semblaient proches rien qu'à leur manière de se parler et bouger l'un en face de l'autre. Analyse tant de l'homme que le wesen que j'étais...

Quand elle revint pour me raconter cela me fit un pincement au cœur. J'avais déjà été une gêne pour d'autres couples, à croire d'ailleurs que c'était un autre de mes don, mais jamais je n'avais eu ce cas de figure : ma présence empêchait celle de l'autre. Une troisième voie me vint immédiatement à l'esprit :

"Ecoute Olivia. Tu devrais le rattraper, lui raconter un joli bobard qui tient la route mais passer un bon moment ! Tu te seras éclaircie les idées et on se retrouve plus tard. Aller, file ! T'as peut-être pas faim mais un truc wesen me dit que tu le regretteras si tu fonces pas tout de suite"

Je fis un geste de la main pour désigner la porte à travers laquelle j'aperçus l'homme qui tournait les talons. j'avais à présent dans l'idée d'aller voir un ami pour la pause déjeuner puis retrouver Olivia ensuite pour aller voir la dame. De toute façon elle avait mon numéro. Je la regardais intensément pour qu'elle suive mes conseils. J'avais un cœur quand même ! Je connaissais mes priorités mais l'amitié ou l'amour en étaient certaines que je ne saurais négliger.

by FreeSpirit





Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Phoebe Tonkin
Âge perso : 26
Profession : Bibliothécaire
Posts : 284
Points : 290
Disponibilité :
25 / 10025 / 100

Localisation : Ma bibliothéque
Gif :
Absence : Occupé dans les mois qui arrivent !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageLun 3 Juil - 22:13

“Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes.”


Olivia Rosenberg | Robert Wunsch


- Latin | - Français |  - Allemand
-----------------------------------------------

“C'est étrange, mais vrai ; car la vérité est toujours étrange, plus étrange que la fiction.”


RÉSERVE BIBLIOTHÈQUE:
 

Oli était fin prête pour vivre une aventure. Même si elle avait la peur au ventre, mais ça devait être normal. L'adrénaline la parcourait. Vivre ça, dans le réel était fascinant, cependant, c'était tout de même dangereux. Si un de ses amis couraient un terrible danger, elle serait capable de retourner la terre entière pour le sauver. Sam avait été tué par ces individus, mais qu'importe, elle ferait tout pour les stopper, du moins, à l'aide mot. Et si, ce n'est pas suffisant, et bien, elle irait à la manière forte. La brunette n'était pas une combattante, au moindre chose, elle fuyait, cependant, pas aujourd'hui. Elle ne voulait plus fuir et plus avoir peur. Autant combattre ses peurs et allait de l'avant. Sans ça, elle n'arriverait à rien. Oli fronça les sourcils quand elle aperçut Robert lui annoncer qu'elle pouvait rejoindre son ami pour le déjeuner.

« Si je n'y vais pas maintenant, je vais devoir changer d'avis, c'est-à-dire, que je ne voudrais plus y aller après ça ! Donc autant y aller maintenant ! Et puis, Lyam s'en remettra, ce n'est pas la première fois que je lui fausse compagnie ! Il comprend que mon boulot passera toujours en premier ! Je vais pas m'étaler sur la vie de Lyam aujourd'hui, mais, soit on y va tout de suite, soit tu y vas tout seule et on en reste là ! Mon adrénaline est au maximum, si je vais déjeuner maintenant, je ne pourrais plus ! Tu sais ce genre de chose qu'on ressent quand on va faire quelque chose de stupide ?! Et bien, je le ressens maintenant, et je suis assez curieuse pour aller jusqu'au bout ! En plus, je risque de t'appeler toute la nuit pour savoir le fin mot de l'histoire et je n'ai pas envie qui t'arrive quelque chose pendant que je ne serais pas là, je m'en voudrais trop ! Et puis, ça me rappellera le bon souvenir de l'ado que j'étais, avec le braquage des épiceries avec mon ex... »

La brunette arrêta enfin de parler et observa Robert la dévisager. Elle soupira en croisant les bras sans en démordre ni changer d'avis pour le fait.

« Me regarde pas comme ça, tu sais très bien que quand je suis nerveuse, je parle beaucoup et je dis n'importe quoi... Enfin, non tu n'en sais rien, on se connais que depuis peu, mais tu vas t'y faire, j'en suis sûr ! Entre mon humour mal tourné, et ma parlotte, tu vas voir, tu vas t'y faire ! Oui, t'inquiète... Bon d'accord je me tais, on y va ? Ou on attend quelqu'un en particulier ?! »

Oli se toucha le front en souriant et tremblant légèrement. Elle avait eu le même ressenti quand il fallait braquait les épiceries, Mickaël avait une arme, mais pas elle. Oli devait juste draguer le caissier pendant que son ex embarquer de la marchandises. Il avait déjà tiré sur quelqu'un et elle avait fini en prison. Olivia s'était juré de ne plus faire de connerie. Tant pis, à quoi bon vivre, si on ne vit pas vraiment ?! Elle serra les dents et retint sa respiration pour se calmer. Elle n'aura jamais connu pire que cet instant précis et puis, ce n'est qu'une journée et elles passent super vite en ce moment.



J'étais livrée à moi-même, à ma peur et à ma solitude. Je tentais de me donner du courage et de refouler ma panique par des moyens rationnels. Ce sont les mots qui m'ont sauvée à l'époque.
Revenir en haut Aller en bas
♠ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


♠ Origine Wesen
Masculin
Célébrité : Armie Hammer
Âge perso : 25
Profession : Livreur-transporteur
Posts : 727
Points : 751
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageVen 18 Aoû - 15:29


◊ "Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes.”◊
Feat Olivia

Olivia me fournissait encore une réponse que je ne risquais pas de deviner. Elle me surprit même. Je restais comme figé et la regardais, je l'écoutais aussi me dire ce qu'elle avait en tête. Je souris quand elle me dit qu'elle était comme ça et que je le savais ou non. C'est sûr que j'allais m'y faire. Je ne la laisserais pas maintenant mais je me promettais de finir cette histoire au plus vite pour qu'elle ait un moment avec cet homme très compréhensif. Je n'allais rien dire à ce propos et ne m'immiscerai pas dans sa vie privée pour le moment.

"Ok ok. Et oui j'apprends à te connaître ! T'inquiète, toujours partant pour t'aider mais t'en fais pas pour moi j'en ai vu d'autres ! Mais comme disait mon grand-père : "On ne contredit jamais une femme sinon pour lui dire oui" Aller, moi aussi assez parlé : en route !"

J'avais réfléchis un temps et mille solutions pour lui répondre, mais à quoi bon ? J'avais trouvé cette formule et en venais à l'essentiel. Elle fermait la porte et nous rejoignions ma voiture. Je lui expliquais alors sur le trajet.

"Nous allons nous rendre chez une vielle dame calée en langues anciennes. C'est une fuchsbau je crois. Elle nous aime bien, les gens de l'association, parce qu'on l'a aidé à refaire une partie de sa maison. Depuis elle est là quand on a besoin de traductions ou d'archives. Je suis sûr qu'elle acceptera de nous aider."

Je conduis prudemment évitant bien des accidents à cause de l'attention des gens portée à bien d'autres choses que leur conduite. Nous arrivions à bon port sans accrochage. Je me garais devant la petite maison dans la banlieue pavillonnaire de Portland et nous descendions ensemble. Olivia tenait l'ouvrage en main. Je passais devant pour frapper à la porte. Nous attendions une bonne minute et la veille dame vint en personne appuyée sur sa canne. Elle sourit en me voyant.

"Oh c'est vous ! Bien le bonjour mon p'tit. Bonjour ma petite. Entrez entrez !"


Nous entrions et la laissions fermer la porte. Je lui expliquais ce qui nous amenait et elle fronçait les sourcils. Elle nous offrit à boire et nous nous asseyions au salon. Elle nous avoua ne jamais avoir entendu parlé de l'histoire que je venais de lui reporter. Elle accepta volontiers de prendre l'ouvrage et traduire le passage qui nous intéressait sans le lire à haute voix. Elle me demanda d'aller chercher un papier et un stylo plus loin. Je la laissais avec Olivia et cherchais dans son buffet.



by FreeSpirit





Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Phoebe Tonkin
Âge perso : 26
Profession : Bibliothécaire
Posts : 284
Points : 290
Disponibilité :
25 / 10025 / 100

Localisation : Ma bibliothéque
Gif :
Absence : Occupé dans les mois qui arrivent !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageJeu 31 Aoû - 21:20

“Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes.”


Olivia Rosenberg | Robert Wunsch


- Latin | - Français |  - Allemand
-----------------------------------------------

“C'est étrange, mais vrai ; car la vérité est toujours étrange, plus étrange que la fiction.”


RÉSERVE BIBLIOTHÈQUE:
 

Bien sûr que les journées passaient vite. On se lève, on fait notre affaire et le soir est déjà là. Elle ne craignait rien. Enfin, la journée pourtant, semblait interminable. Entre cette histoire, les coupures pour discuter avec telle ou telle personne, l'arrivé de Lyam et encore une interlude de Robert pour lui expliquer ce qui aller suivre. La brunette se calma un peu en soufflant et regardant le parquet de bois de la réserve. Ils étaient fin près à faire face à cette aventure et d'avancer dans leur quête. Le coeur d'Oli battait tellement fort, qu'elle posa sa main sur sa poitrine et se parla à elle-même pour le rassurer. Après tout, elle faisait rien de mal, juste savoir le fin mot de l'histoire, en savoir plus et là, sa curiosité prenait enfin le dessus. Depuis le temps qu'elle voulait vivre se genre de chose autre que dans ses livres. Oli est entouré de livre et semble ne pas avoir de vie mais en fait, elle en vit plusieurs, c'est juste que... Elle reste assise pour les vivres.

Pendant le trajet qui les menait chez cette dame, Robert remettait tout au niveau pour qu'elle puisse comprendre ce qui allait se passer. Cette personne faisait partie d'une association que Robert et des amis à lui auraient aidés. La brunette hocha la tête en le regardant se concentrer sur la route, mettre le clignotant et le reste. Il était plutôt prudent même quand il discutait. Par rapport à elle, qui, dès qu'elle papote en voiture, arrive à se déconcentrer et devenir un vrai danger publique. Puis elle reprit son intérêt sur le pare-prise et la route qu'ils suivaient ensemble.

Sur place, Oli observa la petite maisonnette entouré de nain de jardin et d'une grande haie. D'un puits en milieu de terrain et quelques autres décoration, ainsi que l'installation de guirlande de Noel qui semblait être mis là depuis des lustres. Pour éviter de les remettre chaque année. Oli avait gardé l'ouvrage avec elle et suivait de près Robert, à tel point, que, quand ce dernier s'arrêté, elle lui rentra dedans. Pris dans ses pensées, elle en fit pas vraiment part et ne s'excusa pas. Quelques instants plus tard, une vieille dame vint leur ouvrir. Appuyait sur une canne, elle semblait pourtant en très grande forme et pour Olivia, cette dame lui rappelait un peu sa grand-mère. Elle était ravi de rendre service à Robert et à sa jeune amie qui l'accompagnait. La jeune bibliothécaire en conclut, qu'elle ne devait pas recevoir grand monde chez elle pour être extasié à la vue d'ouvrage et pour vouloir les aider de la sorte. Elle leur proposa des gâteaux qu'elle venait tout juste de préparer et les invita tout naturellement dans le salon. La maison était petite et deux chats se pavanaient sur le dossier du canapé. Olivia tendit la main vers l'un d'eux et ce dernier roula sa tête dans sa main en ronronnant. Pour le deuxième, il semblait plus sauvage et s'éloigna. Pendant que Robert expliquait leur présence à la vielle dame, Oli s'installa dans le divan et posa le tout sur la table base ou le chat qu'elle venait de caresser, la rejoint pour se mettre sur ses genoux en rond. Elle sourit et tendit finalement les ouvrages. Robert s'éloigna pour chercher un stylo et un bloc note dans un des tiroirs. La dame lisait à voix base puis dans sa tête en fronçant les sourcils, attrapa ce que Robert lui tendait et se mit à griffonner la traduction qu'elle tendit enfin à Olivia. C'était parfait, cela en conclu en clair qu'Olivia avait raison, c'était encore plus inquiétant de savoir tout cela.  



J'étais livrée à moi-même, à ma peur et à ma solitude. Je tentais de me donner du courage et de refouler ma panique par des moyens rationnels. Ce sont les mots qui m'ont sauvée à l'époque.
Revenir en haut Aller en bas
♠ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


♠ Origine Wesen
Masculin
Célébrité : Armie Hammer
Âge perso : 25
Profession : Livreur-transporteur
Posts : 727
Points : 751
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageMer 20 Sep - 19:45


◊ "Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes.”◊
Feat Olivia

La vieille dame fit une traduction plus précise mais similaires à ce qu'Olivia avait comprise. Après un temps de réflexion je repensais à mes thèmes étranges sur les poissons que je gardais de côté depuis la bibliothèque. Je surpris d'abord mes deux amies, mais la dame fronçait les sourcils.

"Vous parliez de Hundjäger ? Humm... Ecoutez, cela n'est peut-être qu'une histoire sans importance mais voilà : mon père me racontait parfois l'histoire de loup des rivières. Comme eux les wesen qui leur étaient le plus proche c'était habitué à chassé le poisson. Mais quand l'industrie de notre pays s'est développé et que les eux furent polluées, un groupe de ces chiens de chasse décidèrent de trouver des poissons nourrissants d'autres manières. Une partie d'entre eux s'est réfugié en ville, dont ici à Portland, pour la présence de la rivière. Ils habitaient les quartiers insalubres, dormaient dans les poubelles... Je m'égare. Mon père me racontait petite qu'ils étaient prêt à tout pour manger du poisson eux. Vous comprenez, c'est que le poisson quand on est petit, on aime pas tous ça. Et pour le manger mon père nous racontait ce genre d'histoire..."


Elle s'arrêta un sourire aux lèvres et quelque peu perdue dans d'anciens souvenirs. Puis elle leva le regard et ajouta :

"Je ne voudrais pas vous paraître inhospitalière mes petits, mais il va me falloir aller voir le docteur. Revenez quand vous voulez et n'hésitez pas à venir voir l'ancienne si vous avec besoin d'une nouvelle traduction ! "


Elle nous redit plusieurs fois au revoir et nous sortions satisfaits de cette rencontre. Une idée me vint à l'esprit immédiatement. Oli et moi nous dirigions vers la voiture. Je lui fis part de mon idée :

"D'abord bravo pour ta traduction ! Je ne te pensais pas ce genre de talent chère amie ! Bien... C'est peut-être un peu tarabiscoté et une fausse piste, mais votre traduction et cette histoire de poisson m'a fait pensé à une boutique avec un mec hyper chelou dans le centre. Il vend un tas de bazar ... Jamais vu autant de trucs what the fuck au même endroit je te jure ! Et je sais que c'est un wesen. Je l'ai livré plusieurs fois. Il est un peu dans son monde mais pas méchant. Je pense que si des Hundjäger recherchant un truc farfelu se promène en ville il les a peut-être croisé ? Après, j'aimerais entendre ton avis sur cette question et savoir si toi aussi t'as une piste ?"

Spoiler:
 
by FreeSpirit





Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message
Revenir en haut Aller en bas

Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes. - Robert Wunsch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes ~ juliette
» Tout le monde s'en fout...
» DSL tout le monde
» bon tout le monde a joué au foot
» Un jour je ferai comme tout le monde c’est promis… (ou pas).

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grimm's World RPG :: Live your life :: ◇ Southwest Portland :: Boutiques et commerces-