Bienvenue
sur le centre d'aide de Grimm's World RPG

D'autres explications plus bas











 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  Aides  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  RechercherRechercher  

Le temps des regrets - Jack et Althéa
 :: Outside :: ◇ Archives :: RP's terminés
ృ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


ృ  Origine Wesen
Féminin
Célébrité : Katia Winter
Âge perso : 25
Profession : Inspecteur de police
Posts : 1212
Points : 1236
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :
Absence : du 15 au 30 juillet inclus


Voir le profil de l'utilisateur

MessageMar 28 Fév - 13:29

Le temps des regrets– Jack

"quand on a plus rien à dire, il faut se taire" – Jacques Brel




Séparation, tristesse et colère

Nous venions juste de passer la Saint Valentin, enceinte de vingt huit semaines, je me portais plutôt bien, malgré mon ventre qui prenait pas mal d’ampleur et commençait à me cambrer le dos. J’avais repris mon job et il me passionnait toujours autant. Le chef Sean Renard avait décidé de me diminuer mon temps de travail afin que je ne fatigue pas trop car en fait que ce soit sur le terrain ou assise sur une chaise, mon dos me tirait et m’incitait à m’allonger face à la douleur. Un soir alors que je rentrais du travail, je fus surprise que Jack soit à la maison. Il m’embrassa tendrement puis je ne sais pas ce qui lui passa par la tête, il woge en vampire et ses yeux devinrent avides de désir. Lorsqu’il sortit ses crocs et s’apprêta à « m’embrasser » dans le cou, je pris peur et le repoussa violemment grâce aux pouvoirs que me donnait ma grossesse. De là une dispute s’enchaîna et les mots dépassèrent notre pensée, aucun de nous deux n’était excusable.

- Je t’interdis de m’approcher ! Ni même d’essayer de me revoir !  Tu es complètement fou ! Un animal ! Tu ne me reverras pas ! Et tu ne connaîtras pas ton enfant ! Il est à moi pour l’instant et à moi seule !

Je me mis à pleurer de colère, je m’enfuis et je ramassais mes clés de voiture avant de sortir en claquant la porte sous le regard désolé de Sébastien.

Sébastien....Sébastien allait me manquer mais je tâcherais d’aller le voir dès que Jack serait absent et puis je devais aller me récupérer quelques affaires, je n’avais pas une garde-robe énorme surtout pour une femme enceinte. Sébastien et moi étions devenus complices. Depuis que Jack avait lui aussi repris son « travail », je rentrais souvent avant lui et j’allais passer du temps avec Sébastien. Nous papotions de tout et de rien comme des amis, je lui racontais une partie de ma journée et il en faisait de même, je trouvais que cela nous rapprochait et nous partagions même de bons fous rires.

Mes larmes coulaient à flots tout le long du trajet qui me permettait de regagner mon petit appartement. Arrivée à la maison, je montais les trois étages, ouvris ma porte puis la refermais et je filais m’effondrer sur mon lit laissant libre cours à mon chagrin. Toujours sous l’effet de la colère, je me disais que ce n’était pas possible de pouvoir aimer Jack, qu’il était inhumain que c’était un animal avide de sang et je recommençais de pleurer de plus belle. Une fois mes larmes épuisées, je me ressaisis et je me dis que malgré tout je l’aimais, j’aurais fait n’importe quoi pour lui ! Mais pas ça, pas me laisser boire mon sang sans rien dire. Vidée, déprimée, je me laissais aller à m’endormir.

Seule et triste

Au petit matin, quelqu’un frappa à ma porte, je courus pensant que c’était Jack qui venait s’excuser et j’en étais folle de joie surtout après les pensées horribles que j’avais eues. Mais c’était le propriétaire de l’immeuble qui me demandait s’il pouvait me parler, je le fis entrer. Il s’excusa d’une visite matinale et je lui proposais un café qu’il accepta volontiers. Il me proposait un appartement au rez de chaussée, plus grand de deux chambres et un hall d’entrée. Je lui expliquais gentiment que je ne savais pas si j’aurais les moyens et il m’annonça un loyer qui avait très peu de différence avec l’actuel et qui entrait largement dans mon budget. Il ajouta qu’avec le bébé ce serait plus simple de ne pas avoir les étages à monter et je finis par accepter car je ne savais pas si Jack me reprendrait au manoir auprès de lui et Sébastien. Il prit congés en me remerciant pour le café et me demanda s’il serait possible d’envisager un déménagement rapide, une vieille fille était plus intéressée par mon appartement que par celui du bas, et je répondis par l’affirmative.

Je me préparais à aller travailler toujours avec espoir que le téléphone allait sonner ou que Jack allait apparaître devant moi. Mais c’était peine perdue, je pris le chemin du poste de police, marcher et un peu d’air frais allaient me faire du bien. En route j’appelais Robert et sans lui dire que j’avais fui le manoir, je lui demandais s’il pourrait me déménager ce week-end, expliquant que le propriétaire m’avait proposé un appartement plus grand en rez de chaussée. Il accepta pour mon plus grand plaisir, au moins je ne passerais pas le week-end seule.

© OswinWho





Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu n’es pas capable,
c’est à toi de choisir et de vivre ta vie
Laurent Gounelle


Dernière édition par Althéa Killborn le Jeu 8 Juin - 18:30, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
➽ Origine Wesen
avatar


➽ Origine Wesen
Célébrité : Robert Pattinson
Âge perso : 0
Profession : Agent du gouvernement
Posts : 168
Points : 188
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Au plein milieu d'une foule anonyme
Absence : Rare présence du 31/07 au 21/08 : Vacances


Voir le profil de l'utilisateur

MessageMar 14 Mar - 9:53
Six mois étaient passé, certes il y avait des hauts et des bas, mais avec un peu d'organisation, le couple arrivaient à vivre et partagé cette grossesse. Smith ne manquait aucun rendez-vous avec le gynécologue, même si comme à son habitude le bébé jouer les timides et la pudeur à croire qu'il avait déjà hérité de certain traits de caractère de son père. Jack avait aménagé une petite chambre afin que de pouvoir dormir séparément lorsque vraiment il sentait que l’instinct allait être le plus fort. Il faut dire qu'avec les semaines qui passaient non seulement il commençait à être en manque de câlin et surtout de sexe. On s’habitue mais en plus l'odeur que dégagé Althéa était de plus en plus appétissante et plus prononcé.

Aujourd'hui, Jack était tel un animal en cage, certes il avait reprit son travail, mais aujourd'hui le calme plat, mit à part un peu d'administratif, il n'avait rien de passionnant. Devant réglé des soucis qui ne le concernait même pas. De mauvaise humeur, il était tendu et en rentrant chez lui, il se sentait près à rompre, cette odeur était si délicieuse et embaumé tout le manoir. Se changeant les idées, il décida de chouchouter de concocter quelques choses qui pourrait faire plaisir à sa compagne, voulant lui montrer en quelques sortes les sentiments qu'il éprouvait pour elle et que le fait qu'elle soit enceinte ne lui été pas insensible. Pourtant lorsqu'elle rentra et qu'il l'embrassa la tentation devenu trop forte, le submergea et l'emporta telle une folie. Après tout ne dit-on pas refoule le naturel et il revient au galop !

Se qui devait arriver arriva. Une dispute éclata entre eux, les mots furent blessant des deux côtés et finalement Killborn partie en claquant la porte. Jack lui était envahit par tellement d'émotion qu'il ne savait pas s'il devait être en colère. En tout cas Sébastien lui lança un regard désapprobateur, mais compréhensif. Ce n'était pas comme s'il ne l'avait pas prévenu, mais hors de question d'aller s'excuser et de lui demander pardon. Cela ne servirait à rien en sachant pertinemment que s'il ne trouver pas une solution pour contrôler son instinct cette situation allait se reproduire.

Au bout de quelques jours ou avec Sébastien ils essayaient de trouver une solution, Jack lui supporter de moins en moins l'ambiance du manoir et surtout il y avait toujours cette odeur si délicieuse qui le briser corps et âme. Du coup il décida de se mettre au vert, histoire de faire passer cette colère qui ne le quitter plus ! Voilà comment il se mit à sortir et surtout à boire, beaucoup boire. L'alcool déboussolé ses sens, lui permettait de lâcher prise, n'arrivant pas admettre à quel point la jeune femme lui manquait, cela le rendait fou. Il avait l'amer impression d'avoir à nouveau tout perdu ! Que c'était pitoyable lui un seigneur du sang, un Wesen craint, réduit à néant. En l'espace d'une semaine Smith était tombé dans le plus profond des abysse et il n'avait plus qu'une seul obsession celle d'oublier et de mourir.


De cette couleur c'est le côté humain qui parle
De cette couleur c'est le côté vampire qui parle
De cette couleur Jack parle étranger

Rare présence du 31/07 au 21/08 : Vacances
Revenir en haut Aller en bas
ృ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


ృ  Origine Wesen
Féminin
Célébrité : Katia Winter
Âge perso : 25
Profession : Inspecteur de police
Posts : 1212
Points : 1236
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :
Absence : du 15 au 30 juillet inclus


Voir le profil de l'utilisateur

MessageMar 14 Mar - 16:16

Le temps des regrets– Jack

"quand on a plus rien à dire, il faut se taire" – Jacques Brel



Spoiler:
 
Changement

Une semaine s’était écoulée depuis mon départ du manoir. Malgré ma douleur, elle était passée assez vite, entre le déménagement, le réaménagement et mon travail ça allait.... même si je passais mes soirées à pleurer. Je m’étais mise à trier ce dont je ne me servais plus, les tenues que je ne remettrais plus et j’avais décidé de tout donner à l’Association. Robert m’avait promis de passer en fin de semaine et avait tenu parole. Mon nouveau logement était en place et du coup j’étais moins occupée.

La torture

Dès lors que je regardais une photo de Jack, mon cœur se serrait et je ne pouvais retenir mes larmes. Il me manquait terriblement. Oh mon amour, où étais-tu ? Que faisais-tu ? Avais-tu aussi mal que moi ? Les pleurs redoublaient et l’épuisement faisait que je finissais par m’endormir. Je ne mangeais quasiment plus et j’avais déjà perdu trois kilos en une semaine. Au boulot, vu ma fatigue, Sean Renard m’avait mise à trier les dossiers des autres et à taper les rapports, je détestais cela et du coup je n’avais même plus envie d’aller travailler. Sept mois de grossesse d’ici une quinzaine, l’écho approchait et sans Jack, je n’avais même pas envie de m’y rendre.

L’envie de savoir

Alors que je devais travailler, j’appelais pour dire que je me sentais fatiguée et que je n’irais que l’après-midi. Je pris mon auto et me rendis non loin du manoir mais restant hors de vue. J’attendis que Jack parte et je m’engouffrais dans le parc. Je sonnais à la porte et c’est un Sébastien sourire aux lèvres qui m’accueillit. Je me blottis dans ses bras et je me mis à pleurer. Il me fit entrer après avoir regardé de tous les côtés. Il m’emmena à la cuisine en me tenant la taille comme si j’allais tomber.

- Vous avez maigri et vous avez une sale mine, madame Althéa. Monsieur ne serait pas content.

- Comment va t-il ? Parle moi de lui Sébastien, il me manque tellement. Mais j’ai eu si peur ce soir-là que je ne pouvais agir autrement. Peux-tu nous aider ? Je ne peux pas vivre sans lui.

Pauvre Sébastien, il ne savait que dire mais j’avais l’air tellement malheureuse, les joues creuses et le teint blême qu’il finit par me dire la vérité.

- Monsieur ne va pas bien et il m’inquiète tout autant que vous. Il s’est mis à boire et rentre dans des états pitoyables, il voudrait mourir qu’il ne ferait guère autrement.


- Oh non ! Mon Dieu ! et tout ça à cause de moi ! Je m’en veux terriblement mais je l’aime, je peux t’assurer qu’il est tout pour moi et si je le voyais je l’embrasserais....ou pas. Il aurait peut-être envie de me rejeter.

Je me remis à pleurer et Sébastien me reprit dans ses bras. Il me prépara un chocolat chaud et des tartines que je pris plaisir à avaler. Il me fit promettre de revenir régulièrement et qu’il me préparerait de bons petits plats. Il fit celui qui me grondait en me disant qu’il fallait que je reprenne du poids si je voulais garder le bébé.

Retour à la raison

Oh oui je voulais garder mon bébé, ce petit être innocent conçu de l’amour. Cet amour que Jack me refusait sous peine de me dévorer depuis plus d’un mois. Ces instants de tendresse, de caresses et d’amour me manquaient terriblement mais je respectais son choix. Être ici, dans le manoir où tout sentait son odeur, me rappelant nos instants de chamailleries, nos baisers volés dès qu’on se croisait au détour d’un couloir, tout me manquait. Mais je ne pouvais faire le premier pas, ce n’est pas moi qui aie voulu le dévorer.

- Promis Sébastien, je passerais tous les jours hormis le week-end sinon il risque de me voir et t’en vouloir. Tu ne mérites pas d’être un tampon au sein de notre dispute. J’espère juste que notre enfant ne va pas arriver dans un climat d’hostilité. Bébé devrait être là pour le 20 mai mais je ne sais pas si je regagnerais le manoir. Jack me rejette pour l’instant, le boulot c’est usant et désagréable au plus au point, je n’ose voir mes amis de peur qu’ils comprennent la situation, je ne vois que tout en noir. Heureusement tu viens de rallumer une lueur d’espoir dans mon cœur car notre amitié est très forte malgré tout. Je vais demander à changer d’horaire, je suis plus du matin et nous nous verrons les après-midis.Après tout l'Althéa est une fleur qui s'épanouit au soleil.

Il approchait de midi et je n’avais pas vu le temps passer auprès de Sébastien. Ce contact m’avait fait du bien et c’était sûr je reviendrais le voir dès lors que Jack sortirait. J’allais demander à travailler du matin et venir un moment avec Sébastien dès le début d’après-midi ou vers 16h si j’avais autre chose de prévu. Je devais me refaire une santé. Je repartis toute requinquée.

Mais une fois toute seule chez moi, je me remis à pleurer toutes les larmes de mon corps sachant que celui que j’aimais se détruisait......
Spoiler:
 
© OswinWho





Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu n’es pas capable,
c’est à toi de choisir et de vivre ta vie
Laurent Gounelle


Dernière édition par Althéa Killborn le Dim 28 Mai - 14:48, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
➽ Origine Wesen
avatar


➽ Origine Wesen
Célébrité : Robert Pattinson
Âge perso : 0
Profession : Agent du gouvernement
Posts : 168
Points : 188
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Au plein milieu d'une foule anonyme
Absence : Rare présence du 31/07 au 21/08 : Vacances


Voir le profil de l'utilisateur

MessageMer 15 Mar - 9:29
Imaginer que vous venez de vous échouez sur une île déserte. Vous êtes le seul survivant et vous n'avait aucune ressource. Cette île est particulière tout les matins il y a un bon gros gâteau au chocolat sortant du four qui apparaît. Supposons que cette pâtisserie est votre péché mignon, une succulente gourmandise pour laquelle vous avez du mal à résister. Vous êtes d'accord qu'un jour ou l'autre néant absolument rien d'autre à manger vous allez vous précipité dessus. Voilà que qui était arrivé pour Smith, il avait simplement succomber car pour lui Althéa était comme un bon gâteau au chocolat. A présent ce qu'il se passait en lui était bien plus compliquer. Se battant contre lui-même, sa partie humaine incendier et reprocher à son fidèle compagnon qu'il n'était d'un animal et lui rejetait la situation actuel. Quand à la partie Wesen, affublé son hôte de faiblarde, un incapable ! Il faut boire pour oublier quand vous n'avez pas la force de faire face à la cruel réalité.

Depuis qu'il avait rencontré Killborn, il n'y avait plus eu franchement de désaccord entre lui-même. Mais autant qu'il s'en souvienne jamais il s'était réellement pris la tête ou avec ce sentiment de haine et de dégoût. Comment réagirait vous, si vous étiez en colère contre vous, que vous ressentez un vide, un dégoût et une haine profonde pour vous-même. Oui c'est de la pur schizophrénie et folie, se sentant mal dans sa peau, ne se reconnaissant plus, d’ailleurs qui était-il réellement, lui l'immortel ayant vécu déjà plus de cinq cents ans. Il n'avait qu'une envie se libérer de ce calvaire en se fracassant la tête contre un mur. Se bagarrant pour laisser exprimer sa colère, mais cela ne faisait pas diminuer la douleur qu'il ressentait.

Puis lorsqu'on a chuté, lorsqu'on a touché le fond, nous avons deux options. Remonter à la surface où se laisser happer par l’enfer ! Et puis vous commencé à vous questionnez à prendre conscience sûrement de l'erreur commise et que vous réalisez. Vous basculez alors dans une nouvelle phase, celle d' l’abandon, celle ou vous réalisez que par votre crise, vous venez de perdre tout ce qui vous étiez chers. D'un coup tout le reste n'a plus aucune saveur, vous désintéresse totalement. Comme si d'un coup vous saviez que le gâteau au chocolat soit disant votre seul sources de nourriture était empoisonné et qu' une seule bouché vous serez fatal ! La réalité vous reviens en pleine face, pour Smith se fut un véritable électrochoc, il comprit qu'il voulait se battre pour reconquérir ce qu'il avait fait l'erreur de laisser partir. Et si jamais cela c'était trop tard, il ferait tout pour qu'elle et le bébé soit heureux. Une nouvelle mission vient de vous apparaître tel une évidence. Puis l'envie de tenter sa chance, de savoir, de mettre sa fierté de côté et de faire le premier pas. Faisant un brin de toilette, stressé, frappant à la porte le cœur ballant et près à rompre. Puis à nouveau l'horrible déception, le goût amer de l’échec et la compréhension que tout était fini ! Vous avez succomber au gâteau au chocolat et à présent vous faite partir de l'oubli et du passé. Le chagrin vous emporte, essayant de vous raccrochez à vos souvenirs, au plaisir partager. Le doute vous submerge et votre colère ce dirige vers cette personne qui à quitter de votre vie, qui a déménagé, tout simplement disparu sans laisser de traces. Avec cette question qui devient un obsession était-ce sincère ? S'aimaient-ils vraiment ? Et le bébé s'était juste un besoin ? Retour à la déchéance.

Ensuite un nouvel électrochoc comme si le dieu divin prenait un malin plaisir à vous faire souffrir et jouer avec vous. Pour Jack cette électrochoc se nomma Robert qui le trouva en piteux état, dans une ruelle derrière un bar, là ou il y avait un réserve pour le stockage des livraisons. L'impression de se noyer et de se débattre comme un fou pour revenir à la surface. A nouveau une remise en question, on se fixe de nouvelles règle, un nouveau code. N'épargnant pas ses efforts pour remonter doucement mais sûrement à la surface. Avec une seule volonté s'assurer du bonheur de la personne perdu, n'espérant rien de plus de la vie. Retournant au manoir qu'il avait déserté pendant un moment, prétextant une mission comme s'il se sentait obligé de se justifier face à Sébastien. Essayant de reprendre une vie normal et retrouver une routine quotidienne. Les début son difficile vous gardez quelques vis, les mauvaise habitudes, vous n'avez plus de notion. Jack remarqua pourtant rapidement le manège et le secret de son majordome, il n'était dupe et cette odeur il pouvait la reconnaître à des kilomètre et entre milles. A l'époque il se serait sûrement en colère, mais à présent il souriait intérieurement. Les premières fois il partait tout simplement pendant quelques heures, puis à force, il s'imposait en cuisine. Secrètement pendant que Sébastien était ailleurs comme lorsqu'il allait faire les courses. Se retrouver aux fourneaux fut un vrai plaisir, mais les début furent catastrophiques, mais cela lui revenu rapidement et du coup il laissait dans le frigo un dessert, préparant une boisson assortie avec un mot «En cas de petite faim !»


De cette couleur c'est le côté humain qui parle
De cette couleur c'est le côté vampire qui parle
De cette couleur Jack parle étranger

Rare présence du 31/07 au 21/08 : Vacances
Revenir en haut Aller en bas
ృ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


ృ  Origine Wesen
Féminin
Célébrité : Katia Winter
Âge perso : 25
Profession : Inspecteur de police
Posts : 1212
Points : 1236
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :
Absence : du 15 au 30 juillet inclus


Voir le profil de l'utilisateur

MessageMer 15 Mar - 17:30

Le temps des regrets– Jack

"quand on a plus rien à dire, il faut se taire" – Jacques Brel



Spoiler:
 

Sébastien venait me rendre visite tous les jours, d’ailleurs dès le lendemain de ma visite au manoir, il frappa à 6h30 à ma porte. Je lui avais dit que j’avais déménagé et que mon nouvel appartement était plus grand. Je lui ouvris toute endormie et il entra m’installant la table comme on l’aurait fait à une reine. Je lui souris, cet acte de bienveillance me toucha au plus haut point. Il vit que j’avais pleuré et me dit de me ressaisir, que je devais penser au bébé. Hélas j’y pensais et j’avais sauté l’une des prises de sang car c’était un prix exhorbitant. Mon assurance prenait en charge une échographie par trimestre et une visite mensuelle chez le gynécologue. Mais je ne demanderais pas l’échographie car il me faudrait la payer et je ne pouvais pas ? Jack en avait réglé une car il avait envie de voir son bébé en 3D mais seule je ne pouvais me le permettre et attendrais celle du 8ème mois qui était inclus dans mon assurance. J’avais cumulé tous mes jours de congé afin de pouvoir rester materner un peu après l’accouchement mais je devais hélas travailler jusqu’à celui-ci. Dans la police ce n’était pas prévu de congé post-natal. Mais je me portais plutôt bien mis à part mon chagrin et mes humeurs nostalgiques.

Je regardais Sébastien ainsi, la tête pleine de mille et une questions de subsistances même si je n’avais pas un mauvais salaire. Je ne pouvais me permettre de gros écarts alors je me limiterais au minimum. Je remerciais Sébastien qui s’effaçait gentiment le temps que je me prépare. Je le remerciais chaleureusement et lui dis que j’irai le voir le lendemain après midi. Mais il partit en me disant « à demain » et j’en conclus que j’aurais mon petit déjeuner et mon déjeuner de prêt vu qu’il avait mis celui d’aujourd’hui dans le frigidaire. Je me pliais vite à cette petite habitude et au bout d’une semaine j’avais repris mon poids pour le plus grand plaisir de Sébastien. J’avais entrepris de passer par le manoir tous les matins afin d’entrevoir Jack. A chaque fois, à sa vue, mon cœur battait à tout rompre « oh Jack, si tu savais comme je t’aime ». Mais je ne me montrais pas et repartais au travail. Parler de lui avec Sébastien me faisait du bien et j'attendais avec impatience mes rendez-vous quotidiens pour parler de Jack. Cela faisait deux semaines que je le voyais tous les jours et bientôt un mois que Jack et moi vivions séparés sans aucun contact.

Cet après-midi là, lorsque je vins au manoir, Sébastien me donna une part de gâteau et une boisson qui ressemblait à un mélange de fruits. C’était délicieux et je ne pus m’empêcher de le complimenter. Mais il me dit que ce n’était pas lui qui l’avait préparé, que c’était « Monsieur » qui l’avait laissé avec un petit mot. Donc je n’avais pas rêvée, ces derniers temps Jack allait mieux. Je l’avais même vu sourire ce matin lorsqu’il sortait. Ce renouveau me fit penser qu’il avait une autre femme dans sa vie et qu’il m’avait définitivement effacée pour lui donner sa chance. Je regardais Sébastien et lui fit part de mes soupçons. Malgré son désir de me contredire, il ne sut me répondre. Les larmes me montèrent aux yeux et je décidais de m’enfuir à jamais du manoir. En sortant précipitamment de la cuisine, je m’encadrais Jack. Surprise, je le regardais et il souriait. Je m'écartais afin qu'il ne voit pas mes larmes et partis rapidement en lui disant un simple :

- Je partais, excuses-moi.

Je passais la porte et dévalais les quelques marches avant de m’engouffrer dans mon auto et partir sur les chapeaux de roues. Arrivée chez moi, je me remis à pleurer toutes les larmes de mon corps. Un mois, il lui avait suffit d’un mois alors que mon cœur saignait encore. Je pris son portrait en lui parlant :

- Je t’aime, si tu savais comme je t’aime.....Je ne comprend plus....Je ne sais plus....Mais si tu venais à sonner à ma porte je me laisserais enlacer et j’accepterais tout ce que tu me demanderais. J’ai mal, j’ai tellement mal.

Je serrais sa photo très fort contre mon cœur après l’avoir embrassée. J’essayais de me calmer mais le perdre était une chose que je n’arrivais pas à imaginer, je préférerais mourir. Mais après tout, il ne m’avait rien promis, je n’étais rien que la future mère de son enfant, MON enfant. Mes larmes coulaient mais mon regard s’était perdu dans le vide.

© OswinWho





Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu n’es pas capable,
c’est à toi de choisir et de vivre ta vie
Laurent Gounelle


Dernière édition par Althéa Killborn le Mer 12 Avr - 14:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
➽ Origine Wesen
avatar


➽ Origine Wesen
Célébrité : Robert Pattinson
Âge perso : 0
Profession : Agent du gouvernement
Posts : 168
Points : 188
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Au plein milieu d'une foule anonyme
Absence : Rare présence du 31/07 au 21/08 : Vacances


Voir le profil de l'utilisateur

MessageDim 26 Mar - 22:29
Smith avait remonté la pente, il avait déployé beaucoup d’effort. Aujourd’hui il se sentait à nouveau bien dans sa peau et sa tête, en parfaite harmonie avec lui-même. A son grand regret il acceptait le comportement d'Althéa à son égard, du coup il ne remué pas ciel et terre pour la retrouver, il avait décidé d'utilisé la subtilité et le romantisme. Voilà comment lui était venue cette idée de cuisiné pour elle. "Va-t-elle seulement le remarquer ?" Se baladant dans un parc, son cœur torturer en sachant que la jeune femme était à ce moment précis chez lui ! Il engouffrait au fond de lui-même cette envie de la voir, de lui parler, de mettre un terme à cette situation qu'il trouvait de plus en plus ridicule. Se raisonnant lui-même, essayant de ce convaincre que si elle venait au manoir c'était pour avoir de ses nouvelles par l'intermédiaire de Sébastien. Finalement, il fit volte-face, il avait fait beaucoup d'effort et à présent il était convaincu qu'il était près à lui faire face, prêt à aller de l'avant et passer ce cap de difficile. Le cœur rompant dans sa poitrine, manquant de woge en la voyant. Elle était radieuse et porté décidément bien la maternité. C'était à lui de faire le premier pas, mais pour la première fois il était indécis. Il avait envie d'aller vers elle, de l'embrassé, la prendre dans ses bras, risquant à se laissait aller à ses sentiment et se serait son fidèle compagnon qui prendrait à nouveau le contrôle et se serait retour à la case départ. Alors qu'il allait faire le premier pas, ce fut Killborn qui s'encastra contre lui, rien que ce petit contact fut comme un apaisement, souriant presque sans le vouloir, de manière naturel.

Smith ne fit rien pour la retenir, il ne savait pas quoi en penser. Il avait vu qu'elle pleurait et qu'en plus pendant une fraction de seconde il avait lu dans ces yeux, toujours cette peur et colère envers lui ! Que devait-il faire ? Cette situation fut comme un électrochoc, fronçant les sourcils, contractant violemment sa mâchoire et ses poings. "ELLE M'APPARTIENT ! NOUS ALLONS LA RECONQUÉRIR ! CETTE PETITE SOURIS EST MA PROIE, ELLE EST A MOI SEUL ! J'EN SUIS L'UNIQUE PROPRIÉTAIRE !" Le reste de la journée, Jack utilisa toute son énergie à réaménager l'extérieure du manoir. Taillant les haies, créant un coin romantique à l’abri des regards avec une petite fontaine naturelle. Achetant des Althéa, installant tout un jeu de piste avec ces fleurs avec à chaque fois une des lettres d'amour, de pardon qui lui avait envoyé et qui lui été revenu.

En voici quelques exemples :

Exemple 1:
 


Exemple 2:
 

Exemple 3:
 

Le lendemain, prenant son courage à deux mains, il saisit son téléphone, composant le numéro, il fut surprit que ça sonne. Puis un répondeur impersonnel  :

-Althéa,... Rien ne semble pouvoir te faire revenir à moi… Pourtant si tu pouvais m'accorder juste un instant, un moment… Si tu savais comme j'ai besoin de te voir, de te parler...J'en appel à ta bonté, offre moi à nouveau le plaisir et le bonheur d'être avec toi… Pardon !

Raccrochant, le regard vide. "Tss, c'est trop tard, nous l'avons perdue ! Elle ne nous reviendras pas ! Fais-toi donc une raison !" Son fidèle compagnon avait sûrement raison. Après tout elle avait déménager sans laisser de traces, les lettres qui donner au concierge où avait glisser dans sa boite aux lettres lui était revenu inexplicablement, alors que le nom et le prénom de la jeune femme était toujours sur la boite aux lettres depuis un mois ! Alors il était vraiment désespéré de croire qu'un simple message sur son numéro de téléphone allait changer. Non Smith ne se faisait pas d'illusion, ce message serait lui aussi perdu dans l'insondable. Puis il trouva une dernière idée, l'idée de la dernière chance. Une idée extrêmement cavalière, sans perdre plus de temps, il s'enferma dans son bureau, sortant à nouveau de quoi écrire. Ce concentrant, de sa plus belle écriture il commença dans sa tâche. Trouvant les mots, puis déchirant la lettre, trouvant que cela n'avait aucun sens, recommençant, réfléchissant, s'arrêtant. Faisant les cents pas, s'arrachant les cheveux. Pourquoi diable était-ce si compliquer ? Puis finalement un fois l'esprit tranquille, après une bonne douche, il se remit à écrire et voilà le poème qui en sortis :

Tu n'arrives pas à lui dire
tout ce que ton cœur soupire
tu as tant de choses à écrire
tant de choses qui te font souffrir.
Les mots te manquent, ton corps en tremble
ce qui devrait être facile, devient presque impossible.
Tu as le mal de lui, d'être dans ses bras tu as envie
mais tu me dis devoir en finir, si tu veux mieux repartir.
Tu décides d'en terminer, chez lui tu dois aller
avec la ferme intention,
de ne plus faire partie de son horizon.
Mais encore une fois, tu ne trouves ta voix
pour lui dire franchement, ce que tu penses
et veux vraiment
Ton être est comme un hamster,
qui tourne dans une roue à en perdre la tête
tu n'arrives pas à bien te center,
à bien souvent te retrouver.
Tes sentiment sont  à la dérives,
tu as mal lorsque tu respires
tu te retrouves un peu parfois,
mais tu reperds aussitôt le pas.
C'est long et difficile de grandir,
de devenir femme de toute son âme
mais avec le temps
et quelques beaux souvenirs
tu effaceras ce qui as été blâme.
Les souffrances du présent,
te créeront un nouveau firmament
d'où tu pourras contempler,
les étoiles de ton passé.

Mon cœur et mon âme à toi éternellement.



Smith y avait passé le reste de la journée. Le lendemain, il alla trouver Sébastien et le chargea d'un mission. Besoin qu'il joue  à nouveau le chauffeur, mais cette fois-ci non seulement il devait remettre un message, mais aussi chercher le destinataire. Pendant d'incrédule le majordome s’exécuta sans poser de question, fidèle à lui-même, servant sans défaillance son maître.

- Mademoiselle Killborn ? M. Smith vous adresse cette lettre et si vous le souhaitez… Il m’envoie également vous chercher pour que si vous le souhaitez, je vous conduise jusqu'au manoir où il vous attends !


De cette couleur c'est le côté humain qui parle
De cette couleur c'est le côté vampire qui parle
De cette couleur Jack parle étranger

Rare présence du 31/07 au 21/08 : Vacances
Revenir en haut Aller en bas
ృ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


ృ  Origine Wesen
Féminin
Célébrité : Katia Winter
Âge perso : 25
Profession : Inspecteur de police
Posts : 1212
Points : 1236
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :
Absence : du 15 au 30 juillet inclus


Voir le profil de l'utilisateur

MessageMer 12 Avr - 15:04

Le temps des regrets– Jack

"La vie est une longue histoire. Un mauvais chapitre ne désigne pas nécessairement la fin du livre"



Spoiler:
 

Au matin, je m’étais préparée pour aller travailler comme à l’accoutumée. Debout 5h30 et partie à 6h00, l’ambiance du travail me remonta le moral et vers 11h me sentant fatiguée je demandais la permission de rentrer plus tôt. Sean Renard n’y vit aucun inconvénient et me dit de me reposer. A peine arrivais-je vers mon domicile que je vis la limousine de Jack devant. Mon cœur bondit dans ma poitrine et j’accélérais le pas. Mais ce n’était pas Jack, c’était Sébastien. Je l’embrassais tendrement sur les deux joues et lui demandais ce qui me valait cette visite. Il semblait penaud et me tendit une lettre. Je le priais d’entrer et je m’installais sur le canapé après avoir posé mon manteau. Je fis signe à Sébastien d’en faire autant. Je démarrais mon répondeur et entendit le message de Jack qui me brisait le cœur. Je pris le courrier que m’avais donné Sébastien et plus je lisais et plus mes yeux s’emplissaient de larmes. Sébastien s’inquiéta et je lui dis que tout allait bien. Il m’expliqua le retour des courriers de « Monsieur » et me dit ne pas comprendre ma réaction. Je le regardais d’un air stupéfait et lui demandais de m’attendre, de ne surtout pas partir que je revenais immédiatement.

Je filais voir le concierge et lui demandais des éclaircissements. Sachant que j'étais de la police, il m’expliqua que des lettres se trouvaient dans la boîte de la célibataire qui avait emménagé dans mon ancien appartement et qu’elle lui demandait de les renvoyer à l’expéditeur. Qu’elle les avait disposait dans une grande enveloppe et qu’il l’avait simplement postée. Il ne savait pas qu’elles m’étaient adressées. Je montais les trois étages et lorsqu’elle m’ouvrit j’explosais :

- Si à cause de vous j’ai perdu mon bonheur et l’homme que j’aime, je vous poursuivrais en justice pour abus de faiblesse sur une femme enceinte ! Je suis lieutenant de police, vous avez mal choisi votre victime !


Elle se confondait en excuse disant qu’elle pensait me rendre service. Je lui tournais le dos et redescendis dans mon appartement.

- Sébastien je prends une douche, je me prépare et nous partons au manoir. Je te remercie d’être aussi honnête envers moi et surtout d’être mon ami.

Sitôt dit, sitôt fait. J’enfilais ma plus belle robe, bleue avec des broderies mauves ça et là, pris une veste de laine blanche et je m’engouffrais dans la limousine. Arrivée au manoir, je sortis sans prendre ma veste et m’apprêtais à monter les escaliers lorsque mon regard se posa sur le jardin. Je fis demi-tour et m’enfonçais dans les allées. Je découvris les plantations de Jack...des hibiscus... pour moi ?... Puis au détour d’une allée dans l’un des arbustes, je découvris une lettre. Une lettre de Jack, il m’avouait son amour d’une façon si tendre si belle que je peinais à retenir mes larmes. Je continuais et j’en découvrais d’autres toutes plus belles les unes que les autres et elles valaient largement le poème. J'imaginais nos promenades avec bébé cet été, parcourant les allées fleuries de ces magnifiques hibiscus, tendrement enlacés, regardant le fruit de notre amour endormi dans son berceau. Je nous voyais nous arrêtant sous la tonnelle d'arbustes, prenant le temps d'un baiser tendre avant de redémarrer notre promenade et de l'achever en rentrant main dans la main au manoir. Le froid me ramena à la réalité et alors que je m’apprêtais à faire demi-tour pour rejoindre le manoir et lui dire mon amour, il était là, face à moi.

Je le regardais et mes yeux brillaient des larmes que je retenais. Je tenais en main toutes ces lettres et aucun son ne sortait de ma bouche. Mon cœur battait à se rompre. Je me blottis dans ses bras, glissant mes bras sous sa veste pour me réchauffer un peu, tendant mes lèvres vers les siennes afin de lui confirmer mon retour. Lorsqu’il m’enlaça et m’embrassa, je sentis que je devenais plus légère qu’une plume. Notre baiser devint passionnel et tendre à la fois. Lorsqu’il relâcha son étreinte, nous ne disions pas un mot, je lui montrais ses lettres d'amour puis je le fixais dans les yeux :

- Dis-les moi....je désire tellement entendre ces trois mots de ta bouche...dis-les moi....

© OswinWho









Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu n’es pas capable,
c’est à toi de choisir et de vivre ta vie
Laurent Gounelle


Dernière édition par Althéa Killborn le Sam 22 Avr - 11:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
➽ Origine Wesen
avatar


➽ Origine Wesen
Célébrité : Robert Pattinson
Âge perso : 0
Profession : Agent du gouvernement
Posts : 168
Points : 188
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Au plein milieu d'une foule anonyme
Absence : Rare présence du 31/07 au 21/08 : Vacances


Voir le profil de l'utilisateur

MessageMar 18 Avr - 10:04
Smith était perplexe à son idée. Althéa accepterait-elle cette démarche cavalière ? Quoi qu'il arrive Jack tenait absolument à ce que cette histoire, cette dispute ce termine où au moins s'explique dans l'enceinte du manoir. C'était ici que tout avait déraillé et s'était ici que tout devait être réparer. Tournant en rond, se calmant, réfléchissant à comment réagir face à elle. Finalement elle arriva, souriant et content qu'elle soit interpellé par l'extérieur. Décidant d'aller la rejoindre, enfin ils étaient face à face, enfin seul. Après plus d'un mois d'absence et de contact perdu, un peu intimidé par la situation. Il fut soulager qu'elle fasse le premier pas et que tout naturellement elle vienne se blottir contre lui. "Qu'est-ce que c'est bon !" Soulager qu'elle ne le rejette pas, qu'elle ne lui est pas donner une gifle et surtout il ne voyait plus de colère où de haine dans le regard de la jeune femme à son égard. L'enlaçant tendrement pour se rapproché au plus d'elle, même si à présent il y avait tout un monde qui les séparer, le ventre d'Althéa était devenu imposant et bien rond, signe qu'elle et le bébé étaient en pleine forme. Une sensation de sérénité l'envahit ainsi que les regrets d'avoir agit tel un imbécile. Puis un frisson d'apaisement, de plaisir l'envahit à ce baiser partager, en profitant une fraction de seconde, mais s'en voulant de devoir l'interrompre rapidement, remettant un peu de distance entre eux.

-Nous t'aimons !

Smith n'avait pas attendu pour exécutait la demande de Killborn, qui avait sonné comme une condition pour qu'elle confirme son retour auprès de lui. Évidement Smith avait levé un cil à ses paroles car dans aucune de ses lettres Jack avait écrit ces mots, il avait tout fait pour qu'on les devine, pour que tout soit subtilement romantique et non une mise à nu de ses sentiments. Certes il aurait pu être en colère, lui faire des reproches, lui qui aurait voulu que ces mots sortent naturellement, malheureusement vu sa situation il ne pouvait se le permettre d'où moins pas sans la demande de la future mère. S'en voulant de la rejeter, contractant la mâchoire, restant froid et insensible et pourtant elle ne pouvait imaginer quelle souffrance c'était pour lui. Baissant les yeux s'en voulant pas fier, il reprit la parole comme pour s'excuser de son comportement inapproprié.

-Il faut qu'on parle, qu'on mette les choses au claire… Pardonne-moi… C'est juste que plus jamais nous ne voulons te perdre… Pour rien au monde !

Pour détendre l’atmosphère et surtout pour lui démontrer qu'elle pouvait à nouveau lui faire confiance. Il enleva sa veste pour la lui mettre sur les épaules. L'invitant à rentrer à l'intérieur, lui proposant d'aller s'installer dans le salon où ils seront mieux pour discuter. Dans le manoirs une douce chaleur régner, la température idéale pour une femme enceinte. Sébastien avait comprit qu'ils avaient besoin d'être seul pendant quelques temps et avait pris naturellement congé tout en préparant un thé, un jus de tomate et quelques gourmandises. Smith ne pouvait peut-être pas avoir de geste tendre, il ne pouvait peut-être pas exprimé ses sentiments par risque de devenir à nouveau un fou, un fou par amour ! Pourtant il ne manquait pas d'attention et de tendresse envers elle.


De cette couleur c'est le côté humain qui parle
De cette couleur c'est le côté vampire qui parle
De cette couleur Jack parle étranger

Rare présence du 31/07 au 21/08 : Vacances
Revenir en haut Aller en bas
ృ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


ృ  Origine Wesen
Féminin
Célébrité : Katia Winter
Âge perso : 25
Profession : Inspecteur de police
Posts : 1212
Points : 1236
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :
Absence : du 15 au 30 juillet inclus


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 22 Avr - 11:55

Le temps des regrets– Jack

"La vie est une longue histoire. Un mauvais chapitre ne désigne pas nécessairement la fin du livre"



Spoiler:
 

Même si je le lui avais demandé, jamais je n’aurais pensé que Jack finirait par me dire ces trois mots que j’attendais tant, ces simples mots qu’il n’arrivait pas à me dire, ces trois petits mots qui ont fait bondir mon cœur lorsque me les a dit. Ces lettres parlaient d’amour mais jamais il n’avait dit ou écrit ces trois petits mots. J’étais heureuse, amoureuse, et à présent comblée qu’il m’avoue ses sentiments.

Mais alors qu’il s’écartait de moi, je dus montrer ma surprise par mon regard car il enchaina rapidement avec une phrase d’excuse me disant que nous devions parler. Je m’en doutais et moi aussi j’avais plein de choses à lui demander mais pourquoi ce recul alors qu’enfin il m’avait dit ce que je désirais entendre depuis longtemps ? Il me mit sa veste sur les épaules et m’invita à entrer à l’intérieur du manoir, j’en profitais pour me blottir contre lui et poser ma tête sur son épaule. Une fois à l’intérieur la douce chaleur vint caresser mes joues et je repris vite des couleurs. En cette mi-mars, il ne faisait pas encore très chaud. Jack m’invita à m’installer dans le salon. Sébastien nous prépara une collation et j’allais m’installer sur le canapé. Jack s’installa près de moi et même s’il était attentionné et tendre, je sentais une réticence de sa part. Je me rapprochais de lui et l’envie de le caresser fut la plus forte. Alors qu’il commençait de vouloir s’écarter, je pris la parole.

- Jack, si nous devons nous remettre ensemble, il faut que je sache alors laisses-toi faire, j’en ai vraiment besoin. Je n’ai pas peur de toi ni de ton hôte vu que je sais que l’amour que tu me portes est partagé entre vous deux.

Alors qu’il allait répondre je me mis à cheval sur lui. Bébé prenait de la place mais j’empêchais Jack de répliquer en déposant un nouveau baiser sur ses lèvres tout en tenant son visage entre mes mains.

- Chuuuut, laisses-moi faire.


Je l’embrassais encore une fois avec passion puis me laissais glisser sur son côté afin de m’étendre près de lui et desserrer un peu bébé. Je m’installais en travers de son corps et lui caressais la poitrine, doucement. J’étais bien et être ainsi à partager des câlins me détendit totalement. J’avais envie de lui mais je ne le sentais pas prêt. Je le regardais et je le sentais un peu gêné sûrement à cause de ma grossesse. Je me relevais en m’excusant et lui dis que je devais aller me rafraîchir. Je le laissais mais prenait plaisir à passer ma main délicatement derrière son cou.

Je me rendis dans la chambre du rez-de-chaussée, celle que j’avais fait faire à mon image et me rendis dans la salle de bains. Les doutes m’assaillirent, Jack voulait-il réellement de moi et de notre bébé ? J'avais l'impression qu'il était méfiant mais il est vrai que j’étais fatiguée. Debout depuis 5 heures du matin, je n’avais pas menti à Sean Renard en disant que j’étais épuisée surtout que cela faisait trois nuits que je ne dormais quasiment pas. Je me dis que je pourrais bien m’allonger 5 minutes, après tout cela n’inquièterait pas Jack. Mes yeux avaient tellement besoin de se fermer un peu que je m’exécutais pour les soulager m’invitant ainsi dans les bras de Morphée. A mon réveil Jack était auprès de moi et souriait. Combien de temps avais-je dormi ? Que pensait-il de moi ? Savait-il à quel point je l'aimais ? Je me sentais confuse et le lui dis.

© OswinWho









Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu n’es pas capable,
c’est à toi de choisir et de vivre ta vie
Laurent Gounelle


Dernière édition par Althéa Killborn le Lun 1 Mai - 18:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
➽ Origine Wesen
avatar


➽ Origine Wesen
Célébrité : Robert Pattinson
Âge perso : 0
Profession : Agent du gouvernement
Posts : 168
Points : 188
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Au plein milieu d'une foule anonyme
Absence : Rare présence du 31/07 au 21/08 : Vacances


Voir le profil de l'utilisateur

MessageLun 1 Mai - 10:20
Smith était un peu coincé, il appréhendait la suite des événements. Ce n'était absolument pas évident, il devait réapprendre à être au contact de la jeune femme. Comme il s'y été attendu Althéa se montra câline et entreprenante. Essayant de s'écarter, intérieurement il était pas serein, une véritable souffrance de s'obliger à ne pas succomber. Lui aussi désiré pouvoir la caressés, l'embrassée, mais c'était impossible. En laissant parler ses sentiments physiquement, c'était enlever la muselière de son fidèle compagnon. "Je ne veux plus être un monstre ! Moi aussi je tiens à elle…" Killborn ne pouvait comprendre dans quelle galère elle l'embarquait, ces caresses et ces baisers étaient une douce torture. Il n'avait aucune envie de la repousser de peur de la vexée et de la frustrée, mais surtout il ne voulait pas qu'elle doute d'un seul instant des mots qu'il avait prononcé il y a quelques secondes. Finalement elle remarqua sa gêne, comprenant que pour lui c'était bien trop tôt, le libérant, l'observant s'éloigner. Enfin il souffla et déglutit péniblement, c'était vraiment la pire approche qu'elle pouvait lui faire subir. Prenant sa tête dans ses mains, les yeux humides, "A-t-elle simplement conscience de nos efforts et de notre souffrance ?" Rapidement il ramena la faute contre lui, en y réfléchissant bien, c'était la future mère qui avait raison, en effet son comportement n'était absolument normal au vu de la situation.

Le temps passa au bout de quelques minutes, il se leva et se dirigea vers la chambre qu'ils avaient réalisé pour la jeune femme. Inquiet de l'avoir à nouveau fait fuir pour l'éternité cette fois-ci. Quel fut son soulagement de la voir endormie. S’approchant délicatement souriant, lui relevant une de ces mèches derrière l'oreille, remontant le couverture jusqu'à ces épaules, osant même lui posé un doux baiser sur le front. Protecteur, possessif, ce fut à contre cœur qu'il sortie de la chambre. Rangeant les tasses, faisant un peu de ménage, il en profita pour manger un peu, faisant le plein de sang, déjà il se sentait mieux. Observant l'heure, 12h30, instinctivement, il se dirigea vers le réfrigérateur, regardant les ingrédient en sa possession réfléchissant à se qu'il pouvait cuisiné. Puis il se mit au fourneaux, derrière la cuisine. Réalisant une lotte revenue dans une sauce à la soupe de poisson avec champignon et tomate, avec ça il fit des pâtes qu'il fit revenir à la poêle. Lorsque tout fut prêt il mit tout dans le four afin que cela refroidisse moins vite. Observant l'heure 13h30 se dirigeant à nouveau vers la chambre, Althéa était toujours profondément endormie. Il appréciait pouvoir l'observé, remarquant qu'elle bavait et faisait de temps en temps des petites bulles avec sa bouche, il trouva que cela la rendait plus mignonne. "Aller va la rejoindre tu en meurs d'envie !" Smith fronça les sourcils, contracta sa mâchoire et ses poings, puis finalement soupira intérieurement et commença à se déshabiller. Se fut en boxeur qu'il rejoignit la jeune policière dans le lit. Faisant bien attention à mettre un bonne distance entre eux, pour rien au monde il voulait la réveillée et puis en plus il savait que sa froideur naturelle n'était pas agréable pour les femmes enceintes. Jack ignorait combien de temps s'était écoulé, il était bien là près d'elle, mais pas trop afin de ne pas se brûler. Pourtant il ne manqua pas de wogue silencieusement, que c'était dur de s’habituer à nouveau de sentir cette odeur si délicieuse, si envoûtante et surtout si appétissante. Quand elle ouvrit les yeux et se réveilla "Magnifique spectacle ! Elle est tellement belle... Je ne la mérite pas !"

-Confuse ? Vraiment ? Pourtant il n'y a pas de quoi, je t'assure… …La maternité te va comme un gant … … Après,… si c'est mon comportement qui te mets mal à l'aise… … Je comprends, ton désarroi et tes doutes… … J'aimerais tellement que tu puisse me pardonner de n'être qu'un monstre assoiffé de sang, froid et distant… … Si tu savais à quel point je regrette de te faire souffrir…

Baissant le regard, les yeux humides, que c'était dur qu'accepter la réalité en face et surtout d'admettre ses erreurs et ses défauts, surtout face à la personne qui vous est le plus important dans votre cœur. L'impression de se mettre à nue, sincère, Jack avait ravisé ses paroles, il aimerait tellement être plus à ces yeux. Il avait tellement peur de tout foutre en l'air et de tout détruire. Ce qu'il avait déjà fait il y a un mois. Pourtant Jack la voulait elle et leur enfant à ses côtés, il l'aimait telle qu'elle était avec ces défauts et ces atouts. Mais malgré les sentiments qu'Althéa éprouvait pour lui, était-elle aussi folle d'amour pour accepter de passer l'éponge, de lui donner une seconde chance. Prendrait-elle vraiment le risque de m'être sa vie et celle du bébé en danger en décidant de vivre avec lui. Ne se faisant aucune illusion, il savait qu'ils avaient beaucoup de choses à mettre au clair avant de réellement prendre une décision réfléchit.


De cette couleur c'est le côté humain qui parle
De cette couleur c'est le côté vampire qui parle
De cette couleur Jack parle étranger

Rare présence du 31/07 au 21/08 : Vacances
Revenir en haut Aller en bas
ృ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


ృ  Origine Wesen
Féminin
Célébrité : Katia Winter
Âge perso : 25
Profession : Inspecteur de police
Posts : 1212
Points : 1236
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :
Absence : du 15 au 30 juillet inclus


Voir le profil de l'utilisateur

MessageLun 1 Mai - 18:57

Le temps des regrets– Jack

"La vie est une longue histoire. Un mauvais chapitre ne désigne pas nécessairement la fin du livre"



Spoiler:
 

Je finis d’ouvrir les yeux et voir l’homme que j’aimais près de moi me ravie. Ces mots m’amusaient et m’émouvaient à la fois mais je ne pouvais le laisser douter ainsi. Je me rapprochais de lui et me caler contre son torse nu. Je relevais la tête pour lui parler tendrement.

- Cesse de dire des bêtises, et puis tu sais quoi ? On va rester là, l’un près de l’autre et discuter...enfin si tu le permets....

Je le regardais avec tant d’amour dans mes yeux qu’il n’osa me contredire et du coup j’enchaînais afin qu’il ne puisse pas reprendre la parole.

- Je ne serais pas douce avec toi et tu sais que je peux...que nous pouvons te faire du mal. Si tu recommences à vouloir me mordre je pense que je t’enverrais voler par la fenêtre.

En disant cela je pris un petit air taquin mais je ne lui faisais pas des menaces en l’air pour autant, j’enchaînais de manière naturelle.

- J’ai besoin de te parler, de mettre beaucoup de choses au point alors je vais te les énumérer et si pour l’une d’entre elles tu ne veux pas discuter, je pars.


Mon ton s’était fait beaucoup plus sérieux et je voulais qu’il comprenne que je n’en étais plus à la banalité.

- Je t’aime et je ne veux plus t’entendre en douter. Non d’abord ! Je ne t’aime pas...Je vous aime et si tu dis que tu comprends mon désarroi et mes doutes, je ne comprend pas les tiens. Te pardonner ? A ton avis qu’est-ce que je fais là, ici, dans ce lit, dans tes bras, si ce n’est chose faite ? Quand cesseras-tu de croire que tu me fais souffrir ? Tu m’as fait mal, tu m’as fait comprendre que c’est toi qui dominais et je t’assure que cela ne se reproduira pas. Considère que je t'appartiens mais je ne suis pas un jouet ! Je ne veux pas être non plus une femme qui passe dans ton lit ! Tu en as assez eu ! Je veux être TA femme et la mère de TON enfant. Je veux que tu nous aimes pour nous. Je ne t’apporterais pas grand-chose mis à part tout l’amour que je pourrais te donner, je n’ai pas de fortune, pas de richesse mise à part celle de mon cœur.

Voilà, j’avais dit ce que j’avais sur le cœur depuis un bon moment, toutes ces choses qui faisaient que je le voulais pour moi seule. Je lui déposais un baiser rapide sur le torse et je continuais en jouant à faire promener ma main sur sa poitrine.

- Maintenant voici les thèmes que je veux aborder avec toi et tu me diras si tu es d’accord ou pas. Tout d’abord, nous : Je veux savoir ce que tu attends de nous, notre couple, notre vie ? Ensuite notre bébé : choisir un prénom, quel nom portera t-il ? Comment vivra t-il ? Ensuite ma place au manoir : serais-je une potiche ou aurais-je droit à la parole et prendre des décisions même en ton absence ? Mais avant tout, es-tu sûr d’arriver à vivre avec nous après l’accouchement, en sachant ce qui se passera ? Tu sais que j’aurais des pertes de sang, puis le retour de couches et enfin mes règles. Tiendras-tu le coup ? Le 20 mai si tout se passe bien, notre petit amour viendra au monde et je pense que deux mois ne sont pas de trop pour t’habituer. Acceptes-tu de parler de tous ces sujets avec moi ?


Je l’embrassais à nouveau avant de me serrer contre lui. Non il ne me faisait pas peur mais nous devions mettre les choses au point et rapidement.
Spoiler:
 


© OswinWho









Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu n’es pas capable,
c’est à toi de choisir et de vivre ta vie
Laurent Gounelle


Dernière édition par Althéa Killborn le Lun 5 Juin - 17:50, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
➽ Origine Wesen
avatar


➽ Origine Wesen
Célébrité : Robert Pattinson
Âge perso : 0
Profession : Agent du gouvernement
Posts : 168
Points : 188
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Au plein milieu d'une foule anonyme
Absence : Rare présence du 31/07 au 21/08 : Vacances


Voir le profil de l'utilisateur

MessageVen 12 Mai - 17:37
ATTENTION RP SPECIAL



RP format Vidéo:
 


Smith écoutait les paroles d'Althéa impuissant, n'osant pas fuir son regard. Elle avait raison de lui faire comprendre ces attentes, lui dire ce qu'elle avait sur le cœur et ce qu'elle pensait réellement de lui. Tout les deux semblait avoir utilisé ce mois de pause entre eux pour ce remettre en question afin de repartir sur de bonne base pour que tout fonctionne à nouveau entre eux et dans leur couple. Il savait que sa manière d'agir et de penser était complètement illogique. Écoutant avec attention, ne relevant pas les reproches qu'elle lui faisait de manière détourné. Pourtant malgré lui plus elle énonçait les sujets qu'elle voulait aborder, plus son regard ce fit loin et distant. Plonger dans sa réflexion. Fermant un instant les yeux, prenant une grande inspiration.

-Non je ne suis pas d'accord…

Il venait de soupirer cette phrase lourde de sens. Lisant l'incompréhension, la déception, la tristesse puis la résolution de tout arrêter dans le regard de Killborn. Lui prenant les mains comme pour la retenir.

-Ne te méprends pas ce n'est pas que je ne veux pas… Il y a juste un sujet dont je ne connais pas les réponses et en discuter ne changera rien, puisque toi et moi ignorons le futur ! Certes cela nous permettra d'avoir analysé et trouver sûrement des solutions, mais nous ne pouvons le garantir…

Jack avait reprit très rapidement la parole comme pour pouvoir s'expliquer, lui faire comprendre, ne lui laissant pas le choix. "Cette fois-ci elle ne s'échappera pas, qu'elle entende se qu'on a à lui dire ! POUR UNE FOIS !" S'en voulant de se montrer si dur, si fermer et surtout si rude. Ce n'était vraiment pas le moment de démontré sa place de mâle dominant.

-Tout se que je sais… Nous tenons à toi, nous… Non… Je t'aime… Ce manoir t'appartiens autant qu'à moi… Plus jamais je ne veux ressentir cette souffrance et cette sensation d'abandon… Je sais que ce n'est que des paroles et que je suis incapable de te promettre quoi que ce soit de concret nous concernant, mais je suis prêt à faire des efforts pour te garder près de moi… Quand à cet enfant qui va bientôt arrivé, je bénirais chaque années, mois, semaines, jours, heures, minutes et secondes de l'avoir dans notre vie.

Quitte à en souffrir toute sa vie, quitte à mourir à petit feu. Oui Smith était prêt à tenter le diable pour pouvoir profiter du temps passé avec sa compagne et son enfant. Même si pour ça il devait se mettre une muselière, même s'il devait renoncé à sa liberté, tout simplement parce que sans elle il n'était rien qu'un mort-vivant. Sans elle il n'était qu'un immortel sans aucune raison de vivre. "Allons fais toi une raison, nous ne savons pas être autrement que nous sommes !" Peut-être son fidèle compagnon avait raison, il se bercé d'illusion. Néanmoins il avait dit se qu'il avait sur le cœur et ses paroles n'était pas en vain. Jamais de sa vie il n'avait était aussi solennelle et sincère. A ses paroles il glissa ses mains sur le ventre arrondis de sa compagne avec une léger sourire. S'était peut-être anodin, quoi qu'il en soit prenant sur lui se rapprochant d'elle pour l'embrassé et l’enlacer tendrement. Certes ils avaient besoin de faire le points, besoin de parler, de mettre les chose au clair entre eux. Pourtant la première chose dont ils semblaient avoir besoin à cet instant précis s'était de se retrouver, de renouer un certain contact, une certaine intimité. ET SURTOUT DE NOUVEAU S'AIMER ! Rompant pourtant le contact tout en lui remettant une mèche rebelle. Il ne fallait pas aller trop vite et remettre du feu sur le gaz. Se contrôlant prenant sur lui. Que c'était dur, déchirer entre lui-même partager entre ses envies et ses désirs, c'était pourtant si bon et si douloureux à la fois. Comme pour lui démontré ses paroles, comme pour lui faire comprendre que d'habitude c'était elle et seulement elle qui avait les cartes en main, pouvant le faire plier. Oh oui Althéa avait les rennes du pouvoir en main, comme s'il était l’esclave osant se rebeller, ayant désobéis ne méritant le pardon que par le fouet !

-Par quel sujet veux-tu qu'on commence à approfondir ensemble ?

elle était libre de partie, de le rejeter. Peut-être était tout ce dont il méritait. D’ailleurs avait-il simplement le droit à ce bonheur voler de l'avoir contre lui. Savourant, ne se faisant pas entreprenant, Killborn était tout à fait libre malgré son étreinte et leur proximité. Si elle avait besoin de réfléchir il était prêt à l'attendre indéfiniment. Si elle décidait de le quitter sans doute essayerait-il de la retenir avant de se faire une raison. Si elle acceptait de continuer leur conversation sérieuse avec cette atmosphère un peu tendu, Jack savait qu'il faudra qu'il se pose les bonnes questions pour répondre aux besoins et aux attentes qu'une femme peut avoir envers l'homme de sa vie, mais également envers un père de famille responsable. A présent il était suspendu à décision, scrutant chacun de ces gestes et son regard avec une attitude de sérénité protectrice.


De cette couleur c'est le côté humain qui parle
De cette couleur c'est le côté vampire qui parle
De cette couleur Jack parle étranger

Rare présence du 31/07 au 21/08 : Vacances
Revenir en haut Aller en bas
ృ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


ృ  Origine Wesen
Féminin
Célébrité : Katia Winter
Âge perso : 25
Profession : Inspecteur de police
Posts : 1212
Points : 1236
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :
Absence : du 15 au 30 juillet inclus


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 13 Mai - 23:11

Le temps des regrets– Jack

"La vie est une longue histoire. Un mauvais chapitre ne désigne pas nécessairement la fin du livre"






- 18 ANS


Ce sujet comporte des scènes explicites, il est donc classé - de 18 ans.

Une fois informée de cette note, nous négligeons toutes responsabilités.


Alors que j’attendais une réponse de Jack afin de savoir si je restais ou pas, il me lança un « Non je ne suis pas d’accord », mon cœur se serra et des larmes commençaient à monter mais il me retint en s’excusant de s’être mal exprimé. Il ne voulait pas aborder de sujet sur le futur. Mais tous mes sujets portaient sur le futur !? Je continuais de l’écouter alors qu’il tenait toujours mes mains. Il me dit m’aimer, être prêt à partager le manoir avec moi et à faire des efforts pour me garder près de lui. Il était vraisemblablement heureux à l’idée de l’arrivée de notre enfant. Tout en parlant ses mains glissèrent sur mon ventre déclenchant en moi des sensations de désir. Il les retira assez rapidement en faisant celui qui remettait l’une de mes mèches de cheveux en place. Il demanda subitement par quel sujet je désirais commencer....Quelle erreur Jack Smith ! Dans ma tête c’était clair comme de l’eau de roche ! Je me déshabillais et je sortis mes griffes pour déchirer lentement son boxer. Alors qu’il voulait se rebeller je lui fis signe de se taire :

- Chuuut ...Laisses-toi faire ! C’est toi qui a demandé par quoi je voulais commencer alors ne te débines pas !


Spoiler:
 

- Tu vois notre enfant aussi avait besoin de sentir le désir de son père.


Je pris ses bras et les passer autour de ma poitrine, l’obligeant à me serrer fort contre lui. J’avais besoin de ce contact, besoin de sentir son corps froid contre mon corps en feu. J’avais besoin de renouer notre amour, besoin d’être à nouveau lui et moi. Je calais ma tête sur sa poitrine et je repris la parole.


- Tu ne veux pas parler de notre avenir alors je vais en prendre l’initiative. Je t’aime et je t’aimerai toute ma vie. Nous allons avoir des hauts et des bas, des moments de crise mais aussi de véritables moments de bonheur inoubliables et qu’à nous. Je commence par nous : je veux partager ta vie, tes joies et tes tristesses. Je veux être à toi à part entière et je te veux à moi tout autant. Je te donnerais tout ce que je peux et surtout tellement d’amour que tu en auras assez et que tu diras stop....quoique...avec toi je m'attend à tout.

Je me retournais et me laissais glisser le long de Jack, me calant près de lui comme au début de notre étreinte,  je le caressais lentement :

- Je prendrais plaisir à te caresser comme cela tous les jours que Dieu fait, je m’arrangerais pour te porter aux nues et te faire crier de désir comme lorsque nous étions à mon appartement. Mais je ne veux pas vivre à tes crochets et je continuerais mon travail, tout comme je te laisserai faire le tien. Cependant je veux tout savoir de ta vie et je ne veux plus que tu te remettes à boire. J’aimerais que nous partagions tout et que nous nous épaulions en toutes circonstances. J’aimerais vraiment dire nous. As-tu peur ?

Je lui caressais le visage, laissant descendre mon doigt de son front à son menton en caressant lentement ses lèvres. Oui je l’aimais plus que tout, je l’adorais.

- Je t’aime simplement et je ne serais jamais une chaîne. Cependant si jamais tu vas voir une autre femme, je parle point de vue sexuel, jamais je ne te le pardonnerais ; Sachant tout cela veux-tu vraiment continuer notre conversation et répondre à tous mes autres sujets ? Mais....huuummmm, c’est quoi ce doux fumet qui arrive à mon nez ? Tu as cuisiné ? On continue à table ?

Je me retournais et l’embrassais à nouveau avant de me rhabiller tout en lui souriant.Il fit de même. Ma vie sans lui n'était simplement plus imaginable. Je ris soudain en lui disant :

- Tu devras même supporter mes amis....mon cher amour.


Mes yeux brillaient de bonheur.


© OswinWho









Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu n’es pas capable,
c’est à toi de choisir et de vivre ta vie
Laurent Gounelle
Revenir en haut Aller en bas
➽ Origine Wesen
avatar


➽ Origine Wesen
Célébrité : Robert Pattinson
Âge perso : 0
Profession : Agent du gouvernement
Posts : 168
Points : 188
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Au plein milieu d'une foule anonyme
Absence : Rare présence du 31/07 au 21/08 : Vacances


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 3 Juin - 23:00
Évidement que Jack mourrait d'envie et de désir pour Althéa. Mais il était tirailler, au fond il prenait sur lui pour ne pas faire le premier pas, pour ne pas succomber, de peut-être que cela soit trop tôt pour lui et surtout trop brusque. Pourtant malgré tout il fut soulager de constater que sa compagne elle prenait les choses en mains. Cela montré à quel point elle avait souffert de cette absence autant que lui. Stressé, gênée, il se laissa guidait par la jeune femme, ne se montrant pas trop entreprenant. Savourant qu'à moitié ce moment. Mais finalement Smith décida de se laisser aller, il laissa de côté ses états d'âmes et enfin enfin il pouvait se laisser à ce doux plaisir et moment tombé du ciel. Que c'était bon, comment avaient-ils pu passé un mois l'un sans l'autre ? A présent c'était une évidence et clair comme de l'eau de roche. Ils était complément raid dingue de l'autre. Jack l'avait dans la peau autant qu'elle l'aimait !Savourant, mais légèrement honteux de sa prestation. Il avait était dans une adolescent juvénile découvrant pour la première fois l'amour et le plaisir de la chaire. Les yeux pétillant et se dilatant lorsqu'il sentie l'enfant qu'elle portait se déchaînait, "La nature est bien fait...", grimaçant un peu à ces paroles, ce n'est pas qu'il ne voulait pas parler d'avenir, il ne pouvait tout simplement pas s'engager de manière patrimoniale, ni même écrire dans le marbre. Tout se qu'il savait c'était qu'il l'aimait et que pour rien au monde il ne voulait la perdre, plus jamais !

-Aussi étrange que cela puisse paraître… Non je n'ai pas peur, à présent j'ai la ferme conviction que quelque soit les problèmes Nous ferons face ensemble.

Se passant une main sur sa nuque et dans ses cheveux avant de s'habiller. Depuis plus d'un mois Jack n'avait plus sentie autant de bonheur, de plaisir et surtout de sérénité. Il n'avait qu'une seule envie, enfin lui prouver qu'une fois encore elle avait eu raison de croire en lui. Oui il désirait vraiment se donner les moyens d'être ce père que Killborn avait vu en lui.

-Tes amis ? Bah je crois que je suis intégrer à ton monde… Il me tarde de revoir Tancred et sa petite famille ou bien ton psy…D'ailleurs il faudrait peut-être que je le consulte...

La taquinant un peu, il avait comprit que personne semblait au courant pour leur pause. La remerciant du regard, il aurait vraiment été gênée et il se serait sentie vraiment mal si tout le monde aurait été au courant."Le pauvre Robert il ne sait pas dans quelle galère il viens de mettre les pieds..." Se dirigeant vers la cuisine, se montrant à l’écouter et attentionné. Sortant le repas qu'il lui avait préparer, en profitant pour prendre une dose de sang dans son gobelet. Une longue discutions commença, pas de faux semblant, pas de belles paroles. Échangeant sur tout les sujets qu'elle avait évoqué, réflexion communes, à présent ils devaient vraiment entretenir cette complicité et surtout cet amour si fragile. Smith se rendait bien compte que la tâche s'annonçait ardue, il allait sûrement en pâtir. Buvant une gorgée de sang, déglutissant péniblement à la remarque de la Mauzhertz. Sur le fait qu'elle ne comprenne pas son blocage de tout à l'heure sur ces sujets d'avenirs. Lui expliquant calmement, lui faisant comprendre son point de vue. Il ignorait totalement quel réaction il allait avoir lorsque qu'enfin l'enfant serait là. Il devait admettre qu'il appréhendait ce moment sûrement décisif pour eux. Pourtant rien n'est perdu et il m'était tout à l’œuvre pour aller de l'avant. Lui parlant de sa thérapie avec Robert pour une sorte de désensibilisation et désintoxication du sang. honteux, il raconta comment le Schwarz Bison l'avait découvert et aider à remonter la pente, gardant le secret.

FIN et Suite à venir !


De cette couleur c'est le côté humain qui parle
De cette couleur c'est le côté vampire qui parle
De cette couleur Jack parle étranger

Rare présence du 31/07 au 21/08 : Vacances
Revenir en haut Aller en bas
ృ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


ృ  Origine Wesen
Féminin
Célébrité : Katia Winter
Âge perso : 25
Profession : Inspecteur de police
Posts : 1212
Points : 1236
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :
Absence : du 15 au 30 juillet inclus


Voir le profil de l'utilisateur

MessageMar 6 Juin - 14:43





Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu n’es pas capable,
c’est à toi de choisir et de vivre ta vie
Laurent Gounelle
Revenir en haut Aller en bas
ృ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


ృ  Origine Wesen
Féminin
Célébrité : Katia Winter
Âge perso : 25
Profession : Inspecteur de police
Posts : 1212
Points : 1236
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :
Absence : du 15 au 30 juillet inclus


Voir le profil de l'utilisateur

MessageMer 7 Juin - 13:45


▬ RPS TERMINES ▬




Coucou !  

Tu as fini un RP ?

Merci de le signaler ici en répondant !

Si ce RP a modifié quelque chose dans l'histoire de votre personnage, rajoutez-le directement à la suite de l'histoire dans votre fiche de présentation !







Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu n’es pas capable,
c’est à toi de choisir et de vivre ta vie
Laurent Gounelle
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message
Revenir en haut Aller en bas

Le temps des regrets - Jack et Althéa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» C'est moi, Jack Frost !! (en construction)
» Technique du Jeune Jack
» rescue Jack Russel
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grimm's World RPG :: Outside :: ◇ Archives :: RP's terminés-