Bienvenue
sur le centre d'aide de Grimm's World RPG

D'autres explications plus bas











 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  Aides  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  RechercherRechercher  

Livraison au restaurant - Casey et Robert
 :: Outside :: ◇ Archives :: RP's terminés
♠ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


♠ Origine Wesen
Masculin
Célébrité : Armie Hammer
Âge perso : 25
Profession : Livreur-transporteur
Posts : 728
Points : 752
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageDim 28 Sep - 16:18


"Livraison au restaurant"

Feat: Casey
Ce matin, je me levais tôt pour mettre tout ce qu'il fallait dans le camion. Je faillis arriver en retard, mais je finis par être pile à l'heure. Le patron me montrait les livraisons de la journée à peine étais-je descendu de voiture. En me montrant la feuille de route, je remarquais qu'il y avait beaucoup le matin et rien l'après midi. Il me dit alors que si j'arrivais à tout boucler ce matin j'avais mon après-midi. Mon enthousiasme fut vite contrebalancé lorsque je franchit le seuil de l'entrepôt à 6h30. Je soupirais à la vue de tout ce que je devais emmener et livrer ce matin, mais enfin... J'approchais le camion et m'attelais à tout charger. J'étais tout seul... au début. Ce n'est que lorsque je finis de mettre le dernier carton que je vis débarquer mon collègue, surprit que j'ai déjà fini. Il s'excusait de son retard à cause de sa petite qui l'avait empêché de dormir. Je lui souris en lui disant que je savais bien qu'il me le rendrait un jour. Je fis mon bilan et prévenais le chef que je me mettais en route pour la première entreprise. Tout n'était pas dans le même coin, mais je savais comment procéder en fonction des heures de la journée et la circulation. Je commençais par une entreprise de meuble, puis une de bureau. Je livrais une lampe de taille à une vieille dame habitant un quatrième étage sans ascenseur. Elle m'invitait en vain à prendre un café. Je repartais pour un bar et il était déjà 11h. Je lus ma dernière destination avant de repartir. Il s'agissait d'un client occasionnel, un petit restaurant dans le centre. Je savais très bien où il était, et ce qu'il faisait, mais je n'y avait pas encore mis les pieds. La dernière fois ce fut mon collègue qui fut  chargé de la mission. J'haussais les épaules et me dis que ma matinée, et par là ma journée de travail, était sur le point de s'achever.

C'est fou comme des fois je peux avoir du bol, et d'autres comme ce jour où je me tape les feux, les vieux, les blondes, et les indécis... Je mis 10 min pour faire 2 km ! Pour compenser ce petit malheur j'avais ma place juste devant. Je me garais correctement et prenais tout mes papiers. Il n'y avait là aucune porte pour les livraisons, ou peut-être y avait-il un passage derrière. Ne connaissant pas les lieux j'entrais par la porte principale comme un client. Le restaurant était vide, mais j'écoutais du bruit. Puis un homme donnait un ordre clair:

"Casey ! Vas voir !"

Je souris et attendais sans bouger sur le pas de la porte. J'observais les lieux, très propres et conviviaux. La dernière musique que j'avais écouté dans le camion me trottait toujours dans la tête: "Are you the one" de Scorpions, mon groupe favori. C'est alors qu'arrivait de la cuisine une jolie petite blonde avec un torchon en main. Elle me saluait et repartait direct en cuisine. Sans doute n'était-ce pas elle qui devait se charger de moi, enfin, de la livraison. J'écoutais discuter, puis elle réapparut en soupirant et s'approchait de moi cette fois. Je lui souris et déglutis.





Revenir en haut Aller en bas
Admin
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


Masculin
Célébrité : /
Âge perso : 20
Profession : Administrateur
Posts : 2067
Points : 2248
Disponibilité :
100 / 100100 / 100

Localisation : A l'appart
Absence : Nope


Voir le profil de l'utilisateur http://grimmsworld.actifforum.com/

MessageDim 28 Sep - 21:57

Livraison au restaurant
Robert Wunsch & Casey Donovan
Je me tournais sur le dos une fois que j'avais éteint le réveil. Je restais un long moment comme ça, à fixer le plafond. Je repoussais la couverture et le réveil se remit en marche, annonçant un soleil radieux toute la journée. Très rare un temps comme ça à Portland, je sentais pourtant qu'il allait changer en cour de soirée ou alors dans la journée. Je roulais des yeux et appuyais de nouveau sur le bouton alors que la radio annonçait l'horoscope. Pas la peine d'écouter autant de sottise en une seule journée. Mon horoscope allait sûrement m'annoncer que j'allais passer une bonne journée, ce qui n'était jamais le cas. Il était six heures pile. Je me levais, enfilais mon jean et une chemise sur mon débardeur et me traînais jusqu'à la cuisine. Je me servais en céréale et lait après l'avoir senti. J'étais serveuse depuis 1 an, seul endroit qui a bien voulu de moi après ma sortie de prison. Je regardais dans le vague, me souvenant du nombre de métiers que je faisais à l'époque, aucun d'eux n'avaient voulu me reprendre. Mais le patron du restaurant, James, avait dit qu'il fallait bien donner une seconde chance au gens, avec quelques conditions. Pas de bagarre, pas de reproche sous son toit. C'est vrai que j'étais du genre à sortir des blagues cyniques, que je perdais patience et qu'il l'avait bien remarqué. Je soupirais en finissant mon petit déjeuner et mis le bol dans l'évier. Il me restait vingt minutes avant mon départ pour le restaurant. Je commençais à sept heures, il y avait pas mal de chose avant l'ouverture, mettre en place les tables sur la terrasse, les couverts et les verres sur les tables intérieur. On était trois à faire cela. Le restaurant offrait plusieurs plats, de différents pays. La carte était directement sur la table, ce n'était pas une de celles où le serveur vous la tendait. Ce n'était pas un restaurant chic, mais il fallait tout de même être présentable. Je pris ma douche et sortis de la salle de bain avant d'attraper ma veste en cuir et de sortir.

Je m'occupais de la terrasse pendant que Malcolm et Anita s'occupaient de l'intérieur. J'arrangeais les tables et les chaises, pas besoin de déposer quoi que ce soit, risque de vol. Je retournais à l'intérieur et hésitais un instant à mettre les parasols. Je passais la première heure à discuter avec Anita et James qui venait d'arriver, les premiers clients affluaient. Anita était une de mes collègues, elle avait changé une fois devant moi alors qu'elle recevait un SMS. Elle était une sorte de renard ou autre. J'avais secoué la tête en fronçant les sourcils et tout était redevenu normal. Ce n'était pas la première fois que je voyais ce genre de chose arriver, mais cela ne me gênait pas d'être dans la même pièce qu'Anita. C'était certainement mon imagination. Les dessins que je faisais pouvaient y jouer un rôle et je les voyais partout. Je ne voyais pas d'autre explication. J'en avais parlé à personne, gardant ça pour moi depuis deux ans. Il m'était arrivé de me battre avec des gens que je ne connaissais pas ou de voir un client quitter le restaurant en donnant beaucoup d'argent et me dire qu'il n'avait rien contre moi. Et bien entendu, James m'en tenait durement responsable, que je faisais fuir les clients. Je ne comprenais pas leur comportement. Je restais moi-même, froide, cynique et cela dépendais que je laisse ma confiance aux gens, restant tout de même discrète sur certains points de ma vie. Personne avait besoin de savoir qui j'étais vraiment.

C'était plutôt calme ce matin et j'étais bien lancée à faire la vaisselle. J'entendis James m'interpeller, il était dans son bureau et me lança d'aller voir en salle. Comme ci j'étais son chien. Je saisis un torchon et allais voir. Un homme semblait complètement perdu à l'entrée. Je lançais le torchon avec colère sur le bord de l'évier et me dirigeais vers le bureau de James. J'étais serveuse et pas une déménageuse. Je pense que c'était un livreur. James me lança qu'il devait partir et qu'il avait envoyer Malcolm chercher une centaine de pains frais. Anita était en salle et Marc était encore aux vestiaires à se préparer et qu'après il serait en salle. Je soupirais lançant que je ne désirais pas m'occuper de ce genre de chose. Il me lança qu'il commençait à avoir confiance en moi et que c'est pour cela qu'il me laissait gérer la livraison. Je grommelais et retournais en salle en croisant les bras face à l'individu.

« - L'entrée de la livraison est de l'autre côté, je vais vous montrer ! »

Je sais, j'aurais dû commencer par me présenter et dire bonjour. Ce n'était pas un bon jour. Je roulais des yeux et me tournais vers la salle puis vers le comptoir avant de lui faire un petit geste pour qu'il me suive. Je passais près d'Anita qui regardait le livreur en souriant, puis passais derrière le comptoir. Tout en avançant je lançais un regard noir vers James qui partait. J'ouvris la porte de la livraison et laissais passer le livreur.



Dernière édition par Casey Donovan le Lun 29 Sep - 9:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
♠ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


♠ Origine Wesen
Masculin
Célébrité : Armie Hammer
Âge perso : 25
Profession : Livreur-transporteur
Posts : 728
Points : 752
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageDim 28 Sep - 23:18



"Livraison au restaurant"

Feat: Casey
La petite femme ne donnait pas l'impression d'être de bonne humeur. Du peu que je comprenais, cette tâche ne devait pas lui incomber. Je m'étais habitué aux situations où j'avais l'impression d'arriver comme un chien dans un jeu de quille. Elle se tenait devant moi les bras croisés et relevait le nez pour me donner une petite injonction. Elle ne me dit rien de plus que ces mots me signifiant que je n'étais pas arrivé par le bon côté, et que je n'étais à présent pas à la bonne place. J'avais eu une belle matinée, à part avant d'arriver. Elle aurait pu me gonfler, mais non, quelque chose me faisait penser qu'elle ne le voulait pas vraiment. Mon sourire était tombé à ce moment là, en même temps pourquoi le garder face à une personne qui avait tant de sympathie ? J'avais entendu son prénom, mais devais-je le retenir sans qu'elle se présente ? Comment devais-je l'appeler ? "Vous" était une bonne option, quand on ne sait pas... Je gardais mes papiers en main pour le moment et la suivais d'abord du regard en lâchant un soupir. Elle commença par faire un tour en salle et rejoint l'arrière du comptoir. Je m'avançais avant qu'elle me fasse franchement signe de la suivre. Je croisais le patron qui me dit qui il était et qu'il me laissait avec elle, qui se "chargerait de ça". J'opinais du chef et me tournais pour ne pas la perdre des yeux. Je croisais sa collègue qui me souriait. Je lui rendais son sourire et le gardais. Pourquoi me tuer ma journée avec une seule personne ? Elle me semblait particulière. Je ne pus m'empêcher de penser qu'elle était jolie. Nous arrivions à l'arrière du bâtiment. Elle s'arrêta net, j'eus un arrêt brusque, puis un mouvement de recul. Elle ouvrit la porte d'un seul geste vif. Sans qu'elle ne m'adresse un mot j'avais compris le message. C'est alors qu'avec la même froideur et vitesse je lui répondais:

"J'vais chercher l'camion"

Je ne lui dis pas où j'étais garé, ni pour combien de temps j'en avais. Je lui collais les papiers dans les mains et fis demi-tour pour me diriger à vive allure jusqu'à l'entrée par laquelle j'étais passé. J'évitais les tables, tins la porte à sa collègue entrante, et ouvrais le camion. Très vite je m'installais au volant et démarrais. Je devais bien avouer qu'elle m'avait un peu agacé et qu'elle ne me laissait pas indifférent. J'attendais avant de pouvoir me dégager de la place. Comme par hasard mon poste démarrait une piste d'Ac-Dc, "If you want blood (you've got it)". Je souris et n'espérais même pas un déroulement aussi explicite. Je me dégageais et tournais sans encombre dans la rue derrière. Je me garais de façon à ce que le coffre soit en face de la porte. Je soupirais, coupais le contact et descendais. Elle était là, avec les papiers en main, sans trop savoir quoi en faire. Je lui lançais un regard en la croisant, sans sourire, même si intérieurement c'était l'inverse. J'allais ouvrir mon coffre. Tout ce qui était encore là était pour eux: caisse de bouteille en nombre, carton de couverts, différentes denrées alimentaires non réfrigérées, parasol, pied de table, et un bureau. Elle s'approcha de moi pour voir tout cela. Je posais mes yeux sur elle et prit pitié cette fois.

"Hum... Vous devez regarder le nombre de produits, cocher là, et enfin signer. Tenez, je vous le donne ! "

Je sortais le stylo de ma chemise et lui donnais. Il était de la société, notre logo bicolore orange et bleu n'était pas horrible... Je montais dans le camion et commençais à m'affairer à rassembler les cartons vers le bord. Je descendais et la regardais chercher les produits dans la liste. Je ne dis rien et souris. Elle releva la tête avec un air interrogatif. Je la laissais réfléchir, j'avais mon temps. De plus je pouvais bien rester un peu de temps ici, ce n'était pas un gars de 150 kg...






Revenir en haut Aller en bas
Admin
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


Masculin
Célébrité : /
Âge perso : 20
Profession : Administrateur
Posts : 2067
Points : 2248
Disponibilité :
100 / 100100 / 100

Localisation : A l'appart
Absence : Nope


Voir le profil de l'utilisateur http://grimmsworld.actifforum.com/

MessageLun 29 Sep - 12:25

Livraison au restaurant
Robert Wunsch & Casey Donovan
Je ne m'attendais pas à faire ça dès le matin, James avait confiance en moi. Depuis quand s'était-il dit qu'il fallait qu'il me fasse faire ce genre de chose ? À l'arrivait de Marc ? En même temps, le restaurant était neuf, tout le monde travaillait ici depuis peu. Il me testait sûrement, vu mon dossier gros comme une maison. Je sortais de prison quand il m'a prise comme servante, bon d'accord, serveuse. Il me fallait un boulot pour montrer ma bonne foi à la justice, mais aussi pour payer les factures de l'appartement. À ma grande surprise, ça me plaisait. J'avais fait pas mal de petits boulots, en le changeant tous les mois. J'allais montrer à James que je savais gérer ça aussi, pour qu'il ait encore confiance. Le livreur me parla franchement et je le vis repartir dans l'autre sens. Cela l'aurait-il tué de me le dire plus tôt ? Je l'aurais alors pas traîné jusqu'ici. Il aurait pu sortir par la porte de la livraison pour rejoindre son camion, ça rejoint directement sur un parking et devant le restaurant. Je retenais un soupir en le regardant s'éloigner. Peu de temps plus tard, il refit son apparition dehors. J'avais regardé la liste puis croisé les bras, assez méfiante. Je l'observais ouvrir les portes arrières du camion, monter et rapprocher la marchandise avant de me dire que je devais tout vérifier.  

« - En plus, il faut que je fasse votre boulot ? Vous avez une liste et la marchandise, c'est à vous normalement de savoir ce qu'il manque, non ? Enfin bon, quand vous chargez vous êtes en mesure de savoir ce qu'il manque grâce à cette liste ! »

Je lui secouais devant son nez, la feuille qu'il m'avait passée et repris mon attention sur le camion. Je n'étais pas de mauvaise humeur, c'était mon caractère d'origine. C'est vrai quoi, ce n'était pas à moi de vérifier, mais à lui de faire attention. Je lui arrachais pratiquement le stylo des mains. Pourquoi devenir tout à coup sympathique, je l'étais si j'en avais envie. Pour l'heure, je n'avais pas une réelle ambition à quoi que ce soit ce matin. J'étais brutale avec tout le monde, même avec les clients, et James m'en faisait souvent la remarque. Les collègues arrivaient à me supporter, Anita ne s'était pas transformée depuis en je ne sais quoi et tout se passait plutôt bien. Je regardais la liste à moitié dans le vide puis la marchandise en grimaçant. Il manquait les bouteilles de vin. Voilà le boulot qu'il fournissait. Je roulais des yeux et me tournais vers lui en brandissant la feuille.

« - Il manque quelque chose là, vous voyez ici, il y a marqué : cagette de Vins de Bordeaux ! et je ne la vois nulle part ! Je vais pas vous apprendre votre boulot mais quand même ! »

Je lui montrais la liste puis je la repris pour la regarder de nouveau et il manquait bien cela dans le camion. Je retenais un soupir, repensant à ce que James me disait : Reste calme, la journée va passer vite ! Facile à dire, lui il reste derrière son bureau. Le livreur n'y était certainement pour rien. Je lui jetais un coup d’œil. Il semblait avoir mon âge ou alors plus vieux que moi vu sa taille. Il faisait le travail seul, un oubli ça arrive à tout le monde quand on est seul. Je regardais dans le vague puis repris mon attention sur lui, je lui rendais son crayon. Je vis un truc étrange se produire et je fronçais les sourcils. Je fermais les yeux et les rouvris rapidement. Tout était de nouveau normal. Il avait changé, c'était transformé. Cela m'arrivait depuis longtemps, j'avais pris l'habitude. C'était mon imagination, j'avais pourtant cessé de dessiner les créatures de mon livre de Grimm. Mon cœur s'emballa et pour la première fois, j'avais peur. Peur qu'il parte en courant laissant le camion, me cogne, reparte avec la marchandise. James aurait cru alors que je l'avais agressé avec mes paroles et j'allais me faire virer. Je ne sais pas pourquoi les gens partaient, voulaient se battre et me laissaient beaucoup d'argent en pourboire. Tout ce que je sais, c'est que je vois des créatures et une fois que cela change, les gens sont mal à l'aise à mon encontre avant de me laisser seule. Comment savaient-ils que je les voyais en créature ? Je reculais d'un pas me sentant soudain étrange, attendant une réaction de sa part. Je ne trouvais rien à dire sur ce coup-là. Je ne trouvais jamais les mots pour définir leur comportement si soudain, que déjà ils étaient loin. Quand bien même j'allais parler, il allait me prendre pour une folle.

Revenir en haut Aller en bas
♠ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


♠ Origine Wesen
Masculin
Célébrité : Armie Hammer
Âge perso : 25
Profession : Livreur-transporteur
Posts : 728
Points : 752
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageVen 3 Oct - 19:47

"Livraison au restaurant"
Feat: Casey
A peine les portes ouvertes qu'elle me faisait déjà une réflexion. Ce ne devait vraiment pas être sa journée pour qu'elle s'en prenne à moi toutes les cinq minutes, et encore quand cinq minutes passaient... Elle me mitraillait du regard et soupirait avant de se pencher sur la fiche. Elle m'avait arraché le stylo des mains, mais se prêtait à l'exercice, certes fastidieux mais nécessaire, de vérifier la liste en rapport avec les produits. Elle était bien agitée et avait failli me pousser à lui faire une réflexion, mais j'étais de nature calme et ne m'énervais pas facilement. De plus je ne pensas vraiment pas qu'elle en ait après moi, mais plutôt à ce qu'on lui faisait faire en plus de son boulot "normal". J'aimais bien que le patron me donne des choses qui sortent un peu de l'ordinaire, même si cela me prenait en général plus de temps.

Pendant qu'elle regardait la liste je lui répondait à sa remarque:

"C'est la politique de la maison que de faire vérifier le client plutôt que nous. Nous trouvons cela plus honnête. Il serait facile de faire des erreurs par routine, alors que le client à plus d'attente, et sera donc plus attentif..."

J'avais l'impression qu'elle n'en avait rien à faire, mais en fait pas vraiment. Elle m'agitait le papier comme un drapeau rouge devant un taureau. Elle venait de trouver une erreur. Selon elle, il manquait des caisses de vin de Bordeaux. Comment avais-je pu faire une telle erreur ? Surtout du vin de ma deuxième patrie. Elle gardait la feuille en vérifiant bien cela. Je soupirais et pensais à tout mon embarquement de ce matin. Je ne trouvais pas, dans ma mémoire, le moment où j'avais pu égarer ces caisses ... J'avais beau réfléchir, je ne voyais pas comment j'avais pu commettre cette erreur. Elle me regarda alors que je balayais du regard chaque caisse, mais en effet aucune ne contenait cela. Ce n'allait pas être très bon pour moi si le client n'était pas satisfait de cette deuxième livraison, dont la première par moi. Si nous voulions nous constituer une clientèle fidèle, ce n'était surement pas de cette manière. Je me jetais la faute ainsi encore une bonne minute. J'étais contrarié. Elle me tendait le crayon que je lui avais prêté. Ma confusion et cette effet de surprise firent que je woge. Elle leva les sourcils, ferma les yeux et les rouvris. Je ne savais plus où me mettre, j'aurais dû carrément m'abstenir. Pourvu qu'elle ait passé une mauvaise nuit, ou qu'elle ait bu... Mais qu'est-ce que je pouvais allé chercher pour ne pas croire qu'elle m'ait vu me transformer... Je me concentrais de nouveau, elle ne semblait pas rassuré. Elle m'avait vu, pourtant elle n'aurait pas dû me voir, à moins que ... Je fus surpris de ma déduction. C'était une grimm ! La première grimm qu'il m'était donné de voir ! Je ne savais pas trop quoi faire. Je me suis toujours dis que le jour où ça m'arriverait je partirais en courant parce que le grimm serait armé et voudrait me tuer. Je m'imaginais en croiser un sanguinolent, ces habits tachés de sang et un sourire sadique ancré sur son visage dont le rire me glacerait les os. Cette image s'effaça d'un coup et mes clichés s'avéraient faux. Je savais reconnaître les personnes qui me voulait du mal, et celle qui avaient peur. Là elle semblait loin de vouloir me faire la peau. Elle avait même l'air d'avoir peur de ma réaction. J'imaginais qu'un wesen dont le cerveau fonctionnait normalement trouvait différent moyen pour suivre, mais dans ce cas on en finit pas. Je me tournais et me mis bien face à elle. Elle recula d'un pas et ne savait pas comment réagir. Je mis mes mains en signe de calme. Je souris, ce qui lui fit hausser es sourcils de nouveau. *Aller Robert, lances toi mon gars* :

"Je... Je sais ce que vous êtes... Et je sais que vous savez... que c'est réciproque. Je sais... Enfin non, j'en sais rien comment... Attendez."

Je reprenais mes esprits et rassemblais mes idées. Ok, j'allais faire honte à la communauté des wesen en ne m'enfonçant pas dans les clichés, mais je n'étais pas de ceux qui voulaient parfaitement appliquer les clichés de la tradition. Cette femme ne me semblait pas violent ni même agressive, par delà même ces attaques de tout à l'heure. Je me calmais et repris:

"Je n'ai pas envie de partir en courant, ni vous payer et encore moins me battre. Oui (je regardais que personne ne soit autour), je suis un wesen et je l'assume ! Je voudrais que... Je suis curieux d'en apprendre plus sur vous... et régler nos problèmes tranquillement. Hum... qu'en dîtes vous ?"

Je sentais les battements de son cœur qui martelait mes tympans alors que je pesait mes mots. Elle se calmait aussi. Elle e regarda dans les yeux. Elle n'était pas souriante, mais n'avait pas de rictus sadique agressif. Mon imagination débordante et les légendes sur les Grimm n'avaient là aucune emprise sur mes mots ou bien la manière dont j'allais agir. Je trouvais ce moment particulièrement intense. Elle scrutais mon visage et baissait le regard avant de retrouver le mien et planter ses yeux dans les mien. Je lui laissais le temps de réfléchir, je ne savais pas trop quoi ajouter, alors je gardais le silence. Elle soupira et leva les yeux au ciel pour casser cette atmosphère pesante appuyée par ce lourd silence de quelques minutes à peine. Je l'interrogeais du regard...








Revenir en haut Aller en bas
Admin
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


Masculin
Célébrité : /
Âge perso : 20
Profession : Administrateur
Posts : 2067
Points : 2248
Disponibilité :
100 / 100100 / 100

Localisation : A l'appart
Absence : Nope


Voir le profil de l'utilisateur http://grimmsworld.actifforum.com/

MessageSam 4 Oct - 14:58

Livraison au restaurant
Robert Wunsch & Casey Donovan
Je restais sans bouger. D'habitude j'ai toujours une pique ou quelques choses de désagréable à dire, qui vexe la personne, mais là, je ne trouvais rien. Comme toujours quand je suis dans la même pièce d'une personne que je voyais en créature. Je voulais changer de sujet, voire même enlever mon malaise qui c'était formé en parlant de la livraison incomplète. D'ailleurs, il m'avait fait une remarque, me précisant que c'était la politique de sa boite de montrer les articles de la livraison. Je n'en avais pas prit compte. Mais c'était quoi ce délire de voir d'autre tête quand je regardais les gens ? Il ne semblait pas effrayé ou devoir partir en courant. Il leva les mains et me souriait, je soulevais un sourcil de surprise. Qu'est-ce qu'il avait à agir de la sorte ? Il n'était pas comme les autres, du genre à remarquer un changement étrange entre nous. Je soupirais et fronçais les sourcils cette fois, croisant les bras devant moi. D'habitude, quand je vois une tête se transformer, directement je vois de la frayeur, j'en déduis qu'ils sentent que je suis bizarre vu mes réactions, je reste figé de surprise et les dévisage. Je pense qu'ils ont pas envie que je les serve, se faire dévisager comme ça n'inspire pas confiance. Mais pourquoi partir, il y avait d'autre serveuse. Et dans la rue, je me bats car je fais la même chose. Les gens ont vraiment des instincts vraiment étrange à Portland. Mon cœur s'emballa et je reculais un peu encore. Je haussais un sourcil sans comprendre d'où il voulait en venir sur le fait qu'il savait ce que j'étais. Il bafouillait une réponse incohérente et je secouais la tête en essayant d'en comprendre le sens exact. Il y eut un instant de silence et il finit par reprendre la parole. Comment savait-il que les gens agissaient de la sorte à mon encontre ? Il regarda autour de nous avant d'avancer le fait qu'il était un wesen... Qu'il s'assumait et qu'il voulait me connaître. Je fronçais un peu plus les sourcils, restant à bonne distance de cet homme complètement fou. Je baissais la tête, drôle de tactique de drague. Mon cœur battait la chamade encore, impossible de le calmer. Je relevais la tête, roulais des yeux après ce long silence, je finis par rire, pas méchamment loin de là. Je le regardais attendant qu'il en fasse de même, mais il restait sérieux. Je repris mon sérieux en humectant mes lèvres, et regardais autour de nous en secouant la tête. Il avait l'air totalement sérieux en disant cela. Ok, dans quel délire je me trouvais à présent ? Voyait-il des créatures à la place des gens lui aussi ?  

« - Je ne sais pas du tout de quoi tu parles... C'est quoi cette histoire de : Je sais ce que vous êtes ? En plus, tu es quelqu'un de très bizarre, drôle de manière d'inviter une fille à déjeuner... C'est quoi un wesen d'abord ? »

Je le détaillais. J'avais lu dans le livre Grimm que mes parents mon laissés, différents termes étranges auquel le mot wesen apparaissait. Le livre que j'avais en ma possession raconter différente histoire à dormir debout, pour enfants. Qu'est-ce que venait faire le mot wesen dans cette conversation ? Il y avait même un message en allemand à la fin avec le nom de mes parents. Aucun de mes parents adoptifs ne parlent allemand mais un des deux m'a dit que c'était écrit par ma mère. Je soupirais attendant qu'il m'explique. Devrais-je lui dire que j'avais déjà lu ce terme quelque part, que ça venait d'un livre pour enfant ? Le livre était en cuir brut qui ne me quittait jamais, à ma sortie de prison, j'avais été le rechercher chez les Donovan.



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
♠ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


♠ Origine Wesen
Masculin
Célébrité : Armie Hammer
Âge perso : 25
Profession : Livreur-transporteur
Posts : 728
Points : 752
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageDim 5 Oct - 14:18

"Livraison au restaurant"
Feat: Casey
Son cœur reprenait de plus bel. Elle baissa la tête, la releva en roulant des yeux, puis éclata de rire. Son rire contagieux allait me faire perdre contenance, mais je restais sérieux. J'aurais pu dire les choses autrement, les enrober, pour en venir au même. Ce qui me surprit était la réaction de cette ... Mais oui ! Cela ne fit qu'un tour dans ma tête. Je venais de comprendre qu'elle ne se moquait pas de moi. Je savais qu'elle était Grimm à cause de cette lueur dans ses yeux, mais elle ne savait pas qu'elle l'était. Cela faisait une bien curieuse situation. Si cette histoire était raconté les incohérences se feraient tout du long, j'en avais bien conscience. Elle me fit sourire et reprenais son sérieux. Elle n'était vraiment pas ce que j'aurais pu m'imaginer d'un Grimm. Je ne voulais pas faire cessation, m'enfuir ou bien m'en tenir là. Je sais que cela allait être fou, mais j'allais lui proposer de lui expliquer.

"Bon... Alors, je te ... Je ne pensais pas que tu ne pouvais... Bref. Je te propose de régler ce soucis de livraison, puis de t'inviter à dîner, même si ce n'était pas mon idée de départ, pour t'expliquer tout ça. Euh... pour la caisse, ça le fait pas que je l'ai oublié. Alors ce que je peux te demander, c'est si tu es d'accord je te décharge tout ça. Tu gardes le papier et je ramène la caisse manquante, les caisses manquantes avec mon véhicule perso. Tu signe la feuille et je repars. Ensuite... tu finis à quelle heure ? On se voit ce soir ?"

Je n'allais pas entamer une conversation sur les grimm et wesen en pleine rue, surtout que mon rôle devait être livreur et non consultant psychologue en situation paranormale de relation grimm-wesen... Je voulais régler un problème à la fois. Je ne sais pas ce qui me prenait. J'espérais pouvoir changer l'avis d'un grimm, et pourquoi pas son entourage aussi. J'avais également cette peur de me faire considérer comme un traître... Je soupirais légèrement pour me dégonfler de cette pression. J'espérais qu'elle accepte tout ces compromis.





Revenir en haut Aller en bas
Admin
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


Masculin
Célébrité : /
Âge perso : 20
Profession : Administrateur
Posts : 2067
Points : 2248
Disponibilité :
100 / 100100 / 100

Localisation : A l'appart
Absence : Nope


Voir le profil de l'utilisateur http://grimmsworld.actifforum.com/

MessageDim 5 Oct - 20:42

Livraison au restaurant
Robert Wunsch & Casey Donovan
Mon cœur battait toujours aussi rapidement, après ce que je venais de dire. En effet, il ne faisait pas référence à un dîner. J'allais me faire passer pour une dingue à lui parler aussi directement. Je secouais la tête et haussais un sourcil en retenant un soupir. Dans quoi j'allais encore m’embarquer en étant aussi franche ? J'aurais préféré qu'il parte et je me serais expliqué avec James sur ce coup-là. Mais il m'aurait fait référence sur tous les clients qui avaient quitté son établissement sans explication alors toute une livraison... J'imaginais déjà la conversation dans son bureau, mademoiselle Donovan cela est de trop vous êtes virée. Super, retour en arrière, point de départ, rechercher un boulot. Mais je trouvais ce livreur étrange, sa façon de me parler et puis d'un côté, c'était le seul qui me parlait de wesen. Ce terme me taraudait depuis longtemps et voilà que quelqu'un l'utilisait. Qui plus est, c'était dans un livre de conte de fée et je ne comprenais toujours pas pourquoi il me parlait de Grimm. Il y eut un silence pesant auquel ni lui ni moi, ne voulait briser. Il me tira de mes pensées en parlant de la livraison inachevée. Je l'avais complètement oubliée pour ce coup-là, James allait revenir d'un instant à l'autre et on était entrain de discuter. Je vis Marc passait juste derrière le livreur, avec un sac rempli de pain frais. Il regarda dans ma direction en souriant et faillit tomber avant de se reprendre et de s'éloigner. Je me mordis la lèvre m'empêchant de rire et repris mon attention sur le livreur qui parlait toujours. Ce dernier me proposer de terminer la livraison puis de dîner avec lui en soirée. J'ouvris de gros yeux en l'observant surprise avant de rire doucement et de le regarder dans les yeux.  

« - Tu me parles de conte de fée... Oui le terme Wesen fait partie d'un conte pour faire dormir les enfants et maintenant tu me propose de dîner avec toi... Tu dois être le genre de type qui ne se démonte pas et invite toutes les femmes qu'il rencontre pour un dîné ! Désolé mais ça ne marchera pas avec moi ! Je n'ai vraiment pas le temps à ça ! »

Il semblait pourtant sérieux pour ce coup-là. Je plissais les yeux essayant de détecter quelque chose en lui. Rien ne semblait le faire changer d'avis, il désirait qu'on dîne ensemble pour je ne sais quelle raison. J'avais envie de savoir pourquoi il m'avait parlé qu'il était fier d'être un wesen. Je levais les yeux au ciel. Autant accepté pour savoir ce qu'il me voulait, j'étais pas du genre curieuse et je n'allais pas l'interroger ici en pleine rue. Si James débarquait j'allais passer un sale quart d'heure.

« - Terminons la livraison et je dirais à mon patron pour l'oublie de la caisse de vins... Et je vais regretter certainement ce que je vais dire, mais tant pis, je finis à 17h. Sache que, c'est pour discuter de ce que tu as dit avec le terme « wesen » et rien d'autre ! »

Je décroissais les bras en soupirant très légèrement et continuais de le regarder avant de reprendre mon attention sur la fiche de livraison. James va sûrement revenir avant que le livreur ne revienne, alors je me contenterais de lui dire pour la caisse de vin oubliée.



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
♠ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


♠ Origine Wesen
Masculin
Célébrité : Armie Hammer
Âge perso : 25
Profession : Livreur-transporteur
Posts : 728
Points : 752
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageVen 10 Oct - 12:34

"Livraison au restaurant"
Feat: Casey
Comment ne pouvait-on pas être au courant qu'on était Grimm ? Et comment pouvait-on être assez fou comme wesen pour lui apprendre ?

Je sentais une présence derrière moi et vis qu'elle attirait l'attention de mon interlocutrice. Elle suivait donc ce que je disais en parallèle à ce qui se passait dans mon dos à cet instant. Son collègue passa à côté de nous avec un sac plein de pains. Je savais bien que cela allait signer la fin de notre conversation, que de toutes façons je ne pouvais tenir en lieu public. Quand j'eus fini et que je lui proposais de parler ce soir en dînant, elle ouvrit de gros yeux avant de rire légèrement.  Mon cœur s'emballa et j'eus peur de sa réponse. Elle me plaisait, c'était indéniable, mais je ne savais pas si cela était possible entre nous. Je préférais ne pas y penser et régler mes problèmes présents, d'abord la livraison, puis ce soir. J'improviserais en partie, cela sera préférable. Elle planta ses yeux brillants dans les miens. Je retenais mon souffle en écoutant les premiers mots s'échapper de sa bouche. Elle refusa d'abord en croyant que je voulais la draguer. Ok, je n'étais pas un génie de la drague, mais je ne pense pas que je m'y prendrais avec tant de lourdeur. J'allais donc régler ce problème et rentrer chez moi en me faisant oublier de cette tourne-là (pourquoi livrer de nouveau ici, valait mieux que je me cache dans ce cas là). Je remontais mes lèvres en creux dans mes joues, grimaçant à moitié. Tans pis, je restais muet et ne lui proposais rien d'autre. C'est alors qu'elle plissa des yeux et semblait reprendre mon offre en considération. Elle leva les yeux au ciel et elle reprit la parole. Elle voulait que nous terminions la livraison, avis que je partageais. Par contre elle n'avait pas compris pour l'histoire du carton. J'allais lui réexpliquer et la couper quand elle me dit qu'elle acceptait pour ce soir et qu'elle finissait à 17h. Je souris. j'espérais que les choses s'arrangent et que nous puissions apprendre à mieux nous connaître. J'acquiesçais, puis répondais:

"Ok, très bien. Je viendrais te chercher. Et je te raconterais tout ce que je peux savoir. Les contes de fée recouvre des choses bien réelles. Je t'en dirais plus ce soir, promis. Euh... Je vais...Je vais décharger, mais pour ce qui est des caisses... Euh, tu n'as pas compris. Si tu le dis à ton patron on aura une moins bonne note, et d'autant plus pour moi. Ce que je voulais dire c'est que tu signe avec la caisse, comme si tout y était. Et ce que je vais faire c'est te la ramener dans l'heure, même la demi-heure qui suit la fin de mon déchargement... Bon, en plus clair, je décharge, tu signe et garde la feuille en gage de mon retour, je te ramène la caisse, les caisses avec mon véhicule perso, et comme ça je garde une bonne note et toi tu n'y perds rien. Au fait surtout moi... Bref, au boulot"

Je me retournais et pris trois premiers cartons. Je lui demandais, d'un signe de la tête de m'indiquer l'endroit où les poser. Je la suivis jusqu'à la pièce qui devait être leur réserve. Elle m'indiquait où les poser en regardant ce que c'était. Je lui dis de rester dans la pièce et que je revenais très vite. J'étais de retour à peine trente secondes après avec quatre cartons. Elle fut surprise de me voir si vite. Je fis ainsi six tours avec les cartons. Les étagères se remplissaient vite. Je finis par le bureau. Elle n'était pas au courant, donc je le posais pour l'instant dans le coin de la salle. Je le portais tout seul en appui son mon ventre et avançais légèrement penché en arrière pour compenser la gravité. Elle haussa les sourcils quand je passais devant elle ainsi.  Après avoir posé le bureau il n'y avait plus rien dans le camion. Elle compléta la fiche dans l'étagère.

"Je vais à présent faire le livreur étourdi qui à oublié sa fiche. Je reviens dans un quart d'heure, quoiqu’avec les ondées de pluie qui passent peut-être un peu plus, guère..."

Je sortais et elle resta sur le pas de la porte. Elle acceptait la magouille et garda le papier en main en me regardant partir sous la pluie. Je refermais mon camion. Je me retournais et lui dit "A tout à l'heure". Elle me fit un petit signe de la main et rentra parce que quelqu'un l'appelait.

Je rentrais à l'entreprise. Le patron n'était pas là, mon collègue avait laissé un mot. Il était parti en livraison et me laissé par code entre nous, le numéro de la boîte avec la clef pour ouvrir le local. LE chef venait de le changer. J'ouvris le garage et rangeais le camion. Je me dirigeais ensuite vers le magasin. Je composé le code et la boîte s'ouvrait. J'ouvrais le magasin et entrais. J'allumais la lumière et cherché ses caisse oubliées. Elles n'étaient pas à proximité du quai, donc pas prête ce matin à être chargé. J'allais alors à la fiche où tout le stock était noté. Je recherchais le numéro du produit que j'avais en tête. je trouvais alors une note du chef. Les caisses étaient en fait dans son bureau. Il avait noté qu'elles pouvaient être livré malgré le fait que le carton ne soit pas écrit en plusieurs langues. Au fait seul le français était mentionné sur les cartons. Normalement il devait y avoir l'anglais, l'allemand et le néerlandais. Le chef avait jugé que malgré cela les caisses pouvaient être livré. Je soupirais, quelle connerie.  Je replaçais la clef dans le petit coffre et brouillais de nouveau le code, je me rendais aux bureaux. Je trouvais facilement les caisses. Dessus étaient posé un post-it: "Ok, go". Pourquoi ne me l'avait-il pas dit ce matin ? Peut-être que cela ne lui avait pas traversé l'esprit. Je me retournais et il était là. Il me fit sursauter.

"A t'l'es a trouvé, bien. Excuses moi, j'aurais dû te le dire ce matin. Tu t'es arrangé (j'acquiesçais). Bien, je ne te retiens pas, bon après-midi !"

Je le remerciais et sortais avec les deux caisses sous la pluie. Je rejoignais ma voiture et posais les caisses à la place passager à côté de moi. J'arrivais au restaurant avec moins d'encombre qu'à l'aller. Je passais directement par l'arrière et me garais. Il était 12h30. Il y avait du monde dans le restaurant. Je frappais à la porte de service et eu la chance que se soit Casey qui m'ouvre. Je lui souris :

"Voilà, comme promis, les caisses manquantes. Je te laisse, ça à l'air de pas ma marcher aujourd'hui. Quand les gens ont rien à faire quand il pleut... Courage ! Hé, ça tiens toujours pour ce soir ?"

Je lui tendais les caisses, et elle, tendait la main pour me rendre mon papier dans le même temps. Avant de partir je lui demandais si elle n'avait pas changé d'avis... Quelle stupidité... pourquoi insister ? Parce que j'aimais sa voix ? *Idiot* pensais-je pour moi-même.







Dernière édition par Robert Wunsch le Dim 12 Oct - 13:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Admin
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


Masculin
Célébrité : /
Âge perso : 20
Profession : Administrateur
Posts : 2067
Points : 2248
Disponibilité :
100 / 100100 / 100

Localisation : A l'appart
Absence : Nope


Voir le profil de l'utilisateur http://grimmsworld.actifforum.com/

MessageSam 11 Oct - 19:23

Livraison au restaurant
Robert Wunsch & Casey Donovan
Qu'est-ce qui m'arrivais d'accepter une invitation aussi facilement ? Je n'étais pas dans mon état normal pour avoir dit à quelle heure je quittais. Je retenais à un soupir et le regardais encore. Il devait être différent des autres pour ne pas fuir comme un dingue. Chaque jour avant son lot de fou, mais pas aujourd'hui, étrangement je lui faisais confiance. C'était certainement une bêtise de ma part, mais tant pis, autant savoir où il voulait en venir avec les contes de Grimm. Il fallait que j'arrête de lire les livres et que j'arrête les dessins de créature de Grimm. Il me semblait même quelqu'un de lourd pour ainsi me demander de dîner avec lui. Mais j'avais posé mes conditions et si ça allait trop loin, je partirais et frappant là où ça fait mal. Il y eut un instant de silence avant qu'il ne reprenne la parole. Il m’expliqua alors qu'il viendrait me chercher ici même et qu'il allait me livrer la caisse de vin manquante. Je suivais ce qu'il me disait en haussant les sourcils et les fronçant. Je me mordillais l'intérieur de la joue, mauvaise habitude quand j'avais envie de dire à quelqu'un qu'il parlait trop mais d'un ton plus cinglant. Il ne voulait pas que j'en touche un mot à James. Mon cœur se mit alors, à battre de peur à cette situation. Je ne pourrais pas cacher éternellement le fait qu'une cagette de vin manque à l'appel. Je me sentis, sur le coup, très mal. J'avais envie de le gifler, c'était ma première réaction mais je la trouvais stupide. On ne gifle pas quelqu'un pour faire tout un stratagème sur un oubli de caisse à vin. Je roulais des yeux. Et s'il ne revenait pas ? Soudain ce genre de question passa dans ma tête. Il pouvait tout aussi bien me faire croire qu'il reviendrait et en faite, non. Je l'ai vu changer, je n'ai pas compris le sens, ni pourquoi il me parlait de wesen, il pouvait partir. Je regardais le nom de l'entreprise sur le camion. Avec un peu de chance et même sans son nom, je le retrouverais. Mais je ne le connaissais pas et je ne pense pas qu'il me laisserait comme ça, sans me rapporter les cagettes de vins. J’essayais de me calmer un peu les esprits et reprenais un peu le contrôle. Je finis par accepter la proposition sur le fait qu'il me rapporte le vin oublié sans en parler à qui que ce soit. Je lui montrais finalement l'emplacement de la salle des marchandises, en me dirigeant vers la pièce fait pour ça. J'attendais qu'il décharge tout. Il était seul et ne voulait pas que je l'aide. Comment un être humain aussi grand et mince pouvait transporter autant de chose en plusieurs fois ? Je croisais les bras, tapant du pied, attendant qu'il ait fini. Bizarre qu'un livreur livre et décharge un camion à lui seul. Je fronçais les sourcils, il avait tout de même était assez rapide. Je complétais la fiche dans le petit encadré en bas et signais. Il me lança qu'il y allait, je le suivais jusqu'à la sortie. Il pleuvait, le temps avait vraiment le don de changer rapidement à Portland. Je me passais une main dans mes cheveux et retournais à l'intérieur, Marc venait de m'appeler. J'allais le voir d'un pas nonchalant. Je ne l'aimais pas trop, il avait le don de nous faire faire ses corvées. Comme là, il me demandait de faire la plonge. Je refusais catégoriquement et soupirais. Je jetais un coup d’œil au bureau de James, il n'était pas encore arrivé, mais n'allait pas tarder. Je surveillais l'heure de la pendule qui se situait non loin de la cuisine. Les minutes défilaient lentement quand on les fixait sans arrêt. Pourtant, au bout d'un certain temps, quelqu'un frappa à la porte de service. J'hésitais d'y aller ou d'envoyer Marc qui ne faisait rien, mais j'y allais tout de même. J'ouvris la porte, je tendais déjà la feuille et lui la caisse. Je m’apprêtais de fermer la porte quand j'entendis la fin de sa phrase. Je rouvris la porte en roulant des yeux.

« - Si j'ai dit l'heure à laquelle je quittais, c'est que c'était oui ! Sinon je t'aurais dit direct un : j'ai changé d'avis, je ne sors pas avec des inconnus..., surtout quelqu'un d'aussi étrange qui doit être du genre à inviter toutes celles qu'il croise ! Juste un dîner rien de plus ! »

Je refermais la porte en souriant presque, puis retournais à faire la plonge. J'allais déposer la caisse avant. James était justement dans son bureau mais je ne dis rien comme convenu.

La journée se passa plutôt bien et vite, il était presque 17h et je me dirigeais déjà vers les casiers. James m'interpella, une des serveuses de nuit était malade. Je n'avais jamais fait de remplacement, je travaillais de nuit la semaine prochaine. Je finis par dire que Marc ne faisait rien ce soir, pourquoi ne pas lui demander. Il hocha la tête en grimaçant puis je me hâtais de me rendre aux vestiaires. J'enlevais mon tablier, mis ma veste en cuir et allais déposer mon badge dans le petit panier près des cuisines.




Désolé:
 
Revenir en haut Aller en bas
♠ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


♠ Origine Wesen
Masculin
Célébrité : Armie Hammer
Âge perso : 25
Profession : Livreur-transporteur
Posts : 728
Points : 752
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageDim 12 Oct - 13:58


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message
Revenir en haut Aller en bas

Livraison au restaurant - Casey et Robert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [TERMINE] C'est dans l'adversité qu'on reconnait les vrais amis - Casey et Robert
» [TERMINE] C'est dans l'adversité qu'on reconnait les vrais amis [Casey et Robert] (suite 3)
» L'automne en mille morceaux!
» PAS: Inauguration d’un restaurant communautaire à Delmas
» Robert McNamara, artisan de la mise au pas des peuples

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grimm's World RPG :: Outside :: ◇ Archives :: RP's terminés-