Bienvenue
sur le centre d'aide de Grimm's World RPG

D'autres explications plus bas











 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  Aides  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  RechercherRechercher  

Un hôtel sordide feat Jack
 :: Outside :: ◇ Archives :: RP's terminés
Aller à la page : 1, 2  Suivant
ృ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


ృ  Origine Wesen
Féminin
Célébrité : Katia Winter
Âge perso : 25
Profession : Inspecteur de police
Posts : 1294
Points : 1318
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageDim 28 Fév - 15:02


Un hôtel sordide

Feat Jack







Nous venions de terminer une enquête sordide avec Aiden. Je m’étais attardée au bureau afin de finir de rédiger mes rapports. Je désirais les remettre le soir même au chef.  Toute fière de moi, j’entrais deux heures plus tard dans son bureau. Il me fit asseoir le temps de répondre à un appel téléphonique. Je regardais la pagaille de son bureau tout en tendant une oreille furtive afin de savoir qui l’appelait. Je pensais que c’était sa femme mais en réalité c’était une personne complètement affolée.

Lorsque le chef raccrocha, il m’annonça qu’il m’offrait de passer le week-end dans un hôtel de prestige mais que je devrais m’y rendre en galante compagnie et en tenue de soirée. Mais voilà je n’avais personne dans ma vie et encore moins une robe de soirée.

- Chef, ce n’est pas que je voudrais refuser mais je suis célibataire et je ne connais personne susceptible de m’accompagner.

Il ne voulut rien savoir et m’annonça que quelqu’un allait être tué dans cet hôtel. J’en fus subjuguée et ne sut quoi répliquer. Il m’avoua avoir eu le tueur en personne au bout du fil qui lui disait de l’empêcher de commettre ce crime et qu’il devait envoyer quelqu’un sur place, un couple de préférence car une soirée sur ce thème allait avoir lieu ce samedi soir. Le tueur allait commettre l’irréparable si personne ne le débusquait. C’est ainsi que je partais pour rentrer chez moi. Mais tout cela me chavirait.

Je décidais de passer par le parc afin de me calmer l’esprit. Je m’assis sur un banc mais face à mon impuissance de me trouver quelqu’un pour cette soirée je me mis à pleurer. C’est à ce moment qu’un mouchoir apparut devant mon nez. Je le pris et relevais la tête. Un jeune homme me fixait et me souriait en me demandant ce qu’il se passait. Je répondis au milieu de mes sanglots.

- Mon patron...... veut que j’assiste...... à une soirée et....... je dois...... être accompagnée...... Mais je suis célibataire et ........je viens d’arriver dans cette ville. A part quelques collègues de travail........ je ne connais personne....... Et bien sûr, ils sont tous mariés..... ou en couple...... Je risque de me faire virer.......... car je n’ai personne dans ma vie.......... Et en plus...... je dois trouver....... une tenue..... et tout ça....... avant demain soir.

Mais pourquoi je lui avais dit tout cela ? Qu’importe, de toute façon il allait sûrement passer son chemin. Je le regardais et les larmes remontèrent jusqu’à mes yeux.






Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu n’es pas capable,
c’est à toi de choisir et de vivre ta vie
Laurent Gounelle


Dernière édition par Althéa Killborn le Ven 17 Juin - 15:35, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
➽ Origine Wesen
avatar


➽ Origine Wesen
Célébrité : Robert Pattinson
Âge perso : 0
Profession : Agent du gouvernement
Posts : 178
Points : 200
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Au plein milieu d'une foule anonyme


Voir le profil de l'utilisateur

MessageDim 6 Mar - 9:42
Depuis l'histoire où Robert avait été enlevé, Smith n'était pas sorti de chez lui. Sa guérison avait été longue et douloureuse. Amer en sachant qu'il avait été marqué au fer rouge cette nuit là. Son regard était devenu vitreux, ses yeux avaient pris une couleur gris-blanc et il avait des cicatrices dans le dos et au niveau du torse. A présent qu'il était rétabli, il décida de rassembler son courage pour prendre l'air. Finalement l'heure sonna, 21h30, une heure idéale pour croiser un minimum de personne. Voilà comment Jack se retrouva dans le parc à une heure aussi tardive, marchant lentement reprenant ses marques. Respirant à plein poumon l'air frais, ce fut là qu'il la vit, cette femme assise sur un banc seule tout en pleurant. Cette image le fit frémir un instant car elle venait de lui rappeler de très mauvais souvenirs où il avait été piégé des flammes. Chassant ses pensées, l'homme se rapprocha et une fois arrivé face à elle, cherchant dans la poche intérieure de sa veste, il lui tendit un mouchoir, tout en souriant légèrement.

-Vous devez être vraiment un excellent élément pour que votre patron vous demande une telle faveur. Voyons, une femme aussi charmante ne devrait pas avoir de difficulté à trouver un chevalier servant. Après tout dans cette ville il ne manque pas de gentleman tel que moi pour répondre à un appel d'une demoiselle en détresse sans arrière pensée que celle de faire une bonne action…

Souriant à ses paroles, essayant de remonter le moral à la jeune femme. Puis il regarda le ciel, apaisé, il enchaîna sur le fait que c'était une merveilleuse nuit et que ce serait dommage de continuer à broyer du noir. "Es-tu devenu fou ? As-tu oublié ce qui nous est arrivé ? Aider les autres ne peut rien nous apporter de bon !" Smith aurait du se douter que son fidèle compagnon n'allait pas resté silencieux. Pourtant quand l'humain en lui expliqua à l’animal que cela était une excellente opportunité pour reprendre des repères. Un jour ou l'autre il faudra bien qu'il se mêle à nouveau à la foule. Certes cela était peut-être prématuré, mais il n'en pouvait plus de rester enfermé. Alors s'il pouvait rendre service, c'était un bon compromis. Reportant à nouveau son attention vers elle, souriant, tout en plissant légèrement les yeux.


De cette couleur c'est le côté humain qui parle
De cette couleur c'est le côté vampire qui parle
De cette couleur Jack parle étranger

Revenir en haut Aller en bas
ృ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


ృ  Origine Wesen
Féminin
Célébrité : Katia Winter
Âge perso : 25
Profession : Inspecteur de police
Posts : 1294
Points : 1318
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageJeu 10 Mar - 11:39


Un hôtel sordide

Feat Jack







Autant d’attention me touchait terriblement. Je levais les yeux vers lui et je le trouvais plutôt bel homme. Comment un mec comme lui pouvait s’intéresser à une nana comme moi et proposer d’être mon chevalier servant ?! Il était grand, musclé et ma foi tout à fait dans mon genre. Il regarda le ciel et me dit que ce serait dommage de broyer du noir avec une aussi merveilleuse nuit. Il se retourna vers moi en souriant et en plissant légèrement les yeux, ce qui m’attendrit. Mais devais-je lui avouer quel boulet j’étais ? Autant qu’il sache dans quelle aventure il s’engageait.

- Avant de vous lancer, je dois vous avouer que je suis une piètre cavalière. Je ne sais pas si en moins de 24 heures vous arriverez à me rendre présentable en société. Voyez-vous j’ai été élevée à la campagne et mis à part les sorties avec mes parents et l’école, je ne faisais pas grand chose. Je me suis concentrée sur mes études, ensuite je suis entrée à l’école de police et je me suis mise à travailler.

Il m’écoutait attentivement sans m’interrompre et je lui pris machinalement la main en continuant mon récit de ma piètre vie.

- Je suis arrivée à Portland il y a six mois et mes collègues et mon patron disent que je suis un bon élément. Mais voilà, en dehors il y a un grand vide. Comme je vous l’ai dit je n’ai pas de petit ami. Oh j’ai des amis et même beaucoup mais personne dans mon cœur.

Une larme coulait sur ma joue et mes yeux se gonflaient de larmes mais je continuais afin que mon chevalier servant sache vraiment dans quoi il s’embarquait.

- Je ne sors que très peu. Des fois je vais au cinéma. Je ne suis jamais allée dans un bal mis à part celui de ma promo et je faisais plutôt potiche. Voyez-vous je ne sais pas danser et demain il y a comme un bal dans ce fichu hôtel. Ils n’ont rien d’autres à faire ces bourgeois ? Bref, non seulement je ne sais pas danser mais je n’ai jamais mangé avec plusieurs couverts sur ma table. Je ne sais pas comment on doit se tenir. Bref je serais un chien au milieu d’un jeu de quilles à moins que vous n’arriviez à m’enseigner tout cela en disons 12 heures ? Il nous faut dormir et bien évidemment trouver de quoi m’habiller et pas trop cher. A moins que dans mes affaires vous n’arriviez à me rendre présentable. J’ai tout de même quelques belles tenues. Mais feront-elles l’affaire ?

Je me tordais la lèvre ainsi que le bout du nez. Voilà il savait 80% de ma vie et je ne savais rien de lui mis à part qu'il était beau et galant. Allait-il rester malgré tous ces aveux ? J’essuyais mes larmes.

- Oh je ne me suis pas présentée. Je m’appelle Althéa, Althéa Killborn.







Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu n’es pas capable,
c’est à toi de choisir et de vivre ta vie
Laurent Gounelle
Revenir en haut Aller en bas
➽ Origine Wesen
avatar


➽ Origine Wesen
Célébrité : Robert Pattinson
Âge perso : 0
Profession : Agent du gouvernement
Posts : 178
Points : 200
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Au plein milieu d'une foule anonyme


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 19 Mar - 1:30
Smith écoutait avec attention les paroles de la jeune femme. "Franchement, il ne manquait plus que cela, quelle plaie!" Mais au fond de lui il savait à quel point ce confier à quelqu’un pouvait faire un bien fou. Compatissant, plus il l’écoutait et plus il laissait apparaître un maigre sourire. En effet cette inconnue avait exactement les mêmes habitudes que son fidèle compagnon mit à part son caractère ronchon et grognon. Oui c’était aussi son style de rester enfermer dans son bercail douillet. Alors lorsqu’elle prit sa main, il émit simplement une légèrement pression, même si bien évidemment il guetta sa réaction dû au fait qu’il avait la peau naturellement glaciale. Jack fut surpris de constater qu’elle n’eut aucune réaction, comme si cela ne la dérangeait pas. "Humm, cela fait si longtemps que nous avons pas eu ce genre de contact… C’est plutôt agréable." Elle venait de terminer son histoire, elle venait sûrement de résumer sa vie. Plissant des yeux, se mettant face à son interlocutrice.

-Avant que je m’engage dans cette histoire, j’aurais besoin que vous répondiez à une seule et unique question.

Venant de prendre la parole sérieusement, malgré son timbre chaleureux et doux. Telle veut la coutume d’un vrai gentleman de demander l’autorisation de la questionner. Évidemment elle l’autorisa et il put lui demander à quel hôtel se déroulerait la soirée. Une question peut être ridicule et anodine pour la jeune femme, mais d’une importance capitale pour lui. Du coup il blêmit un instant tout en serrant sa mâchoire lorsqu’elle lui répondu qu’il s’agissait du Prestige Inn. "Un endroit dans lequel on nous connaît, hors de question de se ridiculiser juste pour faire plaisir, il en va de notre réputation ! De plus je doute qu’elle accepte de faire plus qu’une demi-heure à pied car il est hors de question que nous soyons mêlé à une voiture !" Mal à l’aise à ses idées, perplexe, plonger dans ses pensées à peser le pour et le contre. Avec un tel comportement sans qu’il ne se rende compte de rien, il devint froid et distant pendant un instant. Il avait face à lui un choix difficile, mais il n'était le genre d'homme à fuir le danger au contraire. De plus Smith avait toujours vécu sans avoir de remord et rendre service à cette jeune demoiselle était une excellente occasion à ne pas rater. Une façon de se sentir à nouveau pendant un bref instant, humain. Voilà pourquoi il prit à nouveau la main d'Althéa pour lui faire un baise main, plongeant son regard dans le sien. Jack lui n'alla pas à se confier, d'ailleurs il coupa court en expliquant que sa vie était légèrement plus compliquée et qu'en aucune manière il ne voulait l'importuner. Le plus dur serait de la convaincre de se donner rendez-vous sur place une heure avant les festivités. Mais pour l'instant le jeune homme ne s'en préoccupait aucunement.

-Smith Jack votre chevalier servant pour vous servir et vous satisfaire ! Concernant votre vie, vos origines, votre capacité à danser et votre tenue, n'ont aucune importance pour vous mettre en valeur, d'ailleurs considérer ces sujets comme déjà résolus. Quand au reste faite moi confiance et vous n'aurez plus cas vous laissez aller.


De cette couleur c'est le côté humain qui parle
De cette couleur c'est le côté vampire qui parle
De cette couleur Jack parle étranger

Revenir en haut Aller en bas
ృ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


ృ  Origine Wesen
Féminin
Célébrité : Katia Winter
Âge perso : 25
Profession : Inspecteur de police
Posts : 1294
Points : 1318
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageMer 30 Mar - 14:48


Un hôtel sordide

Feat Jack







Malgré tout ce que je lui avais révélé, il acceptait d’être mon chevalier servant. Jack Smith je sens que vous n’allez pas le regretter. Lorsqu’il me prit la main afin d’y déposer un baiser, je fus troublée. Sa main était froide et j’en conclus simplement que c’était un wesen à sang froid. J’étais bien une souris. Il me regarda les yeux dans les yeux et un frisson me parcourut le corps. Mais où avais-je la tête ? Il désirait simplement me rendre service.

Malgré sa gentillesse et son sourire, lorsqu’il me dit que ma vie, mes origines et le tout y frou time n’avait aucune importance pour me mettre en valeur, il me fit perdre pied.

- Mais vous n’avez pas compris, je ne sais pas comment me comporter dans la haute société. Je ne suis jamais allée dans un restaurant huppé ou même dîner chez des gens hauts placés. Je suis novice en la matière. Je ne sais même pas comment je vais me rendre à cet hôtel dont j’ignore jusqu’à l’emplacement.

Je le regardais et je fronçais les sourcils tout en le fixant malgré ce trouble que je ressentais à chaque fois que mon regard se posait sur lui.

- Si vous savez où il est et que vous avez un peu de temps à m’accorder ce soir........Peut-être pourriez-vous me montrer où il se trouve ? Mon patron m’a dit que ce n’était pas très loin.


Je le fixais en me tordant la bouche.......Ma petite Althéa, cette fois tu abuses de la complaisance de ton compagnon. Mais je n’avais pas envie qu’il parte, j’avais envie de profiter un peu plus de sa présence ! Et puis nous allions devoir mettre au point une stratégie pour le lendemain soir. Comment allions-nous nous retrouver ?....... Je pensais le retrouver devant l’hôtel et feindre l’épouse qui retrouvait son époux qui rentrait de voyage. Faire comme si ce week-end prolongé était pour nos retrouvailles......Bref mon esprit s’enflammait en attendant de savoir s’il acceptait cette promenade nocturne. Mais je ne pouvais décemment arriver le lendemain soir avec ma petite coccinelle verte !!! Je devais lui faire comprendre que j’arriverais en taxi et que nous devions nous retrouver sur place un peu avant le repas. Et puis j’avais mille choses à faire dès le matin !!

Pour ce soir, j’avais besoin de sa présence, d’entendre encore cette voix chaude et douce. Marcher près de lui comme deux amis et préparer notre week-end de deux nuits et trois jours. Evidemment il sera obligé de partager ma chambre, nous ne pouvons nous permettre de faire chambre à part. Des jeunes mariés n’agiraient pas ainsi. Il y avait aussi le problème du tutoiement, nous n’allions pas continuer de nous dire vous.

J’attendais......Réponds mais réponds vite avant que je ne me fasse un film……si ce n'était pas déjà trop tard….Il me plaisait et ça je ne pouvais rien faire contre.





Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu n’es pas capable,
c’est à toi de choisir et de vivre ta vie
Laurent Gounelle
Revenir en haut Aller en bas
➽ Origine Wesen
avatar


➽ Origine Wesen
Célébrité : Robert Pattinson
Âge perso : 0
Profession : Agent du gouvernement
Posts : 178
Points : 200
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Au plein milieu d'une foule anonyme


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 2 Avr - 16:20
Smith venait d'accepter de jouer les chevaliers servants, cela ne pourrait que lui rappeler la belle époque où il était encore humain. Elle ignorait et pourtant en lui proposant de l’accompagner à cette soirée elle lui avait sans doute fait le plus beau cadeau, celui de retourner dans son passé et surtout une possibilité de se sentir utile. Plissant les yeux ayant un léger sourire à ces paroles, Althéa semblait vraiment croire que cette soirée était une manifestation de la haute société. "Et si jamais c'était le cas, on serait dans de beaux draps !" En effet la jeune femme ignorait tout sur son identité, malgré cela elle semblait lui faire une confiance aveugle. Devenant sérieux en entendant sa demande de l'accompagner jusqu'au Prestige Inn. Pourquoi diable d'un coup elle avait ce regard brillant, évidemment immédiatement il s'emporta et rouspéta intérieurement contre son fidèle compagnon. "Hé ! Du calme ! Tu te prends pour qui pour m'accuser de la sorte MICROBE ! Dois-je te rappeler qui est le maître ! Mon pouvoir de séduction est irrésistible et indéniable ! TSS Tu devrais plutôt être content et soulagé de voir que malgré notre accident mon instinct de prédateur ainsi que mes pouvoirs sont restés plus ou moins intact !" Jack savait pertinemment que son côté vampire n'avait jamais eu aucun contrôle là-dessus tout simplement parce que cette séduction faisait partie intégrante de sa nature.  Baissant un peu les yeux, revenant tristement à la dure réalité. Cette jeune femme n'avait rien demandé, il voulait l'aider et voilà que sans le vouloir elle était en son emprise où plutôt elle semblait avoir succombé à son charme.

-Personne ne remarquera ce détail insignifiant… Tout simplement parce ce que non seulement vous ne serez pas la seule personne dans ce cas de figure, mais en plus vous m'aurez à vos côtés.

Marchant, observant le ciel ayant à son bras gauche Miss Killborn. Finalement il avait accepté, après tout marcher un peu ne pouvait en aucun cas lui faire du mal. Mais à présent qu'elle était contre lui, une odeur bien particulière lui monta aux narines. "Pft… Un Wesen ! Au moins tu n'as pas avoir peur que je prenne le contrôle… Quel dommage pour une fois que j'ai une occasion de jouer avec de la nourriture quelle déception !" Ne réagissant pas à la remarque du seigneur du sang. Il finit par expliquer pourquoi elle se trompait lourdement. Le jeune homme d'apparence humaine pesait toujours ses paroles et les mots qu'il employait n'étaient pas anodins. L'inspectrice de police stressée pour rien, mais il espérait avoir pu calmer ses craintes et ses inquiétudes. Insinuant que lors de ce week-end il ne laisserait personne dénigrer où se moquer de sa compagne temporaire. Plissant des yeux tout en souriant. Bienveillant, il remplirait sa mission avec classe et dans les règles de l'art. Il pourrait en profiter pour tout organiser. Pour ce week-end peu ordinaire pour la jeune femme, il avait envie de sortir le grand jeu.  Il allait évidemment prévoir qu'un chauffeur vienne la chercher, comme à son habitude il réserverait la suite Prestige. Quant à la tenue elle aura tout le loisir de faire son choix grâce au grand dressing de la chambre. Pourtant il se voyait mal entrer dans l'hôtel car sinon on risquait de lui sortir le tapis rouge. "C'est vrai qu'elle n'aime pas les bourgeois et encore moins les personnes de la haute société comme nous !" Tant pis il le ferait une fois seul. Pour ce soir mieux valait qu'il garde son rôle de gentleman modeste.


De cette couleur c'est le côté humain qui parle
De cette couleur c'est le côté vampire qui parle
De cette couleur Jack parle étranger

Revenir en haut Aller en bas
ృ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


ృ  Origine Wesen
Féminin
Célébrité : Katia Winter
Âge perso : 25
Profession : Inspecteur de police
Posts : 1294
Points : 1318
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageLun 4 Avr - 15:45


Un hôtel sordide

Feat Jack







Ma joie fut à son comble lorsque Jack accepta de me conduire jusqu’à mon futur lieu de travail, il faut appeler les choses par leur nom quand on est flic. Il me tendit le bras et je n’hésitais pas une seconde à glisser le mien dessous et me rapprocher de lui. Je me sentais petite mais il faut dire que j’étais en ballerines. Il me rassurait sur ce week-end qui s’annonçait des plus terribles pour moi. Il me souriait et cela me réchauffait le cœur. Il faut dire que ma dernière relation fut une catastrophe. Non seulement mon compagnon avait profité de moi mais en plus il était marié et s’était moqué de moi devant son épouse. J’en gardais un souvenir amer et cela faisait plus de six mois.

Mais ce soir j’étais bien, marcher par cette nuit printanière au bras d’un bel homme me rassurait. Une fois arrivés devant le Prestige Inn, je fus éblouie par un tel bâtiment. Cela sentait le faste, la richesse et surtout les nobles qui se moquaient des personnes comme moi. Je le regardais et le remercier d’autant de dévouement et spontanément je le tutoyais.

- Donnons-nous rendez-vous ici demain. Tu feras celui qui revient de voyage et je viendrais près de toi. Je suppose qu’ils auront récupéré mes bagages et tu feras en sorte de faire parvenir les tiens afin que nous ayons les mains libres. A peine arrivés, un pot de bienvenue et un speech sont prévus, ensuite petit apéritif en attendant le diner. J’ai eu toutes les recommandations du déroulement et j’avoue que ça fout le tournis. J’arrête là je sens que je vais me remettre à paniquer. A demain.

Je me mis sur la pointe des pieds et lui déposais un baiser sur la joue. J’avais tellement de choses à faire. Je filais en lui faisant un petit signe de la main. Pourvu qu’il n’abandonne pas, qu’il ne M’abandonne pas...

Arrivée chez moi, j’appelais Tatiana et je lui expliquais ce qui m’arrivait. Elle me dit qu’elle serait chez moi à la première heure avec Nelly. Je me couchais en rêvant à mon beau chevalier servant…... car je vivais un rêve.

A la première heure, Tatiana et Nelly arrivèrent avec les bras chargés. Je leur expliquais ma mission bizarre, ma rencontre avec un bel homme qui avait accepté d’être mon chevalier servant et surtout ma peur de me retrouver parmi ces gens de la haute. Elles rirent et me dirent de ne pas paniquer.

- Ne t’inquiète pas, ils n’ont guère plus de savoir que toi et les imiter c’est très facile. Déjà pour les couverts, pas de panique, tu prends de l’extérieur vers l’intérieur et tu changes à chaque plat. De toute façon le serveur t’enlèvera ce dont tu n’as pas besoin. Si tu ne sais pas comment commencer un plat, regarde sur les autres et fais pareil. Par contre évites le franc parler et comme dirait Nelly, fais la mijorée.

Nelly éclata de rire et m’invita à passer dans la chambre. Elle avait fouillé mes placards et mariait de mes tenues ce qui les rendaient très chics. Elle me conseilla de ne pas m’habiller comme une vieille mais rester naturelle et montrer que les jeunes savent assumer leurs toilettes. Elle me prêta une robe moulante pour la première soirée.

- Autant que tu montres tes formes et puis tu vas peut-être chambouler le cœur de ton chevalier. Ne fais pas ta timide, sois relax.

Mais j’étais gênée, mes amies savaient vraiment comment faire et moi je semblais gourde. Je me dis qu’il fallait qu’elles apprennent à me maquiller avec l’avant et l’après et tout le bas ta caisse. Mais elles me le déconseillèrent.

- Tu es belle au naturel, là encore ne sois pas une copie. Un peu de mascara, un peu de fard à paupières, un peu de rouge à lèvres si tu veux et le tour est joué. Je vais te faire un chignon et ensuite tu enfileras la robe.

Elles me coiffèrent puis m’aidèrent à enfiler la robe qui était entièrement fermée au dos avec une fermeture éclair. C’était très moulant quand même sans compter le décolleté en dentelle. A ce moment-là, on frappait à la porte, je regardais dans l’œil et vis un homme en costume et casquette, j’ouvris surprise. Il eut un regard admiratif mais ne dit mot.

- Mademoiselle Killborn ? M. Smith m’envoie vous chercher, je vais prendre vos bagages et vous conduirais à l’hôtel.

Je ne savais quoi dire, je lui demandais cinq minutes, je filais dans la salle de bains mettre un peu de fard à paupières et un coup de mascara, pas de rouge à lèvres avec cette robe noire on ne verrait que cela et je lui obéis machinalement. Les filles appréciaient et me firent un petit signe de victoire. Elles me dirent qu’elles se chargeaient de fermer mon appartement et que je pouvais filer. Lorsque je descendis et que je vis une limousine, mon coeur se mit à battre très fort et je me sentais intimidée. Mais qui était Jack ? Un de ses bourgeois qui profitait des gens comme moi ? Non, il était vraiment trop galant et ces nobles ne savaient pas agir comme ça. Arrivée à l’hôtel, un bagagiste s’empressait déjà de prendre mes bagages et me dit qu’il les emmenait dans ma suite. Ma suite ? Mais je pensais que ce serait une chambre....

J’étais là plantée sur le trottoir ne sachant que faire et les femmes qui entraient me regardaient de la tête au pied. Je me sentais mal. C’est alors que je vis Jack, je courus vers lui prise de panique et me blottis dans ses bras, déjà je commençais par foirer les plans. Lorsque je relevais la tête, je vis à nouveau les regards posés sur moi. Je me tournais vers Jack, le regardais dans les yeux puis lui volais un baiser.

- Je t’en prie, embrasses-moi comme si tu étais ravi de me voir, j’en ai vraiment besoin si tu ne veux pas que je fuie.

Il m’enlaça et nous échangeâmes un baiser passionné avant de rejoindre les autres. J’étais terrorisée et je me demandais si j'étais la bonne personne pour cette enquête. La soirée débutait....









Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu n’es pas capable,
c’est à toi de choisir et de vivre ta vie
Laurent Gounelle


Dernière édition par Althéa Killborn le Dim 10 Avr - 21:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
➽ Origine Wesen
avatar


➽ Origine Wesen
Célébrité : Robert Pattinson
Âge perso : 0
Profession : Agent du gouvernement
Posts : 178
Points : 200
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Au plein milieu d'une foule anonyme


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 9 Avr - 9:48
Smith avait finalement accompagné sa charmante compagne jusqu'au Prestige Inn, elle semblait impressionnée et un peu dégoutée de constater que l'hôtel était aussi prestigieux. Souriant bêtement, sentant encore cette douce chaleur sur sa joue, Jack se passait une main dans ses cheveux. A présent qu'il était seul, il allait pouvoir s'informer sur ce week-end dans lequel il venait de s’embarquer.  S'approchant de l'hôtel, pénétrant à l'intérieur, se déplaçant jusqu'à la réception, mais évidemment comme d'habitude le directeur l'intercepta au milieu du trajet. Lui faisant une courbette avant de l'inviter dans son bureau. Ce dernier lui proposa cigare et whisky, mais il balaya tout d'une main et passa aux choses sérieuses. "Tss, mais dans quelle galère sommes-nous tombés ? Il va y avoir du beau monde..." Contractant sa mâchoire en apprenant que ce week-end était organisé par le préfet en personne. A cette révélation, beaucoup de questions lui vinrent en tête. Mais une seule l'intriguait réellement, comment une femme comme Althéa avait été invitée à ce genre de réception bourgeoise. Après avoir eu ses information, il demanda au directeur de lui réserver la suite Prestige et un chauffeur pour le lendemain.

Rentrant finalement chez lui, plongé dans ses pensées. Une fois dans son manoir, il alla vers son placard rempli d'habit. De ce dernier il en sortit un costume encore emballer. Finalement il aurait l’occasion de le porter. D'ailleurs se mettant devant une glace, même si le reflet qu'il voyait était celui du vampire. Évidemment comme tous ses vêtement ce costume lui allait à la perfection. "Voyons ne fait pas cette tête, c'est une occasion rêvée pour toi de me montrer ta vraie nature ! Enfin tu vas pouvoir me donner une vraie leçon et me remettre à ma place !" Néanmoins, il était troublé, cela faisait bien plusieurs années qu'il n'avait plus participé à ce genre d'événement. Serait-il encore les us et coutumes de la haute société, surtout que ses souvenirs et son expérience dataient quelque peu. Tout ce qu'il espérait était qu'il soit à la hauteur et ne déçoive pas celle qui avait tant d'espoir en lui.

Le grand jour arriva, se mettant en route l'esprit tranquille. Arrivant à peine devant l'hôtel que Althéa se plaqua dans ses bras. Elle semblait vraiment perdue, désespérée. Compatissant, cela lui rappela que lui aussi il y a bien longtemps avait passé le même cap. Sans aucune hésitation, il resserra son étreinte , plongeant son regard dans le sien, avant de l'embrasser passionnément comme elle lui avait précédemment ordonné. "Et bien tu ne fais pas dans la dentelle ! En tout cas j'ai bien peur qu'avec elle, nous allons devoir agir à l'instinct !" Souriant en entendant les paroles de son fidèle compagnon, il semblait bien que ce dernier avait lui aussi apprécié ce contact charnel. Enlaçant ses doigts aux siens, toujours aussi surpris qu'elle ne réagissait absolument pas à sa peau glaciale. Ils se dirigèrent à l'intérieur de l'hôtel. Passant la porte, surpris du monde qu'il y avait, suivant les autres couples, passant dans une salle privée. Une fois dans la salle, attendant que tout ceux qui participaient avant de lancer les festivités. Les gens se mélangeaient, se parlaient. Eux restaient dans leur coin, il sentait sa compagne fébrile et perdre pied au milieu de cette foule. Il devait absolument la détendre, lui faire lâcher prise. Alors sans hésitation, il se positionna derrière son dos, enlaçant ses bras autour d'elle, avant de lui susurrer de sa voix chaude, douce et rassurante.

-Nous sommes entourés de dindon ! Regardez-les s’esclaffer juste pour se donner bonne impression face à nous ! En effet s'ils nous jugent et nous observent c'est tout simplement parce qu'ils sont tous jaloux ! Oui madame tous ces braves hommes rêvent de vous avoir à leur bras, d'ailleurs ils seraient sûrement prêts à se battre tels des coq pour vous conquérir ! Quand à ces femmes, elles vous envient et aimeraient avoir votre charme naturel et surtout être aussi ravissantes dans leurs robes pour faire tourner la tête à leur cavalier…  Si cela vous gêne vous n'avez cas les imaginer tous entrain de sucer leur pouce ! N'ayez crainte, tout va bien, je suis là à présent ! Alors portons un toast ! A ce week-end fabuleux et merveilleux en votre compagnie !

Souriant tout en plissant ses yeux. Il l'avait joué finement et espérait au moins arriver à faire décrocher un sourire à la jeune femme. Tout en parlant ayant réussi au moins à la captiver, il avait pu prendre deux coupes de champagne, lui offrant un verre. Restant derrière elle, gardant un de ses bras autour de sa taille, pour qu'elle reste bien contre lui. "J’admets que tu sais t'y prendre avec les femmes ! J'avoue être impressionner." Se redressant avant de pouvoir enfin balayer la salle du regard, reconnaissant pour le moment que deux couples. Se montrant attentif envers sa cavalière, la soirée allait enfin commençait puisqu'une personne venait de monter sur une petite estrade. Sûrement le speech qui allait commencer.


De cette couleur c'est le côté humain qui parle
De cette couleur c'est le côté vampire qui parle
De cette couleur Jack parle étranger

Revenir en haut Aller en bas
ృ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


ృ  Origine Wesen
Féminin
Célébrité : Katia Winter
Âge perso : 25
Profession : Inspecteur de police
Posts : 1294
Points : 1318
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageDim 10 Avr - 22:12


Un hôtel sordide

Feat Jack







Le baiser de Jack fut un des plus « froids » que je n’ai jamais reçu mais j’en ressentis un tel plaisir que c’était indescriptible. J’aimais cette sensation de froid, quel drôle de wesen ? Je n’avais jamais connu quelqu’un qui avait le sang froid ni même su que des gens comme lui existaient. Mais en cet instant, s’il savait ce qui me passait par la tête, il s’inquièterait : je le désirais comme je n’avais pas désiré un homme depuis longtemps. Lorsqu’il me prit la main et entrelaça ses doigts frais aux miens, je pris cela comme une invitation. Il me conduisit ainsi à l’hôtel et lorsque nous nous sommes retrouvés à l’intérieur et que je découvris tout ce monde, je pris peur à nouveau. Jack passa dans mon dos et alors que je me sentais défaillir, ses bras m’enlacèrent et il me parlait doucement à l’oreille de sa voix chaude et douce. Je me laissais aller à mettre ma joue contre la sienne. Il faisait tout pour me rassurer et réussissait à merveille. Il me présenta une coupe de champagne et trinqua à notre fabuleux week-end et j’avais envie d’en profiter, je me ressaisis, j’allais montrer à Jack ce dont j’étais capable malgré la peur qui me tenaillait.

Jack me prit par la taille et nous avancions dans la petite salle où le discours allait avoir lieu. Je ne regardais plus mes escarpins rouges vermillon mais j’avais la tête haute et j’étais fière d’être au bras de ce bel homme. Cependant lorsque la personne chargée de la communication annonça le préfet, je me retournais vers Jack.

- Mais qu’est-ce que le préfet fait ici ? J’avais compris que c’était un dîner de personnes de la haute société mais pas que les autorités seraient présentes. Je le connais, et si jamais il me trahissait, s’il disait qui je suis ?

Jack enserra son étreinte et me mit à nouveau en confiance. Plusieurs personnes importantes prirent la parole et je me demandais qui serait la victime. Subitement mon métier redevenait mon centre d’intérêt en dehors de Jack bien sûr. Je me retournais et lui déposais un baiser sur les lèvres.

- Je vais faire un tour aux toilettes et je te rejoins. Ça va ne t’inquiètes pas et tout ça grâce à toi mais ne te sauve pas trop loin car tu es de loin le plus élégant à mes yeux ce soir.

Je lui fis un petit clin d’œil et un petit sourire enjôleur, mes yeux brillaient de fierté d’être sa compagne ce week-end. Une fois dans le couloir qui mène aux toilettes, je me fis attirée dans une des pièces adjacentes,  prête à me défendre j’entendis mon commissaire parler « Mademoiselle Killborn, je vous demanderais d’être sur vos gardes, le préfet est au courant pour vous et ne vous inquiétez pas vous ne serez pas trahie mais nous savons aussi qu’un meurtrier est dans cette salle ce soir. Au fait ! Félicitations votre compagnon et vous faites un couple charmant et vous êtes bien assortis ».Heureusement que nous étions dans une pénombre et qu’il ne me vit pas rougir.

Je sortis et fis un petit tour aux toilettes. Lorsque j’en ressortis deux femmes discutaient et se turent à ma vue. Je me lavais rapidement les mains et retournais dans la grande salle de réception. Je cherchais Jack du regard et enfin je l’aperçus, fort heureusement il dépassait la plupart des invités. Je le rejoignis et il me présenta comme sa fiancée auprès des personnes avec qui il discutait. Sa fiancée ? Il aurait pu dire sa compagne ou son amie ? Non il avait dit sa fiancée ! J’étais flattée et je glissais mon bras à sa taille.

J’avais besoin de sa présence, de le sentir contre moi, je ne connaissais personne ou du moins j’étais sensée ne connaître personne car je devais ignorer le préfet. Nous prenions quelques toasts, lorsque je vis les deux femmes, qui étaient aux toilettes, arriver. Elles s’approchèrent de nous et dirent :

- Bonsoir Jack, nous supposons que tu allais venir nous saluer afin de nous présenter ton amie !

Je regardais Jack en levant un sourcil, j’étais inquiète si elles le connaissaient c’est qu’il faisait partie de leur monde. Vu ce que je lui avais confié sur les « bourgeois », le faste, leurs chichis, je me disais qu’il allait me rejeter pour ne pas paraître « nul » devant ses dames qui, elles, présentaient bien. Je fis celle qui s’éloignait mais Jack glissa sa main dans la mienne en me retenant près de lui. Je n’osais dire un mot et le maître d’hôtel vint tous nous inviter à nous présenter au repas. Qu’allait faire Jack ?




[/color]





Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu n’es pas capable,
c’est à toi de choisir et de vivre ta vie
Laurent Gounelle


Dernière édition par Althéa Killborn le Mer 11 Mai - 13:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
➽ Origine Wesen
avatar


➽ Origine Wesen
Célébrité : Robert Pattinson
Âge perso : 0
Profession : Agent du gouvernement
Posts : 178
Points : 200
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Au plein milieu d'une foule anonyme


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 16 Avr - 11:02
Smith malgré son calme olympien et son comportement naturellement stoïque, n'était point rassuré. Ce week-end était loin d'être qu'une petite fête de la haute société. Il reconnut beaucoup de personnes, certaines pouvaient devenir aussi incontrôlables que lui. Finalement Jack était dans une situation bien délicate. Pourtant il n'avait pas le droit à l'erreur, il devait faire bonne impression, hors de question que sa réputation ou son honneur soit entaché. "Il y a énormément de monde… Et de si succulente odeur de viande fraîche !" Évidemment son fidèle compagnon profiter du moment pour le déstabilise et lui faire comprendre qu’il les avait menés tout droit à un traquenard. "J'adore les complications ! Tout cela devient très intéressant et j'attends vraiment de voir quel genre de lapin tu vas sortir de ton chapeau !" Gérer ce genre de situation était en réalité une promenade de santé pour lui qui avait tant d'expérience concernant la vie. Effectivement à la remarque de sa compagne d'infortune, il ne pu s'empêchait de se demander comment une femme comme elle avait pu être convié à ce rendez-vous. "Tss question sans aucune intérêt ! Néanmoins je me demande pourquoi cela la gêne tant que le préfet la connaisse… C’est louche !" L'homme comme le Wesens ne furent pourtant pas insensible au compliment qu'elle lui lança avant de lui filer pour la première fois entre les doigts. Même s'il baissa un instant le regard, sachant que ces paroles n'étaient pas sincères puisqu'elle était totalement sous l'emprise du Seigneur du sang.

Excellant ainsi il allait pouvoir enfin agir à sa guise. Sans perdre un instant il se dirigea vers les couples et personnes qu’ils connaissaient. En faisant ce premier pas, il pouvait dicter sa loi et son territoire et surtout à aucun moment il serait pris au dépourvu d’être accosté par hasard. Il manquerait plus que Althéa découvre le poteau rose juste parce qu’il est pris de cours. Lorsqu’elle réapparu près de lui, Smith se fit formel et la présenta comme sa fiancée. Tout simplement pour garantir sa propre sécurité car en la sachant proche de lui, la moitié des Wesens présent et qu’il connaissait n’oseraient en aucun cas s’opposer à lui. Jack faisait également ainsi comprendre que la jeune femme était SA proie ! Pourtant malgré ses efforts, pour être resté inconnu, deux personnes l’abordèrent. Évidemment l’homme qu’il était reconnu immédiatement les deux sœurs jumelles, elles aussi étaient des Wesens et plus particulièrement des Hexenbiest. Smith allait en bon gentleman répondre et surtout remettre ces jeunes demoiselles à leurs places, mais leur père le devança et venait de lui sortir une épine du pied.

-Voyons ce n’est pas parce que Mr. Smith est l’une de mes connaissances que vous pouvez vous permettre de lui manquer de respect ! D’ailleurs pourquoi n’allait pas embêter le fils du préfet ? Veuillez les excusez leur comportement… Nous serions honorés si vous acceptiez de partager notre table pour le dîner ! Histoire que je vous remercié en personne pour le service que vous avez rendu à notre famille.

-Miss Grindeal, votre présence illumine cette soirée, c’est un plaisir de vous voir si souriante ! Monsieur, vous n’avez aucunement besoin de me remercier, ce ne fut que l’accomplissement de mon travail, en soit rien de particulier !

Tel un gentleman, il s’adressa d’abord à la femme en inclinant légèrement la tête pour la saluer, pour ensuite enchaîner. Pourtant il laissa un suspens la question du dîner. Miss Grindeal lui fit remarquer son admiration et que leurs filles devraient prendre exemple sur lui. Quant à son mari il lui donna une petite frappe dans le dos, en disant que pour un homme du bas peuple, il avait une éducation qui ferait jalouser certain bourgeois ! Finalement tout le monde se mirent à table, s’installant avec les Grindeal. Le repas fut fort sympathique, ils eurent des discutions diverses et varier. Jack lui était content de constater qu’enfin sa compagne d’infortune trouver ces marques, ce laissé aller. Pourtant intérieurement il grimaçait manger cette nourriture était un véritable calvaire et supplice. Encore s’il n’y avait que cela ce serait un jeu d’enfant. "Quel bruit agaçant et quel odeur dégoûtante ! Ma patience à des limites ! Trop c’est trop !" Serrant un instant ses poings, ne fessant comme si de rien pourtant depuis qu’ils étaient passés à table, il avait remarqué ce bruit de grincement strident et cette odeur chimique ? Lorsque le dessert arriva, d'un coup le bruit s’arrêta ainsi que l'odeur, du moins jusqu'à ce qu'il vu le gâteau glacée qui allait être coupé et distribué. "Tiens, il semblerait que nous somme en présence d'un assassin, d'ailleurs il est sacrément vicieux et intelligent pour empoisonner le dessert en totalité." De la ricin, une toxine mortelle contenue dans les graine des plants de ricin, ces fruits à coques venant d'Afrique. La substance agit en attaquant à l'ARN et en bloquant la synthèse des protéines dans les cellules, ce qui conduit à leur mort. Moins d'un milligramme par kilogramme peut suffire à tuer un homme. Mais ce qui fait leur dangerosité, c'est surtout que les symptômes n'apparaissent qu'entre 6 et 24 heures après l'ingestion et provoque la mort de manière presque instantanée. Serin sachant pertinemment qu'il était complètement immunisé par ce genre de poison, néanmoins il n'avait aucune envie que ce week-end se déroule mal. Du coup il leva les yeux aux ciel, regardant intensément, baissant ensuite la tête, au même moment l'alarme incendie se déclencha, évidemment au même moment une fine pluie chaude s'abattit sur toute la salle. Riant intérieurement en voyant toute le monde complètement paniqué, il admit que son idée était diaboliquement ingénieuse, puisque évidemment la glace fondait à vu de nez ! Smith décida de garder pour lui le fait qu'un meurtrier était présent, il ne voulait pas impliquer sa compagne d'infortune dans cette histoire. "Jouant au jeu de la proie et du prédateur ! Mais qui que tu sois sache qu'ici je suis le seul prédateur ! Alors cours petit lapin, cours !" Finalement tout redevenu calme et pour dissiper ce léger dysfonctionnement, l’hôtel avança les festivités du soir : soirée dansante, jeu d'argent et spectacles sont prévu au programme.


De cette couleur c'est le côté humain qui parle
De cette couleur c'est le côté vampire qui parle
De cette couleur Jack parle étranger

Revenir en haut Aller en bas
ృ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


ృ  Origine Wesen
Féminin
Célébrité : Katia Winter
Âge perso : 25
Profession : Inspecteur de police
Posts : 1294
Points : 1318
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageDim 17 Avr - 17:44


- 18 ANS


Ce sujet comporte des scènes explicites, il est donc classé - de 18 ans.

Une fois informée de cette note, nous négligeons toutes responsabilités.





Un hôtel sordide

Feat Jack







La galanterie de Jack....je me disais dans ma petite tête que certains wesens avaient de drôles de manières. D’ailleurs j’étais loin d’être la seule wesen ce soir, je les sentais et je dirais que plus de la moitié de ces gens étaient des wesens. Certains étaient d'ailleurs très dangereux, Tancred m'avait appris à les reconnaître. Quand aux deux « charmantes demoiselles « ce n’était que de sales hexenbiest, ces deux sorcières sentaient à des kilomètres mais moi, petite souris je ne pouvais les remettre en place. Lorsque le père mit une tape dans le dos de Jack, en lui disant qu’il avait une bonne éducation pour quelqu’un du bas peuple, me rassura sur sa place dans la société mais quand ils nous invitèrent à leur table, j’étais mal à l’aise. Les deux pimbêches lui faisaient des sourires tendres et lui envoyaient même des baisers. Mais Jack ne s'en occupait pas, il discutait aisément et l’ambiance se détendit malgré que je n’ouvris que très peu la bouche. Le choix du menu ne me plaisait pas, tout était sucré salé et je crus que je n’arriverais pas à caler mon estomac. Mais vu le nombre de plats, j’arrivais à trier et à combler ma faim. Par contre je fus ravie de voir arriver une glace en dessert, Jack lui serra des poings et leva les yeux au ciel. C’est alors que nous fûmes inondés par une pluie tiède qui bien sûr fit fondre toute la glace. J’enrageais, ma robe me collait à la peau et l’on devinait aisément toutes mes formes et en plus ma coiffure était une catastrophe, mon chignon s’était écroulé libérant mes cheveux sur mes épaules. Les festivités furent avancées et je n’hésitais pas à isoler Jack en lui crachant ma colère.

- C’est toi ! Avoue que c’est toi ! Tu as volontairement déclenché l’alarme incendie ! Tu es fier ?! Je suis trempée, n’as tu pas vu que j’étais pile entre deux détecteurs ?! J’en ai pris deux fois plus que les autres !

J’étais vraiment remontée et Jack choisit d’aller nous chercher deux verres de champagne afin de me calmer. Je serrais des poings, j’aurai voulu le frapper et c’est alors qu’un bel homme vint m’inviter à danser. J’acceptais ! Plus pour vexer Jack que pour le plaisir de mon cavalier. Ce dernier se mit à me frotter le dos et je lui demandais d’arrêter, ce n’est pas de lui que j’avais envie. Il n’en tint pas compte et insista en descendant le long de mon dos jusqu’à mettre sa main sur l’une de mes fesses. Ce n’était vraiment pas le moment, ma colère n’étant point retombée. Je lui mis un violent coup de genou bien placé ainsi qu’une bonne gifle. Vu que chacun me regardait, je m’enfuis et rejoins notre suite. Je pleurais toutes les larmes de mon corps lorsque Jack me rejoignit. Il me regardait d’un air navré et me demanda ce qu’il pouvait faire. Je lui répondis d’une petite voix.

- Défais ma robe, je n’y arrive pas. Je voudrais me mettre au sec.

Il s’exécuta et je me précipitais dans la salle de bains. Je posais tous mes habits et pris le temps d’étendre la robe sur le sèche-serviette, autant qu’il serve. Je me passais un coup par le visage et j’enfilais un peignoir avant de  rejoindre Jack. J’avais repris de l’assurance mais surtout j’avais envie de lui. Sa chemise collée à sa peau dévoilait son torse musclé et son pantalon sur ses cuisses en montrait autant.

- Tu ferais bien de faire comme moi, tu es tout aussi trempé. Je vais installer mon matériel pendant ce temps. Je n'osais le regarder de peur de lui sauter dessus pour l'embrasser. Ce mec me rendait dingue et je pouvais tout lui pardonner.

Il passa à son tour dans la salle de bains et j’installais mes ordinateurs reliés aux caméras que mes collègues avaient placées dans la semaine précédente. J’installais aussi ma table d’écoute et mis le tout en enregistrement. Je baissais les capots afin que la lumière des ordinateurs ne nous dérange pas. Lorsque Jack sortit j’étais fin prête. Je m’approchais de lui et me blottis dans ses bras et bien sûr il n’osait faire de même. Je relevais la tête et le provoquait en promenant mes lèvres sur les siennes tout en lui parlant et en l'embrassant.
Spoiler:
 

Cependant lorsque je m'éveillais, son corps était moins chaud. Aurait-il profité de mon sommeil pour faire autre chose ? Pourtant nous étions dans la même position ? Et j'étais toujours aussi brûlante de désir.


Spoiler:
 









Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu n’es pas capable,
c’est à toi de choisir et de vivre ta vie
Laurent Gounelle


Dernière édition par Althéa Killborn le Lun 23 Mai - 15:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
➽ Origine Wesen
avatar


➽ Origine Wesen
Célébrité : Robert Pattinson
Âge perso : 0
Profession : Agent du gouvernement
Posts : 178
Points : 200
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Au plein milieu d'une foule anonyme


Voir le profil de l'utilisateur

MessageVen 29 Avr - 19:13


- 18 ANS


Ce sujet comporte des scènes explicites, il est donc classé - de 18 ans.

Une fois informée de cette note, nous négligeons toutes responsabilités.



En faisant fondre la glace, Smith venait de sauver toutes les personnes participant à ce week-end. D'ailleurs lorsqu'Althéa lui reprocha d'être trempée, il ne releva point, mais n'abusa pas de la situation non plus. En effet il était fautif, mais il avait agi pour une bonne raison, de plus lui aussi été complètement mouillé. Alors qu'il voulait la calmer, il voulut lui chercher de quoi boire, mais sa cavalière d'infortune non seulement refusa, mais en plus elle accepta une invitation à danser. "Tss, pour qui il se prend celui-là… Mais qu'à cela ne tienne, il me semble qu’elle nous a avoué ne pas savoir danser !" Mais lorsque le don juan, osa lui faire du rentre dedans Miss Killborn réagit au quart de tour et se défendit. Souriant, le regard illuminé. "Et bien elle a un sacré tempérament et c'est une femme de caractère !" L'observant du regard, avant de finalement la suivre et la rejoindre. Après la scène qu'elle venait de montrer, elle s'était sans doute sentie humiliée et honteuse. Voilà pourquoi lorsqu'il entra dans la suite, voyant qu'elle avait les larmes aux yeux, il se montra doux et demanda ce qu'il pouvait faire. Sans chercher à comprendre il s'exécuta, mais il dû admettre que frôler la peau de la jeune femme le fit frissonner légèrement. Lorsqu'elle revint avec un peignoir, il esquissa simplement de la tête, se dirigeant lentement vers la salle de bain. "Elle s'est moquée de nous ! Elle nous utilise ! Je ne suis pas une marionnette !" Gardant son calme évidemment Jack s'était douté de quelque chose, mais à présent il était sûr, si Althéa était invitée à ce week-end c'était pour débusquer le meurtrier. Mais voilà à aucun moment la jeune femme lui en avait parlé et en réalité cela ne faisait ni chaud ni froid.

ATTENTION -18ans:
 

L'observant s'endormir paisiblement contre lui, alors que Morphée venait de l'embarquer. Jack lui en profita pour se transformer enfin ! Ses yeux changèrent de couleur, devenant rouge écarlate, ses cheveux se dressèrent et devinrent blond très clair. Sa musculature avait gonflée et ses griffes et ses crocs venaient de sortir. Il en avait besoin, rien que pour se relaxer vraiment et surtout encore savourer des sensations qu'il n'avait plus ressenti depuis bien des années.  Néanmoins cela eu pour conséquence de redonner à sa peau sa température naturellement glaciale. Se risquant à remettre une des mèches qui venait de tomber sur les yeux d'Althéa derrière son oreille, faisant attention à ne pas la griffer par inadvertance. Pour finalement redevenir humain juste un peu avant de s'endormir lui aussi. Trouvant la présence de Killborn réconfortante et agréable.


De cette couleur c'est le côté humain qui parle
De cette couleur c'est le côté vampire qui parle
De cette couleur Jack parle étranger

Revenir en haut Aller en bas
ృ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


ృ  Origine Wesen
Féminin
Célébrité : Katia Winter
Âge perso : 25
Profession : Inspecteur de police
Posts : 1294
Points : 1318
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 30 Avr - 17:03


Un hôtel sordide

Feat Jack







Cette nuit d’amour avec Jack fut merveilleuse et au petit matin lorsque je m’éveillais je sentis son regard sur moi. Je relevais la tête et il déposa un délicat baiser sur mes lèvres. Je me relevais un peu et pris appui sur mon coude posant ma tête sur ma main gauche laissant la droite galopait sur son torse.

- Cette nuit dans tes bras, c’était magique, on aurait dit que tu étais deux personnes au caractère différent, l’une douce et sensuelle et l’autre bestiale et avide.

Il me regardait en fronçant un sourcil et je pensais mettre mal exprimée.

- Ne t’inquiètes pas, ce n’est pas un reproche, j’ai adoré et je suis prête à recommencer la nuit prochaine même si je manque de sommeil. Il est à peine 6 heures mais j’ai eu peur que tu ne sois plus là.

Soudain je le regardais très sérieusement, une question me hantait et je devais absolument faire le point avec lui.

- Ne m’en veut pas Jack mais je suis flic et il faut que tu me répondes franchement et clairement : « Pourquoi as-tu fait fondre la glace ? »

A ce moment un cri vint à mon oreille et je me levais brusquement sans donner le temps à Jack de réagir, j’enfilais son peignoir, un peu grand, ramassais mon flingue, ma plaque et j’ouvris la porte en lui disant :

- Quelqu’un a crié, excuses-moi mais je suis flic avant tout, on en reparle tout à l’heure !

Je me mis à descendre les escaliers à toute vitesse et nu-pieds. Arrivée en bas je ne vis rien et entendit un autre cri un peu étouffé venant des cuisines, je me précipitais et à peine passée la porte, je vis une femme cagoulée me foncer dessus avec un couteau. Malgré une esquive, elle réussit à me couper au niveau du ventre sur un bon centimètres de profond, elle m’attrapa ensuite et m’envoya violement contre le mur si bien que ma tête le frappa assez fort ce qui me sonna un peu. Elle me laissa et prit la fuite mais j’eus le temps de dégainer et tirer. J’étais sûre d’avoir ma cible mais je ne l’ai blessée qu’au bras et elle réussit à prendre la porte arrière. Tout était allé très vite.

Je me relevais péniblement, rengainais, je changeais le peignoir de sens de croisement afin que personne ne voie le sang et je serrais la ceinture sur ma blessure avant d’aller voir les autres victimes. Je fus surprise de voir M. Le Juge et son épouse Patty allongée au sol. Il me dit avoir appelé la police et les secours mais ces derniers devaient en avoir pour une bonne demi-heure. Jack entra à ce moment précis.

- Jack fait quelque chose, je t’en prie, elle est grièvement blessée et elle risque de mourir. Je n’arrive pas à la déplacer.

J'avais trop mal mais je ne dis mot de ma blessure à Jack, Patty avait une blessure dans le dos mais son époux avait jugé bon de la laisser dans la position qu’elle était tombée. Mes collègues arrivèrent rapidement vu que le poste de police était à cinq minutes, je me dirigeais vers eux alors que Jack s’occupait de Patty.

- Je vous demanderais dans un premier temps de ne pas dévoiler ma véritable identité, je suis ici en infiltration sur ordre du chef. Maintenant je vous explique : une femme cagoulée a attaqué le juge et sa femme en la blessant grièvement, et lorsque je suis entrée dans la cuisine elle m’a agressée et a réussi à s’enfuir. J’ai tiré et je suis sûre de l’avoir touchée avant qu’elle ne franchisse la porte. Nous allons mener une enquête en parallèle mais chacun dira à l’autre ce qu’il découvre par messagerie.

Les secours avaient pris en charge Patty et son époux, Jack me rejoint, je me blottis dans ses bras et lui donnais un baiser léger. J’avais terriblement mal et je serrais les dents mais je ne voulais pas partir pour l’hôpital à mon tour. Je le regardais et lui demandais de me ramener à la chambre. Je demandais à mes collègues de m’envoyer les informations qu’ils auront sur l’affaire. Ils me dirent de « prendre du bon temps » sur un petit ton de reproche mais je ne relevais point. Après tout, ils n’avaient pas entièrement tort et je comptais bien prendre encore du plaisir avec mon compagnon.

Jack me reconduisit à la chambre et m’allongea sur le lit afin de regarder ma blessure. En ouvrant le peignoir, il révéla ma nudité mais surtout une vilaine plaie qu’il fallait suturer. J’expliquais cependant à Jack sur un ton haché alors qu’il désinfectait ma plaie et la refermait grâce aux stéri-strip trouvaient dans la pharmacie que m’avait confiée mes collègues.

- Je te dois beaucoup d’explications et.... je te les donnerais.... mais je suppose que tu as entendu... que j’étais ici en infiltration ?..... Mon chef m’a envoyée afin d’éviter un meurtre...... Il a reçu un appel comme quoi quelqu’un allait mourir dans cet hôtel.... ce week-end.... et je dois débusquer le tueur..... Mais je ne sais ni quand, ni où, ni comment et..... ni qui..... Je vais devoir te demander de m’aider, j’ai enregistré l’intérieur de l’hôtel cette nuit..... grâce aux ordinateurs que j’ai mis en place hier.... et dont mes collègues on prit soin de relier à des caméras..... J’ai une vue sur le grand hall avec l’escalier, l’ascenseur et la porte des cuisines..... et d’autres sur les étages où nous voyons les portes des chambres de tous les invités..... Je vais te demander de les visionner avec moi....... afin que nous observions ce qu’il s’est passé.... depuis la mise en enregistrement..... Mon agresseur est une femme.....Mais tu dois aussi..... répondre à ma question...... « Pourquoi as-tu fais fondre la glace ? »






[/color]





Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu n’es pas capable,
c’est à toi de choisir et de vivre ta vie
Laurent Gounelle


Dernière édition par Althéa Killborn le Dim 1 Mai - 15:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
➽ Origine Wesen
avatar


➽ Origine Wesen
Célébrité : Robert Pattinson
Âge perso : 0
Profession : Agent du gouvernement
Posts : 178
Points : 200
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Au plein milieu d'une foule anonyme


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 30 Avr - 22:27
Smith observait Althéa, pour une des rares fois, il ne pensait à rien et personne semblait vouloir entacher ce moment paisible et d'admiration. Mettant une de ses mains sous sa tête, alors qu'elle semblait se réveiller, il fixa le plafond. Même s'il ne pouvait le montrer, il rougissait, gêner, ayant un peu peur de croiser son regard. Comme s'il voulait respecter une sorte d'intimité. "Cesse de faire ton minoré… Tss tu devrais être plutôt fier !" Devenant mélancolique et si cette nuit c'était son fidèle compagnon qui avait réussi à la combler. Cette idée le blessa quelque peu dans son amour propre, chassant ses idées noires, tournant la tête. Elle ouvrait les yeux, ayant toujours son code de gentleman du 15ème siècle il se permit de l’accueillir de la manière la plus douce, délicate et merveilleuse. Après tout quoi de mieux que se faire réveiller par un tendre baiser. Lorsqu'il entendit ses paroles, pendant un instant il fronça les sourcils, inquiet. "Tsss voilà qu'elle aussi nous juge comme un schizophrène !" Sentant une once de colère monter en lui, mais quelle fut sa surprise lorsqu'elle enchaîna. Non seulement elle avait aimé et apprécié, mais en plus elle en redemandait ?! Aussi loin qu'il s'en souvient aucune de ses conquêtes  ne l'avait aimé autant que son fidèle compagnon. "Elle s'est servi de nous, juste pour assouvir son besoin d'amour. Que c'est pathétique ! Et en plus on s'est fait avoir en beauté." L'homme qu'il était savait que le sarcasme du seigneur du sang, démontrer sa faiblesse. Ne voulant pas admettre que cette nuit l'avait aussi marqué. En y repensant, c'était la première fois que ce dernier avait réussi à se contrôler et comme il pouvait le constater, il n'avait absolument pas blessé la jeune femme, même pas une petite griffure.

Finalement, ils décidèrent de profiter de l'instant présent, après tout il était plutôt du genre à improviser une fois que cette histoire se compliquerait. Gardant son naturel inexpressif, levant un cil, il allait lui répondre. Mais pour la seconde fois elle lui glissa entre les mains et disparut. Évidemment que lui aussi avait entendu crier, mais il n'avait pas réagi. A présent qu'il était seul, il se leva, se dirigeant vers la salle de bain. Il prit le temps de s'habiller, retrouvant sa classe et son charisme. Cherchant dans sa poche intérieure, il y sortit un flacon rempli de pilules d'un rouge intense. Les yeux brillants, il en prit quatre. "Ces bonbons au sang concentré sont toujours aussi appétissants !" A présent il était prêt, les mains dans les poches, il sortit de la chambre, un sourire aux lèvres. Il avançait lentement, suivant l'odeur de sa compagne d'infortune. Lorsqu'il arrivait en cuisine, il était franchement mal à l'aise, voir et sentir tout ce sang le troubla, comprenant rapidement qu'Althéa avait été touchée, quelque peu soulagé de voir que ce n'était que superficiel. Heureusement pour lui qu'avec les pilules il avait prit sa dose nécessaire et vitale à sa survie. A l'injonction de Killborn il savait que le vampire qu'il était allait passer un sale quart d'heure, pourvu qu'il arrive à se maîtriser. Agissant rapidement, prenant quelques éléments qu'il trouva, histoire de pouvoir administrer les premiers soins à la femme du juge. Concentrer à sa tâche, content de constater que ses connaissances en médecine lui servait encore.

Lorsqu'enfin la blessée fut emmenée à l'hôpital, Jack s'essuyait de façon saccadée et fébrilement ses mains. Évidemment il n'avait rien perdu à la discution, cette fois-ci son hypothèse venait d'être confirmée. Si elle était invitée à ce week-end, c'était simplement pour résoudre une affaire. "Alors comme cela nous sommes qu'une couverture ! Elle s'est moquée de nous." Alors lorsqu'elle se blottit dans ses bras et contre lui, non seulement il ne l'étreignit pas, mais en plus il ne réagit absolument pas à son baiser, pire il fit comme si elle n'existait pas. Tout simplement parce qu'il était le genre d'homme extrêmement pudique, il détestait les effusions de sentiments publiques, mais ce dont il avait horreur c'était qu'on le juge et effectivement les autres policiers, le cataloguaient comme une simple distraction, juste un escorte boy. Le regard au loin et vide, se montrant bien plus froid et distant qu'il ne l'a jamais été. Pourtant il la raccompagna jusqu'à leur suite, se sentant tout de suite plus à l'aise en se sachant seul. L'installant sur le lit, pour la soigner, "Quel gâchis, une cicatrice qui la suivra quelques temps, si on avait réagi plus rapidement peut-être n’aurait-elle pas été blessée." Sans doute, mais du coup c'était sûrement lui qui aurait fait ce massacre, de plus elle aurait découvert le pot au rose le concernant. Prenant la trousse à pharmacie, se montrant délicat, l'écoutant parler et se confier. Concentrer à sa tâche, baissant le regard, il savait que sa peau glaciale allait à la fois augmenter sa douleur et l'apaiser. Il venait de finir de la suturer, c'était propre et parfaitement réalisé. Se levant pour se diriger vers le dressing, prenant une tenue pour la jeune femme. Comme si d'une façon il voulait protéger son intégrité, sa dignité, une façon de prendre soin d'elle à sa manière.

-La glace devait fondre parce qu'elle était empoisonnée !

Plongeant son regard dans le sien, il avait répondu simplement, clairement. Il n'avait pas tergiverser. Smith s'attendait bien sûr à une batterie de questions, serin, calme. Il gérait la situation, il la maîtrisé. A présent il n'avait plus qu'à honorer son rôle de chevalier servant. Intérieurement il se promit de la protéger, tant pis qu'il prenne le risque qu'elle le considère comme un monstre, le principal c'était qu'elle vive ! De plus lui n'avait rien à craindre de mettre sa vie en danger, certes immortel, mais pourtant il n'était pas insensible à la douleur. A présent il n'avait plus qu'à attendre sa réaction et la suite des événements.


De cette couleur c'est le côté humain qui parle
De cette couleur c'est le côté vampire qui parle
De cette couleur Jack parle étranger

Revenir en haut Aller en bas
ృ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


ృ  Origine Wesen
Féminin
Célébrité : Katia Winter
Âge perso : 25
Profession : Inspecteur de police
Posts : 1294
Points : 1318
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageDim 1 Mai - 17:07


Un hôtel sordide

Feat Jack







Tout avouer à Jack sur ma véritable venue fut un soulagement et les mises en garde de mon chef de ne rien dévoiler à personne étaient superflues. Jack s’était montré courtois, galant et surtout un amant hors norme. Je me sentais bien avec lui et je n’avais pas ressenti cela depuis plus de dix ans. Mais que m’arrivait-il ? Je tombais amoureuse ? Mais il me fallait admettre que Jack n’était pas quelqu’un de « normal » ! Et cette peau froide que j’aimais tant mais que j’avais cependant senti légèrement se réchauffer lors de notre rapport ?! Il me rendait dingue ! Son sourire me faisait littéralement fondre et me donnait envie de l’embrasser. Ses yeux dans les miens me déclenchaient un désir non contrôlable de l’aimer jusqu’à épuisement.

Je me ressaisis pourtant afin de ne pas lui sauter au cou, il avait été tellement doux pour me soigner et je ne pensais pas garder de séquelles. Il se leva pour me sortir une des toilettes du dressing. Il choisit une tenue ample et confortable qu’il m’aida à enfiler car j’étais épuisée. " -La glace devait fondre parce qu'elle était empoisonnée ! " Je venais de prendre une "grande claque" en pleine figure, je ne comprenais pas, je tenais le coup en clignant souvent des yeux, incapable de rétorquer quoi que ce soit à ce qu’il venait de me révéler malgré son regard plongé dans le mien.

Je pris cependant le temps de mettre les ordinateurs en route juste au début, tel un automate. J’expliquais à Jack comment faire les repérages et où repérer les horaires des faits et gestes des gens et de voir tout ce qui n’allait pas. Je lui conseillais d’écrire les choses anormales. Nous nous asseyons l’un près de l’autre et commencions le visionnage. Je voyais sur l’écran les gens qui commençaient de prendre l’ascenseur ou les escaliers afin de regagner leurs logements mais sans prendre de note. Je ne disais toujours rien tellement la révélation de Jack me perturbait. Enfin totalement épuisée je me couchais sur l’une des cuisses de Jack, mis une main sous ma joue et me recroquevillais afin de dormir, sans dire un mot.

Deux heures plus tard je rouvris les yeux et me retournais afin de voir Jack. Il baissa la tête, je lui souris et je tendis mes bras afin de les passer derrière sa nuque. Je l’embrassais tendrement, passionnément puis posais ma tête sur son épaule et pris la parole :

- Excuses-moi de mettre endormie de la sorte mais j’en avais vraiment besoin. Tu dois te dire que je suis une drôle de flic et pas très motivée mais détrompes-toi ce n’est pas le cas. Mais entre la douleur et les mille questions qui se bousculaient dans ma tête je n’avais plus la force de répondre. Je n’ai pas relevé ta réponse à ma question car tu m’as scotchée, je ne m’attendais pas à cela et cela a eu l’effet d’une douche froide. D’une tentative d’assassinat, tu m’apprends qu’en fait il y en avait déjà eu une...mais pourquoi ? Elle ne voulait pas prendre le risque de tuer tout le monde quand même ? Je te dis ELLE car c’est une femme qui m’a agressée et je suis formelle. Certains wesens étaient-ils immunisés contre le poison qu’il y avait dans la glace ? Comment savoir qui est sa cible ? Le juge et Patty n’étaient même pas à notre table !

Tout se bousculait dans ma tête, déjà deux tentatives d’assassinat et je ne voyais que cet homme face à moi et pour qui je serais capable d’abattre des montagnes. Il aurait pu mourir ?! Mais je devais en savoir plus sur ce qu’il savait, j’avais tant de choses à lui dire afin de le mettre en garde. Il aurait pu mourir par ma faute !? C’était pour cela qu’il s’était montré froid lorsque je l’avais embrassé dans la cuisine ?! Il devait m’en vouloir ! J’éclaircirais ce point un peu plus tard, je devais me concentrer sur mon enquête. Bêtement je remarquais que la belle toilette était toute chiffonnée et ne ressemblait plus à rien. Mais je posais une nouvelle question à Jack :

- Comment as-tu deviné que la glace était empoisonnée ? Pourquoi ne m’as-tu rien dit ?

Je le regardais dans les yeux, j’avais terriblement envie de l’embrasser et je luttais contre moi-même pour me concentrer sur le but de ma présence dans cet hôtel.... que jamais je n’aurai pu me payer. J’étais là pour le travail mais je tombais amoureuse et ce n’était que par le plus pur des hasards.










Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu n’es pas capable,
c’est à toi de choisir et de vivre ta vie
Laurent Gounelle


Dernière édition par Althéa Killborn le Jeu 12 Mai - 11:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
➽ Origine Wesen
avatar


➽ Origine Wesen
Célébrité : Robert Pattinson
Âge perso : 0
Profession : Agent du gouvernement
Posts : 178
Points : 200
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Au plein milieu d'une foule anonyme


Voir le profil de l'utilisateur

MessageMar 10 Mai - 20:32
Finalement, la jeune femme épuisée s'était endormie contre lui. Elle n'avait pas réagi sur la nouvelle qu'il venait de lui donner. Néanmoins en voyant son regard et sa façon d'agir comme un automate, il comprit que peut-être aurait dû-t-il la ménager ? Accélérant le visionnage au maximum et en boucle. Souriant, alors qu'elle était profondément endormie et qu'elle bavait presque sur ses jambes, il lui remit quelques mèches derrière son oreille. Lorsque l'inspectrice de police se réveilla, se laissant faire, sentant intérieurement son fidèle compagnon ronronner à ce baiser qu'elle lui offrait, à vrai dire cela faisait bien un siècle qu'il n'avait plus senti une femme amoureuse de manière sincère. A présent qu'Althéa avait repris du poil de la bête, elle semblait vouloir absolument se concentrer sur son affaire. Retrouvant son naturel timide, en étant distant et inexpressif. "Je croyais que tu t'attendais à ces questions ! Tiens, elle a employé le mot Wesens, tu crois qu'elle nous a démasqué..." En effet lui aussi avait remarqué cela. Inquiet que cela puisse être le cas, mal à l'aise, il se gratta légèrement le menton, donnant ainsi l'impression de réfléchir à une formulation clair pour répondre à ses questions, alors qu'en réalité il ne savait plus trop quoi faire. Néanmoins, la réflexion à haute voix de sa compagne lui fit remarquer qu'effectivement dans la salle il était de loin le seul à être immunisé contre ce poison naturel.

-J'ignorais totalement que vous étiez ici pour une affaire policière… Ce week-end semblait si important je ne voulais que rien ne vienne vous le gâcher…

"Pas d'état d'âme, moi je lui serais rentré dans le tas. Après tout si elle avait été sincère dès le début tout cela ne serait pas arrivé !" Agaçé par la faiblesse de l'être humain, mais cela revenait à la faire culpabiliser et Jack  ne souhaitait pas accentuer ce sentiment qu'elle semblait déjà au fond d'elle sentir. Pour la suite, il venait de choisir d'être le plus honnête possible sans pour autant lui révéler son secret, décidant de ne point relever qu’elle est utilisé le mot Wesens. Prenant son courage à deux mains, calme, posé, il allait répondre aux questions les plus délicates pour lui.

-Je ne l'ai pas deviné, j'ai simplement reconnu l'odeur dans l'un des parfums ! Il y aurait eu qu'un tiers des personnes présentes qui auraient survécu à ce poison. Le juge, sa femme et VOUS n'en faisiez pas partie…

Il était conscient qu’il venait à nouveau de lancer une révélation qui allait sûrement à nouveau rendre la jeune femme blanche comme un linge. Le Domnulsânge qu'il était sentait et captait toutes les émotions qui envahissaient Killborn. Ayant son code d’honneur du parfait gentleman, il ne pouvait pas fermer les yeux et la laisser dans cet état. "Je ne supporte plus mon excitation ! Tu vas voir comme je vais calmer tes ardeurs VILAINE !" Se rapprochant d’elle, se laissant envahir par le désir qu'elle lui démontrait malgré elle. A moitié allongé l'embrassant, il avait glissé une de ses mains sous ses vêtements, pour les soulever légèrement, pour déposer un léger baiser au niveau de sa blessure. Ainsi contre elle, posant son front contre le sien. Reprenant le contrôle afin de ne pas perdre d'avantage la tête face à ses émotions et sentiments purement bestiales. Plongeant son regard dans le sien.

-Pardonnez-nous notre incompétence… Vous avez été blessée alors qu'on s'est engagé à être votre chevalier servant. A partir de cet instant quoi qu'il puisse arriver, on sera là pour vous protéger… Après tout un gentleman digne de ce nom est prêt à se donner corps et âme, même jusqu'à sacrifier sa vie pour respecter sa parole, puisque ne pas tenir son contrat signifierait perdre son honneur.

Jamais depuis leur rencontre elle ne lui avait fait la remarque du vouvoiement. Pour le jeune homme seulement d'apparence et à ce moment précis cela était tout simplement un signe de respect et d'admiration. Comme si elle faisait partie de la noblesse et qu'il était honoré de sa présence alors que lui jouait qu'un simple et vulgaire palefrenier. Si Smith venait de parler de cette manière s'était pour accentuer sa position. Utiliser la troisième personne démontrait qu'il ne valait rien, qu'il n'était rien, juste un objet pour servir une cause et cette dernière s’appelait Althéa le temps d'un week-end. Prouver sa détermination de respecter son engagement envers elle, même si en réalité et au fond de lui, il était contrarié. Jack ne supportait pas le fait de n'avoir rien fait alors qu'elle était en danger. Du moins sa partie humaine car pour son fidèle compagnon ce qui venait de se passer, ce pardon, était qu'un signe de faiblesse, l'ayant blessé dans son orgueil et son amour propre, oui cela n'avait été rien de plus qu'une humiliation cuisante.


De cette couleur c'est le côté humain qui parle
De cette couleur c'est le côté vampire qui parle
De cette couleur Jack parle étranger

Revenir en haut Aller en bas
ృ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


ృ  Origine Wesen
Féminin
Célébrité : Katia Winter
Âge perso : 25
Profession : Inspecteur de police
Posts : 1294
Points : 1318
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageJeu 12 Mai - 11:29


Un hôtel sordide

Feat Jack







Althéa regardait Jack et se dit qu’il fallait peut-être lui en dire un peu plus, il semblait si désemparé et lui, il répondait à toutes ses questions sans rechigner. Mais elle désirait encore lui poser des questions et il valait peut-être mieux jouer franc-jeu. Lorsqu’il lui avait soulevé le jupon de la robe et qu’il avait glissé sa main jusqu’à découvrir sa cicatrice, elle eut un frisson de désir ; mais en parfait gentleman il lui avait simplement, délicatement, déposer un baiser sur sa plaie. Savait-il ce qu’il déclenchait ? Mais il se ressaisit et elle lui en voulut un peu, cependant il était plus sérieux qu’elle au final.

- Jack, je dois tout te dire maintenant ! J’ai été engagée ici, non pas parce que je suis de la haute, ça tu l’as compris, mais pour mes compétences d’enquêteur de police. De plus il fallait une femme qui présente bien. Ne souris pas, je fais des efforts.

Malgré lui Jack avait eu un petit sourire et Althéa se rapprocha de lui afin de déposer un baiser sur ses lèvres avant de reprendre plus sérieusement appuyée sur le torse de Jack afin de ne pas le regarder et ainsi ne pas succomber. Il s’était installé confortablement sur les oreillers posés dans son dos sur le lit.

- Quelqu’un est menacé de mort parmi les invités et je dois découvrir qui ! Je ne sais ni l’heure, ni le lieu ni la raison mais je sais qu'il y a eu déjà deux tentatives, que je me suis faite agressée par une femme et qu'elle s'est pris une balle dans le bras. Je sais qu'elle n'apparaît pas sur mes caméras donc je me demande par où elle est passée pour rejoindre la cuisine. Elle est musclée et ne s'arrête pas facilement. Nous allons devoir être extrêmement vigilant, je dis nous car je te demande de te joindre à moi pour cette enquête. Je ne suis pas un simple flic, je suis lieutenant et je n’ai pas eu mon grade avec une promotion canapé. J’ai un fichu caractère et d’ailleurs l’homme qui s’est moqué de nous dans la cuisine en a payé les frais. Autant tout te dire....je suis sortie avec lui quelques semaines, il m’avait draguée et j’ai fini par céder. Il me promettait monts et merveilles mais un jour j’ai découvert qu’il était marié et j’ai explosé, pas devant son épouse, mais en le traitant de tous les noms alors que nous n'étions que tous les deux. J’ai demandé à mon supérieur de ne plus travailler avec lui et j’ai expliqué le pourquoi ce qui lui a valu d’être rétrogradé. Comme tu vois je ne suis pas un ange.

Jack m’écoutait attentivement et cela me donna suffisamment d’énergie pour continuer.

- Je sais me battre, je suis douée en tir et je suis apte à savoir si quelqu’un fait partie de la « famille » des wesens car j’ai appris à les reconnaître à leur odeur. Je suis une wesen, une mauzhertz mais si cela t’ennuie je ne te forcerais pas à rester avec moi, même si.....

Non ça je ne pouvais pas, je ne devais pas lui avouer que je l’aimais même si un instant cela faillit sortir de ma bouche, je repris.

- Je sais que tu es un wesen à sang froid, pas exactement lequel et je m’en moque alors peut-être accepteras-tu mon secret ? Accepteras-tu de rester et bosser avec moi ?Parmi mes collègues très peu savent que je suis wesen et surtout pas celui qui était à la cuisine. Je ne veux même plus prononcer son nom. Bref, mon commissaire a estimé que j’étais la plus apte à endosser ce rôle ce week-end et j’avoue qu’être avec toi me rend les choses plus faciles. Mais je vais t’imposer de me TUTOYER, tu me mets mal à l’aise... ce n’est pas comme si tu en étais toujours à me faire des avances....de gentleman, je reconnais... mais nous avons couché ensemble, fait l’amour passionnément alors tu ne crois pas que c’est dépassé ?

Je relevais la tête afin de voir sa réaction et il me regardait sérieusement tout d’abord puis en souriant et je ne pus m’empêcher de l’embrasser à nouveau mais je devais encore le questionner.

- Pourquoi dis-tu « on » lorsque tu parles de toi ? Pourquoi le juge, Patty et moi n'étions pas immunisé du poison glissé dans la glace ? Quand à te rendre coupable de ma blessure...je ne vois vraiment pas comment tu aurais pu l’éviter. C’était plutôt à moi de faire attention. Oh Jack ! Nous n’avons pas regardé l’heure et nous allons être en retard au déjeuner et je pense que le Préfet n’apprécierait pas que l’une de ses employées ne soit pas au travail. Mais tu ne perds pas le droit de répondre à mes questions. Files te préparer, je vais voir ce que je trouve dans ce placard.

Alors que Jack enfiler son beau costume j’avais dévalisé le placard d’une demi-douzaine de robes. Mais l’heure approchait et je n’étais pas prête. Spontanément et sans réfléchir à mes paroles, je lui dis :

- Jack descend sans moi et dis que j’arrive, s’il te plait mon amour, je te promets de faire très vite !

Je n’allais pas lui demander de m‘attendre comme un vulgaire valet, il était sensé être mon fiancé et pouvait donc m’excuser auprès du Préfet... qu’il connaissait apparemment. ?! Il sortit avec un petit sourire aux lèvres et je lui envoyais un baiser de la main.

Bon quelle robe mettre ? La noire style princesse qui descendait jusqu’aux pieds, la prune qui était forme danseuse, la rouge moulante au décolleté profond, la semi-transparente, oh que le choix était difficile. La noire était superbe mais la rouge ferait sûrement craquer Jack...hum... ! Je finis par mettre la rouge, je l’enfilais par les pieds et la fis glisser jusqu’à mes hanches. Elle arrivait au dessus de mes genoux, était fendue jusqu’à mi-cuisses derrière et me mouler à damner le diable. Le dos était décolleté jusqu’au creux de mes reins et elle fermait par une fermeture éclair d’une vingtaine de centimètres ce qui moula mon ventre. Je glissais ma tête dans l’encolure qui passait derrière ma nuque, je mis mes seins en place dans les emplacements prévus pour eux qui étaient agencés de coques afin de les remonter et les mettre en valeur. Cette robe avait un décolleté plus que plongeant fendu jusqu’au dessus du nombril,. J’attachais la petite chaîne qui permettait que le décolleté reste bien en place puis je brossais mes cheveux et les coiffais d’un chignon flou dont quelques mèches retombées dans mon cou. J’enfilais mes escarpins rouges comme ça tout était accordé.

Enfin prête ! Lorsque je me regardais dans la glace, je me dis que Jack allait fondre. Mais je n’avais même pas pensé à la réaction des autres hommes. Je sortis et je commençais de descendre l’escalier, les conversations allaient bon train et je repérais Jack au fond de la salle avec le juge et son épouse ainsi que ses deux sales hexenbiest et je me dis que cette fois, elles allaient s’effacer pour me laisser la place auprès de celui que j’aimais. Mais arrivée à la moitié de l’escalier, les conversations cessèrent et je vis les hommes me regarder comme si j’étais une proie, leurs yeux brillaient et ils avaient tous l’air de chiens en mal d’amour. Je ne me déstabilisais pas et me dirigeais droit vers Jack et le Préfet. Jack ne disait rien et ne laissait rien paraître, j’en fus déçue et malgré tout je gardais le sourire. Les jumelles me détaillèrent de la tête aux pieds et je me sentais mal tout d’un coup. Je pris le bras de mon « fiancé », saluais le Juge et son épouse et nous nous dirigions vers la table qui nous avait été attribuée.

Le repas se passa fort bien et malgré mes regards à toutes les femmes de l’assemblée, je restais très concentrée sur les conversations qui avaient lieu à notre table. La fin du repas arrivée, la musique se mit à raisonner et mon cavalier malheureux de la veille vint m’inviter à danser. J’acceptais par politesse mais à peine sur la piste de danse je le mis en garde de ne pas avoir les mains baladeuses. Il me rétorqua qu’il tenait à se faire excuser de son comportement de la veille, qu’il s’était conduit comme un goujat et finalement, nous avons fini par en plaisanter. Il me raccompagna à la table et je fus surprise que Jack me propose une danse, ce à quoi je m’empressais de répondre oui.

Nous partions sur la piste sous les yeux de nombres d’admirateurs, il est vrai qu’il était tellement élégant ! Je ne manquais pas de lui rappeler de répondre à mes questions, à peine m’avait-il enlacée. Mais mes idées étaient ailleurs et chevauchaient en parallèle. D’une part j’avais envie de monter dans la chambre avec mon chevalier servant afin de finir de le charmer autrement, vu qu’apparemment la robe ne lui faisait aucun effet, et d’autre part j’avais envie d’approfondir mon enquête car je n’avais vu aucune femme avec un quelconque pansement au bras droit ni sur les vidéos, ni dans la salle. Il devait y avoir une autre sortie ! Un parking ou un jardin ? Je posais ma joue sur celle de Jack afin de lui murmurer dans l’oreille :

- Jack, sais-tu s’il y a une sortie sur un parking ou un jardin ? Et dis-toi bien que cela n’efface pas mes autres questions.












Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu n’es pas capable,
c’est à toi de choisir et de vivre ta vie
Laurent Gounelle


Dernière édition par Althéa Killborn le Lun 23 Mai - 20:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
➽ Origine Wesen
avatar


➽ Origine Wesen
Célébrité : Robert Pattinson
Âge perso : 0
Profession : Agent du gouvernement
Posts : 178
Points : 200
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Au plein milieu d'une foule anonyme


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 21 Mai - 15:39
Jack s'était repris, chassant son fidèle compagnon. Depuis qu'il était un vampire jamais il n'avait été à nouveau la proie de ses propres sentiments où plutôt de celle du monstre caché en lui. Souriant pour se donner contenance, se retenant de ne pas appuyer où prolonger le baiser qu'elle lui offrait. Non pas que l'envie lui manquait, mais il savait que trop bien ce qui se passerait s'il venait à perdre son sang-froid et le contrôle. Althéa deviendrait sa proie et il n'avait aucune envie de redevenir une bête sanguinaire. Oui cette relation, cette proximité, Smith jouait un jeu dangereux pourtant si excitant et si plaisant. A présent couché contre les cousins et son amante contre son torse, il éprouvait une sensation agréable de bien être et de plénitude. Mais dès qu'elle lui avoua être une  Mauzhertz, il fut ailleurs, à vrai dire il ne s'était pas attendu à une telle révélation, n'écoutant plus. A vrai dire cela ne perturbait absolument pas son côté humain, d'ailleurs il alla jusqu'à s'imaginer à  ce qu'elle pouvait être extrêmement mignonne en souris. Mais évidement le prédateur qu'il était avait un tout autre avis, sentant la colère et la haine l'envahir. "QUUUUUUUOOOOOOIIIII ???" Enrageant, pour son fidèle compagnon, sa fierté venait d'être réduite en bouillie, après tout il se considérait comme un élu, arrogant, humilié dans son amour propre sur le fait qu'un être d’exception comme lui ait pu s'attacher, éprouver des sentiments et un désir pour une simple souris de laboratoire ! Évidemment ce n'était pas la première fois que leurs avis divergeaient, mais pour la première fois il se sentait trahi, sentant une légère douleur au cœur. Pour la deuxième fois de sa vie, accepter la dure réalité de la vie fut aussi douloureux que d'être marqué au fer rouge. Tout au long de sa vie éternelle il avait beaucoup entendu de rumeurs sur les Mauzhertz, mais à présent il savait pourquoi il n'avait pas reconnu son odeur de Wesens, tout simplement parce qu'elle était la première qu'il côtoyait et qu'il voyait. Plongé dans ses pensées, pesant le pour et le contre, essayant de modérer la colère et la haine de son fidèle compagnon. A vrai dire s'il était aussi remonté c'est qu'il ne pouvait accepter le fait d'avoir éprouvé un réel plaisir lors de la nuit passionnée qu'il avait passé avec elle. Non, savoir qu'elle était la plus faible Wesens qui puisse exister l'avait blessé dans sa fierté de séducteur, de dominateur et de prédateur.

Soupirant intérieurement, être seul lui permettrait de faire son choix, sortant de la chambre. "Si elle met la robe rouge c'est qu'elle est effectivement amoureuse…" Au fond de lui il espérait que cela ne soit pas le cas. Sinon cela risquerait de compliquer la situation. La robe rouge était la seule provocante et sensuelle, de quoi impressionner n'importe quel homme. S'entretenant avec son fidèle compagnon, après tout elle avait déclaré qu'elle se moquait de savoir quel Wesen il était, mais pourtant il savait que si elle l’apprenait, il pourrait lire dans son regard ce qu'il lit à chaque fois, la peur, l’intimidation et l’angoisse. Heureusement qu'il y avait cette affaire, cela lui permettait de penser à autre chose. Gardant son style de bon gentleman, excusant Killborn, profitant pour faire le tour des invités, bavarder, bref jouer son rôle comme il se doit, avant de rejoindre son ami. Althéa fit son apparition, avec sur elle la robe rouge, décidément la nature humaine ne changera jamais, néanmoins il dû admettre que cela lui allait à ravir, elle était magnifique. Mais étant à nouveau en public, naturellement il reprit sa froideur, ses distances et surtout son insensibilité.

Le repas fut convivial, mais il remarqua que sa compagne d'infortune était distraite, pire elle osait dévisager toutes les femmes dans l'assistance. "Pfff, pitoyable et dire qu'elle n'a toujours rien remarqué ! En même temps je me disais une Mauzhertz ne pouvait pas être un vrai flic, de plus lieutenant, sauf pour les agents de stationnement !" Rancunier, il ne se gêna pas pour la critiquer. Pourtant lorsqu'elle accepta une danse au goujat de la veille, il rongea son os, plissant les yeux, fronçant les sourcils, contractant sa mâchoire. "Je ne comprends absolument pas, il faut être fou pour accepter une danse à la personne qui a essayé d’atteindre à sa vie !" Pour la troisième fois elle lui glissa entre les doigts, la fois de trop. Surtout qu'il n'était pas rassuré, en effet cet homme, il l'avait déjà repéré et ne l'avait pas quitté des yeux. Il se devait d'affirmer son territoire, sa propriété et surtout faire comprendre à Althéa de ne pas prendre à la légère cette mission. Du coup sans hésitation il l'invita à danser, joue contre joue, Jack sourit et prit la parole.

-Primo sache que je suis un homme extrêmement pudique en société… Secondo il y a effectivement une sortie vers un parking souterrain… Tertio sache ouvrir les yeux car l'agresseur de ce matin n'est d'autre que CET homme !

Lui faire comprendre que ce n'était parce qu'il ne réagissait pas, qu'il ne ressentait rien. Ce n'était que parce que sa nature l'obligeait à être insensible qu'Althéa ne le bouleversait pas, pour la première fois il était fier de l'avoir à son bras et à ses côtés, elle était belle et avait un sacré caractère tout se dont il aimait chez une femme. Ensuite répondre à sa dernière question, en effet il y avait un sous-sol technique propre aux besoins de l'hôtel, comprenant un parking pour les salariés, une garnison pour les produits et un petit jardin privatif pour les propriétaires, d'ailleurs si elle le souhaitait il lui montrerait ces endroits. Pour finir il ne put s'empêcher de démontrer son inquiétude, certes cela sonnait comme un reproche, une mise en garde, elle devait se méfier de tout. Quand il pense qu'elle n'avait pas remarqué que cet homme était un Huntha Lami Muuaji, un Wesen pouvant changer d'apparence physique et même de sexe et comme par hasard, il était blessé au bras.

A présent il n'y avait plus qu'à voir sa réaction, mais sans pour autant que cela attire l'attention sur eux. Après tout même s'il connaissait l'identité de leur homme, Jack pressentait que ce ne serait pas aussi facile, il avait l'amer impression que cet homme n'agissait pas seul. Tout d’abord il fallait à présent découvrir des preuves et surtout son objectif. Intérieurement il se promit de ne plus quitter la jeune femme après tout c'était déjà la seconde fois que cet inconnu était à sa proximité. Mieux vaut prévenir que guérir. Le temps passa, les animations occupant le reste des invités. L’occasion rêvée pour disparaître et continuer leur enquête sans se faire remarquer afin de ne pas pas déclencher la panique dans l'hôtel. A peine seuls qu'elle allait encore le questionner, las, il la devança en répondant d’abord à ses précédentes questions..

-Utiliser la troisième personne du singulier et juste une façon de parler, cela permet d'accentuer les propos et surtout pour démontrer qu'à mes yeux que la personne qui compte vraiment c'est TOI. Quand au poison le juge et sa femme n'étaient pas vaccinés car si cela avait été le cas leur peau aurait une couleur plus terne… Quand aux Wesens de type rongeur, vous avez un puissant système immunitaire qui neutralise n'importe quel vaccin, néanmoins vous n'avez pas les bons anti-corps contre cette toxine.


De cette couleur c'est le côté humain qui parle
De cette couleur c'est le côté vampire qui parle
De cette couleur Jack parle étranger

Revenir en haut Aller en bas
ృ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


ృ  Origine Wesen
Féminin
Célébrité : Katia Winter
Âge perso : 25
Profession : Inspecteur de police
Posts : 1294
Points : 1318
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageLun 23 Mai - 20:43


Un hôtel sordide

Feat Jack







Jack m’avoua être extrêmement pudique en société, était-ce pour cela qu’il ne me faisait aucun compliment, qu’il ne m’embrassait même pas sur la joue ? Je ne comprenais pas, si nous étions réellement fiancés, il devrait montrer aux gens qu’il est amoureux de sa fiancée, mais lui non, RIEN, et tout ça parce qu’il serait pudique ?

Il m’annonça qu’il y avait effectivement une autre sortie et qu’il existait un parking souterrain et un petit jardin. Il me mit en garde contre mon cavalier en m’annonçant qu’il était mon agresseur, je me demande bien comment ? J’avais vu une femme, je ne suis pas folle quand même ! Jack devait plutôt faire comme une crise de jalousie, ce qui me plaisait bien d’ailleurs et puis qu’est-ce que je risquais : en plein jour, il y avait des policiers partout et la nuit j’étais dans ses bras.

Il me proposa de m’emmener visiter les à côté de l’hôtel et ce fut avec plaisir que j’acceptais. Nous attendions que chacun soit très occupé par les diverses animations et nous nous éclipsions.

Sur le trajet il ne cessait de me mettre en garde, de me dire de me méfier de tout. Je lui souris, je savais tout cela, je ne tombais pas de la dernière pluie, mais qu’il soit inquiet pour moi me flattais, après tout je lui plaisais peut-être ? Puis d’un seul coup comme s’il le pressentait, il se mit à répondre à mes questions. Il m’expliqua enfin pourquoi le juge, Patty et moi n’aurions pas résistés au poison mais je ne pus m’empêcher de poser d’autre questions.

- Comment connaissais-tu cette toxine et comment l’as-tu repérée ? As-tu un odorat surdéveloppé ou un truc de ce genre ? Pourquoi me dis-tu que mon agresseur est l’homme qui m’a invitée à danser alors que je t’ai dit que j’avais été attaquée par une femme ? Est-ce un wesen spécial ? Je ne suis pas encore au point sur toutes les formes que peuvent avoir les wesens et si j’en reconnais certains c’est grâce à Tancred, un de mes amis.

Je me rapprochais de lui et le regardais au fond des yeux afin d’essayer de comprendre car l’homme avec qui je dansais n’était pas efféminé pourtant.

- Mon cavalier portait une veste, comment peux-tu savoir s’il est blessé ou non ? Tu n’as pourtant pas l’air d’avoir un don de double vue, je ne vois pas cela dans tes yeux.

Je plissais le front et l’observais en le fixant bien, cherchant ce qu’il n’avait pas en commun avec tout le monde mais je ne décelais rien mis à part l’odeur de son after-shave et l'envie de me blottir dans ses bras, mais nous étions dans un lieu où quelqu'un pouvait arriver à tout moment et je n'en fis rien. J'observais autour de nous et je repérais deux caméras, qu'allait-il en être du jardin privatif ?

- Je suis curieuse, je le sais, mais peut-être que toi aussi tu pourrais m'apprendre plein de choses. Ensemble nous allons progresser mais tu ne dois pas accuser sans preuve, je veux dire des preuves concrètes que l'on peut présenter devant un tribunal.










Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu n’es pas capable,
c’est à toi de choisir et de vivre ta vie
Laurent Gounelle


Dernière édition par Althéa Killborn le Dim 29 Mai - 15:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
➽ Origine Wesen
avatar


➽ Origine Wesen
Célébrité : Robert Pattinson
Âge perso : 0
Profession : Agent du gouvernement
Posts : 178
Points : 200
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Au plein milieu d'une foule anonyme


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSam 28 Mai - 21:22
Tout en lui servant de guide dans l’hôtel et les endroits interdits ou privatifs, il ne put s'empêcher de continuer à la prévenir, une sorte de réprimande pourtant il avait l'impression de cette insistance semblait la flatter voir même la faire rougir. "Décidément je ne comprendrais jamais la réaction d'une femme amoureuse !" Soupirant intérieurement trouvant certaines de ses questions sans aucune importance puisque pour lui cela été évident. De plus elle ne semblait pas outre mesure s'inquiéter qu'il connaisse aussi bien les lieux. Réfléchissant, il ne pouvait pas dire n'importe quoi et il allait devoir répondre sans pour autant se dévoiler. Se rendait-elle au moins compte qu'à chaque fois elle le submergé de question tel un interrogatoire ? Exigeant évidement une réponse digne de ce nom au risque de se faire punir ! D'un autre côté, elle avait la fougue de la jeunesse, après tout elle devait avoir à peine 25 ans, l'âge où tout avait basculé pour lui, où sa vie telle qu'il la connaissait a disparue. C'est vrai que comparer à ses 500 années de vie, son expérience et ses connaissances ont atteints leur apogée, malgré son physique de jeune premier tout droit sorti de médecine. Oui Althéa avait raison de dire qu'il pouvait en effet beaucoup lui apprendre, néanmoins que pourrait-elle bien lui transmettre ? Mis à part peut-être l'amour et un point de repère pour garder son soupçon d'humanité.

-Je suis prêt à t'apprendre tout ce que tu désir...

Une fraction de seconde plus tard, il était là allongé contre elle et leurs lèvres se frôlaient légèrement. Sentant cette odeur du sang qu'il connaissait par cœur, comprenant que ce placage brutal venait de rouvrir la blessure de sa compagne, s'excusant du regard, mais au moins elle n'avait pas été blessée lors cette attaque. Peut-être venait-elle de réaliser que pour la seconde fois il lui sauvait la vie. En effet Smith avait entendu plusieurs coups de feu et sentit l'odeur à canon, ses sens en éveil, il n'avait pas hésité un instant à se mettre devant elle, pour ensuite se projeter derrière une haie du jardin. Avec sa force et sa rapidité, cela ne lui avait posé aucun souci, malgré tout Smith n'était pas sorti indemne. "Ce moins que rien a utilisé des balles à fragmentation ! Attends que je t'attrape, je vais te faire regretter ton geste et t'étriper vivant." Contractant sa mâchoire essayant désespérément de calmer son fidèle compagnon, ce n'était vraiment pas le bon moment de perdre le contrôle. Se relevant péniblement s'enlevant l'une des balles qui était restée entière la donnant à la jeune femme.

- Ce genre de preuve te suffit ?

Pendant tout ce temps le téléphone de Killborn était surbooké et ne cessait de vibrer. Cette fois-ci il confirma ses inquiétudes et ses impressions que cet homme n'était que la surface visible d'un iceberg. En effet il y eut d'autres attaques un peu partout dans l'hôtel et certaines personnes n'avaient pas eu autant de chance qu'eux, surtout au niveau de la piscine, puisque deux couples avaient perdu la vie et un était dans un état grave. L'important à présent était de canaliser tous ces événements afin qu'aucune panique se déclare chez les autres invités. Finalement les réponses à ses questions devront attendre.


De cette couleur c'est le côté humain qui parle
De cette couleur c'est le côté vampire qui parle
De cette couleur Jack parle étranger

Revenir en haut Aller en bas
ృ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


ృ  Origine Wesen
Féminin
Célébrité : Katia Winter
Âge perso : 25
Profession : Inspecteur de police
Posts : 1294
Points : 1318
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageDim 29 Mai - 16:33


Un hôtel sordide

Feat Jack








Jack me conduisit jusqu’au jardin privatif et alors qu’il m’annonçait être prêt à m’apprendre ce que je désirais, nous nous retrouvions allongés au sol derrière une haie, nos lèvres se frôlant, sans avoir le temps qu’elles se rencontrent tellement la douleur de ma blessure qui se rouvrait me rappelait à l’ordre. Mais que s’était-il passé ? Jack se releva en faisant une grimace puis se contorsionna pour me donner...une balle ?! Et il ajouta qu’il me la donnait comme preuve !

Nous entendions d’autres attaques au niveau de l’hôtel et sans me préoccuper de ma blessure qui commençait de saigner je me précipitais vers l’intérieur après avoir posé mes escarpins. En passant par la piscine, des corps gisaient au sol, et après, les avoir rapidement examiner Jack en concluent que quatre d’entre elles étaient décédées. Nous mettions à l’abri deux personnes survivantes mais dans un état grave et je laissais Jack appeler les secours. Mon téléphone ne cessait de vibrer mais j’avais autre chose à faire que de répondre, il fallait que je vois ce qui se passait à l’intérieur et surtout savoir où était le Préfet. Je pris mes escarpins en guise d'arme vu la tenue que je portais je n'avais pu prendre mon flingue mais des talons pointus feraient l'affaire.

Une fois dans la salle, un de mes collègues me demanda ce qu’il se passait car il avait entendu des fusillades.

- J’allais te poser la même question, nous nous sommes fait tirés dessus et il y a quatre morts près de la piscine ainsi qu’un couple dans un état grave. Jack est auprès d’eux. Appelle des renforts et demande plusieurs ambulances, je ne pense pas que ce soit fini. Combien êtes-vous ici, est-ce qu’il y a des blessés ?

Il me répondit qu’ils étaient six et qu’il n’y avait aucune victime. Je lui dis de sécuriser les lieux. Je ne m’occupais pas de ce que faisait Jack et je cherchais le Préfet des yeux. Je le découvris enfin derrière l’un des canapés du salon, je m’approchais lui demandant si tout allait bien et s’il avait vu quelque chose.

- Nous avons entendu des coups de feu mais rien vu, ça va mais vous apparemment vous avez des soucis, votre robe a un rouge pas vraiment normal au niveau de votre bas ventre. Vous êtes blessée ?

- Ne vous inquiétez pas pour moi, ce n’est qu’une égratignure. Avez-vous remarqué quelque chose de suspect ? Savez-vous où se trouve mon cavalier malchanceux d’hier soir ? J’ignore son nom mais je le soupçonne de ne pas être innocent. Ne dites rien de cela si vous le voyez pour votre sécurité.

Je cherchais en vain mon inconnu, mais pourquoi j’avais suivi Jack !? Si je n’avais pas insisté et si j’étais restée dans la salle, les choses se seraient sûrement déroulées autrement. Je répondais enfin à l’un de mes nombreux appels, c’était le commissaire.

- Je suis désolée de ne pas vous avoir contacté, nous avons été victimes de plusieurs attaques et nous déplorons déjà quatre morts et deux blessés graves.

- C’était un attentat ?


- Je n’irai pas jusque là mais j’avoue que nous avons affaire à des experts, je dis bien « des » car l’homme que je soupçonnais n’est pas seul. Je n’ai pas encore cerné qui étaient ses complices mais je pense qu’ils sont trois ou quatre. Savez-vous qui vous a téléphoné afin de vous prévenir qu’il y aurait un meurtre sur ce long week-end ?

- J’ai fait retracer l’appel mais hélas c’est un téléphone prépayé.


- Je vous laisse j’ai à faire, je vous tiens informé, j’ai l’un de mes suspects en vue.

Je venais de voir mon danseur et je me précipitais vers lui sans me préoccuper de ce que concluait mon commissaire. Je regardais si Jack n’était pas dans les parages, il l’aurait étranglé et aurait ruiné mes plans.

- Comment allez-vous ? Vous êtes blessé ? Puis-je vous aider ?
Je pris un air inquiet afin de ne pas éveiller les soupçons

- Ça va, ne vous inquiétez pas. Au fait, je me nomme Nicolas, Nicolas Friedman. Mais vous Madame Smith, vous êtes blessée, vous devriez voir un médecin, vous avez perdu beaucoup de sang. Attendez je vais appeler quelqu’un.

Jack arriva sur ces entre faits mais je fis celle qui avait besoin d’aide et il vint vers moi, je fronçais les sourcils lui faisant comprendre qu’il ne devait pas l’accuser car c’était ma seule piste et je ne voulais pas prendre le risque que M. Friedman fuit. Le week-end n’était pas terminé et il y avait assez à faire. Jack m’emmena à l’écart. Je l'agressais verbalement afin d'extérioriser ma colère.

- Je sais qu’au fond de toi, tu bouillonnes mais si tu l’agresses ou pire, je n’aurai plus de fil conducteur alors je te demande de lui laisser la vie sauve ! C’est toi qui m’a dit qu’il était notre coupable mais il n’est pas seul alors laisses-moi chercher ! De plus, tu pourrais aussi être l’un de mes suspects ? Comment se fait-il que tu connaisses aussi bien cet hôtel ?! As-tu fait des repérages avant de créer une telle pagaille afin de me fournir une soi-disant preuve ?!!!!Et pour ton information, je viens de poser un micro sur NOTRE suspect !

Je n’avais rien pu empêcher, je me sentais coupable et il me fallait un bouc émissaire, Jack était là au mauvais moment !!! J’étais prévenue que quelque chose allait arriver et je n’avais rien fait pour savoir ce qui se tramait !!! J’étais amoureuse et comme chacun sait si bien le dire « l’amour rend aveugle », quelle piètre lieutenant de police je faisais ! Je compris cependant que c’était une bande organisée et que ces attaques n’étaient qu’un avertissement, et je savais pertinemment que Jack n’avait rien à voir là dedans. Cela faisait deux fois qu’il me sauvait la vie et je le remerciais en l’accusant. Mais il fallait que je cherche à me rapprocher de Nicolas Friedman afin de le brosser dans le sens du poil. Il m’avait appelée Mme Smith, il me croyait donc mariée à Jack ? Il était resté cependant très galant et je ne le voyais pas accomplir cela seul et de sang froid. Mon cerveau carburait afin d’essayer de comprendre mais ma blessure saignait de plus en plus et je me sentais partir, je n’écoutais plus ce que disait Jack.... deux secondes plus tard j’étais au sol.









Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu n’es pas capable,
c’est à toi de choisir et de vivre ta vie
Laurent Gounelle


Dernière édition par Althéa Killborn le Jeu 16 Juin - 22:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
➽ Origine Wesen
avatar


➽ Origine Wesen
Célébrité : Robert Pattinson
Âge perso : 0
Profession : Agent du gouvernement
Posts : 178
Points : 200
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Au plein milieu d'une foule anonyme


Voir le profil de l'utilisateur

MessageMar 14 Juin - 23:11
Enfin les choses sérieuses commençaient. Althéa conduit par sa passion qu'elle avait pour son métier, se préoccupait d'avantage des autres que de sa propre personne, comprenant qu'il avait fait une erreur de jugement. "Je me rencontre qu'on se ressemble beaucoup…" Certes Smith n'aurait en aucun cas réagit ainsi, mais il n'était le genre de personne à se protéger. D'un autre côté que pouvait-il bien lui arrivé ? Se faire tirer dessus ? Être empoisonné ? Prisonnier et brûlé vif ? De tous ces événements qu'il avait vécus ces derniers jours, il en gardait que quelques cicatrices. D'ailleurs ses blessures dues à la fusillade étaient pratiquement guéries. Le plus dur pour lui était d'aller de l'avant, car ce n'était parce sa nature de Wesen avait le pouvoir se régénérer que Jack était insensible à la douleur.  Dépassé par les événements il pouvait comprendre la colère et l'agression verbale de sa compagne d'infortune. Néanmoins, la jeune femme n'avait aucun intérêt à aller plus loin, sinon il ne pourrait pas se retenir et effectivement devenir un tueur sanguinaire ! Tendu, sur le point de rompre, heureusement que son côté Domnulsânge lui permettait de garder un aspect neutre, sans émotion. Néanmoins au fond de lui, comme elle l'avait remarqué il bouillonnait et l'odeur du sang  n’arrangeait pas la situation.

-Bonjour rayon soleil

Althéa se réveilla en compagnie de son ex Eric Griottier qui n’avait pas hésité pour prendre les choses en main et en profiter pour tourner la situation à son avantage. Mettant en état d’arrestation Smith, le menottant sur une chaise tout en lui passant un interrogatoire musclé. Jack quant à lui rongeait son os, se contrôlant, mais il sentait sa colère, sa haine et son désir de tuer prendre possession de lui. Il ne manquait plus qu’une goutte d’eau pour faire déborder le vase. "Ne tombe pas dans son piège, il n’attend qu’une chose c’est qu’on fasse un faux pas pour nous accuser !" Réfléchissant, avec un peu de recul, il trouva étrange ce soi-disant collègue. Après tout ce dernier avait sûrement aidé à la mise en place du système de surveillance, donc il connaissait les lieux et les endroits sous surveillance. Étant dans la police, s’il avait de la connaissance au niveau de la drogue, cet homme pouvait sans problème manipuler et se fournir en Ricin. De plus comme par hasard il était présent lorsque la jeune femme avait été agressée en sauvant la vie du préfet et de sa femme. Évidemment il ne pouvait que réapparaître à nouveau après l’incident qui venait de subvenir. "Ce n’est qu’une supposition, mais mon instinct me dit que cet homme est le cerveau de cette opération." A force de réfléchir et de prendre du recul sur tous les événements, Jack comprit rapidement que Griottier avait pour objectif de tuer le préfet, sinon pourquoi faire en sorte d'éloigner Althéa, de l'occuper, si ce n'est que pour faire diversion et l'éloigner de la vérité. "Tss, je suis sûr qu'il a toujours des sentiment pour elle ! Malheureusement il risque de tomber de haut !" Plongé dans ses pensées, réfléchissant à un moyen de prendre le coupable à son propre jeu. Évidemment ce ne sera pas une tâche facile, se doutant qu'il avait tout prévu dans son plan, d'ailleurs Smith ne serait pas surpris si à ce moment même, Eric  était en train de gagner sa collègue lieutenant à sa cause en lui montrant des preuves qui l'accusait. "Si seulement j'arrivais à savoir ce qui le lie à ce Huntha Lami Muuaji..." Échafaudant son propre plan qui avait pour but de le tuer ainsi que tous ses complices, de manière à ce que cela passe pour de l'auto défense. Mais pour le moment tout ce qu'il pouvait faire été d'attendre tranquillement la suite des événements.


De cette couleur c'est le côté humain qui parle
De cette couleur c'est le côté vampire qui parle
De cette couleur Jack parle étranger

Revenir en haut Aller en bas
ృ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


ృ  Origine Wesen
Féminin
Célébrité : Katia Winter
Âge perso : 25
Profession : Inspecteur de police
Posts : 1294
Points : 1318
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageVen 17 Juin - 15:14


Un hôtel sordide

Feat Jack








« Rayon de soleil » ? Jack ne m’appellerait pas ainsi, j’ouvrais les yeux et vis face à moi Éric Griottier, ce goujat que j’avais envoyé promener. Pour qui se prenait-il ? Je n'avais pas fait l'amour avec lui ? Mais où est-ce que nous nous trouvions ? Une fois complètement réveillée, je me rendis compte que j’étais à l’hôpital et ne dis pas un mot à mon interlocuteur, en fait je faisais surface et remettais mes idées dans le bon sens. Le médecin arriva et je lui demandais s’il pouvait m’expliquer mais avant je m’adressais à mon ex.

- Peux-tu sortir, c’est de ma santé qu’il s’agit et tu n’es pas concerné !


Il essaya de faire l’amoureux qui s’intéressait à moi mais j’insistais pour qu’il sorte et le médecin le lui demanda de manière courtoise. Une fois sorti, le médecin m’expliqua que j’avais fait une infection et perdu beaucoup de sang. J’avais été mise sous perfusion durant toute la nuit et je récupérais bien. Je demandais à sortir mais il refusa prétextant que je devais rester en observation.

- Donnez-moi une décharge, je vous la signe et on en parle plus ! Je suis flic et j'ai une affaire sur les bras ! Je n’ai pas envie de discuter plus, alors s’il vous plaît docteur...Et surtout ne faites pas entrer l’homme qui était là, merci !

Je me mis debout, je n’étais pas très solide mais je réussis à m’habiller, je fis appeler un taxi pour me rendre à l’hôtel. Une fois dans le hall, Éric essaya de me retenir.

- Mais tu n’as rien compris ? Il n’y aura jamais rien entre toi et moi, retournes voir ta femme et oublies moi ! Et surtout ne t’avises pas de me mettre des bâtons dans les roues ! Pousses-toi !

Je le repoussais violemment, abasourdi par ma réaction, il n’insista pas et je pus monter dans mon taxi. Arrivée à l’hôtel je montais dans la chambre et fus surprise de ne pas trouver Jack. J’appelais mon chef afin de savoir l’évolution des attaques de la veille. Il me dit qu’il avait arrêté mon compagnon car des preuves pesaient sur lui.

- C’est impossible, ce n’est pas lui ! Nous étions ensemble lorsque cela a commencé et il m’a protégée. Des caméras peuvent le prouver et je pense que seul le directeur de l’hôtel connaît leur présence. Appelez-le et rejoignez moi à la chambre d’hôtel en compagnie de Jack, je compte finir ma mission. J’ai de gros soupçons.

J'avais confiance en mon chef et je savais qu'il ferait l'impossible et libérerait Jack. En attendant qu’ils arrivent je décidais d’écouter mes enregistrements et de revoir quelques scènes enregistrées la veille lors de la fusillade. Une heure plus tard lorsqu’ils arrivèrent enfin, ils me trouvèrent en larmes et mon patron s’inquiéta de mon état en me demandant si ma blessure me faisait souffrir. Je répondais entre mes sanglots.

- La victime...la victime c’est moi ! La personne que vous avez envoyé protéger...c’est moi !


Je respirais un grand coup, me mouchais dans le mouchoir que Jack me tendait et je repris un peu plus calmement :

- Vous m’avez envoyé ici afin d’empêcher le meurtre de quelqu’un et j’ai fait du mieux que je pouvais malgré les décès d’hier. Je pensais que la cible de notre tueur c’était le juge mais ce n’est pas lui, c’est moi...écoutez ce que j’ai enregistré

« Tu es un tireur minable et un assassin de bas étage! la petite fliquette est encore en vie! franchement je regrette de ne plus pouvoir traiter avec Edward Stokes! lui au moins n’hésitait pas à éliminer ceux qui nous gênaient !»

A ce nom, mon chef blêmit et me demanda si je serais capable de continuer à enquêter pour trouver l’auteur de ce méli-mélo. Je lui répondais par l’affirmative avant de lui montrer un bout de film et lui faire écouter la suite.  Sur la vidéo nous pouvions voir Nicolas Friedman en compagnie d’une femme d’âge mûr, je pensais qu’elle était sa mère mais j’avais soudain des doutes. Lorsque je mis l’enregistrement suivant, mon chef fut surpris. Jack écoutait sans comprendre.

« Je suis peut-être un tireur minable mais elle a bien tué ton cher protégé soi-disant si doué. Je t’ai bien aidé sur ce coup car si tu n’avais pas eu les numéros de chambre, personne n’aurait rien pu faire alors évites tes remarques, elle n’était pas seule et ce n’est pas évident dans un si petit angle. »

- Je suppose que vous avez reconnu la voix d’Éric ? Il était à l’hôpital lorsque je me suis réveillée mais il y avait sans cesse du personnel hospitalier près de moi, je suppose qu’il n’a pu faire sa sale besogne. Je pense que je dois tout expliquer à Jack et je vous demanderais de nous laisser si cela ne vous ennuie pas.

Mon chef approuva et me promis une garde rapprochée de toute confiance et que je ne remarquerais même pas. En partant il fit un petit signe à Jack que ce dernier approuva, sûrement une façon de lui dire au revoir. A peine eut-il passé la porte que je me mis face à Jack sans oser le regarder dans un premier temps.

- Je te demande pardon...Je relevais la tête et cette fois le regarder bien en face.... Je te demande pardon pour tout ce que j’ai dit...une larme roulait sur ma joue....j'étais en colère après moi-même et je ne pensais pas un seul mot des accusations que je t’ai portées....

Son regard m’hypnotisait et je déposais un léger baiser sur ses lèvres et voyant qu’il ne me repoussait pas je lui en donnais carrément un qui ne laissait aucun doute sur mes envies. Cependant je me ressaisis ;

- Jack, je ne peux me permettre de t’impliquer plus loin dans cette enquête, cela va se révéler dangereux et je ne veux pas te perdre...Je le regardais très sérieusement et soucieuse.....il y a deux mois, j’étais sur une enquête avec un de mes partenaires. Nous traquions un dangereux psychopathe...il avait déjà réussi à faire un impressionnant nombre de victime lorsqu’il s’est attaqué à moi...c’est ainsi que j’ai gagné ma première cicatrice, celle de l’épaule....J’ai réussi à me sauver et mes amis m’ont emmené à l’hôpital. Peu de temps après nous avons décidé de lui tendre un piège...mais c’est lui qui nous a eu...je soupirais...il m’a assommée et s’est rendu chez mon coéquipier qui n’était autre que le psy qui l’avait fait enfermer...Lorsque j’ai repris mes esprits, j’ai eu peur et j’ai cru que c’était trop tard, qu’il l’avait déjà tué...par chance, ce fou avait un rituel et il ne l’avait pas terminé...Lorsque je suis entrée dans la chambre, il a cependant planté le scalpel près du cœur de mon ami...et...je soupirais à nouveau...j’ai tiré en le visant en pleine tête pour être sûre qu’il ne ferait plus jamais de mal...je soupirais encore...je n’ai pas tout dit aux affaires internes, je leur ai juste dit que je n’avais pas pris le temps de faire des sommations.

Je regardais Jack qui semblait surpris mais qui m’écoutait attentivement.

- A l’époque, je l’ai très mal vécu et je suis toujours une psychanalyse car je ne dors que très peu...mis à part dans tes bras car je me sens en sécurité
...je repris mon souffle... j’avais compris qu’on nous avait trahi mais je ne savais pas qui ni surtout pourquoi. Je viens à peine de reprendre du service car je faisais encore beaucoup de cauchemars et je ne pensais pas que je serais la cible de la même bande manipulatrice. Cette fois, il faut que je trouve le moyen de tous les faire tomber mais sans faire remarquer que je sais tout. Mais...Jack....je ne veux pas risquer ta vie, ce n’est pas ton fardeau....et tu m’as déjà sauvé deux fois. La première fois avec la glace, tu as sauvé aussi tous les humains car il s’agissait d’un poison issu du ricin, une petite plante inoffensive selon comment on l’emploie et le médecin a dit que j’avais fait une réaction parce que j’avais des traces de ricine dans le sang. Éric a fait chimie à l’université, je le soupçonne d’avoir tenté cet empoisonnement, il devait y en avoir sur le couteau et sans ton intervention et les soins que tu m’as prodigués, je serais morte. Je te dois beaucoup trop pour te laisser embarquer là-dedans. Et surtout...je t’aime...

Je dis mes derniers mots en chuchotant car j’avais peur de le brusquer. Je relevais les yeux vers lui, avait-il compris la gravité de cette enquête ? Il devait partir pour son bien sans se préoccuper de moi. Il n’était qu’un promeneur d’un soir qui avait eu la malencontreuse idée de vouloir rendre service à une employée paumée qui avait peur pour sa place. Et il se retrouvait au cœur d’une équipe de manipulateurs-assassins.





Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu n’es pas capable,
c’est à toi de choisir et de vivre ta vie
Laurent Gounelle


Dernière édition par Althéa Killborn le Mar 12 Juil - 21:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
➽ Origine Wesen
avatar


➽ Origine Wesen
Célébrité : Robert Pattinson
Âge perso : 0
Profession : Agent du gouvernement
Posts : 178
Points : 200
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Au plein milieu d'une foule anonyme


Voir le profil de l'utilisateur

MessageDim 10 Juil - 20:24
Smith fut sortie et enfin à nouveau libre, rongeant son frein. Riant intérieurement à la déconfiture des policiers dû à leur erreur. Il n'avait plus qu'une seul envie passé à l'action car pour lui la engeance est un plat qui ce mange chaud et même limite brûlant ! Malheureusement Jack allait devoir changé ses plans, puisque lorsqu'il pénétra dans sa suite en compagnie du Commissaire en charge de cette affaire, ce fut une Althéa complètement bouleversé qu'ils retrouvèrent. Contractant violemment ses poings et sa mâchoire à s'en faire blanchir et cassé les os. Une lueur de colère, de démence venait de l'envahir à cette situation. "Elle est ma proie et il n'y a que moi qui est le droit de la faire souffrir ! ELLE M'APPARTIENT !" Sous entendu que dès qu'il ferait face à Eric se dernier allait passé un très mauvais quart d'heure qui ce terminera sur sa mort douloureuse au point de le marque jusqu'à son âme.

Ainsi dans ses pensées, essayant de se contrôler, Smith ne suivie pas franchement ce qui ce passait autour de lui. Tous cela n'était que secondaire et sans aucune importance. Malgré tout Jack essaya de retenir quelques briefes d'informations qui pouvaient être utile en temps voulu. Finalement et assez rapidement il se retrouva à nouveau seul et face la sa compagne d'infortune. Il aurait tellement voulu juste l'embrassée, la prendre par la taille, pour ensuite passé un moment torride sous la couette. Mais Killborn avait besoin de s'exprimer et de ce confier. "Pauvre, mais pauvre  p e t i t e  s o u r i s  de laboratoire !"  Si cela pouvait l'aider à garder son sang-froid et lui permettre de regagner sa sérénité, il était prêt à faire un effort d'attention. La laissant parler, ne réagissant que très peu, se montrant comme à son habitude inexpressif. Pourtant certaine de ces paroles le blessa ouvertement. "Non, mais je rêve comment ose t-elle insinuer que je suis un lâche ? Pour qui elle me prends !" Rien qui puisse arranger son humeur meurtrière et ces baisers n'allait pas améliorer la situation. Le Domnulsânge qu'il était était tendu, tel un fil de nylon prêt à rompre et si jamais cela devait arriver, il serait complètement incontrôlable. Redevenant le montre enrager qu'il était réellement au fond de lui. Surtout qu'en plus ayant était enfermé, Smith n'avait pas eu sa quantité de sang. Soupirant intérieurement à ces derniers mots, elle avait prit son courage à deux mains pour lui avoué ces sentiments.

Par tant de détresse et de tristesse de la part de la jeune femme, son côté humain en fut touché. Faisant le dernier pas qui les séparer, se collant à elle. Il glissa son bras droit au niveau du cou d'Althéa  et son bras gauche, sans hésitation il le glissa sous sa chemise au niveau de son bassin là où quelques temps plutôt elle avait été blessée. inclinant sa tête légèrement, restant toujours silencieux, pour posé délicatement ses lèvres au niveau de son menton, remontent délicatement sur le côté gauche, jusqu'à son œil pour ensuite lécher très précautionneusement ces dernières larmes. La sentant défaillir, il la retenu pour ensuite renouvelé l'exercice du côté droit. Se détachant doucement, plongeant son regard dans le sien.

-C'est vraiment très mal me connaître que de penser que je suis le genre d'homme a baisser les bras à la première difficulté ! Combien de fois devrais-je donc te le dire pour qu'enfin tu comprennes ?! Le rôle d'un chevalier servant est de sauver et protéger la belle demoiselle en détresse, rien ni personne ne me détournera de mon engagement envers toi, alors cesse de douter de moi !

Jack avait prit un ton sec avec une nuance de colère. Certes l'agresser verbalement n'allait pas diminuer la tension. Mais il voulait la faire réagir sur les aberrations qu'elle venait de dire, du moins à ses yeux. "Jamais je n'aurais cru qu'elle avait une aussi basse considération pour notre personne ! Quelle déception." Instaurant un nouveau silence, décidément il ne savait pas se qui le retenait de presser la blessure de le jeune femme afin de faire craquer les points de sutures, juste pour la réprimander et la punir.

-Tu ne veux pas risquer ma vie ! Et crois-tu qu'il va ce passé si je part ? Moi je vais te le dire. Tu iras droit dans la gueule du loup et sans défense ! Sans moi, ta couverture tombe, sans moi tu es à découvert. Je ne te laisserait pas te sacrifier sans rien faire ! Tu vois malheureusement tu ne te débarrasseras pas de moi aussi facilement, vu que je suis ton assurance vie tu vas devoir encore me supporter !

Le regard brillant, un petit sourire aux lèvres, plissant les yeux. Jamais il n'oserait avouer les sentiments qu'il ressentait à son égard, mais il espérait qu'elle est comprit que ce qu'elle lui demandait était impossible à réalisé, ni même à concevoir. Espérant qu'avec ses paroles, Jack arrive à la faire réagir, en la faisant réfléchir deux secondes en inversant les rôles. Une preuve d'amour, de tendresse, sûrement une autre façon de démontré à la jeune femme à quel point il tenait à elle. Et si elle doutait encore, le baiser ainsi que l'étreinte qu'il lui offrait, fut si passionné et fougueux que cela balayerait toutes ces inquiétudes. Ce fut dans ce moment d'intimité qu'ils furent déranger par le propriétaire de l'hôtel accompagner par le chef d'Althéa, rompant brusquement le contact, se sentant gêné, détestant cette sensation d'être jugé. Jack passé une de ses mains dans ses cheveux et remettre sa tenue d'aplomb afin de retrouver bonne figure. L'enquête reprenait et il était grand temps de mettre fin à ce complot.


De cette couleur c'est le côté humain qui parle
De cette couleur c'est le côté vampire qui parle
De cette couleur Jack parle étranger

Revenir en haut Aller en bas
ృ Origine Wesen
avatar

Tout savoir
Relations:
Post-it:


ృ  Origine Wesen
Féminin
Célébrité : Katia Winter
Âge perso : 25
Profession : Inspecteur de police
Posts : 1294
Points : 1318
Disponibilité :
50 / 10050 / 100

Localisation : Portland
Gif :


Voir le profil de l'utilisateur

MessageMar 12 Juil - 22:02


Un hôtel sordide

Feat Jack








Jack refusa de me laisser et j’avoue que je n’en attendais pas moins, mais qu’il me l’avoue sans détour me rassura. J’étais effrayée à l’idée d’affronter encore une fois ces fous furieux. Et combien il avait raison en disant que s’il partait je devenais une proie facile face à ses vautours. Il refusait mon sacrifice et lorsqu’il me dit que je ne me débarrasserais pas facilement de lui, je fus terriblement émue, il admettait de façon détournée qu’il m’aimait. Et lorsqu’il m’enlaça pour me donner un baiser passionné et fougueux, toutes mes peurs s’envolèrent. Hélas, nous n’avions pas fermé la porte et lorsque mon chef et le propriétaire de l’hôtel entrèrent, Jack se trouva gêné qu’ils nous voient enlacés et rompit ce contact si doux à mes yeux. Il se recoiffa et se rajusta. Mon chef prit la parole.

- J’ai mis en poste des collègues en qui vous pourrez avoir toute confiance. Nous allons vous remettre un micro que nous vous avons placé dans un médaillon. M. Smith aura une oreillette afin d’entendre ce qui se passe autour de vous.

Il me tendit le collier et je regardais Jack. Était-il au courant de tout cela et il ne m’avait rien dit ? A ce moment-là mon chef s’adressa à Jack.

- Vous ne voyez aucun inconvénient à continuer d’être le chevalier servant d’Althéa ? Tenez prenez cette oreillette, je ne vous fais pas de dessin pour l’installer. D’autre part nous avons fait rajouter des micro-caméras ça et là. Soyez prudents ! Le repas sera servi d’ici une heure trente mais si vous ne vous sentez pas capable de descendre et assister aux divertissements, je comprendrais.

- J’irai et Jack m’accompagnera. Je vous promets de faire bonne figure.

Lorsqu’ils sortirent de la pièce, je me précipitais pour fermer la porte à clé et revins me réfugier dans les bras de Jack.

- Fais moi l’amour ! Je ne veux pas mourir sans avoir été à nouveau dans tes bras.

Spoiler:
 

Nous avions encore un peu de temps alors je me blottis près de lui, jouant à faire descendre mon index sur les courbes de son visage. Soudain des larmes roulèrent sur mes joues et Jack pensa que je regrettais. Je devais lui expliquer mais j’avais un peu honte au vu de mon métier.

- J’ai peur, j’ai tellement peur. Oh Jack que ferais-je sans toi ?

Il me rassura et me dit qu’il serait toujours près de moi. Mais la peur me tenaillait et elle n’allait pas me lâcher. Je ne savais plus si j’avais bien fait d’accepter cette mission.

Nous nous préparions pour descendre dans la salle de réception. Une fois prêts, je demandais à Jack de descendre avec moi par l’ascenseur, ma blessure ne me permettait pas encore de descendre les escaliers sur des talons. Arrivés dans la salle, les gens venaient me demander des nouvelles sur ma santé, Jack répondait que j’étais encore faible et je souriais. Le repas se passa plutôt bien mais au dessert je sentis le regard de Nicolas Friedman sur moi. Alors que Jack venait d’aller au bar me chercher un verre d’eau gazeuse, ma peur reprit le dessus et je décidais de rejoindre notre chambre. Je demandais aux autres convives de prévenir Jack, Nicolas me regardais d'un air compatissant mais je savais bien le fond de sa pensée. Je m'efforçais d'esquisser un sourire et je pris congé de chacun. Je repris l’ascenseur et entrais dans notre chambre.

Soudain quelqu’un m’attrapa par les cheveux et me propulsa dans le mur faisant tomber le collier au sol. C’était Éric ! Je lui demandais s’il devenait fou et là il me gifla avec une telle force qu’il m’envoya sur le lit. Il avait les yeux hagards et j’étais terrifiée ! Aucune parole n’arrivait à sortir de ma bouche. J'espérais que Jack entende, que le micro ne soit pas cassé et  qu'il intervienne vite. Pourquoi Éric agissait-il avec une telle violence?! Je me demandais si c'était un ordre de ses gens qui voulaient me tuer et s'ils allaient apparaître à leur tour. Ma peur s'amplifiait ! J'essayais de fuir malgré la douleur affligeait par les coups violents. Il me frappa à nouveau au visage! Il releva ensuite ma robe et arracha ma culotte avec brutalité ! J'avais l'impression de subir ses coups depuis des heures alors que quelques secondes étaient passées ! J’avais mal, je n’arrivais pas à me défendre! Je pleurais, il allait me violer !

C’est à ce moment-là que Jack entra...






Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu n’es pas capable,
c’est à toi de choisir et de vivre ta vie
Laurent Gounelle


Dernière édition par Althéa Killborn le Mer 24 Aoû - 21:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message
Revenir en haut Aller en bas

Un hôtel sordide feat Jack

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Hatbox Ghost • Phantom Mesa • feat. Jack White [LIBRE]
» Technique du Jeune Jack
» rescue Jack Russel
» Jack Skellington
» fiche technique jack rellon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grimm's World RPG :: Outside :: ◇ Archives :: RP's terminés-