Bienvenue
sur le centre d'aide de Grimm's World RPG

D'autres explications plus bas











 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  Aides  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  RechercherRechercher  

Fini - Lire un bon livre, c’est faire une rencontre - Robert Wunsch
 :: Outside :: ◇ Archives :: RP's terminés
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Phoebe Tonkin
Âge perso : 26
Profession : Bibliothécaire
Posts : 284
Points : 290
Disponibilité :
25 / 10025 / 100

Localisation : Ma bibliothéque
Gif :
Absence : Occupé dans les mois qui arrivent !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageMar 7 Fév - 21:24

“Lire un bon livre, c’est faire une rencontre.”


Olivia Rosenberg | Robert Wunsch




-----------------------------------------------

“Le jour où nous cesserons d’aider notre prochain, à ce moment nous aurons perdu notre humanité.”


Cela faisait un an qu'Olivia s'occupait de cette bibliothèque. Elle avait appartenu à son grand-oncle, Jackson Rosenberg. Elle lui avait parlé à son arrivé en Amérique et il avait été conclu qu'elle dirigerait l'établissement. Au départ réticente, la jeune brunette ne voulait pas. Cette bibliothèque est immense, deux mezzanines, chargeaient de livres à perte de vue, des tables en bois brute, un comptoir mit en rond à l'entrée. Oli s'était tout de suite senti chez elle, cependant, cela l'avait beaucoup intimidé la jeune femme qu'elle était alors. Mais au fil des mois, tout se déroulait pour le mieux, ses collègues, plus âgés qu'elle, ils avaient fini par l'accepter. Même si au départ, ils avaient eu un peu de mal. Ils étaient ravis de compter parmi eux, une jeune femme qui était passionnée par les livres. Jusqu'au jour où un homme étrange s'était pointé, demandant à voir des livres rares dans la pièce du fond. Olivia avait tout simplement refusé avant qu'il ne sorte un document, signé de la main de son grand-oncle.

La réserve était surtout pour les livres anciens, abîmés, qu'Olivia n'avait pas encore trouvé le temps de s'en occuper. Mais l'homme voulait les voir, il avait une recherche à faire. En ouvrant la porte de cette pièce aux vitraux parfait, un voile de poussière s'était alors élevé. L'homme avait été curieux, lui posant des questions sur son oncle. La pièce ne semblait pas comportait ce qu'il cherchait, mais il se dirigea vers une autre porte au fond, qu'Olivia avait tentait d'ouvrir. L'homme semblait avoir la clé et y pénétra. Clé qu'elle avait fini par avoir à la mort de ce Grimm. Et, curiosité oblige, quand on est dans le monde du livre, Oli s'était intéressé aussi à ce qu'il faisait dans cette salle une fois par semaine. Elle l'avait pris pour un écrivain avant de comprendre qu'il était différent. Un Grimm. Quelle idée absurde, et l'avait envoyé en prison. La brunette s'était mise alors en danger, des wesen l'avait attaqué à la sortie de son travail. Voilà, toute l'histoire, elle l'avait sorti de prison, et l'or de la dernière attaque, il s'était fait tuer par les wesen. Des Hundjager. Depuis, Olivia faisait des recherches, pas par peur, mais par fascination. La jeune femme avait gardé contact avec des wesen, que le Grimm lui avait fait rencontrer et en aidait plus d'un. Si elle n'avait jamais croisé ce Grimm, jamais elle n'aurait connu le monde secret.

La journée prenait doucement fin. Oli aimait Portland quand la ville s'illumine, surtout au moment de Noël. Mais Noël était déjà loin, le temps passait vite. Elle passa un rapide coup de téléphone à ses parents. Puis rentra dans la réserve, ça sentait le vieux cuir, les vieux livres, la poussière. L'odeur préférait des adorateurs de livres. En sortant de la réserve, un jeune homme se tenait devant le comptoir, il semblait pensif en observant toute l'immensité de la bibliothèque. Passant par le plafond, qui était très haut et comme un dôme. Le livreur. Bien sûr, Oli secoua la tête et d'un large sourire alla à sa rencontre.

« Bienvenu à la bibliothèque de Portland sud, vous êtes M. Wunsch ? Olivia Rosenberg, je pense que vous venez pour une livraison de nouveaux livres commandés par mon assistante ! »

Oli lui tendit la main avec un sourire radieux. Elle se détourna pour lui montrer la porte de la réserve qui était au fond de la bibliothèque. Une porte en chêne.

« Je pense les mettre dans cette partie, près de la porte de la réserve, ça ne dérangera pas et je prendrais le temps de les trier et les ranger ce soir comme cela ! »

La brunette était très speede ce soir, pas pour autant pressé. Elle passait son temps à la bibliothèque. Y rester 2 heures de plus pour classer, trier, ranger, ne la gênait pas du tout. La bibliothèque allait bientôt fermer. le temps que le jeune livreur mette tous les livres au fond de la bibliothèque, elle pourrait s'en occuper une fois que cette dernière serait fermée.  Elle se tourna vers le livreur.

« Avant toute chose, il y a un document à signer je suppose, j'en suis pas à ma première fois ! »

Sans se départir de son sourire, la brunette attendit.



J'étais livrée à moi-même, à ma peur et à ma solitude. Je tentais de me donner du courage et de refouler ma panique par des moyens rationnels. Ce sont les mots qui m'ont sauvée à l'époque.


Dernière édition par Olivia Rosenberg le Lun 3 Avr - 23:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
♠ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


♠ Origine Wesen
Masculin
Célébrité : Armie Hammer
Âge perso : 25
Profession : Livreur-transporteur
Posts : 727
Points : 751
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 18 Fév - 14:23




Lire un bon livre, c'est faire une rencontre
Feat Olivia

La journée de livraison était assez chargée. Je prenais à 6h ce matin pour livrer les entreprises sur le port, et je finissais ma journée par une bibliothèque du centre ville. J'avais heureusement une coupure de deux heures vers midi et demie. Tout se passa pour le mieux et je passais d'agréable moment avec des personnes fort sympathiques à chaque fois.

Arrivé enfin ma dernière livraison. Je m'étais passé un coup par la figure, car les industries et les entreprises du port n'avait rien à voir avec une bibliothèque du centre ville. Il faisait plus frais ce soir, et il commençait à pleuvoir. Je ramassais tous les cartons de livre et me rendais à la bibliothèque. Je me surprenais de penser que j'étais passé autant de fois devant sans jamais y avoir mis les pieds une seule fois !

J'appréciais particulièrement l'architecture monumentale de ce bâtiment, mais surtout l'idée d'une ressource quasi infinie et inépuisable de savoirs humains, les années successives de classement de ses ouvrages, celles encore plus importantes de leurs écritures, dépassant à peine celles de leurs conceptions... J'aimais lire, mais en prenait trop rarement le temps. J'aimais aussi faire un tour de temps à autre en librairie ou en bibliothèque pour côtoyer l'un de ceux que l'on nomme "rat" et échanger à propos d'une idée, d'un auteur, d'une situation. C'est me garant devant la porte de service que je me souvenais avec honte que je n'avais pas réellement lu en bibliothèque que depuis mes études en France. Je continuais à lire à mon rythme chez moi, pouvant laisser traîner un chef d'œuvre de littérature dans ma table de nuit pendant plusieurs mois pour m'y replonger qu'ensuite. Les prêts et leur durée limitée me frustrait parfois et il m'était déjà arrivé de rendre un livre qui me plaisait car j'allais dépasser la date...

Bref, c'est avec cette multitudes d'idées en tête, être nostalgie et rêve, que je pris le bon de commande pour me présenter à l'accueil. La bibliothèque allait fermer. Le patron m'avait dit que c'était un choix de la gérante que de livrer plus tard comme cela. Il avait eu vent que c'était une belle jeune femme dynamique et qui savait bien tenir ce lieu. Il n'y avait pas de sonnette à la porte, je me décidais donc d'entrer. Ma rêvasserie continuait à l'intérieur. L'espace n'avait pas beaucoup changé depuis sa création, on se serait cru dans un film ancien avec un magnifique mobilier ancien parfaitement bien entretenu : des rangées de livres droite, des étagères classées, des panneaux pour orienter les chercheurs, des thèmes pour susciter la curiosité des amoureux des livres...

Mais il y avait là aussi une touche de modernité, un aspect particulier qui faisait que ce lieu n'était pas has been. J'attendais au comptoir en regardant ce lieu comme un sanctuaire, quelque chose de majestueux, magique et sacré. Terre à terre, je m'étais cet excès d'émerveillement sur le compte d'une longue journée. Je commençais à piquer un peu du nez et c'est pour cette raison que je sursautais en entendant cette voix féminine dans mon dos. Je me retournais et constatais que l'on avait pas mentit au patron.

Une fois qu'elle eut finit de parler, je me rappelais pourquoi j'étais là. Je sortais le papier de la pochette tout en me présentant :

"Bonjour, oui, je suis bien Robert Wunsch. tenez, il faut que vous signiez là... Quel lieu magnifique !"

Fatigué et troublé, j'eus la mauvaise idée de regarder à ce moment là dans son décolleté. Quel idiot ! Pour qui j'allais passer maintenant. Enfin, je dégageais vite mon regard, peut-être ne l'avait-elle pas vu. Et puis je voulais être avec Anastasia qui me revenait en pensée, ce qui m'apaisait. Je regardais l'une des étagères pendant qu'elle signait.

"Je repensais à la dernière fois où j'avais remis les pieds dans une bibliothèque en regrettant presque de ne pas fréquenter ce type d'établissement plus souvent..."

Je récupérais le papier, le rangeais et nous entendions la pluie battre plus fort d'un seul coup sur le toit.

"Je vous propose de ne pas tarder. Le patron m'a dit que vous auriez peut-être besoin de mes services pour installer les ouvrages ?"

Je fis quelques pas en direction de la porte En fait j'attendais qu'elle me dise où je devais déposer les cartons. sinon j'allais chercher les premiers  et j'aviserais ensuite. Là je les prendrais par trois, histoire d'aller vite, mais ne pas en avoir devant les yeux.




Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Phoebe Tonkin
Âge perso : 26
Profession : Bibliothécaire
Posts : 284
Points : 290
Disponibilité :
25 / 10025 / 100

Localisation : Ma bibliothéque
Gif :
Absence : Occupé dans les mois qui arrivent !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageVen 24 Fév - 20:09

“Lire un bon livre, c’est faire une rencontre.”


Olivia Rosenberg | Robert Wunsch



- Latin | - Français |  - Allemand
-----------------------------------------------

“Le jour où nous cesserons d’aider notre prochain, à ce moment nous aurons perdu notre humanité.”


Oli regardait un instant le jeune livreur en face d'elle. il était jeune pour faire ce métier. Elle songea à elle-même. La brunette avait commencé à faire bibliothécaire que depuis 2 ans et était établi ici, aux états-unis que depuis un an. Elle observa ensuite au dessus de l'épaule de ce dernier. Le dôme de la bibliothèque, leur manifestait apparemment, qu'il pleuvait des cordes dehors. Un sourire ravit se dessina sur les lèvres de la brunette. Olivia se contentait de tous et de rien, tout lui suffisait, qu'il pleuve ou qu'il fasse du soleil, elle appréciait la vie. Peu importe le temps qu'il faisait dehors, même quand il neigeait, elle était heureuse. Pourtant, elle fronça les sourcils. Sa voiture était en réparation et elle habitait de l'autre côté de la ville. Elle se mordilla la lèvre et repris son attention sur le livreur, auquel elle distingua un regard vers son décolleté. Ça commençait bien... Tous les hommes étaient manifestement tous pareil... Ils pensaient tous à la même chose, au jolie femme et pensaient avec leur deuxième cerveau... La brunette eut un sourire sans se départir à mordiller sa lèvre et en haussant un sourcil. Elle le détailla de haut en bas. Après Mickaël, elle n'avait pas eu d'autre relation et elle était très prise avec son métier. Et puis, elle ne le connaissait pas, il était hors de question qu'elle s'aventure là dedans pour le moment. Oli n'était pas du genre à tomber amoureuse toutes les secondes, c'était à vie ou pas du tout...

Du moins, lui n'avait pas l'air d'avoir des tatouages partout et semblait rechercher une relation sérieuse. Tout ce qu'Oli cherchait aussi. Cependant, elle n'était pas du tout intéressé, il pouvait être mignon, mais pouvait cacher une personnalité étrange. Il la larguerait sans condition malgré ses "je t'aime" et c'est le véritable amour et le reste. La brunette eut un frisson, ça remontait à 2 ans, mais c'était encore sur son cœur. C'était encore amer au fond d'elle-même. Mick avait refusé de la suivre et de mener une vie correct, préférant sa vie de débauchée. Elle s'était alors dit que finalement, elle ne l'avait pas aimé, c'était pour embêter son père. Aimer un rebelle, tatoué, n'était pas dans ses critères de recherches d'hommes. Elle voulait de la stabilité et Mick ne lui apportait pas cela du tout. La brunette s'égarait tout à coup et revint au moment présent.

Elle l'avait écouté confirmer qui il était pendant qu'elle écoutait la pluie tomber en trombe. Comment allait-elle rentrer ? En bus bien entendu. En espérant qu'elle n'ait pas oublié son porte-feuille chez elle. En ce moment, elle était tellement ailleurs, entre la réserve, les wesen qui allaient et venaient pour consulter les ouvrages. Et une Grimm, la dernière fois. Elle perdait un peu la tête. Oli signa rapidement le document après y avoir jeté un rapide coup d’œil comme à chaque fois. Vérifiant que le bon était bien à son nom, s'il y avait un tampon de l'entreprise.

« C'est un lieu que j'apprécie, c'est calme, reposant, même si, d'un autre côté avant je ne voulais pas devenir bibliothécaire ! Mais ça, c'est une longue histoire et je ne vous connais pas assez pour vous la délivrer ! »

La brunette avait dit cela en riant doucement et continuait de sourire tout en parlant. La fâcheuse habitude que de raconter sa vie à des inconnus. Certains s'en fichent un peu, personne s'intéresse à personne, d'autre sont ravis... Oli regarda Robert dans les yeux.

« Comme je l'ai si bien dit, je veux qu'on mette les livres près de la porte de la réserve, ça ne dérangera pas ! Et oui, en effet, j'avais oublié ce détail qu'on m'avait dit, enfin proposé une aide pour ranger ! Je ne serais pas contre cette aide, par contre, je dois trier, classer par ordre des auteurs, chercher sur l'ordinateur le rayonnage approprié ! Ne le prenez pas mal, mais, c'est une bibliothèque ici, pas juste une pièce avec des étagères où on range n'importe comment ! Ça risque de prendre toute la soirée, pour ma part ça me va, c'est mon métier ! Cependant, vous serez libre de partir si vous le désirez ! Je ne veux pas vous retenir toute la nuit, vous allez finir par vous ennuyer dans ce lieu, surtout que je parle beaucoup et sûrement quelqu'un vous attends chez vous ! »

Olivia faisait de grand geste en parlant, s'en se départir de son sourire. Elle pencha la tête tout en le regardant. Elle ne voulait pas paraître méchante, mais lui expliquer les choses. Sa  collègue avait accepté l'aide approprié, même si, Olivia l'avait toujours fait toute seule ce genre de rangement. Enfin bon, la bibliothèque était vraiment immense, parfois ils étaient plusieurs et d'autre fois elle était toute seule. Comme ce soir.

« Oh et si vous pouviez garder vos yeux hors de mon décolleté, cela m'arrangerais ! »

La brunette lui fit un clin d’œil en lui tirant la langue qu'elle mordilla. Elle faisait toujours des remarques quand elle remarquait quelque chose. Quand on lui faisait une remarque ou autre. Elle ne pouvait pas s'en empêcher. Et là, c'était plus fort qu'elle.

« On commence par rapporter les cartons avec le diable de transport ? »



J'étais livrée à moi-même, à ma peur et à ma solitude. Je tentais de me donner du courage et de refouler ma panique par des moyens rationnels. Ce sont les mots qui m'ont sauvée à l'époque.
Revenir en haut Aller en bas
♠ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


♠ Origine Wesen
Masculin
Célébrité : Armie Hammer
Âge perso : 25
Profession : Livreur-transporteur
Posts : 727
Points : 751
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 25 Fév - 13:34




Lire un bon livre, c'est faire une rencontre
Feat Olivia

Cette jeune femme avait quelque chose d'hypnotique, ou j'étais vraiment fatigué ... Avant qu'elle ne signe mes papiers et les vérifie je vis qu'elle était perdue dans ses pensées. Elle regardait un peu dans le vide, me regardait sans pour autant avoir de réelle expression sur le visage. Elle reprenait ensuite et je l'écoutais avec attention malgré le fait que ce qu'elle me disait était plutôt banal. Mes sens wesen m'avaient fait comprendre qu'elle avait remarqué mon regard déplacé et cela me mettait mal à l'aise, d'où mon envie de sortir, même sous le déluge pour porter les cartons.

Elle m'annonçait ce que je devais fais, puis ce qu'elle avait à faire avec mon aide ou non. Je souriais quand elle me dit que nous étions dans une bibliothèque. Je relèverais cela plus tard et continuais à me concentré sur tout ce qu'elle me disait. Elle me fit même remarquer que je n'étais pas forcé de rester. Je me dis alors que j'avais calé ma soirée comme cela et que j'étais prêt à filer un coup de main de toute manière. Etre installé chez moi ne me déplaisait pas, mais l'idée de savoir qu'une personne travaillait alors que j'aurais pu l'aider m'était insupportable. Après une courte pause elle me lança une pique qui alla droit à ma poitrine et me fit battre vigoureusement le cœur... Je souris bêtement en baissant la tête. Si j'avais été une Mautzherz, j'aurais filé droit dans mon trou. Après une seconde de silence je répondais à ce qu'elle venait de me dire :

"Tout d'abord, si j'étais une souris, je rentrerais dans un trou immédiatement. Comme ce n'est pas le cas, je vous pris d'accepter mes excuses et mettre cela sur le compte de la fatigue et d'une jolie femme au dynamisme désarmant pour l'heure qu'il est... Sinon, je vous remercie de l'offre, mais je ne saurais supporter l'idée de rester tranquillement chez moi alors que quelqu'un ici travaillerait en ayant eu besoin de mon aide. Pour ce qui est d'être bavard et raconter ma vie, alors vous n'êtes pas seule ici. Et pour répondre à votre curiosité peu fine, personne ne m'attends chez moi et ma soirée est libre, je peux donc vous aider. Enfin, c'est moi le diable !"


Maintenant que je savais quoi faire, je la laissais sur place et pris le chemin de mon petit camion. Je fronçais les sourcils au seuil de la porte en voyant le temps de Hundjäger qu'il faisait ! Je remarquais qu'elle me suivait. je lui dis de rester à l'intérieur pour recevoir les cartons. Au fait, je ne voulais pas qu'elle me voit woge pour utiliser ma force wesen et prendre davantage de cartons dans les bras. J'allais donc au coffre et pris sept cartons dans les bras. J'en avais de sous la ceinture à devant la tête. Elle me guidait pour ce premier voyage comme pour les suivants. Je la laissais m'aider à déposer cette cargaison devant la remise. J'étais trempé jusqu'au os au dernier voyage : l'eau ruisselait sur ma veste, ma chemise était trempée, mon pantalon était mouillé aux cuisses et le bas, seule une partie sur la cheville restait humide, mes cheveux et mon visage ruisselés également. Une fois le tout à l'intérieur, je soupirais en posant les derniers cartons au sol.  

"Je vais chercher un sac d'affaire dans le camion, je le ferme et je reviens"

Dernier trajet sous l'eau, une accalmie pointait à l'horizon, je le sentais. Je pris mon sac avec mes affaires de rechange comme prévu et rentrais de nouveau au chaud. Mlle Rosenberg regardait s'il ne manquait rien et commençait surement son tri mentalement. Je lui demandais où était les toilettes et lui dis revenir après m'être changé. Je poserais mes affaires sur un radiateur, ce n'est pas comme si ça risquait grand-chose ici. Avant de m'éclipser quelques minutes, je lui lançais, en référence au temps et pointant les cartons mouillés :

"Je crois que je vais m'en souvenir un moment de cette livraison !"

Je me changeais, me séchais comme je pouvais et mis un tee-shirt blanc et mon jean de rechange? Je faisais moins livreur comme ça. Je posais chaussures et chaussettes. J'exposais mes affaires sur deux radiateurs et posais mon sac dans un coin. Je restais pieds nus et rejoignais la jeune femme. Elle avait bougé quelques cartons et m'attendait pour en remuer d'autres. Il faut dire que je n'hésitais pas à les charger comme ma nature me permettait de les lever facilement. Je posais mes mains sur mes hanches et lui demandais :

"En quoi puis-je vous être utile en premier lieu ?"




Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Phoebe Tonkin
Âge perso : 26
Profession : Bibliothécaire
Posts : 284
Points : 290
Disponibilité :
25 / 10025 / 100

Localisation : Ma bibliothéque
Gif :
Absence : Occupé dans les mois qui arrivent !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 25 Fév - 20:30

“Lire un bon livre, c’est faire une rencontre.”


Olivia Rosenberg | Robert Wunsch



- Latin | - Français |  - Allemand
-----------------------------------------------

“Le jour où nous cesserons d’aider notre prochain, à ce moment nous aurons perdu notre humanité.”


La jeune femme se souvenait de sa première livraison en arrivant dans cette bibliothèque. Elle était un peu partout et perdue à la fois, faisait n'importe quoi et avait même zappé de signer le papier. À ce souvenir, Oli eut un sourire en coin. Au final, sa collègue avait du appeler l'entreprise de livraison et de faire signer le document, il manquait même un paquet avec des livres rares. Elle souffla et détailla l'homme en face d'elle. Après avoir signer, elle prit la copie du document et le déposa sur le bureau d'accueil. Demain, Aurora le rangera dans le dossier approprié, pour la preuve qu'elle a eu un livreur à la bibliothèque. Pour les comptes de fin de mois, c'est pratique aussi. Elle l'écouta répondre, s'excuser en prime. Elle haussa les sourcils. Pas tous les mecs se seraient excusés. Certains auraient continué à la relooker en se passant la langue sur les lèvres. Mais pas lui. Un bon point pour lui alors. Ou pas. Et il fit la remarque sur les souris. Oli sourit à belle dent en songeant à Althéa, qui était une Mauzhertz. Elle le trouvait charmant, cependant, la brunette était gêné de le retenir avec elle pour faire ce boulot. Il était peut-être conventionné pour cela, mais il avait peut-être d'autre chose à faire, une amie a aller voir ? Un ami pour boire un pot ? Mais même pas, il acceptait tout bonnement de l'aider. Oli haussa les épaules en lui souriant tout simplement. Après tout, s'il arrivait à supporter son blabla, pourquoi pas ? Elle dégagea une mèche de cheveux derrière son oreille et souffla un sourire en secouant la tête. Il était vrai, il se faisait tard, la nuit continuait son ascension. La jeune femme regarda sa montre, la bibliothèque était à présent fermé. Elle reprit son attention sur le livreur.

« Tu ne cherche tout de même pas à me draguer ? Parce que c'est peine perdu, je ne suis pas intéressé ! Pas que tu sois moche ou pas mon type, loin de là et que, sur le fait qu'on ne se connaît pas, parce qu'on peut apprendre à se connaître ou quoi que ce soit, mais vraiment, perd pas ton temps ! Franchement, je ne vais pas te tuer à la tâche, tu dois être fatigué, puisque tu me fais des compliment bizarre ! »

Oli lui fit un clin d’œil et lui sourit. Elle ne voulait pas s'engager dans une relation de toute manière et c'était pour le taquiner. Du moins, même si sa dernière relation remontait à 2 ans. Olivia se pinça les lèvres en le voyant transporter, à lui seul, plusieurs cartons. Il insistât pour qu'elle reste à l'intérieur à cause de la pluie. Elle fut même surprise qu'il soit tout seul. La jeune bibliothécaire avait songé qu'un collègue allait l'aider. Oli retint juste la porte en s'imaginant qu'il avait du manger des épinards avant de venir. Les cartons étaient tout de même pas si léger, elle en soupesa un, il était blindé de livres et très lourd. Qui était donc cette individu ? Il pleuvait à verse dehors, et il est vrai, qu'en robe, de ce temps là, ça n'allait pas le faire. Quelle idée d'avoir sélectionné une robe ce matin. Quand il eut terminé, Robert était trempé de la tête au pied. Il s’éclipsa un moment pour aller se changer. Pendant ce temps là, Olivia bougea quelques cartons, qu'elle tira de ci, de là. Elle les comptait qu'en le jeune livreur revint. Il avait les cheveux en pagaille, qu'il rectifia vite fait et la regardait les mains sur les hanches.

« Eh bien, on va attaquer par ces cartons (elle lui montra ceux sur la gauche), ils vont sur la mezzanine, premier étage ! J'y ai déjà jeté un coup d’œil, et c'est des gros volumes de petite taille, dans quatre cartons ! Y en a 20 par cartons, bien entendu, mélangé même pas par auteur ! Mais ce n'est pas grave, on ou je vais les trier par auteur ! J'espère que tu aimes l'odeur des livres, parce que tu vas être servi ! Je vais aller chercher d'autre petit carton vide pour pouvoir les transporter ! »

Oli s'éloigna, laissant Robert seul près de la porte de la réserve. De toute manière, elle était bien verrouiller et elle ne pensait pas qu'il allait fouiller dedans. Quand elle revint, Robert était accroupi sur les cartons et les regardait. C'était des volumes encyclopédique sur la terre et l'univers ainsi que sur la vie au temps des Dieux. Olivia lui tendit le carton et trièrent par auteur.

« Dis-moi, tu as mangé des épinards avant de venir ? Non parce que, je trouve tout de même étrange que tu soulève des cartons seul alors que moi, rien que pour bouger celui-là, (elle lui montre un assez important carton) j'ai du tirer fort ! Désolé, je suis trop curieuse, cependant, je peux donner quelques théories ! Tu es le fils caché de Clark Kent ? »

Olivia regarda la tranche des livres tout en les plaçant dans le nouveau carton. Elle cherchait en même temps des théories sur la force surhumaine de Robert. Il était peut-être un wesen, elle ne serait pas surprise et serait contente de savoir quelle créature il était. Elle écouta la réponse de Robert alors qu'elle se relevait. Les 5 petits cartons étaient plein et ils étaient près à monter au premier étage, partie "notre planète". Oli se baissa pour prendre un des cartons et souris à Robert en se relevant.



J'étais livrée à moi-même, à ma peur et à ma solitude. Je tentais de me donner du courage et de refouler ma panique par des moyens rationnels. Ce sont les mots qui m'ont sauvée à l'époque.
Revenir en haut Aller en bas
♠ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


♠ Origine Wesen
Masculin
Célébrité : Armie Hammer
Âge perso : 25
Profession : Livreur-transporteur
Posts : 727
Points : 751
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageJeu 2 Mar - 21:07




Lire un bon livre, c'est faire une rencontre
Feat Olivia
Je ne relevais et ne relèverais même pas cette nouvelle pique sur les intentions que je pouvais hypothétiquement avoir envers elle. Je regrettais ce regard et en même temps m'analysais moi-même en me disant qu'il pouvait peut-être s'agir d'un désir refoulé envers une autre personne, une personne qui m'échappait tout en revenant vers moi... Je la fixais de nouveau pour ne pas me perdre inutilement dans mes pensées et ressasser des idées que j'avais déjà tourné plusieurs fois en long, large et en travers...

Je l'aidais de suite à déplacer certains cartons lourds pour une personne normale. Sa proposition d'aller chercher d'autres cartons plus petits me fit sourire et j'haussais les épaules : pour elle peut-être, mais pour moi inutile. Ce qui suivit me décontenançait une fois de plus et je me décidais définitivement de traiter cette jeune femme comme une amie ou une connaissance. Je pensais qu'elle m'allumait, mais aussi cherchait-elle ce type de relations amicales. J'éclatais franchement de rire quand elle insinuait que j'avais la force de Popeye ou celle de Superman.

"Ahhaha, elle est bonne celle-là ! Tu es bien la première à me la sortir !"

Je pris un gros carton à bras le corps et me dirigeais vers le rayon où le plus d'ouvrage était destiné. Je ne comprenais pas pourquoi ils n'avaient pas été trié par auteurs ou ordre alphabétique. Avec les transporteurs ou les imprimeries, il ne fallait pas chercher...

"Non, je ne suis ni parent de Popeye, ni le fils de Superman ! Je ne suis qu'un simple livreur dont le métier est de soulever des colis à longueur de journée, charger et décharger le camion et monter des étages ! Je pense que le corps se fait à l'exercice quotidien qu'on lui impose. Je n'ai que la force de l'habitude !"

Je trouvais mon explication pas si bête, et puis ce n'était pas la première fois que je la donnais. Je déconnais tout de même un peu trop ce soir et devais faire un peu plus à moi, surtout ces derniers temps, je commettais trop d'erreurs à mon goûts. D'habitude méfiant et discret lors de mes livraisons, je ne sais pour qu'elle raisons je n'étais as resté sur mes gardes ce soir. La pluie, cette jeune femme et surtout ce que j'avais annoncé à Anastasia, en lus d'une certaine usure morale, faisaient que je n'étais plus au top de mes capacités.

"Attends, nous allons procéder autrement : au lieu de trier au fur et à mesure, je vais te sortir tous les livres sur cette grande table en les triant par auteur et en regardant vaguement la couleur de la couverture. Tu fais un tri plus précis ici et je refais des cartons dans un second temps. On perd du temps en tri, mais je pense qu'on en gagne énormément dans la répartition selon les rayons pour après. Qu'en dis-tu ?"

Je me retournais en face d'elle en posant mon carton sur la dite table. Je m'attendais à tout et surtout à ce qu'elle revienne d'abord à la charge. Elle me faisait penser à une autre amie (Lily).





Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Phoebe Tonkin
Âge perso : 26
Profession : Bibliothécaire
Posts : 284
Points : 290
Disponibilité :
25 / 10025 / 100

Localisation : Ma bibliothéque
Gif :
Absence : Occupé dans les mois qui arrivent !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 4 Mar - 21:50

“Lire un bon livre, c’est faire une rencontre.”


Olivia Rosenberg | Robert Wunsch



- Latin | - Français |  - Allemand
-----------------------------------------------

“Le jour où nous cesserons d’aider notre prochain, à ce moment nous aurons perdu notre humanité.”


La jeune brunette regarda Robert se remettre debout en prenant quelques cartons. Elle passa devant et ils montèrent les marches jusqu'à la mezzanine. Ils passèrent dans différent rayonnage et commencèrent à ranger. Oli attendait que le jeune livreur relève ce qu'elle venait de dire tout à l'heure. Ce qui ne fit pas et elle prit cela pour un non. Elle fut rassuré, ou triste ? Elle ne sut le dire sur le moment. Il ne serait pas le premier à la draguer. Oli le taquinait car il avait tout de même regardé son décolleté et s'en amusait pour le mettre mal à l'aise. Elle songea à Liam, son meilleur ami, il l'avait un peu dragué avant qu'elle ne lui mette le râteau du siècle. Heureusement que le jeune homme avait beaucoup de réparti. Et au final, ils avaient fini par être ami, juste après que la brunette lui ait mit les points sur les I. Pas question de devenir ami juste pour sortir ensemble après. Il avait levé la main droite et promit une bonne amitié, rien de plus. Elle songea malgré elle à Michaël. Pourtant, ce n'était pas le moment, elle ne l'avait pas aimé, ce n'était juste que pour ennuyer ses parents, rien de plus. Et puis, s'il l'aimait vraiment comme il le disait si souvent, il aurait changé, l'aurait rappelé et serait entrain de travaillé avec elle. Cependant, il ne voulait pas changer, préférant ses voles et la prison à elle. Mais de toute façon, ils avaient rien en commun, se disputaient souvent, et elle était même pas jalouse qu'en une autre qu'elle lui tournait autour. Donc, c'était juste son côté mauvais type qui l'avait attiré, et le fait d'ennuyer ses parents, rien d'autre. Ils rangèrent les livres sur les étagères alors qu'il riait. Elle rit avec lui sur son hypothèse, sa théorie de fils caché de Clark Kent. Elle avait bien vu tout ce qu'il transportait. Le fait qu'il était seul aussi, cela lui mettait la puce à l'oreille. Oli ne dit rien sur le moment et ils retournèrent auprès des autres cartons.

Robert lui suggéra une autre solution pour aller plus vite. Il était vrai qu'à deux, ça allait plus vite. Cependant, là, elle n'allait pas perdre son temps à lire un livre pendant le rangement. Là, il y avait quelqu'un avec elle.

« D'accord, pourquoi pas, ça me semble correct comme supposition ! On fait comme ça ! »

Oli l'aida à vider tous les cartons sur la table, empilant les livres les un sur les autres. Ne pouvant pas s'empêcher de relever les titres tout de même et s'empêchant tout de même d'en ouvrir un pour le lire. La brunette déposa le dernier livre sur une pile et releva les yeux vers Robert avec un sourire taquin sur les lèvres.

« Supposons que je te crois, mais ma théorie tient toujours. C'est juste que je trouve cela tout de même étrange que tu sois seul pendant une livraison ! D'habitude on est deux, surtout pour autant de carton ! Désolé d'être pertinente, je ne dis plus rien, tu peux garder ton secret, je ne dirais rien, après tout, si tu es le fils de Clark Kent, tu ne me le diras pas de toute façon ! Mais je comprends, c'est un secret, tu ne l'avoueras pas ! »

Elle lui fit un clin d’œil et lâcha un petit rire en secouant la tête en gardant son sourire. Après tout, il était libre de ne rien dire, ça la regardait pas. Quelle idée d'être aussi curieuse et de se mêler de ce qui ne l'a regardait pas. Ou alors il était juste qu'un simple livreur, les super héros ça n'existe pas. Pourquoi voulait-elle à toute fin savoir qui il était ? Enfin, dans un sens, il y a les wesen. Oli observa Robert. Elle ne pensait pas qu'il en était un et comme elle n'était pas une Grimm, ne voyait pas ce côté là. S'il était un wesen, il ne lui dira pas. Maintenant qu'elle y pensait, Althéa lui avait parlé d'un certain Robert, mais il n'y a pas qu'un âne qui s'appelle Martin. Il existait plein de Robert aux États-Unis. Cependant, elle avait dit qu'il était livreur ou alors elle avait rêvé. Oli fronça les sourcils et se détendit en souriant. Le monde étai vraiment petit si c'était de lui qu'elle parlait. Elle fit ce qu'il avait supposé de faire. La jeune brunette fit le tri des livres tout en les passant à Robert pour qu'il les mette dans un carton. Ils allaient tout trier et ça allait prendre du temps, ça s'était certain. Il y avait des piles partout, même sur les chaises. Pourtant la table était grande.

« Désolé d'être indiscrète encore une fois, tu ne connaîtrais pas une certaine Althéa Killborn ? »



J'étais livrée à moi-même, à ma peur et à ma solitude. Je tentais de me donner du courage et de refouler ma panique par des moyens rationnels. Ce sont les mots qui m'ont sauvée à l'époque.
Revenir en haut Aller en bas
♠ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


♠ Origine Wesen
Masculin
Célébrité : Armie Hammer
Âge perso : 25
Profession : Livreur-transporteur
Posts : 727
Points : 751
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageVen 10 Mar - 20:36




Lire un bon livre, c'est faire une rencontre
Feat Olivia
Cette femme me faisait bien sourire et je finis par me sentir bien à force de travailler ensemble et trier efficacement ces bouquins. Le tri avançait très vite, nous étions sur la même longueur d'onde. Je poussais un carton, le croyant vide, mais le poids me fit sentir qu'il en restait un petit. je me baissais pour le poser dans les mains d'Olivia. J'haussais les sourcils à sa question et me demandais bien d'où elle pouvait bien connaître la petite Mauzhertz. Je lui souris et lui répondais :

"Ahah, ouais je connais Althéa ! C'est un amie commune que j'ai avec une autre personne qui me l'a présenté pour que je lui amène des meubles. Depuis nous avons appris à nous connaître et nous sommes amis. Elle est même en concubinage avec un autre de mes amis ! Donc oui, c'est pour dire que je la connais. Mais dis donc Olivia ... Oui, tu permet que l'on s'appelle par nos prénoms ? Pour ma part tu as entièrement le droit... Je disais donc : pourquoi me poses-tu cette question ? "


Je fronçais légèrement les sourcils, la soupçonnant une seconde, au vue de ses questions, d'être une grimm. Je sentais les wesen, peu les grimm, mais je les reconnaissais quand même. Là ça n'avait pas été le cas, mais peut être était-elle différente des autres... Ah moins que ... Oui, peut-être était-elle une Kehrseite-Schlich-Kennen... Mais comment arriver à le savoir ?

Je pris un gros carton dans mes bras, chargé d'une trentaine de livre et la suivais de nouveau dans la mezzanine. Je portais le carton pendant que dans un premier temps elle me répondait et dans un second elle rangeait.






Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Phoebe Tonkin
Âge perso : 26
Profession : Bibliothécaire
Posts : 284
Points : 290
Disponibilité :
25 / 10025 / 100

Localisation : Ma bibliothéque
Gif :
Absence : Occupé dans les mois qui arrivent !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageDim 12 Mar - 18:50

“Lire un bon livre, c’est faire une rencontre.”


Olivia Rosenberg | Robert Wunsch


- Latin | - Français |  - Allemand
-----------------------------------------------

“Y'a déjà assez de conneries dans le monde pour que j'en rajoute..”


La brunette n'allait pas garder sa langue dans sa poche ce soir. Quand elle avait une idée derrière la tête, elle ne l'avait pas ailleurs.  Quand Olivia voulait savoir quelque chose, elle ne voulait pas attendre pour le savoir. Ni tourner autour du pot pendant mille ans.Tout en montant les marches vers la mezzanine, Robert lui répondait tout simplement. Elle ne s'était pas trompé d'âne, c'était lui le fameux Robert dont Althéa lui avait parlé. Et bien son intuition ne la trompait jamais et une chance qu'elle ne s'était pas trompé d'ailleurs. Oli se retourna pour le regarder et lui lança un sourire sans rien dire pour le moment. Il l'appela par son prénom, et ça donnait soudain plus de formalité dans la relation. Un livreur qui l'appelait par son prénom, ça devenait bizarre, cependant, il était ami avec Althéa. Il y eut un silence. La jeune bibliothécaire avait touché dans le mille. Mais si c'était un ami d'Althéa, ce pouvait-il qu'il soit un wesen ? Enfin quoi, son compagnon était un vampire, et un ami de ce jeune livreur.

Elle en conclut qu'il était donc un wesen. Elle se demandait ce qu'il était en plissant les yeux et le regardant intensément. Vu sa carrure, il devait être une grande créature, forte. La brunette s'humecta la lèvre inférieure et rangea les livres sur le rayonnage en réfléchissant encore. Toute la planète n'était pas que des wesen ? Sa famille ne l'était pas, ça elle en était sûr, à moins qu'il y avait d'autre secret qu'elle ignorait. Elle en parlerait à son grand oncle ce week-end. La brunette avait envie de lui dire clairement que c'était juste comme ça, pour savoir, mais autant le dire franchement. Cependant, s'il n'était pas au courant pour Althéa, il allait la prendre pour une malade. Du moins, vu comment elle lui parle depuis le début de leur rencontre, il le pensait peut-être déjà. Elle eut un sourire. C'était la première fois qu'elle sympathisait avec un livreur, d'habitude, ces derniers arrivent, posent la marchandise, vérifie quelques détails et partent tout simplement. Très rare, quand un livreur reste, surtout à une heure aussi tardive.

« Huuum, c'est très intime de m'appeler par mon prénom, Monsieur Wunsch, enfin, Robert ! »

Olivia lui lança un clin d’œil. Elle lui avait parlé d'une voix suave en se retenant de rire, tout en continuant de ranger les livres. Oli lui jeta tout de même un regard, alors qu'il lui passait les livres et qu'il la détaillait en fronçant les sourcils et rougissant à la racine des cheveux. La brunette eut un sourire franc, montrant ses belles dents.

« Ne me regarde pas comme ça, ça t'apprendra à regarder mon décolleté tout à l'heure ! Et non, ça ne me dérange pas que tu m'appelles par mon prénom ! Ici, on m'appelle trop formellement, Madame Rosenberg et c'est ma mère ! »

Elle semblait bien s'amuser sur le moment. Oli attrapa encore quelques livres que Robert lui tendait et les rangea à la suite en gardant son sourire aux lèvres.

« Et pour répondre à ta question, Robert (elle eut un sourire) je suis du genre curieuse, j'ai rencontré Althéa il y a quelque temps ! Pas pour une enquête, mais sur une recherche qu'elle faisait, j'aide les gens dans leur recherche de vérité, arbre généalogique ou tout autre recherche bizarre et particulière... (elle se racla la gorge sans en dire trop et continua de ranger) Une charmante personne en passant, on a beaucoup discuter autour d'une tasse de thé et... et elle m'a parlé d'un certain Robert, qui était livreur et l'aurait aidé, j'ai demandé sans vraiment savoir si c'était toi, je pouvais tout aussi bien me tromper ! Le monde est vraiment petit alors, si c'est toi le fameux Robert ! Et ne t'inquiète pas, elle n'a rien dit de méchant à ton sujet ! »

Oli observa les livres qu'elle venait de ranger en posant ses mains sur ses hanches. Elle soupira tout doucement et se tourna vers Robert. En parlant de recherche particulière, elle espérait mettre le doigt sur quelque chose. Qu'il lui pose la question ou non, elle ne serait quoi répondre. Comment dire sans le dire qu'elle sait ce qu'il est réellement ? S'il est l'ami d'Althéa il pouvait l'être ou peut-être que non. Il était peut-être comme elle, un Kehrseite-Schlich-Kennen ...

« On continue, ou tu veux rentrer chez toi ? Je ne veux pas te retenir, tu es libre de m'aider ou non jusqu'au bout ! Je ne veux pas me sentir coupable, si tu es fatigué, mal au dos ou tout autre chose ! »

Oli songea à un bon bain chaud et un verre de vin français, tout en se laissant couler sous la mousse. Sa rêverie fut de courte durée. Son téléphone sonna et elle décrocha. Elle se mit à parler en allemand, se mit à rire et raccrocha.

« Ma mère, qui s'inquiète que je ne l'ai pas encore appelée cette semaine ! Alors ? On fait quoi ? »



J'étais livrée à moi-même, à ma peur et à ma solitude. Je tentais de me donner du courage et de refouler ma panique par des moyens rationnels. Ce sont les mots qui m'ont sauvée à l'époque.
Revenir en haut Aller en bas
♠ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


♠ Origine Wesen
Masculin
Célébrité : Armie Hammer
Âge perso : 25
Profession : Livreur-transporteur
Posts : 727
Points : 751
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageVen 31 Mar - 19:45




Lire un bon livre, c'est faire une rencontre
Feat Olivia
Bien qu'elle me charrie toujours, l'ambiance était plus détendue et la conversation se poursuivait sur un ton plus cool. Si quelqu'un était entré alors, cette personne aurait pu croire que nous étions de bons amis... depuis nettement plus longtemps qu'une bonne heure !  

Je souriais sans rien répondre à sa nouvelle pique qu'un sourire. J'avais de nouveau les bras chargé de livres, mais les tas sur la table diminuaient bien du fait de notre organisation et que cette bibliothèque soit sa seconde maison. Elle me parla de sa rencontre avec Althéa. La souris était bien bavarde, mais si c'était pour dire du bien de moi... Je ne manquerais pas de lui faire remarquer la prochaine fois que je la croiserais !

Olivia prit une pause lorsque son téléphone sonna et elle m'étonnait à parler en allemand ensuite. Je souris. J'attendais à côté de la table sans rien dire. Je pris un livre au hasard et le feuilletais en attendant pour ne pas me montrer intrusif. La conversation ne dura pas longtemps. Une fois qu'elle raccrochait, elle reprit où elle en était avant de répondre. Je souris et lui répondais :

"Als wollen Sie Fraulein Rosenberg ! Il est étonnant d'entendre des gens parler allemand. Enchanté que tu sois du club, ahah ! ... Pour ce qui est de ma décision : bien sûr que je reste ! Je ne suis pas homme à laisser un travail non terminé, surtout quand il touche à sa fin !"

Je pris les deux dernières piles de livres et les chargeais du bas de mon ventre à sous mon nez, comme le petit rat dans le Cendrillon de Disney avec ces morceaux de fromage. Je la suivais une dernière fois dans les rayons de cette bibliothèque. Je lui dis que je parlais aussi le français comme j'avais vécu là-bas. Je lui demandais si elle parlait d'autres langues. Nous avions enfin fini et il était 20h 30.

"Nous avons été efficace finalement !"

Il était temps de se dire au revoir. Nous étions tout les deux en bas. Je m'éclipsais et allais reprendre mes affaires désormais sèches. Elle fit le tour de la bibliothèque et prenait ses clefs quand je revenais. J'enfilais ma veste en même temps qu'elle s'habillait pour sortir aussi. Elle cherchait quelque chose dans son sac. je compris que c'était des billets de transport.

"Hum, hum... Je ne sais pas où tu vas, mais si je ne te fais toujours pas peur, laisse moi te déposer. La pluie est moins forte, mais c'est chiant quand même, et puis attendre seule en début de nuit... En tout cas, je suis content d'avoir fait ta connaissance et j'espère te revoir. Et c'est pas pour te draguer hein..."

Je lui souris et lui tirais même la langue sur ces derniers mots. J'attendais sa réponse quand à ma requête de la déposer quelque part. J'avais vraiment envie de plus la connaître et que nous devenions amis.



PS : Tu peux conclure, à toi de voir si tu veux en attaquer un autre derrière Wink



Revenir en haut Aller en bas
☗ Kehrseite-Schlich
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


☗ Kehrseite-Schlich
Féminin
Célébrité : Phoebe Tonkin
Âge perso : 26
Profession : Bibliothécaire
Posts : 284
Points : 290
Disponibilité :
25 / 10025 / 100

Localisation : Ma bibliothéque
Gif :
Absence : Occupé dans les mois qui arrivent !


Voir le profil de l'utilisateur

MessageLun 3 Avr - 22:56

“Lire un bon livre, c’est faire une rencontre.”


Olivia Rosenberg | Robert Wunsch


- Latin | - Français |  - Allemand
-----------------------------------------------

“Y'a déjà assez de conneries dans le monde pour que j'en rajoute..”


La jeune bibliothécaire regarda son portable où le nom de sa mère était encore inscrit. Sa mère l'avait bien appelé pour avoir de ses nouveaux, mais surtout savoir si elle pouvait venir en Allemagne. Il était hors de question qu'elle reparte là-bas, en plus, toute seule. Cela faisait un an qu'elle n'avait pas remis les pieds dans son pays natal. Pourquoi y retourner ? Elle avait sa vie maintenant aux USA, des amis et un meilleur ami. Oli souffla et se tourna de nouveau vers Robert quand le nom de sa mère s'effaça en écran noir sur son portable. Ils leur restaient encore pas mal de livre à classer et ranger. La brunette se demandait surtout où elle en serait s'il ne serait pas resté. Certainement installé dans le fauteuil, une tasse de thé à la main, en train de dévorer un des nouveau roman. En y songeant, Oli eut un sourire aux lèvres. Il est clair, qu'elle n'aurait même pas fini encore à minuit. S'il partait, elle se poserait sur le fameux fauteuil avec un livre et une bonne camomille.

Il lui parla en allemand dès qu'elle eut raccroché et elle le regarda fixement. Son cœur battait la chamade. En un an, les seuls personnes qu'elle entendait parler en allemand, était dans son téléphone, sa mère et son père, une fois par semaine. Sa famille américaine était des allemands, mais aucun d'eux ne le reparler, préférant parler la langue du pays qui les avaient accueillis. À sa surprise, il voulait vraiment rester et l'aider comme il avait dit depuis le début. Affirmant que cela ne le dérangeait pas du tout.

« Je suis allemande, et cela me fait bizarre d'entendre cette langue ici, à la base c'est par le biais de mon téléphone (elle leva son portable en souriant), je parle aussi le Français et légèrement le latin, avec le métier que je fais je me dois d'être efficace, je fais de la traduction de vieux livres qui sont dans la réserve ! Rien de bien méchant ! »

Elle essayait de pas en faire trop sur la réserve de livre caché, elle ne voulait pas attiré son attention là-dessus. S'il était un wesen, et ça, Olivia s'en doutait fortement, il pourrait s'en intéresser. Cependant, pas ce soir. Ils finirent tous deux le classement des livres et les rangèrent assez vite finalement. Oli était satisfaite du travail accompli et ils retournèrent à l'accueil. Robert s'éclipsa pendant un temps et la jeune bibliothécaire en profita pour faire quelques vérifications. La porte de la réserve était bien fermé et elle rangea les cartons à présent vide. Le livreur la rejoint enfin alors qu'elle récupérait ses clefs. En regardant sa montre, elle remarqua qu'elle aurait le temps de prendre le bus finalement. Alors qu'Oli fouillait dans son sac fourre-tout, Robert se planta devant-elle avant de toussoter. Elle cherchait frénétiquement sa carte de transport. Le jeune homme lui proposait de la raccompagner alors qu'elle enfilait sa veste de cuir marron sur sa robe blanche à fleur. Quelle drôle d'idée que de mettre cette robe aujourd'hui. Elle eut un timide sourire, puis plus franc à ses derniers mots et au final, il lui tira la langue. Olivia s'humecta les lèvres et regarda sa carte de transport.

« Ahah me faire peur ? Il m'en faut beaucoup plus, et j'ai eu mon cota il y a un an, mais longue histoire ! Je ne veux pas non plus profiter de cette situation, je rentre juste chez moi, c'est à l’opposé et je crois t'avoir trop garder pour moi ce soir, alors je te libère ! Tu es vraiment un gentleman, mais je me dois de refuser, je vais juste attendre le bus, ma voiture est en réparation ! »

Il y eut un petit silence. Olivia lui souriait toujours. Elle continua de le taquiner un peu

« Huum, Une invitation à se revoir ? Pourquoi pas, en espérant que tu sache où sont mes yeux ! En plus, je meurs d'envie de savoir pour ton séjour en France, j'ai toujours voulu y aller ! Et oui, j'ai appris à le parler qu'à la Fac et auprès de mes parents ! Je te remercie d'être resté, sans toi je crois que j'aurais préféré me mettre à lire un des nombreux romans reçus et j'en serais encore au rangement à cinq heures du matin ou même, à l'ouverture, donc grâce à toi je ne suis pas tomber dans le vise de la littérature ce soir ! Bonne soirée, Robert Wunsch ! »

Sur ces mots, ils se dirigèrent dans la rue. Olivia ferma la porte et se hâta vers l'arrêt de bus qui arrivait. Une fois chez elle, elle ôta ses chaussures et se servit un bon verre de vin.



RP terminé, j'en commence un autre quand j'aurais du temps ! Very Happy


J'étais livrée à moi-même, à ma peur et à ma solitude. Je tentais de me donner du courage et de refouler ma panique par des moyens rationnels. Ce sont les mots qui m'ont sauvée à l'époque.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message
Revenir en haut Aller en bas

Fini - Lire un bon livre, c’est faire une rencontre - Robert Wunsch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Fini]La liberté résonne dans l'âme des humains corrompus par ces lois factices....[PV Raclaw]
» Compagnons de voyage pour lire un livre en Champagne
» Quoi faire quand on a fini le jeux?
» Aimez vous lire ?
» Le Hobbit dans nos programmes scolaires.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grimm's World RPG :: Outside :: ◇ Archives :: RP's terminés-